Label'Vie: Hausse de 20% du résultat net au S1-2019    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    BMCE Bank of Africa Lance le 1er rapport annuel digital au Maroc    Le HCP et la Banque mondiale se rapprochent davantage    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Lutte contre les maladies non transmissibles : le Maroc réitère son engagement    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Loi cadre de l'enseignement. Une commission gouvernementale pour fixer les priorités    100 ans de l'aéropostale : Une exposition met en avant le rôle du Maroc dans l'histoire de l'aviation    El khalfi: "Le chef du gouvernement a entamé les concertations sur le remaniement ministériel"    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Entretien avec Fouad Hani, auteur-compositeur et interprète : «Je travaille beaucoup sur ma musique»    Banque Centrale Populaire. La performance au rendez-vous    Thomas Cook : un cauchemar pour 150.000 touristes britanniques    Après les Assises du développement humain, quelles priorités ?    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    Premières Assises nationales du Développement humain    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Crise économique mondiale : L'OCDE tire la sonnette d'alarme !    Bordeaux accueille le sommet Afrique-France en juin 2020    «#b7arblaplastic» : Une opération de collecte de déchets dans les plages signée Label'Vie    Le RNI organise la 3ème Université d'été ce vendredi à Agadir    PLF 2020. Le calendrier se précise    Rabat: L'UE lance un projet de migration légale circulaire entre le Maroc et l'Espagne    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    Au Groenland, les chiens de traîneau menacés par la fonte des glaces    Ces stars qui se sont mariées en secret    La gestion des risques de santé, sécurité et environnement débattue à Casablanca    Le Maroc, une cible importante pour la cybercriminalité    Insolite : Rivière teinte en vert fluo    Sensibiliser pour ne plus faire les frais de l'addiction aux antidouleurs    Appel aux dons    Un plan d'action pour la relance du tourisme à Béni Mellal-Khénifra    Tenue à Rabat du Forum des parlementaires arabes sur la population et le développement    Paris corrige Madrid : L'issue de parité sanctionne le choc Atlético-Juventus    Di Maria, la "MCN" à lui tout seul    Le stade d'Honneur d'Oujda fait peau neuve    "Woh!" d'Ismahan Lahmar projeté au Festival international du film de femmes    "Esthétique de la création poétique'', un nouvel ouvrage célébrant l'œuvre de Mohamed Serghini    Bouillon de culture    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Montée de la tension entre le Pakistan et l'Inde
Publié dans Libération le 28 - 02 - 2019

Le Pakistan a annoncé mercredi avoir abattu deux avions indiens et mené des "frappes" dans la région disputée du Cachemire, au lendemain d'un raid indien sur son territoire, les deux puissances nucléaires assurant toutefois ne pas chercher "l'escalade".
"L'armée de l'air a abattu deux avions indiens dans l'espace aérien pakistanais", a annoncé sur Twitter un porte-parole de l'armée pakistanaise, le général Asif Ghafoor.
Un des avions est tombé au Cachemire indien et l'autre au Cachemire pakistanais, selon lui. "Un pilote indien a été arrêté à terre par les militaires", a-t-il ajouté. New Delhi n'a fait aucun commentaire dans l'immédiat.
Quelques minutes plus tôt, le ministère des Affaires étrangères pakistanais avait annoncé que son armée de l'air avait "procédé à des frappes" à travers la Ligne de contrôle, ligne de cessez-le-feu qui sert de frontière de facto entre l'Inde et le Pakistan au Cachemire, "depuis l'espace aérien pakistanais". Celles-ci auraient visé des cibles "non militaires".
"Ce ne sont pas des représailles", a insisté la diplomatie pakistanaise: "Le seul objectif est de démontrer notre droit, volonté et capacité à l'autodéfense".
"Nous n'avons aucune intention d'escalade, mais sommes entièrement préparés à le faire si nous sommes forcés à ce paradigme", poursuit le communiqué.
Plus tôt mercredi, la ministre indienne des Affaires étrangères, Sushma Swaraj, avait elle aussi semblé plaider l'apaisement, soulignant lors d'un déplacement en Chine que "l'Inde ne souhaite pas d'escalade" et "continuera à agir avec responsabilité et retenue".
L'opération de mardi n'était pas militaire car "elle ne visait pas d'installations" militaires pakistanaises, a ajouté Mme Swaraj. L'objectif visé, à savoir un camp d'entraînement du mouvement islamiste Jaish-e-Mohammed (JeM) était "limité", a-t-elle argué.
Côté indien, les autorités ont seulement fait état dans l'immédiat d'une incursion d'avions pakistanais dans l'espace aérien indien au-dessus de la très militarisée ligne de cessez-le-feu au Cachemire. Les chasseurs auraient été repoussés, l'agence de presse indienne PTI rapportant qu'ils ont aussi largué des bombes.
Les grands aéroports du Jammu-et-Cachemire, ainsi que ceux d'Amritsar et Chandigargh dans le nord de l'Inde, ont été fermés aux vols civils.
L'armée indienne a assuré avoir mené mardi un raid contre un camp d'entraînement au Pakistan du groupe islamiste Jaish-e-Mohammed (JeM), très actif dans la lutte armée contre New Delhi dans la vallée de Srinagar, disant y avoir tué "un très grand nombre" de combattants.
Islamabad avait aussitôt dénoncé une "agression intempestive" et promis d'y répondre "à l'heure et à l'endroit de son choix".
L'Inde et le Pakistan se sont livré trois guerres dans le passé, dont deux au sujet du Cachemire, une région himalayenne en majorité peuplée de musulmans, divisée entre ces deux pays qui la revendiquent chacun depuis leur indépendance de l'empire colonial britannique en 1947.
New Delhi a expliqué son action de mardi par le fait que le groupe insurgé Jaish-e-Mohammed, qui avait revendiqué l'attentat suicide au Cachemire indien ayant provoqué la mort d'au moins 40 paramilitaires indiens le 14 février, préparait de nouveaux attentats en Inde.
L'Inde affirme avoir frappé un camp d'entraînement de l'organisation islamiste situé à Balakot, ville du nord-est pakistanais tout près de la région disputée du Cachemire. Le Pakistan nie le déroulé de la "frappe" et fait seulement état d'une incursion d'avions indiens dans son espace aérien, qui auraient largué une charge utile qui n'aurait fait ni dégâts, ni victimes selon cette version.
Le gouvernement indien a toutefois essayé de limiter le risque d'escalade indo-pakistanaise en présentant cette frappe comme "préventive" et "non militaire".
Si elle est confirmée, il s'agirait du premier recours à une frappe aérienne par l'Inde contre son voisin depuis la guerre qu'ils s'étaient livrée en 1971 autour du Pakistan oriental (aujourd'hui Bangladesh).
Les Etats-Unis, l'Union européenne et la Chine ont appelé mardi les deux puissances nucléaires à la "retenue" et au dialogue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.