Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Montée de la tension entre le Pakistan et l'Inde
Publié dans Libération le 28 - 02 - 2019

Le Pakistan a annoncé mercredi avoir abattu deux avions indiens et mené des "frappes" dans la région disputée du Cachemire, au lendemain d'un raid indien sur son territoire, les deux puissances nucléaires assurant toutefois ne pas chercher "l'escalade".
"L'armée de l'air a abattu deux avions indiens dans l'espace aérien pakistanais", a annoncé sur Twitter un porte-parole de l'armée pakistanaise, le général Asif Ghafoor.
Un des avions est tombé au Cachemire indien et l'autre au Cachemire pakistanais, selon lui. "Un pilote indien a été arrêté à terre par les militaires", a-t-il ajouté. New Delhi n'a fait aucun commentaire dans l'immédiat.
Quelques minutes plus tôt, le ministère des Affaires étrangères pakistanais avait annoncé que son armée de l'air avait "procédé à des frappes" à travers la Ligne de contrôle, ligne de cessez-le-feu qui sert de frontière de facto entre l'Inde et le Pakistan au Cachemire, "depuis l'espace aérien pakistanais". Celles-ci auraient visé des cibles "non militaires".
"Ce ne sont pas des représailles", a insisté la diplomatie pakistanaise: "Le seul objectif est de démontrer notre droit, volonté et capacité à l'autodéfense".
"Nous n'avons aucune intention d'escalade, mais sommes entièrement préparés à le faire si nous sommes forcés à ce paradigme", poursuit le communiqué.
Plus tôt mercredi, la ministre indienne des Affaires étrangères, Sushma Swaraj, avait elle aussi semblé plaider l'apaisement, soulignant lors d'un déplacement en Chine que "l'Inde ne souhaite pas d'escalade" et "continuera à agir avec responsabilité et retenue".
L'opération de mardi n'était pas militaire car "elle ne visait pas d'installations" militaires pakistanaises, a ajouté Mme Swaraj. L'objectif visé, à savoir un camp d'entraînement du mouvement islamiste Jaish-e-Mohammed (JeM) était "limité", a-t-elle argué.
Côté indien, les autorités ont seulement fait état dans l'immédiat d'une incursion d'avions pakistanais dans l'espace aérien indien au-dessus de la très militarisée ligne de cessez-le-feu au Cachemire. Les chasseurs auraient été repoussés, l'agence de presse indienne PTI rapportant qu'ils ont aussi largué des bombes.
Les grands aéroports du Jammu-et-Cachemire, ainsi que ceux d'Amritsar et Chandigargh dans le nord de l'Inde, ont été fermés aux vols civils.
L'armée indienne a assuré avoir mené mardi un raid contre un camp d'entraînement au Pakistan du groupe islamiste Jaish-e-Mohammed (JeM), très actif dans la lutte armée contre New Delhi dans la vallée de Srinagar, disant y avoir tué "un très grand nombre" de combattants.
Islamabad avait aussitôt dénoncé une "agression intempestive" et promis d'y répondre "à l'heure et à l'endroit de son choix".
L'Inde et le Pakistan se sont livré trois guerres dans le passé, dont deux au sujet du Cachemire, une région himalayenne en majorité peuplée de musulmans, divisée entre ces deux pays qui la revendiquent chacun depuis leur indépendance de l'empire colonial britannique en 1947.
New Delhi a expliqué son action de mardi par le fait que le groupe insurgé Jaish-e-Mohammed, qui avait revendiqué l'attentat suicide au Cachemire indien ayant provoqué la mort d'au moins 40 paramilitaires indiens le 14 février, préparait de nouveaux attentats en Inde.
L'Inde affirme avoir frappé un camp d'entraînement de l'organisation islamiste situé à Balakot, ville du nord-est pakistanais tout près de la région disputée du Cachemire. Le Pakistan nie le déroulé de la "frappe" et fait seulement état d'une incursion d'avions indiens dans son espace aérien, qui auraient largué une charge utile qui n'aurait fait ni dégâts, ni victimes selon cette version.
Le gouvernement indien a toutefois essayé de limiter le risque d'escalade indo-pakistanaise en présentant cette frappe comme "préventive" et "non militaire".
Si elle est confirmée, il s'agirait du premier recours à une frappe aérienne par l'Inde contre son voisin depuis la guerre qu'ils s'étaient livrée en 1971 autour du Pakistan oriental (aujourd'hui Bangladesh).
Les Etats-Unis, l'Union européenne et la Chine ont appelé mardi les deux puissances nucléaires à la "retenue" et au dialogue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.