Migration clandestine: l'Espagne octroie une aide de 32 millions d'euros au Maroc    Incendies en Amazonie: Bolsonaro sous pression internationale    Biarritz : La France accueille le 45e sommet du G7    Jeux Africains: le Maroc conserve sa 4e place avec 33 médailles    Rallye de yachts entre Gibraltar et Tanger pour la bonne cause    Guerre commerciale : Trump fait chuter Wall Street    Santé : Le Levothyrox de nouveau disponible selon Anas Doukkali    Jeux africains-Football : le Nigéria élimine les Lionceaux de l'Atlas    Fès : Arrestation de deux dealers de karkoubi    Voix de Femmes à Tétouan, solidarité et développement au menu du festival    Episode des shorts: Que de controverses!    Oujda/communes: Discorde autour des subventions    Finalisation des plans de transfert des compétences de l'administration centrale vers les régions    La Guinée-Bissau réaffirme son soutien constant et inconditionnel à la marocanité du Sahara    Tensions et dissensions attendues au sommet du G7    Macron et Johnson affichent un ton plus conciliant sur le Brexit    La montée des tensions commerciales pèse lourdement sur l'économie mondiale    Gouvernance et responsabilité dans le secteur public La complexité du concept    L'IPC ressort en baisse en juillet après trois mois de hausse ininterrompue    Le Raja bien parti pour franchir le tour de chauffe de la Ligue des champions    Tous à l'assaut de la nouvelle Juventus    L'Allemagne s'enflamme pour Coutinho    Divers Economie    Les femmes enceintes prennent encore trop de médicaments    Valse diplomatique à l'algérienne : L'œuvre des militaires ou des intérimaires ?    Insolite : Rituel cosmique    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Cinéma sur la Muraille : Le cinéma en fête à Essaouira    "Massacre" des tourterelles par des Khalijis: Une enquête est ouverte    Vidéo. Alger : La « Liberté » de Soolking a fait 5 morts et 21 blessés    Hirak: Zefzafi, accusation de torture... la DGAPR réagit    Vidéo : Luis Suarez poursuivi par des fans à Tanger…    Le troisième Festival national de Marmoucha du 30 août au 1er septembre    11ème Festival «Voix de Femmes» de Tétouan : Daoudia, Najat Rajoui et les autres    RFI : C'est un véritable défi que le Maroc a relevé    Révolution du Roi et du Peuple: le discours royal    Jeux Africains: Le Maroc en Or dans différentes épreuves    Actifs immobiliers: La baisse des ventes et des prix se poursuit toujours    Démarrage de l'opération de sélection et d'incorporation des appelés    Cristina López Barrio: Tanger la «captivante»    Sidi Kacem : Trois balles tirées pour neutraliser un individu qui mettait en danger la vie de citoyens    Budget des régions. Le dispositif projeté pour 2020    Recherche halieutique. L'INRH commande un nouveau navire de recherche    Le patron de la Fed joue gros avec son discours vendredi    Initiative «Cinéma sur la Muraille» : Le 7ème art à l'honneur à Essaouira    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    Féminicide à Sidi Slimane    Divers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dakira prend son élan par un hommage mérité à Said Ahid
Publié dans Libération le 06 - 03 - 2019

Décidément, on ne peut trouver un meilleur levier, pour donner le premier coup d'envoi d'une longue série de rencontres imaginées, minutieusement élaborées, et programmées par les organisateurs : la direction de la culture, APAC, PACTART, et Les Amis d'Ibn Zaidoun, qui ont décidé de rendre hommage à des intellectuels, femmes et hommes, acteurs incontournables sur la scène culturelle, et témoins d'une période de l'histoire de la ville d'El Jadida et sa région. Le choix d'une personnalité au profil aussi emblématique que celui du premier invité de cette première édition de "MEMOIRE": Saïd Ahid était dans ce sens, on ne peut plus judicieux.
Le directeur de la culture et de la communication, qui avait ouvert le bal dans la mythique salle du théâtre de l'église, lieu hautement symbolique et porteur de messages, a donné lors de son intervention, et après avoir souhaité la bienvenue à Saïd Ahid, aux invités, et à l'assistance, un bref aperçu sur l'importance de l'événement "MEMOIRE", les objectifs qu'il s'est tracés, ainsi que leurs intérêts, et leur rôle instructif pour le public, et surtout, dans la mise en avant de la ville et sa région, notamment sur le plan culturel, voire touristique.
"MEMOIRE" serait donc une opportunité qui permettrait de jeter la lumière lors de chaque édition sur ce riche héritage du patrimoine,culturel matériel, et immatériel, dont jouit la province, et ce à travers les personnalités du monde littéraire, scientifique,et aussi les historiens, et les artistes que les organisateurs se feraient fort d'inviter .
Aussi, le choix s'est porté sans coup férir, et à l'unanimité pour cette première édition, sur Said Ahid, l'écrivain prolifique, le poète engagé, le journaliste... Auteur de plusieurs romans, et recueils dont : "Résidus d'un autoportrait " «Un semblant de (dé)raison», «Rien… ou presque» et " Justice, crimes et châtiments dans le Maroc du XVI siècle " et bien d'autres ouvrages.
L'événement MEMOIRE, de ce premier février, modéré par Abdellatif Bidouri, a drainé comme on s'y attendait, beaucoup de monde, des amis venus de partout, artistes et intellectuels, pour assister à cet hommage, en plus de deux illustres invités: Abdelhamid Jmahri et Hicham Houdaifa, tous deux journalistes, confrères et amis de Saïd Ahid, connus pour leur engagement en tant qu'intellectuels . Les deux témoignages édifiants et très émouvants, apportés par les deux hommes ont impressionné, et Saïd Ahid et l'assistance, donnant du coup une idée sur l'autre regard que portent les autres sur l'enfant prodige de la ville d'El Jadida; ceux qui l'avaient côtoyé de près et l'avaient connu au travail, et à titre personnel, sous des facettes jusqu'ici inconnues de son public.
L'artiste peintre Abdelkarim El Azhar, et la poétesse Hassana Addi sont intervenus tour à tour, dans une brève allocution en hommage à Saïd Ahid, au nom de PACTART et les Amis Ibn ZAIDOUN.
Le célèbre poète Saïd Etachfini, lui, a de son côté dédié, en tant que membre de l'APAC, et ami d'enfance,un poème intitulé " Ne nous dites pas qui êtes-vous ?"
Un autre discours a été lu enfin par le représentant de l'Union des écrivains du Maroc.
Les intervenants n'ont pas tari d'éloges à l'égard de Saïd Ahid, L'homme au fait est un inconditionnel de "Jdida" comme il se plaît à l'appeler, celle qui l'a enfanté un beau matin, au cours de la deuxième moitié du siècle dernier, entre les ruelles étroites de derb Bendriss au coeur la ville, et les jolies plages sur les bords d'un splendide littoral, lorsque l'avenir se profilait alors prometteur et plein d'espoir, une ville qui a bercé les plus delicieuses années de son enfance et de son adolescence, et qui l'habite depuis jusqu'à la moelle; malheureusement, aujourd'hui elle est passée complètement à côté; dans une situation de débauche et un état malsain qui gênent et révoltent Saïd Ahid, qui explose juste en y pensant, tel un amant trompé et blessé dans son amour propre, tantôt à cause de la passivité maladive des élus et des responsables, tantôt par l'image d' une ville qui ne cesse de se dégrader, et par son laxisme aussi vis-à-vis de ses détracteurs, qui l'avaient transformée en "prostituée" selon lui. Autant de réflexions et de propos qui font de cet écrivain et poète un interlocuteur singulier, à tel point qu'on a l'impression en lisant certains passages de ses écrits, que plutôt d'écrire ...dégoûté, Saïd Ahid vomit parfois, peut-être à force de prendre sur lui les bêtises, pour ne pas dire les crimes des autres.
Une ville dans laquelle il se fond pour ne faire qu'une seule personne avec elle, comme lorsqu'il déambule du côté de la grande poste ; là, j'évite de le déranger, tout en continuant à observer de loin l'auteur de "sacrilèges " sortant du néant, l'esprit perdu, jetant un regard furtif et circulaire sur le théâtre MSA, comme pour verifier s'il n'a pas été déplacé, ou tout simplement rasé, et sur ses abords, qui prennent chaque jour un sérieux, et affligeant coup de vandalisme, poussant au passage un profond soupir de nostalgie, sans perdre un moment la suite d'une ballade qui finit comme d'habitude par le conduire, dans l'un des endroits encore fréquentables sur la place où il peut retrouver quelques-unes de ses vieilles connaissances, une récréation, ou une autre source d'inspiration ...pour l'écrivain et le journaliste.
"Une ville finit par être une personne", Victor Hugo
Je dirais qu'une personne comme Saïd Ahid finit par devenir sa propre ville où il vogue, et semble se complaire à merveille, malgré tout, tel un enfant attaché à sa mère...vivant presque en apesanteur, pour éviter les confrontations non constructives.
Par ailleurs, l'homme porte en lui un pan de l'histoire de cette ville, de par ses ouvrages, en plus d'un amour particulier et indéfectible, parfois violent, puisqu'il lui arrive de lui en vouloir à travers certains de ses propos incisifs ...
"El Jadida se ruralise ", disait il. En effet, puisqu'elle n'arrive pas à digérer l'exode, affluant de toutes ses regions, déferlant comme un tsunami sans qu'on puisse jamais l'endiguer, ce qui influe, étant donné son ampleur, d'une manière visiblement désastreuse sur son aspect, défigurant ainsi sa face autrefois douce et attrayante, à cause de son lot de moeurs, et d'habitudes bédouines, parfois agressives, choquantes, et par conséquent destructrices et que la ville se voit subir, dans une inertie étonnante, telle une malédiction, sans pouvoir réagir, cédant presque, malgré elle au fait accompli.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.