Parlement: Des lois organiques encore dans les tiroirs    CTM célèbre son centenaire    Vidéo. Safae Hbirkou, nouvelle égérie de Taous    Egypte: Sissi pourrait rester plus longtemps!    23e édition du Caftan: Pour un fabuleux voyage dans le temps    Expo: Dominique Zinkpè face à ses démons    La pensée de Abdelwahab Meddeb en arabe    Reconnaissance française pour l'appui financier marocain à la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris    Le Roi Mohammed VI suit de près la problématique de l'eau    Netflix installe un studio de production à New York    Ground Zorro: Pet de lapin    Festival de Cannes : le film marocain «Adam» en compétition dans la section «Un certain regard»    Jiří Oberfalzer : L'Initiative d'autonomie représente une solution durable au Sahara    Communication publique : Le dilemme de la fonction et l'identification de ses rôles    L'ONU en quête d'unité pour réclamer un cessez-le-feu en Libye    Contribution du Maroc à l'aménagement de la mosquée Al Aqsa et de son environnement    Le Maroc à Abou Dhabi : Ouverture de la 4ème édition dans la capitale émiratie    Tottenham élimine City dans un match d'anthologie    Liga : La semaine du titre pour le Barça    Le Raja s'offre l'IRT et revoit ses ambitions à la hausse    Mohamed Benabdelkader : La communication contribue au renforcement de la participation à la vie publique    Les concours d'internat fermés aux étudiants des Facultés de médecine privées    Pôle Nature et vie un voyage en terre connue    Lydie Beassemda : Bénéficier de l'expérience marocaine    De nouvelles Assises pour un système fiscal qui ne tient pas debout    Lancement prochain du programme Souk At-tanmia à Guelmim    Driss Lachguar : Notre objectif est d'éviter des situations où les institutions et donc le pays se trouvent bloqués pendant de longs mois    Le Bureau marocain du droit d'auteur n'a pas renoncé au système numérique    L'acteur Mahjoub Raji n'est plus    22ème Prix Charjah pour la création arabe : Trois Marocains primés au Caire    L'Académie célèbre les 30 ans d'existence de l'option internationale du bac    Philippe gillet, CSO chez SICPA : Aucun secteur n'échappe à la digitalisation    Trump blanchi par son ministre, avant la publication du rapport de l'enquête russe    Incendie de la Mosquée Al Aqsa : El Othmani salue le don royal    Pas besoin d'en savoir plus    Agriculture durable, systèmes alimentaires durables, et «Diaf» : Le Maroc renforce son partenariat avec la Suisse et l'Allemagne    Challenge Azura de rugby : Casablanca abrite la 2ème édition    Suicide d'un détenu à la prison de Tétouan    L'allaitement maternel, «un premier pas pour la prévention de l'obésité»    Couverture santé Universelle: Un défi que le Maroc relèvera    Les enseignants des académies prolongent leur grève jusqu'au 25 avril    L'identité plurielle assumée    SIAM2019. Le GCAM et l'AFD actent une ligne de crédit axée sur l'agriculture durable    Rabat : Violentes échauffourées après le match FAR-RSB    Ambiances Soul et Disco-Funk à la 14e édition de Jazzablanca    Peugeot au tournoi de tennis de Monte-Carlo    La 2e Coupe arabe des clubs portera le nom du roi Mohammed VI    CAN (U17) en Tanzanie: Le Maroc rate la victoire face au Sénégal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dakira prend son élan par un hommage mérité à Said Ahid
Publié dans Libération le 06 - 03 - 2019

Décidément, on ne peut trouver un meilleur levier, pour donner le premier coup d'envoi d'une longue série de rencontres imaginées, minutieusement élaborées, et programmées par les organisateurs : la direction de la culture, APAC, PACTART, et Les Amis d'Ibn Zaidoun, qui ont décidé de rendre hommage à des intellectuels, femmes et hommes, acteurs incontournables sur la scène culturelle, et témoins d'une période de l'histoire de la ville d'El Jadida et sa région. Le choix d'une personnalité au profil aussi emblématique que celui du premier invité de cette première édition de "MEMOIRE": Saïd Ahid était dans ce sens, on ne peut plus judicieux.
Le directeur de la culture et de la communication, qui avait ouvert le bal dans la mythique salle du théâtre de l'église, lieu hautement symbolique et porteur de messages, a donné lors de son intervention, et après avoir souhaité la bienvenue à Saïd Ahid, aux invités, et à l'assistance, un bref aperçu sur l'importance de l'événement "MEMOIRE", les objectifs qu'il s'est tracés, ainsi que leurs intérêts, et leur rôle instructif pour le public, et surtout, dans la mise en avant de la ville et sa région, notamment sur le plan culturel, voire touristique.
"MEMOIRE" serait donc une opportunité qui permettrait de jeter la lumière lors de chaque édition sur ce riche héritage du patrimoine,culturel matériel, et immatériel, dont jouit la province, et ce à travers les personnalités du monde littéraire, scientifique,et aussi les historiens, et les artistes que les organisateurs se feraient fort d'inviter .
Aussi, le choix s'est porté sans coup férir, et à l'unanimité pour cette première édition, sur Said Ahid, l'écrivain prolifique, le poète engagé, le journaliste... Auteur de plusieurs romans, et recueils dont : "Résidus d'un autoportrait " «Un semblant de (dé)raison», «Rien… ou presque» et " Justice, crimes et châtiments dans le Maroc du XVI siècle " et bien d'autres ouvrages.
L'événement MEMOIRE, de ce premier février, modéré par Abdellatif Bidouri, a drainé comme on s'y attendait, beaucoup de monde, des amis venus de partout, artistes et intellectuels, pour assister à cet hommage, en plus de deux illustres invités: Abdelhamid Jmahri et Hicham Houdaifa, tous deux journalistes, confrères et amis de Saïd Ahid, connus pour leur engagement en tant qu'intellectuels . Les deux témoignages édifiants et très émouvants, apportés par les deux hommes ont impressionné, et Saïd Ahid et l'assistance, donnant du coup une idée sur l'autre regard que portent les autres sur l'enfant prodige de la ville d'El Jadida; ceux qui l'avaient côtoyé de près et l'avaient connu au travail, et à titre personnel, sous des facettes jusqu'ici inconnues de son public.
L'artiste peintre Abdelkarim El Azhar, et la poétesse Hassana Addi sont intervenus tour à tour, dans une brève allocution en hommage à Saïd Ahid, au nom de PACTART et les Amis Ibn ZAIDOUN.
Le célèbre poète Saïd Etachfini, lui, a de son côté dédié, en tant que membre de l'APAC, et ami d'enfance,un poème intitulé " Ne nous dites pas qui êtes-vous ?"
Un autre discours a été lu enfin par le représentant de l'Union des écrivains du Maroc.
Les intervenants n'ont pas tari d'éloges à l'égard de Saïd Ahid, L'homme au fait est un inconditionnel de "Jdida" comme il se plaît à l'appeler, celle qui l'a enfanté un beau matin, au cours de la deuxième moitié du siècle dernier, entre les ruelles étroites de derb Bendriss au coeur la ville, et les jolies plages sur les bords d'un splendide littoral, lorsque l'avenir se profilait alors prometteur et plein d'espoir, une ville qui a bercé les plus delicieuses années de son enfance et de son adolescence, et qui l'habite depuis jusqu'à la moelle; malheureusement, aujourd'hui elle est passée complètement à côté; dans une situation de débauche et un état malsain qui gênent et révoltent Saïd Ahid, qui explose juste en y pensant, tel un amant trompé et blessé dans son amour propre, tantôt à cause de la passivité maladive des élus et des responsables, tantôt par l'image d' une ville qui ne cesse de se dégrader, et par son laxisme aussi vis-à-vis de ses détracteurs, qui l'avaient transformée en "prostituée" selon lui. Autant de réflexions et de propos qui font de cet écrivain et poète un interlocuteur singulier, à tel point qu'on a l'impression en lisant certains passages de ses écrits, que plutôt d'écrire ...dégoûté, Saïd Ahid vomit parfois, peut-être à force de prendre sur lui les bêtises, pour ne pas dire les crimes des autres.
Une ville dans laquelle il se fond pour ne faire qu'une seule personne avec elle, comme lorsqu'il déambule du côté de la grande poste ; là, j'évite de le déranger, tout en continuant à observer de loin l'auteur de "sacrilèges " sortant du néant, l'esprit perdu, jetant un regard furtif et circulaire sur le théâtre MSA, comme pour verifier s'il n'a pas été déplacé, ou tout simplement rasé, et sur ses abords, qui prennent chaque jour un sérieux, et affligeant coup de vandalisme, poussant au passage un profond soupir de nostalgie, sans perdre un moment la suite d'une ballade qui finit comme d'habitude par le conduire, dans l'un des endroits encore fréquentables sur la place où il peut retrouver quelques-unes de ses vieilles connaissances, une récréation, ou une autre source d'inspiration ...pour l'écrivain et le journaliste.
"Une ville finit par être une personne", Victor Hugo
Je dirais qu'une personne comme Saïd Ahid finit par devenir sa propre ville où il vogue, et semble se complaire à merveille, malgré tout, tel un enfant attaché à sa mère...vivant presque en apesanteur, pour éviter les confrontations non constructives.
Par ailleurs, l'homme porte en lui un pan de l'histoire de cette ville, de par ses ouvrages, en plus d'un amour particulier et indéfectible, parfois violent, puisqu'il lui arrive de lui en vouloir à travers certains de ses propos incisifs ...
"El Jadida se ruralise ", disait il. En effet, puisqu'elle n'arrive pas à digérer l'exode, affluant de toutes ses regions, déferlant comme un tsunami sans qu'on puisse jamais l'endiguer, ce qui influe, étant donné son ampleur, d'une manière visiblement désastreuse sur son aspect, défigurant ainsi sa face autrefois douce et attrayante, à cause de son lot de moeurs, et d'habitudes bédouines, parfois agressives, choquantes, et par conséquent destructrices et que la ville se voit subir, dans une inertie étonnante, telle une malédiction, sans pouvoir réagir, cédant presque, malgré elle au fait accompli.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.