Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Brèves    Conflits d'intérêts: L'Istiqlal plaide pour un texte dédié    Article 1067742    Auto Hall clôture le premier semestre dans le rouge    Allemagne : Schalke 04 se sépare de son entraîneur David Wagner    Cheb Khaled: «Maroc, Algérie, Tunisie... Un seul peuple séparé par l'histoire»    Colère et indignation après le meurtre de Naima (micro-trottoir)    Arts : les résultats du programme exceptionnel de soutien 2020 dévoilés    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc    La chanteuse Chama Zaz tire sa révérence    Travailleuses et travailleurs domestiques: plus de 2.500 contrats de travail conclus (Amekraz)    Bilan quotidien: 1422 nouveaux cas au Maroc, dont 542 à Casa-Settat    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à un vote «pacifique et inclusif»    US Round Up du lundi 28 septembre Présidentielle/Floride, Amy Coney Barrett, De Blasio, Célébrités    Le Liban, nouveau protectorat français ?    K-pop : 10 millions de vues pour la nouveauté des Blackpink    Chelsea: Hakim Ziyech toujours absent    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    «La sortie sur le MFI de septembre était nécessaire»    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    La CGEM explique ses propositions pour la loi de finances 2021    Casablanca: trois escrocs dans les filets de la DGSN    Le gouvernement refuse de créer un fonds pour le cancer    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    OCP Africa et l'IFC s'allient pour l'agriculture ouest-africaine    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    France: les prévisions du ministre de l'Economie    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    A 90 ans, Haja El Hamdaouia met fin à sa carrière    Fusion Atlanta-Sanad: la nouvelle entité voit le jour    France: trois morts dans le crash d'un aéronef    Biélorussie: Une investiture à huis-clos pour Alexandre Loukachenko    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Stephanie Williams soutient les efforts consentis dans le cadre du dialogue de Bouznika    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Tourisme: Lancement de «Madaëf ECO6»    La chanteuse Houda Saad traverse une épreuve difficile (PHOTO)    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    Pédophilie. Ramid fait trembler les assassins    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Prévisions météorologiques pour la journée du lundi 28 septembre 2020    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Achoura, la nuit des enfants" ou quand le passé nous retient
Publié dans Libération le 07 - 03 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/31353712-29592945.jpg?v=1551878412" alt=""Achoura, la nuit des enfants" ou quand le passé nous retient" title=""Achoura, la nuit des enfants" ou quand le passé nous retient" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/31353712-29592945.jpg?v=1551878426" alt=""Achoura, la nuit des enfants" ou quand le passé nous retient" title=""Achoura, la nuit des enfants" ou quand le passé nous retient" width="708" /
Le film marocain "Achoura, la nuit des enfants" de Talal Selhami, projeté mardi soir dans le cadre de la compétition officielle de la 20ème édition du Festival national du film de Tanger (FNFT) qui se déroule du 1er au 9 mars, est un retour sur un passé aux souvenirs douloureux qui alimentent la peur et la souffrance. C'est dans un jour de Achoura, la fête des enfants, que tout a commencé. Ce film, qui fait appel au surnaturel, à l'horreur et aux monstres, relate l'histoire de quatre enfants qui jouent à se faire peur et se rendent dans une demeure condamnée et réputée maudite. Quand l'un d'eux disparaît dans des circonstances mystérieuses, le drame débute. Enlevé par un monstre (Boughattat, en dialecte marocain), une créature qui se nourrit des enfants, de leurs joies, leurs rêves et leur innocence, les trois survivants vont refouler le souvenir de ce qui a bien pu se passer, jusqu'à ce que Samir resurgisse 25 ans plus tard. Cette réapparition, qui coïncide avec l'enlèvement de plusieurs enfants, va pousser ces amis à se réunir de nouveaux pour confronter ce passé et mettre fin à ce mal qui a ruiné leur vie. Ce long métrage de 92 minutes est un message fort pour faire la paix avec son passé et l'admettre comme il est pour pouvoir avancer. Quand les souvenirs du passé se transforment en prison, il devient urgent de s'en libérer. Ce film est un récit sur l'enfance et le fait de grandir et de laisser sa part d'enfance derrière soi. C'est une histoire qui raconte ce que signifie "Grandir", a indiqué Talal Selhami dans une déclaration à la MAP. "J'ai été inspiré du cinéma fantastique. J'ai grandi avec les films de Steven Spielberg et les romans de Stephen King et aussi de la culture marocaine riche en contes et légendes", a-t-il dit.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.