Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Vidéo-Trophée Hassan II de golf : Brillante entrée en jeu de l'équipe du Prince Moulay Rachid    Mea Culpa d'Hervé Renard sur Hakim Ziyech    Un autre élément terroriste arrêté à Dakhla    Trafic de drogues : Gros coup de filet à Casablanca    Meurtres d'Imlil : Ouverture du procès le 2 mai    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    Les avocats plaident pour une réforme de fond    Espagne. Les mineurs marocains, sujets de campagne électorale    L'ESAV lance un nouveau Pôle d'excellence    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    Botola Maroc Telecom : WAC et RCA se neutralisent au terme d'un derby emballant    Fin de la visite d'une délégation du PPS au Kurdistan d'Irak    Ziyech convoité par les Merengue    Gestes et significations    Conseil National    Maroc Telecom consolide ses performances au premier trimestre    Tenue de plusieurs comités provinciaux du PPS    5ème édition du JIDAR Toiles de rue    Fuicla, un festival dédié au cinéma d'adaptation    Le SMPAD se penche sur la protection sociale    HCP : Les prix à la consommation stagnent en mars 2019    OCP: Les détails des projets en cours    Le ministère annule sa réunion avec les syndicats d'enseignants    FIAB-2019 à Essaouira : Beauté, innovation et responsabilité en Afrique    Révolutionnaire ! Fini les facultés à accès ouvert    Trump rejette la menace d'une destitution, les démocrates débattent    Brésil : La justice examine un recours de Lula contre sa condamnation    Artisanat : Les exportations se consolident de 12% au premier trimestre    SIAM 2019 : Plus de 850.000 visiteurs    ONU Femmes : Lancement d'une campagne contre la traite humaine au Maroc    BMCE Bank of Africa, 1ère banque au Maroc à soutenir les « Responsible Banking Principles »    Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer    Les consommateurs s'engagent sans prendre connaissance du contrat de vente    Les leaders de la contestation au Soudan suspendent leurs discussions avec l'armée    Divers    Le vélo électrique serait meilleur pour la santé mentale    Création d'un Centre de créativité pédagogique à la Faculté des sciences de Tétouan    Youssef Chiheb : Le Grand Remplacement, nouveau paradigme de l'islamophobie en Europe    Marathon de Rabat : Deux nouveaux records et une bonne prestation des Marocains    Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Divers    Un bel exemple de partenariat entre les deux rives de la Méditerranée    Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua    "La Malédiction de la dame blanche" en tête du box-office    L'œuvre du cinéaste et poète Abbas Kiarostami au cœur des Journées cinématographiques de Safi    L'Union arabe de taekwondo s'installe à Rabat    Le PPS au Kurdistan d'Irak: La diplomatie partisane agissante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La ville d'El Jadida commémore le dixième anniversaire de la disparition d'Abdelkébir Khatibi
Publié dans Libération le 14 - 03 - 2019

Un colloque international intitulé "Abdelkébir Khatibi: cheminement et empreintes" s'est ouvert, lundi soir, à El Jadida, en commémoration du dixième anniversaire de la disparition de ce sociologue et grand intellectuel, dont le nom restera à jamais associé à la capitale des Doukkala.
Dans la cité portugaise, monument historique phare de la ville, un parterre de choix s'est donné rendez-vous pour célébrer comme il se doit le souvenir d'un des penseurs les plus importants des temps modernes au Maroc. La cérémonie inaugurale de ce colloque, qui se prolongera à Rabat et Kénitra, a été lancée par une visite à la galerie Abdelkébir Khatibi, qui était parée de ses photos et de ses ouvrages, mais aussi de témoignages sur la valeur du défunt qui était, à la fois sociologue de renommée internationale, poète et écrivain d'expression française parmi les plus distingués de la littérature maghrébine.
Feu Khatibi a marqué l'histoire de la capitale des Doukkala et y a laissé une trace indélébile, s'est réjoui, à cette occasion, le secrétaire d'Etat à l'enseignement supérieur et à la recherche scientifique, Khalid Samadi, qui a salué l'adhésion totale des autorités locales et des élus à l'organisation d'un tel événement.
Il a jugé fondamental de respecter ce devoir de mémoire envers les précurseurs, afin de favoriser la culture de la reconnaissance auprès des générations montantes, a-t-il dit, rappelant que le défunt a eu droit de son vivant à toutes sortes d'honneurs et d'éloges. L'épouse du défunt, Mme Amina Khatibi, a pris la parole pour remercier toutes les parties ayant travaillé d'arrache-pied pour organiser ce colloque international, révélant que son regretté mari avait "le sens de l'humour, un humour savant et subtil", mais aussi "le don de l'émerveillement et de l'étonnement qui le poussaient à chercher la cause des choses, le pourquoi et le comment". Le colloque est organisé par l'Université Chouaïb Doukkali d'El Jadida, l'Association des Doukkala, l'Université Mohammed V de Rabat, l'EGE Rabat/Université Mohammed VI Polytechnique et l'Université Ibn Toufaïl de Kénitra.
Après la cérémonie d'ouverture officielle, le colloque reprend, mardi matin, à la Faculté des lettres et des sciences humaines d'El Jadida, avant de se poursuivre à Rabat (13 et 14 mars) et Kénitra (15 mars). Les débats et les tables rondes réuniront de brillants intellectuels et professeurs du Maroc et de l'étranger. Abdelkébir Khatibi est connu pour ses travaux sociologiques, notamment sur le roman maghrébin et les identités culturelles. Son essai "Figure de l'étranger dans la littérature française" (1987) montre comment des écrivains tels que Aragon, Duras et Barthes ont représenté dans leurs œuvres des pays et des personnages non occidentaux.
Khatibi est également connu pour ses textes sur la peinture et la calligraphie arabe, sur les partis politiques, sur l'altérité. Il fait partie des grands écrivains du Maroc, avec des romans tels que "La mémoire tatouée" (1971), "Le livre du sang" (1979) ou "Pèlerinage d'un artiste amoureux" (2006).
L'une des forces de sa pensée a été de se situer par-delà les conventions littéraires et les assignations à écrire de manière normative, et d'avoir créé, y compris dans sa correspondance ouverte avec Ghita El Khayat, des formes d'écriture immanentes pour parler de la pluralité des modes de vie et de penser, tant dans le domaine littéraire que dans celui de la politique ou des sciences sociales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.