ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Vidéo – WAC-ESS : Les supporters enflamment les gradins du complexe Moulay-Abdallah    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Messi remporte le sixième Soulier d'or de sa carrière    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouverture à Paris de l'enquête sur le crash de l'Ethiopian Airlines
Publié dans Libération le 16 - 03 - 2019

L'enquête sur les causes du crash du Boeing 737 MAX 8 en Ethiopie, passant par l'analyse des boîtes noires de l'appareil, a débuté vendredi à Paris, afin d'essayer d'élucider les causes de l'accident dans lequel 157 personnes sont mortes dimanche.
"La délégation éthiopienne menée par le chef du Bureau (éthiopien) d'enquête pour les accidents est arrivée au Bureau français d'enquêtes et d'analyses (BEA) et le processus d'enquête a débuté à Paris", a annoncé Ethiopian Airlines sur son compte Twitter.
Le BEA, près de Paris, est réputé pour son expertise dans les enquêtes sur des accidents d'avion. Il a été sollicité par les autorités éthiopiennes qui dirigent l'enquête sur l'accident, parce que ces dernières ne sont pas équipées pour examiner ces boîtes obéissant à une technologie très récente, comme l'avion qu'elles équipent.
L'organisme américain chargé de la sécurité dans les transports (NTSB) a de son côté dépêché trois enquêteurs en France pour participer aux travaux, une procédure habituelle puisqu'il s'agit d'un constructeur américain. Boeing avait plus tôt annoncé la suspension des livraisons de sa gamme 737 MAX "jusqu'à ce que nous trouvions une solution".
L'avionneur a toutefois écarté l'éventualité de réduire le rythme de production ou de fermer provisoirement des usines. Boeing produit actuellement 52 737, principalement la version MAX, par mois.
L'agence américaine de l'aviation (FAA) avait ordonné mercredi de clouer au sol "provisoirement" les Boeing 737 MAX 8 et 9 aux Etats-Unis, dans le sillage de décisions similaires des autorités de sécurité aérienne dans le monde entier.
Washington a justifié ce choix par la collecte de "nouvelles données" satellitaires fournies par le Canada, montrant des similarités entre la tragédie d'Ethiopian Airlines et celle de Lion Air, en octobre, dans la trajectoire des avions qui se sont tous deux écrasés quelques minutes après le décollage.
L'accident en Ethiopie est survenu moins de cinq mois après celui de la compagnie indonésienne Lion Air, en mer de Java, qui a tué 189 personnes.
La première boîte noire contient les paramètres de vol, la seconde les conversations et alarmes du cockpit qui ont été enregistrées jusqu'à l'accident.
Le New York Times a indiqué jeudi soir que le pilote aux commandes du Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines avait rencontré une situation d'urgence immédiatement après le décollage, demandant d'une "voix paniquée" un retour.
"Break, break, demande retour à la maison", dit le commandant aux contrôleurs aériens alors qu'il tente d'éviter deux autres vols approchant l'aéroport, selon le quotidien américain qui s'appuie sur les déclarations d'une personne ayant eu accès aux échanges entre l'équipage et les contrôleurs.
L'expression d'urgence "break, break" indique que l'équipage est confronté à une situation d'urgence que les pilotes n'arrivent pas à gérer.
Pour l'heure, rien n'a filtré sur la possibilité d'exploiter pleinement ou non ces enregistreurs de vol. Le responsable par intérim du régulateur aérien américain, Dan Elwell, a affirmé mercredi qu'ils avaient été "endommagés" lors de leur impact avec le sol.
Mais les boîtes noires étant conçues pour résister à des chocs extrêmes, "cela ne présage en rien de l'intégrité des données qu'elles contiennent", a souligné un ancien responsable du BEA.
Et si les données étaient partiellement effacées, le BEA pourrait se tourner vers le fabricant de ces enregistreurs pour les reconstituer en tout ou partie.
Le PDG de Boeing Dennis Muilenburg avait renouvelé mercredi sa "confiance totale en la sécurité du 737 MAX", affirmant que la décision de clouer au sol les avions, à l'initiative du constructeur, avait pour finalité de rassurer le grand public.
L'interdiction de vol ne devrait pas perturber sérieusement le trafic aérien mondial avec quelque 370 appareils de cette famille sur environ 19.000 avions d'au moins 100 passagers en service au niveau international, tous modèles confondus, selon des données d'Airbus.
Néanmoins, les compagnies sont confrontées à un casse-tête logistique pour réorganiser leur programme de vols avec d'autres appareils.
L'enquête sur l'accident de Lion Air a pour le moment mis en cause un dysfonctionnement du système de stabilisation en vol destiné à éviter un décrochage de l'avion, le "MCAS" (Maneuvering Characteristics Augmentation System).
Plusieurs pilotes américains ont rapporté avoir été confrontés à un dysfonctionnement de ce dispositif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.