Futsal: la sélection marocaine des personnes de petite taille affronte l'Egypte    La Tunisie instaure des cours d'éducation sexuelle, une première dans le monde islamique    Mali. Peine de mort prononcée pour l'homme qui a tué un imam    Communiqué du Bureau politique du PPS    La CMR finalise sa stratégie de transformation digitale 2020-2024    Le 19 novembre décrété «Journée du Maroc à Los Angeles»    Amnesty: Le modèle économique de Facebook et Google est une « menace » pour les « droits humains »    A Nador, interpellation de deux hommes pour trafic international de drogue et psychotropes de grande ampleur    Météo : De fortes pluies prévues vendredi dans plusieurs régions    Le départ de Mustapha Iznasni : des témoignages    Le Maroc s'achète 36 hélicoptères Apache AH-64E américains    Affaire ukrainienne: Un ambassadeur dit avoir « suivi les ordres » de Trump    Le roi saoudien appelle l'Iran à renoncer à son « idéologie expansionniste »    Giovanna Barberis «La mise en œuvre effective de la politique intégrée de la protection de l'enfance pourrait être accélérée»    Nouvelle distinction pour Auto Hall    La pénurie des infirmiers pèse sur le système de santé    Hay Mohammadi: accueil triomphal pour l'équipe du TAS    «La formation un maillon parmi tant d'autres pour structurer la filière musicale»    48es Assises de l'Union internationale de la presse francophone : Latifa Akharbach anime une table ronde    Badr Hari organise le mariage secret de Ronaldo à Marrakech    Immobilier. Toujours pas de corrélation entre transactions et prix    Accidents de la circulation : 9 morts et 1.711 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    Al Boraq: 2,5 millions de voyageurs en une année    Financement extérieur : Plus de 4 MMDH mobilisés en 2018    Le Maroc que nous voulons...    PLF 2020, M. Benchaaboun nu parmi les loups…    Billetterie en ligne : Le Raja et guichet.ma, champions de la transformation numérique du sport    Edito : Modèle    Distinction : SMAA sacré «Meilleur importateur» d'Opel    Difficulté d'accès au financement : le constat choquant du HCP    MEDays: Le monde face à la subversion et aux incertitudes    Londres, une capitale qui se déguste!    Si l'école ne parle pas la langue de ses élèves…    Les prix des actifs immobiliers repartent à la hausse    Los Angeles se met à l'heure marocaine    Driss Lachguar : Il est nécessaire de doter les femmes des compétences scientifiques et d'encadrement    La bonne opération du Onze national à Bujumbura    L'EN des locaux déroule face à la Guinée    La SGM et l'Université Mohammed V scellent un partenariat    Les joueurs de basketball au Maroc s'organisent    Habib El Malki et Fatiha Saddas élus au Conseil de l'Alliance progressiste    Le Maroc a choisi la voie du libéralisme et de l'ouverture    Les nouveautés en matière de géologie du quaternaire en débat à Kénitra    La richesse du patrimoine culturel africain célébrée à Mohammédia    Nouvelle édition du Festival international des écoles de cinéma de Tétouan    S'toon Zoo, les pros de l'impro sont de retour !    Rajae Lahlou: La quête de soi    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouverture à Paris de l'enquête sur le crash de l'Ethiopian Airlines
Publié dans Libération le 16 - 03 - 2019

L'enquête sur les causes du crash du Boeing 737 MAX 8 en Ethiopie, passant par l'analyse des boîtes noires de l'appareil, a débuté vendredi à Paris, afin d'essayer d'élucider les causes de l'accident dans lequel 157 personnes sont mortes dimanche.
"La délégation éthiopienne menée par le chef du Bureau (éthiopien) d'enquête pour les accidents est arrivée au Bureau français d'enquêtes et d'analyses (BEA) et le processus d'enquête a débuté à Paris", a annoncé Ethiopian Airlines sur son compte Twitter.
Le BEA, près de Paris, est réputé pour son expertise dans les enquêtes sur des accidents d'avion. Il a été sollicité par les autorités éthiopiennes qui dirigent l'enquête sur l'accident, parce que ces dernières ne sont pas équipées pour examiner ces boîtes obéissant à une technologie très récente, comme l'avion qu'elles équipent.
L'organisme américain chargé de la sécurité dans les transports (NTSB) a de son côté dépêché trois enquêteurs en France pour participer aux travaux, une procédure habituelle puisqu'il s'agit d'un constructeur américain. Boeing avait plus tôt annoncé la suspension des livraisons de sa gamme 737 MAX "jusqu'à ce que nous trouvions une solution".
L'avionneur a toutefois écarté l'éventualité de réduire le rythme de production ou de fermer provisoirement des usines. Boeing produit actuellement 52 737, principalement la version MAX, par mois.
L'agence américaine de l'aviation (FAA) avait ordonné mercredi de clouer au sol "provisoirement" les Boeing 737 MAX 8 et 9 aux Etats-Unis, dans le sillage de décisions similaires des autorités de sécurité aérienne dans le monde entier.
Washington a justifié ce choix par la collecte de "nouvelles données" satellitaires fournies par le Canada, montrant des similarités entre la tragédie d'Ethiopian Airlines et celle de Lion Air, en octobre, dans la trajectoire des avions qui se sont tous deux écrasés quelques minutes après le décollage.
L'accident en Ethiopie est survenu moins de cinq mois après celui de la compagnie indonésienne Lion Air, en mer de Java, qui a tué 189 personnes.
La première boîte noire contient les paramètres de vol, la seconde les conversations et alarmes du cockpit qui ont été enregistrées jusqu'à l'accident.
Le New York Times a indiqué jeudi soir que le pilote aux commandes du Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines avait rencontré une situation d'urgence immédiatement après le décollage, demandant d'une "voix paniquée" un retour.
"Break, break, demande retour à la maison", dit le commandant aux contrôleurs aériens alors qu'il tente d'éviter deux autres vols approchant l'aéroport, selon le quotidien américain qui s'appuie sur les déclarations d'une personne ayant eu accès aux échanges entre l'équipage et les contrôleurs.
L'expression d'urgence "break, break" indique que l'équipage est confronté à une situation d'urgence que les pilotes n'arrivent pas à gérer.
Pour l'heure, rien n'a filtré sur la possibilité d'exploiter pleinement ou non ces enregistreurs de vol. Le responsable par intérim du régulateur aérien américain, Dan Elwell, a affirmé mercredi qu'ils avaient été "endommagés" lors de leur impact avec le sol.
Mais les boîtes noires étant conçues pour résister à des chocs extrêmes, "cela ne présage en rien de l'intégrité des données qu'elles contiennent", a souligné un ancien responsable du BEA.
Et si les données étaient partiellement effacées, le BEA pourrait se tourner vers le fabricant de ces enregistreurs pour les reconstituer en tout ou partie.
Le PDG de Boeing Dennis Muilenburg avait renouvelé mercredi sa "confiance totale en la sécurité du 737 MAX", affirmant que la décision de clouer au sol les avions, à l'initiative du constructeur, avait pour finalité de rassurer le grand public.
L'interdiction de vol ne devrait pas perturber sérieusement le trafic aérien mondial avec quelque 370 appareils de cette famille sur environ 19.000 avions d'au moins 100 passagers en service au niveau international, tous modèles confondus, selon des données d'Airbus.
Néanmoins, les compagnies sont confrontées à un casse-tête logistique pour réorganiser leur programme de vols avec d'autres appareils.
L'enquête sur l'accident de Lion Air a pour le moment mis en cause un dysfonctionnement du système de stabilisation en vol destiné à éviter un décrochage de l'avion, le "MCAS" (Maneuvering Characteristics Augmentation System).
Plusieurs pilotes américains ont rapporté avoir été confrontés à un dysfonctionnement de ce dispositif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.