Hautes fonctions : La procédure de nomination remise à plat    Avis Locafinance ouvre une nouvelle agence à Casablanca    Wafa Assurance lance une gamme de produits à partir de 60 DH/an    Le Souss aura son Forum international en novembre prochain    Rekrute lance un simulateur de salaire gratuit    Education aux valeurs. Oui, mais quoi ?    Tunisie    Immigration clandestine : Six personnes arrêtées à Tan Tan et Laâyoune    Renversement d'un autocar à Errachidia : Le bilan grimpe à 17 morts    Le ministère de l'éducation nationale rassure    Météo: le temps qu'il fera ce mardi    Le CNDH va présenter ses recommandations d'amendement du Code pénal    L'ONU appelle à enquêter sur l'usage "excessif de la force" par la police russe    Le Hezbollah abat un drone israélien à la frontière libanaise    La Tunisie au rythme de soirées politiques télévisées inédites    Brexit: Jamais deux sans trois?    Insolite : L'hymne d'Andorre joué par erreur au coup d'envoi de France-Albanie    Les U23 ont-ils encore une chance de se qualifier ?    Une large revue d'effectif prévue par le sélectionneur national face au Niger    Il fait l'actu : Miloudi Moukharik, président de l'UMT    La Bourse de Casablanca boucle la semaine en baisse    Un haut responsable parlementaire chinois appelle à resserrer la coopération parlementaire avec le Maroc    Forte chute des prix des céréales de base et du sucre à l'échelle mondiale    Les régimes végétariens et végétaliens augmenteraient le risque d'AVC    La cigarette électronique au cœur de la polémique    Accident d'Errachidia: le chauffeur ayant pris la fuite se rend aux autorités    "Les fleurs du passé ont fleuri" Premier souffle poétique d'Alain Psaume Bouithy    "Tiwizi", une nouvelle collection pour diffuser des ouvrages académiques auprès d'un large public    "Ça" démarre fort au box-office    L'Boulevard revient dans tous ses états    Pour un nouveau contrat social (au Maroc et ailleurs)    Elections en Russie : Lourdes pertes pour le pouvoir à Moscou    Les Lionceaux et les Lions de l'Atlas logiquement accrochés    Nucléaire iranien: l'AIEA confirme l'installation de centrifugeuses avancées    Ouverture du 8ème congrès national de la Jeunesse socialiste    Mostra de Venise. Le "Joker" triomphe    La qualité l'emportera    Liban: Le Hezbollah dit avoir abattu un « drone israélien » à la frontière    La rentrée sociale !    Météo: Le temps qu'il fera ce lundi    Match amical : La sélection nationale des locaux bat le Burkina faso 1-0    La sélection nationale des locaux bat le Burkina faso    Soutien des pays d'Amérique latine à la cause nationale    Les sélections du Maroc (A, olympiques et locaux) ont des rendez-vous décisifs    Les Lions de l'Atlas accrochés à Marrakech par le Burkina Faso    La Toile selon l'art de la «halka» dans une peau comique et moderne    bdellatif El Mesnaoui : «Plusieurs scénarios souffrent d'une faiblesse structurelle»    «Eidreadathon»: Des lectures au goût de la fête    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aziz Samsaoui, l'ambassadeur de la musique arabo-andalouse en Espagne
Publié dans Libération le 19 - 03 - 2019

Quand Aziz Samsaoui est arrivé à Jaén dans les années 90 pour poursuivre ses études en ingénierie mécanique, la musique n'était à cette époque-là qu'un violon d'Ingres pour ce natif de Tétouan. Des années plus tard, cet artiste doublé d'un producteur devient une référence en Andalousie voire dans la péninsule Ibérique, quand il s'agit d'explorer les profondeurs de ces mélodies séculaires et leurs instruments à cordes.
Sa passion pour cet univers musical n'est pas là par hasard: "Je viens d'une famille artistique. Mes grands-parents jouaient à des instruments comme le luth et dès mon bas-âge, j'ai baigné dans une atmosphère où le chant et les instruments occupaient une grande place dans notre vie quotidienne", confie-t-il dans une déclaration à la MAP.
Tout jeune, l'artiste en herbe intègre le conservatoire de la musique andalouse à Tétouan pour apprendre à jouer au luth et à déchiffrer le répertoire de ce registre musical. Il ne tarda pas à intégrer l'orchestre des jeunes de cette école. "Mais j'ai dû abandonner les cours à cause d'un déménagement de la famille à Casablanca", se souvient-il. De retour à Tétouan, l'appel de la musique retentit à nouveau, mais il fallait faire un choix. "Je poursuivais mes études dans un institut technique à Tétouan. Et il m'était difficile de concilier entre l'apprentissage musical et mes études. J'ai donc privilégié mes études. Quant à la musique, je la pratiquais à mes moments libres", explique l'artiste.
Aziz nourrit sa passion à travers les spectacles qu'il animait avec son orchestre. Après l'obtention de son diplôme, il traverse le Détroit, direction Jaén pour poursuivre ses études dans le domaine de l'ingénierie. Sur place, Samsaoui ressentait, de nouveau, le besoin de gratter les cordes. Il rejoint, alors, une association locale de flamenco. "Nous avons formé un groupe de flamenco et de musique arabo-andalouse, baptisée Aranda, une contraction du mot arabe et andalou. Nous étions des étudiants et les gens nous encourageaient et assistaient aux représentations qu'on organisait dans la province de Jaén et Granada", se remémore-t-il. Auréolés par leur succès local, les jeunes musiciens se sentent pousser des ailes d'artistes accomplis.
"Nous avons même réussi à sortir notre premier album mais suite à une erreur de timing, il fut éclipsé par la sortie d'un album du grand artiste Juan Peña, dit El Lebrijano en compagnie de l'orchestre de musique andalouse de Tanger. La scène musicale n'avait d'yeux que pour lui, à notre grand regret", lâche-t-il sur un ton plaisant. Samsaoui entreprend depuis un nouveau virage dans son parcours académique, mais sans jamais perdre de vue son penchant pour le monde de la musique.
"J'ai laissé tomber mes études car à cette époque l'immigration commençait à devenir un sujet de grande importance en Espagne. J'ai opté donc pour une formation sur la médiation culturelle pour mener des projets et des actions au profit de la population migrante et j'ai intégré par la suite les services sociaux de deux départements régionaux à Jaén.
A travers cette formation, j'ai réussi à développer mon concept", étaye-t-il. De quoi s'agit-il alors ? "A cette époque, j'ai remarqué que la scène musicale péchait par la rareté de groupes musicaux offrant des spectacles singuliers, une sorte de mélange de divers courants artistiques".
Samsaoui ajoute un nouvel arc à ses instruments et devient producteur musical, en quête de la perle vocale rare.
A travers cette nouvelle casquette d'artiste producteur, il a développé des concepts sous forme de concert, rencontres, ou festivals ayant la singularité d'offrir un mélange de plusieurs confluences musicales, interprétées par des artistes qui
revisitent le répertoire musical d'antan en y ajoutant une touche de fraîcheur. Fort de ses expériences enrichissantes et de ses multiples participations à des manifestations régionales et européennes sur la musique ancestrale, Samsaoui présente aux autorités de Granada son projet culturel qui ne manqua pas de séduire.
Ainsi naquit le Festival des musiques anciennes de Granada en 2016 sous la houlette de l'artiste marocain. Pourquoi les musiques anciennes ? "Je suis un spécialiste du Psaltérion (Kanoun), l'un des instruments les plus vieux au monde. Des études ont démontré que dans la cour du roi Alfonso X de Castille, cet instrument était présent en force et c'est de cette manière qu'il fut introduit dans la musique andalouse. C'est de là que vient mon admiration pour ce style musical", explique-t-il. Le succès de la première édition lui a valu la considération des autorités de la ville andalouse.
Carrefour des musiques anciennes du monde entier, la rencontre célèbre cette année sa quatrième édition. Le directeur du festival met un point d'honneur à ce que le Maroc soit toujours présent à cette manifestation à travers ses différents courants musicaux. Pour cette édition, Samsaoui a fait appel à un orchestre féminin du Maroc, lequel se produira dans ces bijoux architecturaux datant de l'époque d'Al Andalus, qui recouvrent la vie grâce à ce voyage musical intemporel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.