Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Vidéo-Trophée Hassan II de golf : Brillante entrée en jeu de l'équipe du Prince Moulay Rachid    Mea Culpa d'Hervé Renard sur Hakim Ziyech    Un autre élément terroriste arrêté à Dakhla    Trafic de drogues : Gros coup de filet à Casablanca    Meurtres d'Imlil : Ouverture du procès le 2 mai    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    Les avocats plaident pour une réforme de fond    Espagne. Les mineurs marocains, sujets de campagne électorale    L'ESAV lance un nouveau Pôle d'excellence    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    Botola Maroc Telecom : WAC et RCA se neutralisent au terme d'un derby emballant    Fin de la visite d'une délégation du PPS au Kurdistan d'Irak    Ziyech convoité par les Merengue    Gestes et significations    Conseil National    Maroc Telecom consolide ses performances au premier trimestre    Tenue de plusieurs comités provinciaux du PPS    5ème édition du JIDAR Toiles de rue    Fuicla, un festival dédié au cinéma d'adaptation    Le SMPAD se penche sur la protection sociale    HCP : Les prix à la consommation stagnent en mars 2019    OCP: Les détails des projets en cours    Le ministère annule sa réunion avec les syndicats d'enseignants    FIAB-2019 à Essaouira : Beauté, innovation et responsabilité en Afrique    Révolutionnaire ! Fini les facultés à accès ouvert    Trump rejette la menace d'une destitution, les démocrates débattent    Brésil : La justice examine un recours de Lula contre sa condamnation    Artisanat : Les exportations se consolident de 12% au premier trimestre    SIAM 2019 : Plus de 850.000 visiteurs    ONU Femmes : Lancement d'une campagne contre la traite humaine au Maroc    BMCE Bank of Africa, 1ère banque au Maroc à soutenir les « Responsible Banking Principles »    Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer    Les consommateurs s'engagent sans prendre connaissance du contrat de vente    Les leaders de la contestation au Soudan suspendent leurs discussions avec l'armée    Divers    Le vélo électrique serait meilleur pour la santé mentale    Création d'un Centre de créativité pédagogique à la Faculté des sciences de Tétouan    Youssef Chiheb : Le Grand Remplacement, nouveau paradigme de l'islamophobie en Europe    Marathon de Rabat : Deux nouveaux records et une bonne prestation des Marocains    Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Divers    Un bel exemple de partenariat entre les deux rives de la Méditerranée    Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua    "La Malédiction de la dame blanche" en tête du box-office    L'œuvre du cinéaste et poète Abbas Kiarostami au cœur des Journées cinématographiques de Safi    L'Union arabe de taekwondo s'installe à Rabat    Le PPS au Kurdistan d'Irak: La diplomatie partisane agissante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aziz Samsaoui, l'ambassadeur de la musique arabo-andalouse en Espagne
Publié dans Libération le 19 - 03 - 2019

Quand Aziz Samsaoui est arrivé à Jaén dans les années 90 pour poursuivre ses études en ingénierie mécanique, la musique n'était à cette époque-là qu'un violon d'Ingres pour ce natif de Tétouan. Des années plus tard, cet artiste doublé d'un producteur devient une référence en Andalousie voire dans la péninsule Ibérique, quand il s'agit d'explorer les profondeurs de ces mélodies séculaires et leurs instruments à cordes.
Sa passion pour cet univers musical n'est pas là par hasard: "Je viens d'une famille artistique. Mes grands-parents jouaient à des instruments comme le luth et dès mon bas-âge, j'ai baigné dans une atmosphère où le chant et les instruments occupaient une grande place dans notre vie quotidienne", confie-t-il dans une déclaration à la MAP.
Tout jeune, l'artiste en herbe intègre le conservatoire de la musique andalouse à Tétouan pour apprendre à jouer au luth et à déchiffrer le répertoire de ce registre musical. Il ne tarda pas à intégrer l'orchestre des jeunes de cette école. "Mais j'ai dû abandonner les cours à cause d'un déménagement de la famille à Casablanca", se souvient-il. De retour à Tétouan, l'appel de la musique retentit à nouveau, mais il fallait faire un choix. "Je poursuivais mes études dans un institut technique à Tétouan. Et il m'était difficile de concilier entre l'apprentissage musical et mes études. J'ai donc privilégié mes études. Quant à la musique, je la pratiquais à mes moments libres", explique l'artiste.
Aziz nourrit sa passion à travers les spectacles qu'il animait avec son orchestre. Après l'obtention de son diplôme, il traverse le Détroit, direction Jaén pour poursuivre ses études dans le domaine de l'ingénierie. Sur place, Samsaoui ressentait, de nouveau, le besoin de gratter les cordes. Il rejoint, alors, une association locale de flamenco. "Nous avons formé un groupe de flamenco et de musique arabo-andalouse, baptisée Aranda, une contraction du mot arabe et andalou. Nous étions des étudiants et les gens nous encourageaient et assistaient aux représentations qu'on organisait dans la province de Jaén et Granada", se remémore-t-il. Auréolés par leur succès local, les jeunes musiciens se sentent pousser des ailes d'artistes accomplis.
"Nous avons même réussi à sortir notre premier album mais suite à une erreur de timing, il fut éclipsé par la sortie d'un album du grand artiste Juan Peña, dit El Lebrijano en compagnie de l'orchestre de musique andalouse de Tanger. La scène musicale n'avait d'yeux que pour lui, à notre grand regret", lâche-t-il sur un ton plaisant. Samsaoui entreprend depuis un nouveau virage dans son parcours académique, mais sans jamais perdre de vue son penchant pour le monde de la musique.
"J'ai laissé tomber mes études car à cette époque l'immigration commençait à devenir un sujet de grande importance en Espagne. J'ai opté donc pour une formation sur la médiation culturelle pour mener des projets et des actions au profit de la population migrante et j'ai intégré par la suite les services sociaux de deux départements régionaux à Jaén.
A travers cette formation, j'ai réussi à développer mon concept", étaye-t-il. De quoi s'agit-il alors ? "A cette époque, j'ai remarqué que la scène musicale péchait par la rareté de groupes musicaux offrant des spectacles singuliers, une sorte de mélange de divers courants artistiques".
Samsaoui ajoute un nouvel arc à ses instruments et devient producteur musical, en quête de la perle vocale rare.
A travers cette nouvelle casquette d'artiste producteur, il a développé des concepts sous forme de concert, rencontres, ou festivals ayant la singularité d'offrir un mélange de plusieurs confluences musicales, interprétées par des artistes qui
revisitent le répertoire musical d'antan en y ajoutant une touche de fraîcheur. Fort de ses expériences enrichissantes et de ses multiples participations à des manifestations régionales et européennes sur la musique ancestrale, Samsaoui présente aux autorités de Granada son projet culturel qui ne manqua pas de séduire.
Ainsi naquit le Festival des musiques anciennes de Granada en 2016 sous la houlette de l'artiste marocain. Pourquoi les musiques anciennes ? "Je suis un spécialiste du Psaltérion (Kanoun), l'un des instruments les plus vieux au monde. Des études ont démontré que dans la cour du roi Alfonso X de Castille, cet instrument était présent en force et c'est de cette manière qu'il fut introduit dans la musique andalouse. C'est de là que vient mon admiration pour ce style musical", explique-t-il. Le succès de la première édition lui a valu la considération des autorités de la ville andalouse.
Carrefour des musiques anciennes du monde entier, la rencontre célèbre cette année sa quatrième édition. Le directeur du festival met un point d'honneur à ce que le Maroc soit toujours présent à cette manifestation à travers ses différents courants musicaux. Pour cette édition, Samsaoui a fait appel à un orchestre féminin du Maroc, lequel se produira dans ces bijoux architecturaux datant de l'époque d'Al Andalus, qui recouvrent la vie grâce à ce voyage musical intemporel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.