Trump blanchi par son ministre, avant la publication du rapport de l'enquête russe    Incendie de la Mosquée Al Aqsa : El Othmani salue le don royal    L'Académie célèbre les 30 ans d'existence de l'option internationale du bac    Celui qui milite pour la parité homme-femme en vêtement    Plan Maroc Vert. 813 nouveaux projets dans le cadre de l'acte II    La durabilité selon Tariq Sijilmassi    Pas besoin d'en savoir plus    Le Maroc et l'Allemagne s'engagent pour le projet DIAF    Michael Kiwanuka au Jazzablanca !    Orange Cyberdefense mise sur le Maroc    Challenge Azura de rugby : Casablanca abrite la 2ème édition    Intelligence artificielle : Peut-on faire confiance aux algorithmes ?    Suicide d'un détenu à la prison de Tétouan    «La digitalisation, un défi majeur pour les petits agriculteurs»    Réunion à Rabat du Comité central de pilotage    Grève des enseignants. Le CNDH relance sa médiation    Venezuela: Maduro juge « illégales » les sanctions américaines contre la Banque centrale    Profession infirmière: Les enjeux de la spécialisation    Culture: « Le Maroc à Abu Dhabi »    L'identité plurielle assumée    Haj 1440 : 750 encadrants pour les pèlerins marocains    Indonésie: L'islam au cœur de la campagne électorale…    Les enseignants des académies prolongent leur grève jusqu'au 25 avril    Dur des portugaises!    Rabat : Violentes échauffourées après le match FAR-RSB    La Fondation BMCE Bank inaugure des unités de préscolaire à Nador    Edito : Notre-Dame la Médina    Taxation des Gafa: Le combat continue    Les camps de Tindouf, à nu    Braquages en série : Les banques visées par des bandits en herbe et d'autres professionnels    Crise des opioïdes : La prescription en chirurgie pointée du doigt    La Nasa révèle une étude capitale pour de futurs voyages interplanétaires    Un Ajax seigneurial et un Barça impérial au dernier carré de la Ligue des champions    Rude épreuve soussie pour le Wydad    CAN U17 : L'EN acculée à franchir le cap camerounais    Nasser Bourita s'entretient à Moscou avec Serguei Lavrov    Stars de la même famille : Les Coppola    Le Festival des Alizés, un rendez-vous exceptionnel à Essaouira    Marrakech célèbre le Mois du patrimoine par une multitude d'activités culturelles et artistiques    Conseil de gouvernement. L'ordre du jour du jeudi    CAN (U17) en Tanzanie: Le Maroc rate la victoire face au Sénégal    Peugeot au tournoi de tennis de Monte-Carlo    La 2e Coupe arabe des clubs portera le nom du roi Mohammed VI    Loi-cadre de l'enseignement : Amzazi et Azziman annoncés chez les conseillers    Bourita : « Le Maroc veut une solution réaliste à la question du Sahara »    Moscou : Bourita rencontre Lavrov    Fayez al-Sarraj : Une guerre en Libye pousserait plus de 800.000 migrants en Europe    Message de soutien et de solidarité de S.M le Roi au Président français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etudiants et professionnels de Santé défilent contre Bouteflika à Alger
Publié dans Libération le 21 - 03 - 2019

Des milliers d'étudiants rejoints par des professionnels de la Santé manifestaient à Alger mardi, jour anniversaire de la fin de la guerre d'indépendance, pour réclamer à nouveau le départ du président Abdelaziz Bouteflika qui avait répété la veille qu'il n'entendait pas partir.
"Les étudiants s'engagent, système dégage!", "les étudiants en colère refusent le prolongement" (du mandat du chef de l'Etat), scandent les étudiants de plusieurs campus de la capitale rassemblés sur une place du centre d'Alger, après avoir sillonné les rues.
Ils ont été rejoints par de nombreux professionnels du secteur médical (médecins, infirmiers...).
"19 mars 1962: fin de la guerre d'Algérie, 19 mars 2019: début de changement du système", indique une pancarte, en référence à l'entrée en vigueur il y a 57 ans, au lendemain de la signature des accords d'Evian, du cessez-le-feu mettant fin à la guerre d'indépendance du pays (1954-1962) contre la puissance coloniale française.
D'autres manifestations d'étudiants et de professionnels de la Santé ont été signalées dans plusieurs autres villes du pays par les médias algériens et les réseaux sociaux.
Confronté à une contestation inédite depuis son élection à la tête de l'Etat il y a 20 ans, le dirigeant de 82 ans, affaibli par les séquelles d'un AVC depuis 2013, a finalement renoncé le 11 mars à briguer un 5e mandat.
Mais il a prolongé son actuel mandat sine die en repoussant la présidentielle -initialement prévue le 18 avril- à après une future Conférence nationale chargée de réformer le pays et d'élaborer une nouvelle Constitution.
Une décision qui a été très majoritairement rejetée par la rue vendredi, le 4e consécutif de manifestations monstres à travers l'Algérie pour réclamer le départ du pouvoir de M. Bouteflika, de son entourage et du "système" au pouvoir.
Lundi soir, le chef de l'Etat a néanmoins réitéré, dans un message à l'occasion de la Fête de la Victoire du 19 mars 1962, sa volonté de remettre le pouvoir à un successeur qui sera élu lors du prochain scrutin, soit bien après l'expiration constitutionnelle de son mandat, le 28 avril.
Sur les trottoirs du centre d'Alger, de nombreux badauds et commerçants ont marqué leur soutien aux étudiants qui défilaient en reprenant leurs chants.
"Faites comme les dinosaures, disparaissez!" ou "les géologues veulent l'extinction massive du gouvernement", proclament avec humour des pancartes brandies par des étudiants en géologie.
"Tu prolonges le mandat, on prolonge le combat", peut-on lire sur une affichette tenue par une manifestante.
A Moscou, le nouveau vice-Premier ministre et chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra a confirmé que M. Bouteflika transmettrait le pouvoir à un successeur, élu "librement et en toute transparence" lors d'une présidentielle, dont la date sera définie "prochainement" par la future Conférence nationale.
La Russie - allié traditionnel de l'Algérie - est la deuxième étape d'une tournée au cours de laquelle M. Lamamra entend "rassurer les partenaires internationaux de l'Algérie", selon le quotidien gouvernemental El Moudjahid.
Comme la veille à Rome, M. Lamamra a répété que la contestation en Algérie était une affaire "strictement familiale", rejetant toute tentative d'ingérence extérieure.
"Je suis convaincu que le peuple algérien résoudra de lui-même ses problèmes", a appuyé son homologue russe Sergueï Lavrov, appelant "tous les autres pays" à "respecter strictement le principe de non ingérence".
M. Lavrov a ajouté "soutenir" les plans de sortie de crise du gouvernement algérien, via "le dialogue national basé sur la Constitution".
La presse privée algérienne était sévère mardi avec la nouvelle lettre du président Bouteflika confirmant son intention de rester au pouvoir au-delà de la fin de son mandat, estimant globalement que le chef de l'Etat persistait à ne pas répondre aux revendications des protestataires.
"C'est plus qu'un entêtement, c'est une irresponsabilité dangereuse", écrit l'éditorialiste du quotidien francophone Liberté.
Parallèlement, le nouveau Premier ministre Noureddine Bedoui, nommé le 11 mars pour remplacer le très impopulaire Ahmed Ouyahia, limogé pour tenter de calmer la contestation, poursuit ses "consultations" en vue de former un nouveau gouvernement qu'il a promis qu'il serait composé de "technocrates" et rajeuni.
Les principaux partis de l'opposition et de nombreux syndicats ont d'ores et déjà opposé une fin de non recevoir à M. Bedoui, refusant toute discussion.
Une attitude fustigée par l'éditorial d'El Moudjahid, traditionnel vecteur de messages des autorités.
"Rejeter et refuser, parler de manoeuvres et de mascarades, de mafieux et d'autres formules peu courtoises, sans entrer dans l'arène, c'est toujours plus facile et plus confortable que de proposer, d'échanger et d'argumenter", peut-on lire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.