Le Pakistan réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Tenue prochaine de la 14ème Réunion de haut niveau France-Maroc    L'ambassadeur du Royaume à Saint-Marin remet ses lettres de créance    «Raconte-moi ton Histoire-Handicap: le courage d'en parler»    La fête de l'Huma s'illumine!    Le danger plane sur nos assiettes : Lait, légumes, fruits, viande, rien n'est totalement sain, selon la Cour des comptes    L'offre mondiale de céréales plus abondante que prévu    Le Maroc présente les atouts de son offre touristique à Saint-Pétersbourg    Trump a "du mal à croire" qu'Israël ait espionné la Maison Blanche    Insolite : Venue arrêter quatre suspects, la police philippine repart avec 277 Chinois    Suspense total avant le premier tour de la présidentielle tunisienne    Italie: Le gouvernement Conte 2 obtient la confiance du Parlement    Comment le terrorisme se résilie, se régénère, se diversifie et innove    Ligue 1 : Neymar observé, tribunes scrutées    Divers sportifs    Qui d'autres que le WAC ? Sacré trois fois en cinq saisons, les Rouge et blanc semblent les mieux armés    Divers    Les nouveautés de la loi-cadre 51.17 présentées à Laâyoune    Faire de petites siestes, c'est bon pour le cœur    Ibrahim Bouslah : L'affaire Karoui, un casse-tête juridique    Sophia Hadi revisite avec brio "La chute" d'Albert Camus    Une centaine de productions étrangères tournées au Maroc en 2019    Sidi Larbi Cherkaoui, le chorégraphe référence de la danse contemporaine en Belgique    La Nouvelle Tribune et www.lnt.ma, partenaires du Wall Street Journal !    Fonds de retraite du RCAR, mise au point de la CDG    La BAD émet une obligation globale de référence de 2 milliards de dollars    Grève des pilotes : British Airways annule ses vols le 27 septembre    Surf : Le marocain Ramzi Boukhiam qualifié pour les JO 2020    La Tribune de Nas : Pas de « Karti »…er…    Une mini NBA pour les juniors marocains    Des matchs palpitants d'entrée    Coupes africaines : Voici les affiches du deuxième tour    Ouagadougou : sommet de la CEDEAO sur le terrorisme, avec la participation du Maroc    Catastrophes naturelles: Une taxe de solidarité au Conseil du gouvernement    Affaire Imlil: La partie civile réclame l'ex-ministre de la justice à la barre    Météo : quel temps fera-t-il ce samedi ?    Al Haouz : Plus de 110.000 bénéficiaires de l'initiative royale "Un million de cartables"    Inondations dans le sud-est de l'Espagne : cinq morts en deux jours, le pays sous le choc    Les manuels scolaires manquants seront disponibles entre les 17 et 20 septembre    El Jadida : Décès d'une personne placée en garde à vue    CIH: le RNPG en baisse de plus de 47% au S1-2019    L'Etat s'attaque aux chargeurs de téléphones non conformes    Négociations commerciales avec Pékin: Washington veut « des progrès substantiels »    Ouragan Dorian: 1.300 personnes non localisées aux Bahamas menacées par une nouvelle tempête    Laâraj insiste sur une renaissance culturelle pour un développement plus efficace    Les Inqualifiables poursuivent leur tournée !    Après Londres, le MACAAL accueille une grande rétrospective dédiée à Mohamed Melehi    Festival de Fès de la culture soufie: «Une autre civilisation est possible»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bank Al-Maghrib décide de maintenir inchangé le taux directeur
Publié dans Libération le 21 - 03 - 2019

Le Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) a jugé que le niveau actuel du taux directeur de 2,25% reste approprié et a décidé de le maintenir inchangé, à l'issue de sa première session de l'année 2019 tenue mardi 19 mars.
Après analyse de l'évolution récente de la conjoncture économique et des projections macroéconomiques établies par la Banque pour les huit prochains trimestres, le Conseil a noté que l'inflation a terminé l'année 2018 avec une moyenne de 1,9%, tirée essentiellement par celle des produits alimentaires à prix volatils.
Selon les prévisions de Bank Al-Maghrib, elle décélèrerait à 0,6% en 2019 avant de s'établir à 1,1% en 2020, portée par la hausse prévue de sa composante sous-jacente. Cette dernière, après une baisse prévue à 0,8% en 2019 atteindrait 1,4% en 2020, en lien avec l'amélioration attendue de la demande intérieure.
D'après BAM, les dernières données publiées par le HCP indiquent un ralentissement de la progression du PIB au troisième trimestre de 2018 à 3% au lieu de 3,9% à la même période un an auparavant. Tenant compte des informations infra-annuelles disponibles, la croissance pour l'ensemble de l'année 2018 se serait établie, selon ses prévisions à 3,1% après 4,1% en 2017, avec une décélération de la valeur ajoutée agricole de 15,4 à 4,3% et une légère hausse du rythme des activités non agricoles de 2,7 à 2,9%. Celles-ci continueraient à s'améliorer, quoique lentement, leur valeur ajoutée devant augmenter de 3,4% en 2019 puis de 3,8% en 2020.
Pour le secteur agricole, sur la base des données climatiques disponibles au 10 mars, la Banque table sur une production céréalière autour de 60 millions de quintaux et un recul de la valeur ajoutée agricole de 3,8%. Cette dernière s'accroîtrait de 6% en 2020, sous l'hypothèse d'une récolte autour de 80 millions de quintaux. Au total, la croissance nationale resterait limitée à 2,7% en 2019 avant de s'accélérer à 3,9% en 2020.
Sur le marché du travail, la situation a connu en 2018 une relative amélioration en termes de création d'emplois, avec 112 mille nouveaux postes dont 65 mille dans les services, selon Bank Al-Maghrib. Tenant compte d'une entrée nette de 64 mille demandeurs d'emploi, le taux d'activité a poursuivi sa tendance baissière, revenant d'une année à l'autre de 46,7 à 46,2%.
Dans ces conditions, le taux de chômage a reculé de 10,2 à 9,8% au niveau national et de 14,7 à 14,2% en milieu urbain où il est resté, toutefois, très élevé parmi les jeunes de 15 à 24 ans, atteignant 43,2%.
Au plan des comptes extérieurs, les données provisoires de 2018 font ressortir une performance notable des exportations de biens qui a concerné l'ensemble des secteurs dont notamment les phosphates et dérivés, la construction automobile et les produits agricoles et agroalimentaires. En parallèle, les importations ont été marquées par l'alourdissement de la facture énergétique et l'augmentation des achats de biens d'équipement.
Pour les autres principales rubriques du compte courant, et après des hausses importantes en 2017, les recettes de voyage ont progressé de 1,5% à 73,2 milliards de dirhams, alors que les transferts des MRE ont reculé de 1,7% à 64,8 milliards de dirhams.
Tenant compte également d'une entrée de dons du CCG de 2,8 milliards de dirhams, après 9,5 milliards un an auparavant, le déficit du compte courant se serait creusé de 3,6% du PIB en 2017 à 5,2% en 2018. Il s'allègerait à 4,1% en 2019 et à 3,4% en 2020, sous l'effet notamment de la baisse prévue des importations énergétiques et de la décélération des achats de biens d'équipement.
Cette évolution suppose également des entrées de dons des pays du CCG de 2 milliards de dirhams en 2019 et de 1,8 milliard en 2020. Pour ce qui est des opérations financières, les recettes des IDE ont atteint l'équivalent de 4,1% du PIB en 2018 et devraient revenir à 3,4% du PIB en 2019 et en 2020. Dans ces conditions et au regard des sorties prévues du Trésor à l'international, les réserves internationales nettes passeraient de 231 milliards de dirhams en 2018 à 239 milliards en 2019 avant de revenir à 236 milliards en 2020, continuant ainsi d'assurer la couverture d'un peu plus de 5 mois d'importations de biens et services.
S'agissant des conditions monétaires, après une stabilité en 2018, le taux de change effectif réel devrait s'apprécier de 0,7% en 2019, l'écart d'inflation entre le Maroc et ses principaux partenaires et concurrents ne devant que partiellement contrebalancer l'appréciation nominale attendue du dirham.
En 2020, avec la dissipation prévue de cette dernière, il devrait se déprécier de 0,5%. En ce qui concerne les taux débiteurs, ils ont poursuivi leurs baisses trimestrielles, revenant à 5,06% en moyenne au quatrième trimestre de 2018, avec en particulier des reculs de 28 points de base pour les prêts aux entreprises et de 11 points pour ceux aux particuliers.
Quant au crédit au secteur non financier, sa progression a ralenti à 3,1% au terme de 2018, reflétant essentiellement une nette décélération des prêts aux entreprises privées, et devrait maintenir ce rythme en 2019 avant de s'accélérer à 4,4% en 2020.
Concernant les finances publiques, les données arrêtées à fin 2018 montrent une amélioration des ressources ordinaires de 1,8%, résultat d'une augmentation de 4,2% à 234,9 milliards des recettes fiscales, et d'un recul de celles non fiscales lié essentiellement à une diminution des dons des pays du CCG.
Quant aux dépenses globales, elles ont connu un alourdissement de 2,4%, recouvrant principalement des hausses au titre des autres biens et services de 5,5% à 62,2 milliards et de la charge de compensation de 15,6% à 17,7 milliards, ainsi qu'une baisse de l'investissement de 2% à 65,7 milliards.
Au total, l'exécution budgétaire s'est soldée par un creusement du déficit à 41,4 milliards de dirhams ou l'équivalent de 3,7% du PIB contre un objectif de 3% retenu dans la loi de Finances.
A moyen terme, le processus de consolidation budgétaire devrait, selon les prévisions de BAM, ralentir, le déficit, hors privatisation, étant prévu de s'établir à 4,1% du PIB en 2019 avant de revenir à 3,5% du PIB en 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.