La déconcentration administrative: un enjeu de démocratie    PAM: Les dissidents reportent le congrès    Début de semaine mitigé    Le marché pétrolier en ébullition    L'Boulevard 2019: La relève sur un tremplin    Tremplin 2019: Une 19e édition et un esprit toujours aussi bon enfant    Skhirat: 1ère réunion du comité de pilotage de la 3e phase de l'INDH    Suivez en direct: PSG vs Real Madrid et Atlético Madrid vs Juventus    Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean : Le marocain Mustapha Fahmi primé    OCP renforce sa position de leader en Asie    Le déficit de liberté économique, une menace pour la démocratie    Insolite : Héritage dépensé    Pedro Sanchez : J'espère que les Espagnols donneront une majorité plus large au Parti socialiste    News    Dakar salue l'engagement infaillible de S.M le Roi en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique    Liverpool chute, l'Ajax carbure et le Barça s'en tire à bon compte    Djorkaeff à la tête de la Fondation Fifa    Le Onze national des locaux attendu aujourd'hui à Alger    Amadou Ba : Le soutien à l'intégrité territoriale du Maroc est une constante de la diplomatie sénégalaise    Des centaines de poissons morts asphyxiés en bordure de l'Oued Massa    L'accès des enfants réfugiés à la scolarisation, une initiative assurément louable    Le Maroc et le Danemark scellent un nouveau partenariat dans le domaine de la statistique    Les produits du terroir jouent un rôle clé dans le développement agricole durable    Le développement de la flotte de RAM, un prérequis pour mieux servir le tourisme national    Le Festival international du film de femmes à Salé lance la nouvelle saison culturelle    Mouna Fettou: Nous avons besoin d'une véritable industrie cinématographique    Le Maroc invité d'honneur du Festival d'Helsinki de la musique sacrée    Trump annonce un durcissement « substantiel » des sanctions contre l'Iran    Tourisme : La tendance positive du début d'année se confirme    U.S. Seeks to Heighten Scrutiny of Foreign Investment in Tech, Infrastructure, Data    Brexit : le risque d'un « No-deal » est très réel    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Rapport de la Cour des comptes : Tamek tire à boulets rouges sur Jettou    Maroc-France. Appel à projet pour l'enseignement des soft skills à l'université    Guaido poursuivi pour ses liens présumés avec des narco-trafiquants    Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Moga Festival ou l'avant-garde de la musique électronique    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Incendies: Fermeture de milliers d'écoles en Indonésie et en Malaisie    La « Cour suprême » de Facebook pourra annuler les décisions de Mark Zuckerberg    Sahara : A quoi joue l'Espagne ?    Le Professeur Rachid Yazami reçoit à Paris le Prix de l'Investisseur arabe    Tourisme à Essaouira : Des progrès notables, mais encore des efforts à fournir    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Météo: le temps qu'il fera ce mercredi    Divers    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Indigo" de Salma Bargach, un film marocain de classe mondiale
Publié dans Libération le 22 - 03 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/31843533-29884776.jpg?v=1553174321" alt=""Indigo" de Salma Bargach, un film marocain de classe mondiale" title=""Indigo" de Salma Bargach, un film marocain de classe mondiale" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/31843533-29884776.jpg?v=1553174331" alt=""Indigo" de Salma Bargach, un film marocain de classe mondiale" title=""Indigo" de Salma Bargach, un film marocain de classe mondiale" width="708" /
Le film "Indigo" de la réalisatrice marocaine Salma Bargach, est une production de classe mondiale, a estimé le critique de cinéma syrien Maher Anjari. Projeté mardi soir dans le cadre du 8ème Festival de Louxor du cinéma africain, "Indigo" éblouit par son style narratif, sa musique et son dialogue très profond analogue à celui des cinéastes attitrés à l'échelle mondiale, a indiqué Maher Anjari dans une déclaration à la MAP. Durant 90 minutes, Salma Bargach propose un cinéma raffiné qu'elle a subtilement adossé à un style captivant, à une musique qui lui est propre et à des prises de vue très accrocheuses, a-t-il ajouté. Pour lui, la réalisatrice marocaine a aussi réussi le pari du choix des personnages, campés avec brio par les acteurs de ce long-métrage. Sur les rôles joués par des enfants au cinéma, Anjari a affirmé que Salma Bargach a su composer avec la fillette qui a joué le rôle principal. Concernant l'évolution du cinéma marocain ces dernières années, Anjari a souligné qu'il suit de près plusieurs réalisateurs marocains, aussi bien les vétérans que les nouveaux visages du 7ème art national. "Au Maroc, il y a vraiment une industrie cinématographique qui a acquis ses lettres de noblesse sur les plans arabe, africain et international", a-t-il poursuivi.
Deuxième long-métrage de Salma Bargach après "La 5ème corde", "Indigo" relate l'histoire de Nora, une fillette de 13 ans qui se sent abandonnée. Après un choc émotionnel, elle se réfugie dans le monde de la voyance pour échapper à la brutalité de son frère Mehdi. Elle découvre ensuite un cadeau qui pèsera sur elle comme une malédiction et provoquera des malentendus autour d'elle.
Née à Casablanca en 1966, Salma Bargach a étudié l'art et le cinéma expérimental à la Sorbonne à Paris. Elle a réalisé des courts-métrages avant de se lancer dans le long-métrage et a soutenu un doctorat sur le thème "Le statut et le rôle de la femme dans le cinéma marocain".
Rappelons que le 8ème Festival de Louxor du cinéma africain, dont la Tunisie est l'invitée d'honneur, est placé sous le thème "Cinéma ... Autres vies" et connaît la participation de 102 films représentant 36 pays africains.
Le Maroc participe à la compétition officielle avec deux long métrages, à savoir "La guérisseuse" de Mohamed Zineddaine et "Indigo" de Salma Bargach. S'agissant de la compétition des courts-métrages, le Royaume est en lice avec le film "Ales" de Faiçal Ben et le film franco-marocain "Yasmina" de Claire Cahen et Ali Esmili. Dans la compétition des films de libération, le Maroc participe avec le film "Urgent", de Mohcine Basri.
Dans la catégorie "Sélection officielle hors compétition", le cinéma marocain est représenté par deux films, à savoir "Nomades", une coproduction maroco-française d'Olivier Cousssemacq, et "Tikita A'Soulima", d'Ayoub Lyoussifi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.