Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Baisser les impôts et élargir l'assiette, un vrai casse-tête    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Fès à l'heure du 2ème Salon régional de l'économie sociale et solidaire    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    De Zemamra à Azemmour    Khalid Naciri au Forum de la MAP    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Après le fiasco d'Hanoi, Kim ravive les « liens historiques » avec Moscou    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Indigo" de Salma Bargach, un film marocain de classe mondiale
Publié dans Libération le 22 - 03 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/31843533-29884776.jpg?v=1553174321" alt=""Indigo" de Salma Bargach, un film marocain de classe mondiale" title=""Indigo" de Salma Bargach, un film marocain de classe mondiale" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/31843533-29884776.jpg?v=1553174331" alt=""Indigo" de Salma Bargach, un film marocain de classe mondiale" title=""Indigo" de Salma Bargach, un film marocain de classe mondiale" width="708" /
Le film "Indigo" de la réalisatrice marocaine Salma Bargach, est une production de classe mondiale, a estimé le critique de cinéma syrien Maher Anjari. Projeté mardi soir dans le cadre du 8ème Festival de Louxor du cinéma africain, "Indigo" éblouit par son style narratif, sa musique et son dialogue très profond analogue à celui des cinéastes attitrés à l'échelle mondiale, a indiqué Maher Anjari dans une déclaration à la MAP. Durant 90 minutes, Salma Bargach propose un cinéma raffiné qu'elle a subtilement adossé à un style captivant, à une musique qui lui est propre et à des prises de vue très accrocheuses, a-t-il ajouté. Pour lui, la réalisatrice marocaine a aussi réussi le pari du choix des personnages, campés avec brio par les acteurs de ce long-métrage. Sur les rôles joués par des enfants au cinéma, Anjari a affirmé que Salma Bargach a su composer avec la fillette qui a joué le rôle principal. Concernant l'évolution du cinéma marocain ces dernières années, Anjari a souligné qu'il suit de près plusieurs réalisateurs marocains, aussi bien les vétérans que les nouveaux visages du 7ème art national. "Au Maroc, il y a vraiment une industrie cinématographique qui a acquis ses lettres de noblesse sur les plans arabe, africain et international", a-t-il poursuivi.
Deuxième long-métrage de Salma Bargach après "La 5ème corde", "Indigo" relate l'histoire de Nora, une fillette de 13 ans qui se sent abandonnée. Après un choc émotionnel, elle se réfugie dans le monde de la voyance pour échapper à la brutalité de son frère Mehdi. Elle découvre ensuite un cadeau qui pèsera sur elle comme une malédiction et provoquera des malentendus autour d'elle.
Née à Casablanca en 1966, Salma Bargach a étudié l'art et le cinéma expérimental à la Sorbonne à Paris. Elle a réalisé des courts-métrages avant de se lancer dans le long-métrage et a soutenu un doctorat sur le thème "Le statut et le rôle de la femme dans le cinéma marocain".
Rappelons que le 8ème Festival de Louxor du cinéma africain, dont la Tunisie est l'invitée d'honneur, est placé sous le thème "Cinéma ... Autres vies" et connaît la participation de 102 films représentant 36 pays africains.
Le Maroc participe à la compétition officielle avec deux long métrages, à savoir "La guérisseuse" de Mohamed Zineddaine et "Indigo" de Salma Bargach. S'agissant de la compétition des courts-métrages, le Royaume est en lice avec le film "Ales" de Faiçal Ben et le film franco-marocain "Yasmina" de Claire Cahen et Ali Esmili. Dans la compétition des films de libération, le Maroc participe avec le film "Urgent", de Mohcine Basri.
Dans la catégorie "Sélection officielle hors compétition", le cinéma marocain est représenté par deux films, à savoir "Nomades", une coproduction maroco-française d'Olivier Cousssemacq, et "Tikita A'Soulima", d'Ayoub Lyoussifi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.