«La digitalisation, un défi majeur pour les petits agriculteurs»    Réunion à Rabat du Comité central de pilotage    Fondation Attijariwafa bank: Intelligence Artificielle, les algorithmes ont-ils toujours raison ?    Venezuela: Maduro juge « illégales » les sanctions américaines contre la Banque centrale    Les Etats-Unis suspendus à la publication du rapport final de l'enquête russe    En Libye, les combats font rage aussi sur les réseaux sociaux    Profession infirmière: Les enjeux de la spécialisation    Grève des enseignants. Le CNDH relance sa médiation    Couverture santé Universelle: Un défi que le Maroc relèvera    L'allaitement maternel, «un premier pas pour la prévention de l'obésité»    Culture: « Le Maroc à Abu Dhabi »    Notre-Dame : Cinq choses à savoir sur la numérisation des monuments    Indonésie: L'islam au cœur de la campagne électorale…    Haj 1440 : 750 encadrants pour les pèlerins marocains    SIAM2019. Le GCAM et l'AFD actent une ligne de crédit axée sur l'agriculture durable    SIAM 2019, une édition bilan de 10 années de révolution agricole    Les enseignants des académies prolongent leur grève jusqu'au 25 avril    L'identité plurielle assumée    SIAM 2019, opportunité en or pour la coopération agricole intra-Afrique    Dur des portugaises!    La Fondation BMCE Bank inaugure des unités de préscolaire à Nador    Rabat : Violentes échauffourées après le match FAR-RSB    Ambiances Soul et Disco-Funk à la 14e édition de Jazzablanca    Edito : Notre-Dame la Médina    Taxation des Gafa: Le combat continue    Les camps de Tindouf, à nu    Rude épreuve soussie pour le Wydad    Braquages en série : Les banques visées par des bandits en herbe et d'autres professionnels    Crise des opioïdes : La prescription en chirurgie pointée du doigt    CAN U17 : L'EN acculée à franchir le cap camerounais    Nasser Bourita s'entretient à Moscou avec Serguei Lavrov    La Nasa révèle une étude capitale pour de futurs voyages interplanétaires    Le Pays basque, locomotive industrielle d'une Espagne fragile    Un Ajax seigneurial et un Barça impérial au dernier carré de la Ligue des champions    Stars de la même famille : Les Coppola    Le Festival des Alizés, un rendez-vous exceptionnel à Essaouira    Marrakech célèbre le Mois du patrimoine par une multitude d'activités culturelles et artistiques    La 2e Coupe arabe des clubs portera le nom du roi Mohammed VI    Conseil de gouvernement. L'ordre du jour du jeudi    CAN (U17) en Tanzanie: Le Maroc rate la victoire face au Sénégal    Peugeot au tournoi de tennis de Monte-Carlo    Loi-cadre de l'enseignement : Amzazi et Azziman annoncés chez les conseillers    Ligue des champions. Eliminée, la Juventus Turin chute de plus de 20% en Bourse    Bourita : « Le Maroc veut une solution réaliste à la question du Sahara »    Moscou : Bourita rencontre Lavrov    Des scientifiques implantent à des singes un gène du cerveau humain    Message de soutien et de solidarité de S.M le Roi au Président français    Fayez al-Sarraj : Une guerre en Libye pousserait plus de 800.000 migrants en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Attijariwafa bank affiche une progression soutenue de ses résultats
Publié dans Libération le 23 - 03 - 2019

Attijariwafa bank a clôturé l'année 2018 sous de bons auspices, grâce au bon comportement de son activité, à l'amélioration des risques au Maroc et à la contribution positive de ses filiales à l'international, permettant ainsi à son PDG, Mohamed El Kettani, de relever en toute sérénité et confiance la progression soutenue des résultats de la banque au terme de l'année écoulée.
Lors d'une rencontre consacrée à la présentation de ses résultats annuels au titre de l'exercice 2018, tenue récemment à son siège, la banque a ainsi indiqué qu'elle a réalisé un résultat net part du groupe (RNPG) en amélioration de 5,8% à 5,7 milliards de dirhams.
Grâce, notamment, à la hausse des crédits, le produit net bancaire (PNB) s'est élevé à 22,4 milliards de dirhams, correspondant à une progression de 3,4%. Tandis que « le résultat d'exploitation s'est amélioré de 4,6% à 9,9 milliards de dirhams, bénéficiant de la baisse de 20,5% du coût du risque consolidé à 1,7 milliard de dirhams (0,53% rapporté aux crédits) », a souligné le top management d'Attijariwafa bank.
Selon les explications du PDG, l'évolution du RNPG a été portée par l'ensemble des pôles d'activités, citant en particulier les performances de la Banque au Maroc, en Europe et Tanger Offshore (BMET) qui a affiché une croissance de +15,0%, suite à une progression soutenue des crédits et à une bonne maîtrise des charges et des risques.
Cette évolution a été aussi soutenue par la Banque de détail à l'international (BDI) dont les bénéfices ont progressé de +2,9 % en dépit d'une évolution contrastée entre les différents pays de présence et l'existence d'éléments non-récurrents négatifs, a-t-il noté.
En revanche, la banque a observé un repli de 7,0% des Sociétés de financement spécialisées (SFS), consécutif à la hausse du coût du risque du crédit à la consommation et du crédit-bail, et à une baisse de 50,5% de l'Assurance qui a été impactée par l'augmentation de la sinistralité automobile et de sinistres de pointe, a précisé le top managent.
Commentant l'activité bancaire au Maroc, Mohamed El Kettani a noté que la croissance des dépôts, qui s'est globalement décélérée entre 2017 et 2018, a été de 3% contre 5% une année auparavant alors que les crédits à l'économie se sont accrus de 6% contre 3% l'année d'avant.
Concernant l'évolution des dépôts et des crédits à l'économie, il ressort qu'entre 2012 et fin décembre 2018, « Attijariwafa bank a gagné 9 points de base au niveau des parts de marché des dépôts et 2,18 points au niveau des crédits à l'économie. Il faut dire qu'on a enregistré une très belle évolution au niveau de la distribution avec un saut d'un peu plus de 27% de part de marché dans les crédits à l'économie », a-t-il indiqué ajoutant, s'agissant de la contentialité, que celle-ci s'est améliorée entre 2017 et 2018.
Sur sa stratégie d'accompagnement de l'économie nationale, le PDG a assuré que la banque continue à financer plus d'1 ménage sur 3 au niveau du Maroc et qu'à fin 2018, elle a distribué 20 milliards de DH de crédits nouveaux en faveur des ménages et financé 700.000 ménages : 8 milliards de DH au niveau des crédits à la consommation et 8 autres au niveau des crédits au logement, en plus de quelques facilités accordées sur les comptes des particuliers.
Grâce à son réseau de proximité auprès des classes moyennes essentiellement, la part de marché d'Attijariwafa « s'est améliorée entre décembre 2015 et décembre 2018. Puisque pour les crédits immobiliers acquéreurs, notre part qui était de 23,90% en 2015 s'est accrue pour atteindre 25,94% à fin décembre 2018, soit un peu plus que le quart de tout le marché de clients acquéreurs au Maroc », a-t-il fait savoir.
Par ailleurs, outre les 100.000 nouveaux crédits qui ont été distribués aux TPE sur les cinq dernières années, la banque a également indiqué avoir accordé une enveloppe de crédits de 8 milliards de DH aux TPE contre 7 milliards 100 millions une année auparavant, soit une croissance de 20% par rapport à l'exercice 2017.
Pour les PME, « nous avons confirmé notre avance en matière d'émission de crédit et avons réalisé 53% de taux de captation de tous les crédits distribués en 2018 en faveur des PME».
Restée relativement discrète jusqu'à présent sur le paiement électronique, la banque a cependant attiré l'attention sur la qualité de son offre digitale que des « structures indépendantes » considèrent comme la plus aboutie du marché. Ce qui se traduit par une place de leader.
A ce propos, précisons que la part de la banque digitale dans les transactions est passée de 43,05% en 2017 à 68,7% en 2018, soit un gain de 25,7 points ; tandis que la part de marché dans les paiements électroniques a gagné 1,8 point passant de 28,3% en 2017 à 30,1% en 2018.
« Avec 30,1% de part de marché à fin décembre, on a gagné 6,5 points par rapport à 2013. Donc, on est de loin la banque la plus digitale au Maroc », a conclu M. Kettani.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.