Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Akhannouch appelle à favoriser l'emploi des jeunes    Marrakech devient, pour deux jours, capitale mondiale de la Justice    Maroc Telecom : progression de 10% des abonnés    Jouahri primé à Washington pour la troisième année consécutive    Etablissements et entreprises publics : Un investissement prévisionnel de plus de 101 milliards de dirhams en 2020    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Dernier tour qualificatif pour le CHAN-2020 : Le Maroc se qualifie haut la main    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Agadir célèbre la tolérance en musique    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Top Performer RSE 2019. Attijariwafa bank distingué    Chambre des représentants. Comment réformer la séance des questions orales ?    Au-delà d'une LDF    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    PPS: l'opposition pour l'édification d'une alternative démocratique    Les Botolistes proches de la qualification    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fayez al-Sarraj : Une guerre en Libye pousserait plus de 800.000 migrants en Europe
Publié dans Libération le 17 - 04 - 2019

Une guerre en Libye pourrait pousser plus de 800.000 migrants vers les côtes européennes, a prévenu lundi Fayez al-Sarraj, le chef du Gouvernement d'union nationale (GNA), dans des entretiens à deux journaux italiens.
"Il n'y aurait pas seulement 800.000 migrants potentiellement prêts à partir, il y aurait les Libyens fuyant cette guerre, tandis que dans le sud de la Libye les terroristes (du groupe) de l'EI (Etat islamique) ont repris leurs actions", a martelé M. Sarraj au quotidien La Republicca.
La Libye est un pays de destination et de transit vers les côtes européennes pour des migrants africains, qui y seraient plusieurs centaines de milliers.
Dans la soirée, le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, a reçu le vice-Premier ministre du GNA, Ahmed Meitig.
M. Conte "a souligné la nécessité que les forces de l'ANL (l'Armée nationale libyenne, autoproclamée par le maréchal Haftar) se retirent et a exhorté toutes les parties concernées à conclure rapidement un cessez-le-feu et une trève humanitaire", avant la mise en place d'une solution politique, a annoncé le bureau du chef du gouvernement italien.
Dans une interview à La Repubblica lundi matin, M. Meitag avait cependant dénoncé un "coup d'Etat" de Khalifa Haftar qui va selon lui plonger le pays dans "une guerre civile de 30 ans" et a mis en garde la communauté internationale contre toute tentative de négociation avec lui.
"Nous sommes face à une guerre d'agressions qui pourra diffuser son cancer dans toute la Méditerranée", a pour sa part insisté M. Sarraj. "L'Italie et l'Europe doivent être unies et fermes pour bloquer la guerre d'agression de Khalifa Haftar, un homme qui a trahi la Libye et la communauté internationale", a-t-il ajouté.
Des combats violents opposent depuis le 4 avril dans la banlieue sud de Tripoli les forces du Gouvernement d'union nationale, reconnu par la communauté internationale, à l'Armée nationale libyenne autoproclamée du maréchal Haftar, l'homme fort de l'est libyen, qui souhaite s'emparer de la capitale, le siège du GNA.
"Le général Haftar dit qu'il attaque les terroristes, mais ici il n'y a que des civils", a aussi affirmé M. Sarraj au Corriere della sera. "Ils sont en train d'attaquer les structures civiles, les routes, les écoles, les maisons, l'aéroport et les structures médicales: ambulances et hôpitaux".
Alors que le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini (extrême droite), martèle depuis plusieurs jours que les ports italiens resteront fermés, le vice-Premier ministre Luigi Di Maio a immédiatement réagi aux propos de M. Sarraj: "Nous ne permettrons jamais que 800.000 migrants arrivent en Italie".
M. Di Maio a aussi répété qu'en matière migratoire, l'ensemble de l'Europe devait intervenir à travers "une politique de redistribution des migrants" et "une politique de coopération pour stabiliser la Libye".
L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a pour sa part assuré sur les réseaux sociaux qu'il était "impossible de prédire le nombre de personnes qui pourraient partir de Libye". "Actuellement la préoccupation est pour la sécurité des civils et des migrants dans le pays", a-t-elle ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.