La concurrence loyale et équitable, un levier de croissance économique    Election présidentielle. Marine Le Pen devance la liste Macron    Un marocain remporte le marathon de Poitiers-Futuroscope    Le Maroc et l'Espagne préparent l'opération Marhaba    L'ex-manager de Stan Lee arrêté pour abus de faiblesse    Marouane Chamakh prend sa retraite    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Les Berkanis à un pas du sacre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Une réaction curieusement ingrate!    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Banque privée : Les principaux requis de succès    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Benabdelkader : Le citoyen est au cœur des préoccupations du service public
Publié dans Libération le 22 - 04 - 2019

Les participants à un colloque national, organisé vendredi à Oujda, ont examiné des sujets liés aux dispositions de la Charte nationale de déconcentration administrative, selon des approches et visions multidimensionnelles.
Initiée par la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales d'Oujda, cette rencontre a été l'occasion de souligner l'importance du chantier de déconcentration administrative, en ce sens qu'il ambitionne d'accompagner la régionalisation avancée et de promouvoir le développement socioéconomique ainsi que d'encourager les investissements, créer davantage d'emplois, consolider la politique de proximité territoriale et optimiser les services publics locaux.
Selon les intervenants, la Charte vise également à définir les nouveaux principes et règles devant gérer les relations entre les différentes composantes de l'administration centrale et les services déconcentrés de façon à assurer la complémentarité, la concordance, la cohésion et le contrôle selon la logique de la convergence des politiques publiques à l'échelle territorial.
S'exprimant à cette occasion, le ministre délégué chargé de la Réforme de l'administration et de la Fonction publique, Mohamed Benabdelkader, a indiqué que la déconcentration administrative des services de l'Etat est de nature à accompagner la régionalisation avancée et consiste en le transfert d'une partie des compétences aux services déconcentrés à l'échelle locale.
La Charte de déconcentration administrative et la Charte des services publics qui fait l'objet de concertations entre les différents départements ministériels concernés, vont contribuer à l'amélioration de l'administration marocaine notamment en ce qui concerne la culture, l'organisation et le modèle administratifs. Le modèle administratif prend en compte toutes les dimensions liées au service public dont notamment la simplification des procédures administratives, la communication et le bon accueil, explique Mohamed Benabdelkader, notant que le citoyen demeure au cœur des préoccupations du service public.
Le but de l'instauration d'une nouvelle culture administrative, a-t-il dit, est de développer «une administration de services qui est constamment au service du citoyen».
Pour sa part, le doyen de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales d'Oujda, Abdellah Idrissi a considéré que la déconcentration administrative se veut un choix stratégique et un défi central susceptible d'améliorer la gestion administrative au niveau local.
La réussite de ce chantier est tributaire de l'adoption d'une approche globale visant la création d'un système cohérent et complémentaire et l'élaboration de règles flexibles de façon à favoriser la complémentarité entre la déconcentration, la décentralisation et la régionalisation avancée, a-t-il expliqué.
Le but étant de relever les défis de l'efficacité et de l'efficience dans la gestion administrative ainsi que de réaliser les objectifs de développement intégré, a-t-il conclu.
De son côté, le secrétaire général de la Wilaya de l'Oriental, Abderrzak El Gourji, a mis en avant l'importance du chantier de la déconcentration administrative qui constitue «non seulement une simple délégation de pouvoirs, mais un véritable transfert des prérogatives et de fonds nécessaires au profit des services déconcentrés».
La déconcentration administrative est un système complétant la décentralisation administrative, a-t-il dit, notant que les deux concepts vont de pair pour assurer une meilleure gestion de la chose locale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.