Facebook lance sa cryptomonnaie, les Etats froncent les sourcils    Trump lance sa campagne pour 2020 sur un air de 2016    En pleine tension avec l'Iran, Trump contraint de changer de ministre de la Défense    Succession de May : Boris Johnson en position de force    SM le Roi félicite Younes Moujahid suite à son élection à la tête de la FIJ    Mondial 2022: Michel Platini placé en garde à vue    un groupe marocain compte racheter le club français FC Sochaux    OPV de Maroc Telecom. Les précisions du wali de Bank Al-Maghrib    Femmes, l'éternel défi    Comment mieux financer le système de santé    Relation Client. Intelcia se développe au Sénégal    Akhannouch : Le plan de développement rural a soutenu plus de 20 000 projets    Sahara : Hilale «corrige» un responsable algérien    CAN-2019 : Arrivée des Lions de l'Atlas en Egypte    Championnat du monde de Muay Thai, le 22 juin à Marrakech    Doukkali : Le Maroc soigne les immigrés, en situation régulière ou pas    Terres soulaliyates : Présentation de trois projets de loi par Laftit    Visas espagnols. Une nouvelle formule pour désengorger le service    Fête de la musique. Casablanca sort le grand jeu    Réguler le Net, un impératif    Rabat. Arrestation du chauffeur d'un autocar pour trafic de drogues    Accidents de la circulation. 29 morts et 1.982 blessés durant la semaine dernière    Francophonie parlementaire: El Malki donne le la    S.M le Roi félicite Younes Moujahid pour son élection à la tête de la FIJ    Divers    Le Maroc domine le Championnat d'Afrique de sambo et taïjitsu    L'équipe nationale de boxe en stage de préparation à Cuba    Divers sportifs    La culture marocaine célébrée à Liège    Emblématiques de Chypre, les mouflons suscitent l'ire des agriculteurs    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    Les emplois liés aux énergies renouvelables soutiennent la durabilité socioéconomique    Mise en place des mesures d'accompagnement pour faciliter le déplacement et le séjour des supporters du Onze national    Les applications pour dormir rendent… insomniaques !    Lutte contre la déperdition scolaire à Essaouira    Le Maroc, une base importante pour le groupe Suez en Afrique    Insolite : Fan de l'univers Marvel    Ces tournages qui ont tourné au drame : The Warrens of Virginia    Lancement des programmes "Tarfaya Moubadara" et "Irtikae"    La Gendarmerie royale et la Guardia Civil se réunissent à Agadir    Le marché de l'art sur la voie de la digitalisation    Nouveau clip : Abdelbasset Mriqi lance «Bogossa»    Le Festival Malhouniyat d'Azemmour clôt sa 9ème édition    Le Meeting International Mohammed VI d'athlétisme tient ses promesses    Zahira Tigtate: Sa conception exemplaire d'art et de créativité    Une cellule liée à EI démantelée à Tétouan    Insolite : Taper sur Trump ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Union européenne soutient l'agriculture familiale et solidaire
Publié dans Libération le 22 - 04 - 2019

A Bruxelles, au siège de l'Union européenne, on s'enquiert du sort de l'agriculture marocaine. Preuve en est, le Programme d'appui à la politique sectorielle agricole du Maroc « AGRI 2 ». Après avoir vu le jour il y a près d'une décennie (2010), ce programme est voué à soutenir le Pilier 2 du Plan Maroc Vert (PMV), dédié à l'agriculture familiale et solidaire dans 4 régions cibles : Fès-Meknès, l'Oriental, Draâ-Tafilalet et Souss-Massa. Sans oublier de consolider les acquis de l'appui de I'UE dans ces régions de manière durable et inclusive. Mais pas que.
Augmentation du revenu et
sauvegarde des ressources naturelles
Plus en détail, le projet « AGRI 2 » ambitionne d'être un élément moteur dans l'optique d'améliorer le revenu agricole des petits exploitants. En arrière-plan, il s'agit également de ne surtout pas perdre de vue l'importance de la sauvegarde des ressources naturelles, en ces temps où les modes de consommation de l'humanité les impactent fortement et tendent à les épuiser et donc nous imposent une exploitation rationnelle de ces mêmes ressources. Justement, en parlant de ressources, celles humaines, en l'occurrence les femmes et les jeunes, sont eux aussi concernés par les objectifs du projet AGRI 2, à travers un soutien à leur participation économique et sociale au sein de leur environnement. Un environnement dans lequel les structures du ministère de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts (MAPMDREF) font elles aussi parties des préoccupations dudit projet. D'après le communiqué de l'Union européenne, l'AGRI 2 a pour but de renforcer les capacités opérationnelles des structures du ministère. Pourquoi ? Tout simplement afin d'assurer un meilleur suivi du Plan Maroc Vert.
293 projets et 461.826 bénéficiaires
Pour se persuader du bien-fondé du programme AGRI 2, il suffit de jeter un coup d'œil sur ses résultats. A commencer par l'actualisation des Plans d'action régionaux (PAR), liés aux quatre régions-cibles. Mais encore, l'amélioration de manière durable de l'accessibilité au marché pour les producteurs, tout comme les méthodes et les outils de programmation, de mesure des performances et d'évaluation des politiques publiques.
Côté chiffres, l'Union européenne estime avoir injecté 60 millions d'euros dans AGRI 2. Une manne financière répartie sur 293 projets qui auraient bénéficié à 461.826 personnes. D'une part dans la filière oléicole, avec 198 projets, répartis sur une superficie de 271.303 (ha), pour 185.180 bénéficiaires. Et d'autre part, dans la filière phoénicicole, en étant à l'origine de 15 projets, destinés à 40.371 bénéficiaires, et dispatchés sur 49.922 ha. Enfin, la filière viande rouge ovine est elle aussi dans les petits papiers d'AGRI 2, puisque 80 projets y ont été consacrés à 236.275 bénéficiaires, sur une superficie de 31680 ha.
Pour rappel, le Plan Maroc Vert prévoit, dans le cadre de son Pilier II, un accompagnement solidaire de la petite agriculture avec pour principaux objectifs : 1- La modernisation solidaire de la petite agriculture afin de lutter contre la pauvreté. 2- L'intégration de ces axes dans une stratégie de développement rural intégré et de développement de sources alternatives de revenu. Une stratégie qui doit concerner, sur le papier, entre 600.000 et 800.000 exploitants.
Les meilleures prévisions estiment que les investissements liés au second pilier du Plan Maroc Vert, atteindront la barre des 15 milliards de dirhams. In fine, cette vision devrait améliorer les conditions de vie de trois millions de ruraux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.