La RSB assure à Berkane avant la confirmation à Alexandrie    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La Cour des Comptes publie son rapport sur les services publics en ligne    Flash hebdomadaire    Bouskoura. Mort par asphyxie de 3 ouvriers dans un canal des eaux usées    Coopération bilatérale : Bourita s'entretient avec son homologue libérien    Rabat : Arrestation d'une quadragénaire qui vendait illégalement, des boissons alcoolisées    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    49ème édition du cycle de conférences de la Fondation Attijariwafa bank : Valeurs éthiques et vivre-ensemble au centre des échanges    Le Festival international de musique andalouse à Casablanca    1er numéro du «Bulletin du patrimoine de Marrakech et de sa région»    Journée internationale : La diversité biologique célébrée à Rabat    L'Arabie Saoudite intercepte des missiles visant la Mecque et Djeddah    Service militaire : Le nombre de candidats dépasse toutes les espérances    Casa Transport lance les travaux d'une trémie au niveau de Ghandi    Huawei ne cédera pas à la pression de Washington, assure son fondateur    Les professeurs universitaires annoncent un grève nationale    P&G renouvelle son opération solidaire "Iftar Saem"    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Casablanca-Settat : Destruction de 56 tonnes de produits alimentaires impropres à la consommation    L'ancien ministre RNIste, Taieb Bencheikh, n'est plus    CAN2019. Mascotte, plateforme de vente de billets... l'organisation s'active    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Kylian Mbappé élu meilleur joueur du Championnat français    La CGEM octroie son Label RSE à Géocycle Maroc    Le CESE donne la parole aux citoyens    Abdelhak Zerouali, le maître du monodrame    US – Iran : Téhéran minimise les risques de conflits malgré les menaces américaines    Les sans-papiers protestent à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle    Salon Viva Technology. Quid de l'offre Maroc ?    La Chambre d'agriculture de Draâ-Tafilalet primée en Tunisie    Edito : INDH évolutive    ''Avengers" se fait doubler par ''John Wick'' sur le box-office américain    La sélection marocaine féminine de boxe remporte le tournoi international du Gabon    Et si notre amnésie était dégénérescente… ?    Ramadan et diabète riment obligatoirement avec des dispositions spécifiques    WhatsApp attaqué par Pegasus    Projets d'extension de la SOMACA et de création d'un Institut de formation aux métiers de l'automobile à Casablanca    Mohamed Jalid Les intellectuels marocains ne sont pas suffisamment ouverts sur les médias !    Ces Marocains dits de la 3ème et de la 4ème générations Tiraillés entre l'identité revendiquée et celle attribuée    Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern    L'humoriste Bassou offre un spectacle captivant au public r'bati    Meknès abrite son premier Festival international du film arabe    Egypte: Près de 17 blessés dans l'explosion d'un bus touristique    Caire. Au moins 17 blessés dans une explosion visant un bus de touristes    Une délégation de la Direction du PPS au Mausolée Mohammed V    Washington dans le bourbier vénézuélien…    Les Pays-Bas remportent l'Eurovision 2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les chœurs de Notre-Dame, ces "orphelins" de la cathédrale
Publié dans Libération le 24 - 04 - 2019

Ce Jeudi Saint était un peu particulier cette année à l'église Saint-Sulpice à Paris, qui accueillait les choeurs de Notre-Dame, devenus "réfugiés" après l'incendie. En pleine messe, une jeune chanteuse craque soudain et fond en larmes, submergée par l'émotion.
Pour la première fois depuis des siècles, les choeurs de Notre-Dame, une formation née avec la cathédrale au XIIe siècle, chantaient durant la Semaine sainte en dehors de leur "maison" comme ils l'appellent.
Vers la fin de la messe jeudi soir, les benjamins des choeurs, âgés de 9 à 18 ans, ont reçu un tonnerre d'applaudissements des plus de 2.200 fidèles rassemblés à Saint-Sulpice, la plus grande église de Paris.
Dimanche, ils chantaient encore les Rameaux à la cathédrale, ce qu'ils ne pourront plus faire avant cinq ans, voire plus.
Dans les yeux de Marie Lissilour, 17 ans, le choc de l'incendie se lit encore. Lors d'un morceau d'orgue, elle sort son mouchoir et pleure, avant d'être réconfortée par une amie choriste qui l'entoure de ses bras.
"C'est beaucoup d'émotion de me dire que je ne chanterai plus à Notre-Dame. Là, j'ai réussi à chanter, mais j'ai un peu craqué", dit la jeune fille à la voix très douce.
"Notre-Dame, c'est comme chez nous, on y a nos casiers, nos petites habitudes, on connaît les gens, nos endroits favoris", dit la choriste.
Son endroit favori d'ailleurs n'est autre que les stalles, les sièges d'où ils chantaient. Mardi, elle découvrait avec effroi les photos.
"Elles étaient noires, on ne savait pas si elles étaient brûlées ou pleines de suie. On avait tellement de souvenirs dans ces stalles", poursuit Marie.
Cette Parisienne terminait une séance de Badminton lundi vers 19H30 lorsqu'elle apprend la nouvelle. "J'allume mon téléphone et je vois une centaine de messages +Notre-Dame brûle+ et des appels manqués de proches qui me demandaient si j'étais là-bas".
Habitant près de la gare de Lyon, elle a vu en rentrant chez elle la fumée puis, de son 6e étage, les flammes dévorant le toit. "C'était un gros choc; on n'arrive toujours pas à digérer".
Claire Macé, 17 ans également, est dans le choeur de Notre-Dame depuis 10 ans. Elle y allait tous les jours, prenant des cours de chant médiéval, de technique vocale, de solfège, de théâtre.
"J'ai grandi là-bas. Notre-Dame c'est plus qu'un choeur, c'est un foyer. En plus, c'est 1.000 ans de musique derrière nous et dans chaque mur il y a les échos de ces souvenirs", poursuit la jeune brune qui vit près de Bastille.
Comme Marie, elle a cru à une mauvaise blague au début. "Après c'était tellement bouleversant qu'on ne réalise pas en fait, on a des rires nerveux. Ce n'est que mardi que je me suis dit, Notre-Dame, c'est ma vie".
"Je voyais la fumée monter dans le ciel de chez moi, on dirait un champignon de bombe atomique... et je me suis dit +c'est ma maison et elle est en train de partir en flammes+. Je n'avais même pas la force de pleurer", précise Claire qui est allée veiller lundi soir jusqu'à 02H00 du matin près de la cathédrale.
Qu'adviendra-t-il des 160 membres des choeurs, connus sous le nom de la Maîtrise de Notre-Dame?
"La Maîtrise ne va pas du tout s'arrêter; on a le rôle d'ambassadeur de la cathédrale, on est toujours là", explique Henri Chalet, chef de choeur principal, précisant que les répétitions se tiennent toujours dans leurs locaux Boulevard Saint Germain.
Tous les concerts de la Maîtrise, prévus pour l'année seront organisés dans des églises de Paris et de toute la France, selon lui.
"J'ai reçu des centaines d'invitations d'églises à travers la France et de l'étranger, de Copenhague à Venise, en passant par l'Angleterre", se réjouit-il.
"Ça va être l'occasion de faire rayonner la Maîtrise, on est plus vivants que jamais", assure M. Chalet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.