La RSB assure à Berkane avant la confirmation à Alexandrie    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La Cour des Comptes publie son rapport sur les services publics en ligne    Flash hebdomadaire    Bouskoura. Mort par asphyxie de 3 ouvriers dans un canal des eaux usées    Coopération bilatérale : Bourita s'entretient avec son homologue libérien    Rabat : Arrestation d'une quadragénaire qui vendait illégalement, des boissons alcoolisées    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    49ème édition du cycle de conférences de la Fondation Attijariwafa bank : Valeurs éthiques et vivre-ensemble au centre des échanges    Le Festival international de musique andalouse à Casablanca    1er numéro du «Bulletin du patrimoine de Marrakech et de sa région»    Journée internationale : La diversité biologique célébrée à Rabat    L'Arabie Saoudite intercepte des missiles visant la Mecque et Djeddah    Service militaire : Le nombre de candidats dépasse toutes les espérances    Casa Transport lance les travaux d'une trémie au niveau de Ghandi    Huawei ne cédera pas à la pression de Washington, assure son fondateur    Les professeurs universitaires annoncent un grève nationale    P&G renouvelle son opération solidaire "Iftar Saem"    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Casablanca-Settat : Destruction de 56 tonnes de produits alimentaires impropres à la consommation    L'ancien ministre RNIste, Taieb Bencheikh, n'est plus    CAN2019. Mascotte, plateforme de vente de billets... l'organisation s'active    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Kylian Mbappé élu meilleur joueur du Championnat français    La CGEM octroie son Label RSE à Géocycle Maroc    Le CESE donne la parole aux citoyens    Abdelhak Zerouali, le maître du monodrame    US – Iran : Téhéran minimise les risques de conflits malgré les menaces américaines    Les sans-papiers protestent à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle    Salon Viva Technology. Quid de l'offre Maroc ?    La Chambre d'agriculture de Draâ-Tafilalet primée en Tunisie    Edito : INDH évolutive    ''Avengers" se fait doubler par ''John Wick'' sur le box-office américain    La sélection marocaine féminine de boxe remporte le tournoi international du Gabon    Et si notre amnésie était dégénérescente… ?    Ramadan et diabète riment obligatoirement avec des dispositions spécifiques    WhatsApp attaqué par Pegasus    Projets d'extension de la SOMACA et de création d'un Institut de formation aux métiers de l'automobile à Casablanca    Mohamed Jalid Les intellectuels marocains ne sont pas suffisamment ouverts sur les médias !    Ces Marocains dits de la 3ème et de la 4ème générations Tiraillés entre l'identité revendiquée et celle attribuée    Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern    L'humoriste Bassou offre un spectacle captivant au public r'bati    Meknès abrite son premier Festival international du film arabe    Egypte: Près de 17 blessés dans l'explosion d'un bus touristique    Caire. Au moins 17 blessés dans une explosion visant un bus de touristes    Une délégation de la Direction du PPS au Mausolée Mohammed V    Washington dans le bourbier vénézuélien…    Les Pays-Bas remportent l'Eurovision 2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fouad Laroui et Abdellah Dibaji présents aux journées culturelles d'Azemmour
Publié dans Libération le 24 - 04 - 2019

Fraîchement créé, le Rotary Club Azemmour-Estevanico ne perd pas de temps pour entrer de plain-pied en activité. Deux journées culturelles riches et variées au menu, les 27 et 28 avril courant. Pour ce faire, le président du club Fayçal Benhadou a mobilisé deux figures de proue de la littérature et des arts plastiques, originaires de la ville d'Azemmour : Fouad Laroui et Abdellah Dibaji.
L'auteur du célèbre roman «Les Tribulations du dernier Sijilmassi », que Driss Chraïbi voyait comme son épigone, son successeur, compte à cette occasion signer et dédicacer son nouveau roman « Dieu, les mathématiques et la folie », avant de se livrer au débat avec les professeurs Abdelwahed Mabrour, Mohamed Aït Rami et Najlae Nejjar, de l'Université Moulay Bouchaïb Doukali, d'El Jadida, Abderrahim Kamal, Mohammed El Bouazzaoui et Younès Ez-Zaouine de l'Université Sidi Mohammed Ben Abdellah et Atmane Bissani, de la Faculté polydisciplinaire d'Errachidia.
Selon un communiqué des organisateurs, la rencontre avec Fouad Laroui, dans sa ville natale, donnera l'occasion à l'exposition de toutes ses publications - et elles sont nombreuses-, en présence de l'éditrice des Langages du Sud : Patricia Defever Kapfere.
Fouad Laroui ne sera pas seul à Azemmour, puisque l'artiste peintre au talent exceptionnel, Abdellah Dibaji, prendra également part à ces journées culturelles. Lauréat de l'Académie des Beaux-Arts de Liège (Belgique), Dibaji a exposé un peu partout dans le monde : Allemagne, France, Etats-Unis, Iran, Italie etc. Au Maroc, toutes les villes et galeries le connaissent et se font un grand honneur de l'inviter et de solliciter l'exposition de ses œuvres.
Ecouter Abdellah Dibaji, parler de sa peinture, c'est entendre Azemmour raconter son être, ses tourments, ses gloires et son désir d'être à la fois elle-même et une autre. Ecouter Abdellah Dibaji évoquer son itinéraire d'enfant d'Azemmour et d'artiste, c'est prêter l'oreille aux remous et murmures d'Oum Errabie, arrivée à cette étreinte sublime avec l'Océan.
L'artiste Abdellah Dibaji se sent habité par une double identité : celles d'Azemmour et d'Oum Errabie en même temps. Cette fusion, tantôt sereine, tantôt houleuse se lie et se lit bien dans ses tableaux, pour quiconque cherche à lire la ville de l'eau et de l'art qu'est Azemmour. L'opportunité sera propice pour Abdellah Dibaji de rendre hommage à sa ville en y exposant ses plus belles toiles.
Parallèlement aux évènements précités, toutes les associations d'Azemmour seront présentes dans des stands où elles auront l'occasion de faire montre de leur volonté de servir la cité de l'olivier sauvage et sage, Azemmour, et des activités qu'elles y mènent avec enthousiasme. L'olivier, c'est le sens du nom d'Azemmour dans la langue des Imazighen.
Le programme comprend aussi des séances récréatives en faveur des enfants, puisque la direction des «haras» d'El Jadida mettra à la disposition des enfants d'Azemmour, dans le magnifique espace de la Capitainerie, des chevaux et des poneys qu'ils pourront monter et soigner sous la surveillance des moniteurs et des accompagnateurs équestres ainsi que des palefreniers.
De grands maîtres de l'artisanat équestre expliqueront aux enfants comment on conçoit les éléments de l'équipement cuir pour les chevaux et les poneys, cela leur donnera sûrement l'occasion de penser à de futurs métiers. Les producteurs locaux (agriculteurs, apiculteurs…) et les artisans seront aussi invités à présenter leurs produits et à dialoguer avec les visiteurs.
Parallèlement à ces activités qui flattent l'âme et l'esprit, le corps et l'espace public ne seront pas en reste dans le programme des journées culturelles, puisque le Rotary Club Azemmour-Estevanico organisera, avec les associations des diabétiques d'Azemmour, deux journées de dépistage du diabète et du cancer du col utérin, auxquelles participeront des médecins de grande renommée nationale.
Une action de rénovation portera également sur les écoles dans la périphérie d'Azemmour et notamment les espaces qui permettront aux jeunes filles d'avoir des lieux décents d'intimité, ce qui les encouragera à continuer à fréquenter les écoles.
En guise de collecte d'autres fonds afin de financer d'autres actions du même genre, le Rotary Club Azemmour- Estevanico organisera une soirée caritative à laquelle prendront part nombre de mécènes et de personnalités généreuses et soucieuses du bien-être des enfants dans leurs écoles.
Et pour joindre l'utile à l'agréable, la musique sera de la partie, avec la participation de grands maîtres du chant et leurs orchestres. Il s'agit de régaler le public de la ville d'Azemmour et ses invités par des chants et musiques sublimes.
Le Rotary Club Azemmour-Estevanico est l'œuvre de plusieurs potentialités originaires de la cité de l'embouchure, la ville de « la rivière du printemps », tous comme le président du club, animés par le désir et la volonté de contribuer sérieusement et passionnément à la renaissance de la ville longtemps oubliée et négligée alors qu'elle devrait être le pendentif du collier des villes historiques et touristiques du Royaume.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.