Le Maroc attend toujours la réponse d'Amnesty international (responsable)    Fraude au Bac: un candidat libre interpellé (DGSN)    Rapatriement des Marocains bloqués: arrivée d'un vol en provenance de Montréal    Covid-19: voici d'où viennent les 534 nouveaux cas enregistrés au Maroc    DGSN : la vidéo prétendant le vol des usagers d'une autoroute au Maroc "truquée"    Accès à l'information : Le Parlement partage son fonds documentaire et ses archives avec le HCP    Le Souverain félicite le Président américain à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    L'Egypte, le Soudan et l'Ethiopie reprennent les pourparlers sur un barrage contesté    Temps chaud avec chergui du samedi au mardi dans plusieurs régions du Royaume    Fête de l'indépendance des USA: Le Roi Mohammed VI félicite le président Trump    Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf: l'Algérie pointée du doigt    Mohamed Amekraz, le ministre à la tête de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS), inéligible à ce poste    Ces 33 belles destinations sans visa pour les Marocains    Le projet de loi n° 72.18, une étape décisive dans la réforme du système d'aide    Coronavirus : 146 nouveaux cas, 13.434 au total, samedi 4 juillet à 10h    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    La terre a tremblé dans cette province du Maroc    En quarantaine à Agadir : 51 rapatriés victime d'intoxication    ONCF: 350.000 voyageurs depuis le 25 juin    L'ex-PDG de Platinum Power rebondit mais...    Investissement: 94 projets en cours de réalisation à Fès-Meknès    Industrie culturelle: Les premières mesures avant la stratégie    Achraf Hakimi débarque à l'Inter Milan    "Night Walk" : Premier long métrage marocain distribué à Hollywood    Les stars de la musique appellent à sauver la scène britannique    Tom Hanks : Je ne sais pas quand est ce que je vais pouvoir reprendre mon travail    L'ANP et l'AFD renforcent leur partenariat pour un développement durable et compétitif des ports    L'ovalie nationale est plus que jamais sur la touche    L'EN de futsal se hisse au 24è rang mondial    L'ouverture des frontières espagnoles aux Marocains conditionnée par la réciprocité    Les allégations algéro-polisariennes mises à nu devant le CDH    Le Maroc demande officiellement à Amnesty International d'apporter la preuve de ses accusations    Exposé de Mohamed Benabdelkader sur le schéma directeur de la transformation digitale du système judiciaire    Les prix font un bond de 2,9% dans la métallurgie en mai    Les médias palestiniens se félicitent de l'initiative du Premier secrétaire de l'USFP    Macron nomme Jean Castex nouveau premier ministre    Premier League: Manchester City corrige Liverpool!    Quand les footballeurs marocains font le bonheur des clubs égyptiens    Liga: le Real Madrid creuse l'écart, Messi veut claquer la porte!    Très touchée par La pandémie l'Espagne revient a La vie    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    A la demande du gouvernement, RAM devra céder 20 appareils et donc réduire ses effectifs du tiers    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Technopark se met au vert
Publié dans Libération le 26 - 04 - 2019

Insoupçonnable de loin, l'imposante structure du Technopark de Casablanca présente une particularité. A son pied, il y a un jardin de toute beauté, duquel émane un festival olfactif imposant et varié. Ainsi, imprégnés d'une odeur de menthe, d'armoise et autres menthes pouliot, nous nous sommes dirigés vers la porte d'entrée. Une porte ouverte sur un monde tout en vert. Quoi de plus logique en cette semaine où est célébrée la Journée de la terre, puisque cette même logique a poussé le Technopark à organiser le ‘'Green day''.
Elaboré dans le cadre des services à la communauté et censé améliorer la qualité de vie des salariés des entreprises qui y sont implantées, pour in fine améliorer leur productivité, comme nous l'a indiqué, Hind Hatim, chargée des services à la communauté et partenariat au Technopark, le « Green day », qui en est à sa seconde édition, ambitionne d'être avant tout « une action sociale destinée à sensibiliser notre communauté sur l'importance de la préservation de l'environnement », souligne-t-elle. Une volonté qui trouve également écho dans le Jnan Tech. Vous savez ? Le jardin sus-mentionné. « Le concept est d'inviter les collaborateurs à planter de la flore et de la personnaliser via une plaque comportant leur nom ou celui de leur entreprise avec pour fil conducteur, fédérer la communauté autour de la protection de l'environnement », nous confie Hind Hatim. Si cela peut paraître quelque peu dérisoire, il n'en reste pas moins que les nombreuses plantations que compte le « Jnan Tech » sont l'illustration de l'implication de cette communauté dans la préservation de l'environnement. Mais est-ce vraiment suffisant ?
Tiré à quatre épingles, Amine Mohammed Hannaoui s'avance dans le hall d'entrée. Ce globetrotter fortement impliqué dans la cause environnementale, n'a pas hésité à apporter sa pierre dans l'édifice de la mise sur pied du Green day. Pour s'en persuader, il suffit de jeter un coup d'œil sur le compost qu'il a apporté. Pour lui, il faut donner l'exemple notamment aux plus jeunes : « Malheureusement, la sensibilisation des adultes confine à l'impossible. Nous devons plutôt converger nos efforts vers les générations futures». Et d'ajouter : « C'est la raison pour laquelle il y aura des ateliers pour les enfants de la communauté, alliant divertissement et sensibilisation à l'importance de préserver l'environnement, réduire les émissions de CO2, manger bio et participer au tri sélectif. Et en cela, le Technopark se veut un pionnier et un précurseur en la matière».
Difficile de dire s'il est vraiment précurseur, mais une chose est sûre, le Technopark ne ménage visiblement pas ses efforts pour valoriser les compétences qui s'y trouvent. En effet, en sus des ateliers de sensibilisation « l'idée derrière le Green day est aussi de permettre aux start-up implantées ici de promouvoir leurs activités, ayant trait principalement à l'environnement , mentionne Hind Hatim. « Il y a des start-up spécialisées, entre autres, dans le tri sélectif, la cosmétique bio et l'agriculture biologique ainsi que quelques coopératives», ajoute Amine Mohammed Hannaoui. Et d'arguer : «Au Maroc, on est de plus en plus sensible aux enjeux environnementaux. Donc, il faut en profiter pour asseoir la notoriété de ces jeunes start-up».
Parmi les start-up en question, il en est une qui va prochainement marquer le Technopark de son empreinte écologique. Comment ? Hind Hatim nous répond : «Nous avons l'intention d'installer des bacs dans tous les étages du Technopark». Lamnaouar Youssef en sera le garant, via Virtus C.E.L. Spécialisée dans la gestion et la valorisation des déchets, l'activité de sa start-up passe par l'installation de box de tri au sein des entreprises, avant de récupérer les déchets en utilisant des moyens de transport écologiques, comme des tricycles auxquels sont attachées des bennes, qui peuvent transporter jusqu'à 130 kg de charge, animée évidemment par la conviction de créer un écosystème. « Le tri ce sont de petits gestes mais qui changent le monde. Nous allons donc offrir aux Technopark des box de tri à base de carton ondulé et des box en métal à l'extérieur», nous confie Lamnaouar Youssef, fondateur de ladite start-up.
Un environnement meilleur, un monde meilleur. C'est en somme la volonté exprimée par l'ensemble de ceux qui ont pris part au Green day. Un évènement dont les sourires et les rires des enfants qui y ont participé rappellent l'urgence de la situation, et surtout quelle planète nous laisserons aux générations futures. Il est impératif d'agir et de faire le grand ménage pour améliorer une situation environnementale qui devient de plus en plus critique, sinon ce sera aux hommes de demain de s'y coller. Et savez-vous ce qu'il y a de pire que de faire le ménage ? C'est de le faire quand ce n'est pas toi qui as sali.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.