Le Japon réitère sa non-reconnaissance de la pseudo « rasd »    Bab Sebta: saisie de 92 kg de chira    Tiflet: un individu arrêté pour coups entraînant la mort de sa mère    La Corée du Nord annonce que Kim a supervisé le test d'un « lance-missiles multiple »    Vidéo. Amazonie : Des centaines de nouveaux feux, vive émotion planétaire    Jeux africains 2019 (6è journée): Le Maroc grimpe à la 3è place avec 40 médailles dont 13 d'or    Berkane : une plantation de 100 Ha de figuiers et la création d'une unité de valorisation du produit    L'Italie attend toujours une majorité et un Premier ministre    Al Hoceima: Distribution de bus de transport scolaire au profit de cinq communes rurales    Pour gérer la transition, le Soudan se dote d'un Conseil souverain…    SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan reçoit les enfants d'Al Qods    Compétence !    Groupe Total: la 1000e station-service solarisée sera inaugurée à Marrakech    Rommani: Une pétition contre les coupures fréquentes de l'eau et de l'électricité    Hong Kong : Des centaines de manifestants défilent à nouveau dans les rues    Les «Littératures itinérantes» débarquent à Jamaa El Fna    Ligue des champions d'Afrique : Le Raja valide son passage au deuxième tour    Fès: Un policier contraint de brandir son arme pour neutraliser un récidiviste    Ligue des champions: le Raja étrille Brikama United    Migration clandestine: l'Espagne octroie une aide de 32 millions d'euros au Maroc    Jeux Africains: le Maroc conserve sa 4e place avec 33 médailles    Rallye de yachts entre Gibraltar et Tanger pour la bonne cause    Jeux africains-Football : le Nigéria élimine les Lionceaux de l'Atlas    Fès : Arrestation de deux dealers de karkoubi    Santé : Le Levothyrox de nouveau disponible selon Anas Doukkali    Voix de Femmes à Tétouan, solidarité et développement au menu du festival    L'IPC ressort en baisse en juillet après trois mois de hausse ininterrompue    Le Raja bien parti pour franchir le tour de chauffe de la Ligue des champions    Tous à l'assaut de la nouvelle Juventus    L'Allemagne s'enflamme pour Coutinho    Divers Economie    Tensions et dissensions attendues au sommet du G7    Macron et Johnson affichent un ton plus conciliant sur le Brexit    Valse diplomatique à l'algérienne : L'œuvre des militaires ou des intérimaires ?    Finalisation des plans de transfert des compétences de l'administration centrale vers les régions    Les femmes enceintes prennent encore trop de médicaments    La Guinée-Bissau réaffirme son soutien constant et inconditionnel à la marocanité du Sahara    Gouvernance et responsabilité dans le secteur public La complexité du concept    Insolite : Rituel cosmique    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Cinéma sur la Muraille : Le cinéma en fête à Essaouira    Le troisième Festival national de Marmoucha du 30 août au 1er septembre    11ème Festival «Voix de Femmes» de Tétouan : Daoudia, Najat Rajoui et les autres    Démarrage de l'opération de sélection et d'incorporation des appelés    Révolution du Roi et du Peuple: le discours royal    Sidi Kacem : Trois balles tirées pour neutraliser un individu qui mettait en danger la vie de citoyens    Initiative «Cinéma sur la Muraille» : Le 7ème art à l'honneur à Essaouira    Féminicide à Sidi Slimane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Boulane : On ne peut pas tout filmer au Maroc
Publié dans Libération le 06 - 05 - 2019

Libé : Vous avez récemment publié votre premier livre «Ma vie est belle». Quel en a été l'élément déclencheur ?
Ahmed Boulane : L'idée d'écrire un livre, qui raconterait ma propre histoire, m'est venue à la fin des années 1980. J'étais encore assistant-réalisateur dans des films internationaux, le cinéma marocain étant à l'époque quasi inexistant. Je n'avais aucun rêve de devenir réalisateur car cela me semblait impossible. Les rares réalisateurs à ce moment-là galéraient pour faire leurs films. J'avais, toutefois, réalisé à l'époque deux courts-métrages, une fiction et un documentaire, qui ont réveillé en moi une envie d'écriture que j'avais déjà exercée, très jeune, à travers quelques pièces radiophoniques et chansons.
En 1996,j'ai réalisé«Voyage dans le passé», un court métrage qui constitue un petit chapitre de ce livre et avec le succès qu'il a rencontré, il m'a semblé possible de raconter mon histoire dans un long-métrage. J'ai alors fait «Ali, Rabiâa et les autres», un film écrit en 1997 et réalisé en 2000 qui, lui aussi, a connu un franc succès à la fois critique et public et a fait de moi un réalisateur confirmé mais quelque peu frustré, car je n'avais pas raconté l'intégralité de mon histoire, et ce pour plusieurs raisons. Puis avec le temps, la maturité et l'encouragement des amis et des proches, j'ai entamé l'écriture de ce livre et j'ai éprouvé un grand plaisir à le faire. La satisfaction de l'écriture fut grande, car elle m'a redonné une liberté que je n'avais plus ressentie depuis longtemps. Je raconte mon histoire avec beaucoup d'honnêteté et sans calcul, car à la différence d'un film, on n'a aucun compte à rendre.
Beaucoup d'écrivains rêvent de passer derrière la caméra. Vous, vous opérez le cheminement inverse.
Il faut dire que je ne troque pas ici ma casquette pour devenir auteur. Entre les lignes de ce livre, dans le découpage, dans le style, au fil de la narration, le cinéma est bien présent, mais l'écriture est plus libre et plus audacieuse.
Vous dites que vous êtes souvent victime de censure. Est-ce que vous parlez dans votre livre de choses que vous n'avez pas pu filmer ?
Absolument. Dans ce livre, il y a beaucoup de choses que je n'ai pas pu dire dans mes films pour de différentes raisons. D'abord par manque de moyens. On ne peut pas tourner de grands films où l'on va au bout de notre projet avec très peu d'argent. Ensuite, il y a le grand problème de censure. Alors j'ai écrit et j'ai dit ce que je ne pouvais filmer. L'écriture permet d'autres formes de liberté, et cela m'a permis de passer à autre chose en attendant mon prochain film.
Est-ce qu'on ne peut pas tout filmer au Maroc ?
Contrairement à d'autres, je ne m'en cache pas, on ne peut pas tout filmer au Maroc. Il y a de grandes lignes rouges qu'on ne peut franchir sans y laisser beaucoup de plumes. Mais quand on veut faire un bon film, il faut d'abord être libre. Et je peux vous assurer que personne n'est libre. Le seul à l'être c'est Nabil Ayouch qui reçoit des financements de l'étranger pour des raisons faciles à deviner. Il n'y a que ceux qui reçoivent des financements de l'étranger qui sont libres.
Mais il faut souligner que le cinéma marocain a connu des jours meilleurs, entre 2000 et 2010, où les cinéastes pouvaient faire des films osés. Mais depuis ça a changé et je pense que cela est dû à la politique menée par les gens qui nous gouvernent.
Quel regard portez-vous sur ce qui se fait actuellement en matière de sitcoms et de séries télé ?
Pour être sincère, je ne regarde pas cela et je ne le fais pas non plus ! J'avais l'occasion de le faire au début des années 2000 et devenir millionnaire mais j'ai toujours refusé.
Quels sont les acteurs étrangers que vous appréciez particulièrement ?
Ils sont nombreux. Citons l'Américain James Franco qui a été révélé au grand public grâce à son rôle dans la trilogie Spider-Man. Il y a aussi le célèbre Britannico-Américain Christian Bale et l'autre Américain Joaquin Phoenix qui s'est fait connaître grâce à son interprétation de Commode dans «Gladiator» de Ridley Scott, et qui lui a valu une nomination à l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle et définitivement lancé sa carrière.
Avez-vous des projets en cours ?
J'ai récemment déposé un nouveau projet de film à la commission d'aide à la production et je serai le 25 mai courant à la Galerie Kent à Tanger pour une séance de signature de mon livre «Ma vie est belle».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.