Dakhla, capitale de l'intelligentsia africaine?    48es Assises de la presse francophone: Quand «l'empire des émotions» submerge l'information    Crise du PAM: Une réunion décisive cette semaine    Crowdfunding immobilier: Un business model "freemium"    PLF: Le compromis Benchaâboun sur l'article 9    Engie réorganise son activité au Maroc    L'OMC paralysée par Trump    Présidentielle algérienne: La diaspora vote sous tension en France    48es Assises de la presse francophone: Au pays de Roger Milla, de Manu Dibango et de «l'Afrique en miniature»    Nador: Arrestation d'un individu pour implication dans la constitution d'une bande criminelle    Connaissez-vous (vraiment) la Déclaration des Droits de l'Homme ?    Destitution: Donald Trump et l'affaire ukrainienne    SM le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football à Salé    Nouvelle nomination au Conseil de Surveillance de Maroc Telecom    Aéronautique: Karim Cheikh réélu président du GIMAS    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence    S.M le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football    Rude épreuve tétouanaise pour le Raja    La Finlandaise Sanna Marin Plus jeune chef de gouvernement de la planète    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    Des taux désespérément effarants    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    Coup d'envoi à Agadir du Festival international Cinéma et migrations    Mohamed Benabdelkader : La dématérialisation, un des principaux piliers de la transformation de l'administration judiciaire nationale    Coupe de la Confédération africaine de football : Le HUSA et la RSB réalisent de bonnes opérations à l'extérieur    S.A.R la Princesse Lalla Hasnaa préside le Conseil d'administration de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30e anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles : Le RCSE Dar Es Salam domine le classement des demi-finales    L'égalité genre, prélude à l'autonomisation de la femme    Marrakech : Un musée privé de la musique voit le jour    En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas    Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren    Casablanca : Les 41èmes journées de la Ligue pour la santé mentale les 13 et 14 décembre    Accusée d'"irrespect envers le drapeau national", Oum fait une mise au point    Les cimes de la création à Imouzzer Kandar    Sylvestre Amoussou, réalisateur scénariste du Bénin    Le Maroc classé en dessous de la Palestine    Atlantic Dialogues Emerging Leaders : 50 jeunes professionnels de 27 nationalités rejoignent le réseau    La dictature du buzz    Agadir : Grand engouement pour le 1er Salon international de l'arganier    Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris    Aziza Jalal remonte sur les planches    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pillage du sable au Maroc constitue un véritable danger
Publié dans Libération le 13 - 05 - 2019

Alors que d'un côté, la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), a décidé de tenir sa prochaine session au Maroc en 2021, un pays « magnifique», connu pour réussir l'organisation de grands événements planétaires portant sur le climat » argue Robert Watson, le président de l'IPBES, de l'autre, le Programme des Nations unies pour l'environnement (ONU Environnement) a épinglé le Royaume dans un récent rapport sur l'état de l'exploitation du sable dans le monde.
Le document Intitulé «Sable et développement durable : trouver de nouvelles solutions pour la gouvernance environnementale des ressources mondiales en sable», classe le Maroc parmi les pays qui souffrent le plus de l'extraction illégale et de la contrebande du sable. C'est même tout un chapitre qui lui est consacré. Et le moins que l'on puisse dire, est que son libellé « Mafias de sable, extraction de sable illégale et contrebande au Maroc» ne fait pas de mystère sur la teneur de son contenu.
Les scientifiques de la principale autorité mondiale en matière d'environnement révèlent que pas moins de la moitié du sable utilisé dans nos contrées, soit 10 millions de mètres cubes par an, est issue de l'extraction illégale dans les zones côtières. Un crime contre la nature dont les coupables séviraient particulièrement sur les côtes reliant Safi à Essaouira. De même que le programme onusien regrette qu'une grande plage située entre ces deux localités, se soit transformée au fil des années et des nombreuses extractions en « paysage rocailleux par les contrebandiers ».
Ici comme ailleurs, le sable est une particule élémentaire dans les fondements de notre développement moderne. Il a façonné les contours de notre paysage urbain. Depuis plusieurs décades, la combinaison du sable et du ciment a donné naissance au béton armé. Justement, dans son rapport, l'ONU Environnement souligne que le sable extrait des plages marocaines est majoritairement utilisé dans la construction d'hôtels, de routes et d'autres infrastructures liées au tourisme. Comble de l'ironie, ses bâtisses sont censées abriter des vacanciers attirés précisément par les plages du Maroc. D'ailleurs, les chercheurs onusiens ne disent pas autre chose en mettant en garde le Maroc contre le fait que «dans certaines localités, la poursuite des travaux de construction risque de conduire à une situation non durable et à la destruction de la principale attraction naturelle des visiteurs : les plages». Le parfait exemple étant Assilah « qui a subi une grave érosion de ses plages en raison de problèmes de réglementation et de pressions liées au tourisme», selon le document. Pourtant, le Maroc dispose de la loi 27.13 relative à l'exploitation des carrières, fixant la durée d'exploitation maximale situées en milieu marin à une décennie et obligeant les exploitants de carrières à présenter des rapports annuels sur la situation environnementale de leurs carrières.
A la lumière de ses éléments, le Programme des Nations unies prévient sans détour le Royaume sur les effets néfastes de cette course à la construction effrénée, en rappelant que « de nombreuses structures proches des côtes sont actuellement menacées par l'érosion du littoral ». Un avertissement qui ne concerne pas uniquement notre pays. En effet, le rapport s'adresse au monde entier. Avec une demande planétaire sur le sable et le gravier qui avoisinerait 50 milliards de tonnes par an, les scientifiques lancent un signal d'alerte mondiale en rappelant que « l'extraction d'agrégats dans les rivières et les côtes a entraîné une pollution, des inondations, une baisse rapide des aquifères et une aggravation de la sécheresse dans le monde ».
Dans ce cas, il est insupportable de s'apercevoir du manque d'intérêt affiché par plusieurs instances, dès qu'il s'agit de se soucier de l'état de la ressource, de la façon dont elle est exploitée et des réserves mondiales, se désole le Programme des Nations unies pour l'environnement dans le rapport issu d'une journée d'étude organisée en octobre 2018 avec l'Université de Genève. Une amère réalité qui risque certainement d'aller de mal en pis, alors qu'au même moment, après l'air et l'eau, le sable est la ressource naturelle la plus utilisée sur terre et à des proportions vertigineuses. C'est un peu comme l'oxygène qu'on respire, on n'y pense pas mais on ne peut pas vivre sans. Du coup, il est peut-être temps d'accorder à la problématique une attention particulière avant qu'il ne soit trop tard.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.