Cocimar diminue sa participation dans le capital de Ciments du Maroc    Royal Air Maroc a transporté plus de 160.000 passagers sur sa ligne Casablanca-Tunis en 2019    Alsa City Bus : Les raisons du débrayage    Trophées du FIFM: Le suspens est levé    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC tenu en échec par Mamelodi Sundowns    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    FIFM : Plusieurs projets récompensés dans le cadre des ateliers de l'Atlas    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    MAPA : Conférence internationale sur les addictions    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    L'Otan adopte une déclaration finale    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    Infantino va entrer au CIO en janvier    Des juges et des professionnels du sport débattent à Agadir des moyens pour lutter contre le hooliganisme    L'Afrique n'est pas la principale source des flux migratoires    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La filière oléicole assure une entrée de devises équivalente à 1,8 milliard de DH par an au Maroc    Comment protéger vos données personnelles    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Tous à Londres, personne à Madrid!    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    Salon de l'emploi : 1.000 postes à pourvoir pour une 1ère édition    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En déclin en Europe, que vaut vraiment la Bundesliga ?
Publié dans Libération le 17 - 05 - 2019

Le Bayern est à un match d'un septième titre consécutif, et la Bundesliga s'inquiète: une telle domination n'est-elle pas la marque d'un championnat qui s'affaiblit, comme le prouve cruellement le déclin allemand dans les compétitions européennes?
Plus personne, aujourd'hui, n'oserait proclamer que "la Bundesliga est le meilleur championnat du monde", comme l'avait fait en 2013 Ottmar Hitzfeld, double vainqueur de la Ligue des champions comme entraîneur avec Munich et Dortmund.
Un an avant la victoire de la Mannschaft au Mondial-2014, le Bayern et le Borussia avaient humilié Barcelone et le Real Madrid en demi-finales de Ligue des champions, pour disputer une finale 100% allemande remportée par les Munichois à Londres.
En six ans, de l'eau a coulé sous les ponts... et les rivaux du Bayern, Dortmund, Wolfsburg ou Leverkusen, ont eu du mal à surnager. Si la saison qui s'achève est restée indécise jusqu'au bout, les six précédentes victoires du "Rekordmeister" ont toutes été acquises avec une avance de 10 points ou plus sur le deuxième (25 points en 2013!).
"La Bundesliga a absolument besoin de plus de suspense et de plus de concurrence", plaide Philipp Lahm, l'ancien capitaine du Bayern.
Les résultats sur la scène européenne parlent d'eux-mêmes. Cette saison, aucune équipe allemande ne s'est qualifiée pour les quarts-de-finale de la Ligue des champions, pour la première fois depuis 2006. Les trois formations en lice ont été éliminées par... des Anglais. Le Bayern par Liverpool, Dortmund par Tottenham, et Schalke par Manchester City.
L'analyse détaillée de ces trois confrontations est encore plus inquiétante: cinq défaites, un nul et aucune victoire pour les Allemands, pour un score cumulé de 17-3!
Experts et dirigeants ont identifié depuis quelques années déjà les raisons de cette disgrâce, sans parvenir à inverser le cours des choses.
L'argent, d'abord. Grâce à ses pratiques vertueuses, la Bundesliga est un championnat qui se porte bien, avec des dettes modérées voire des bénéfices, comme au Bayern. Mais la sagesse étant le contraire de la folie, les clubs allemands ne bénéficient pas des investissements gigantesques dont bénéficient la plupart des grosses écuries d'Europe.
Et une règle sacro-sainte, dite du "50+1", interdit à un investisseur de prendre la majorité dans un club allemand. L'arrivée d'un mécène arabe ou russe, ou d'un investisseur chinois, est de facto impossible.
Résultat, la Bundesliga attire des joueurs jeunes, les revend avec profit (Ousmane Dembélé, Naby Keita, Kevin de Bruyne...), mais n'accueille pas de stars mondiales. Hors Bayern, les très grands joueurs ne restent jamais longtemps en Allemagne. Et parmi les dix plus gros transferts internationaux de l'histoire de la Bundesliga, on compte neuf ventes à l'étranger, pour une acquisition seulement, celle de Lucas Hernandez, récemment acheté à l'Atlético par le Bayern pour 80 millions d'euros.
Même constat pour les entraîneurs: les deux plus prestigieux servent des puissances étrangères, Jürgen Klopp à Liverpool et Thomas Tuchel à Paris.
Sur le plan de la détection des talents, nombre d'experts estiment que l'Allemagne, qui a formé une génération dorée au début du siècle, les champions du monde 2014, a là aussi perdu le contact. "Les Anglais nous ont dépassés", déplore le directeur sportif de Dortmund Michael Zorc, dont le club est pourtant réputé pour la qualité de sa formation. "Pour être honnête, si on cherche des talents exceptionnels, il est de plus en plus difficile de les trouver en Allemagne".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.