Inde. 43 morts suite à l'incendie d'une usine    Alerte rouge à Mayotte avant le passage du cyclone Belna    Le Polisario sur la sellette    Participation du Maroc à la conférence ministérielle des pays voisins de la Libye    Ligue des champions : Le WAC se contente du nul et le Raja rectifie le tir    Damir appelle à l'interdiction de toute instrumentalisation politique de la religion    La cuisine marocaine en vedette au festival de Hanoï    El Youssoufia : Une campagne de correction visuelle au profit des élèves    AM Invest Morocco renforce sa participation dans le capital d'Involys    «La Méditerranée plurielle dans un environnement de mondialisation» thème de la rencontre annuelle du GERM    Rapports du GIEC : contrubution active du Maroc    Le Maroc et l'AIE signent à Paris un Programme de travail conjoint    Le PPS au Parlement    SOS Littoral: La tête dans le sable    Agadir, capitale du cinéma mondial    Bassek Ba Kobhio, Invité d'honneur    L'Etoile d'or de Priyanka Chopra brille dans le ciel de Jemaa El Fna    Ligue des Champions : le Wac sort avec un nul face à Mamelodi Sundowns    RAM : plus de 160.000 passagers transportés sur la ligne Casa-Tunis en 2019    FIFM 2019 : Le film colombien « Valley of Souls »décroche l'Etoile d'Or    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC tenu en échec par Mamelodi Sundowns    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    L'Otan adopte une déclaration finale    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Infantino va entrer au CIO en janvier    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Malek : Tout ce qui tend à accompagner les jeunes talents est primordial
Publié dans Libération le 18 - 05 - 2019

Né en 1959, à Aix-en-Provence, Malek Belarbi, plus connu sous le nom de Malek, est un compositeur et interprète franco-marocain. Après avoir obtenu son baccalauréat en 1978, il poursuit ses études à Montpellier et forme son premier groupe de musique, un trio de guitaristes jouant en acoustique, dont il était également le parolier. Au cours de ses 30 ans de carrière, il a réalisé une dizaine d'albums réussis. Son tout premier succès était «La Mal-Vie», en 1980. Il a également été, durant plusieurs années, membre du jury de Studio 2M. Malek chante en français surtout, mais aussi en «darija» et se dit très fier de sa double culture franco-marocaine.
Libé : Vous êtes un auteur-compositeur-interprète franco-marocain. Que peut ajouter cette double culture au parcours d'un artiste ?
Malek : De manière très évidente, le multiculturalisme est une ouverture. Et qui dit "ouverture" dit pont entre soi et les autres, ou une envie et un besoin d'aller vers les autres. Il s'agit également de connaître la différence entre vous et autrui, l'accepter, et l'aimer… On peut dire que c'est surtout un besoin de donner, et une envie de recevoir. La multiplicité culturelle épanouit donc, celui qui a la chance de la vivre, et qui a envie de savoir et de connaissances.
Qu'il soit artiste ou pas. Cela grandit l'humain en soi et, par conséquent, fait grandir son talent.
Comment évaluez-vous votre parcours, vos 30 ans de carrière ?
Pour être tout à fait honnête, je n'évalue rien. Car cela reviendrait à faire une espèce de bilan de fin de parcours.
Or, je suis encore et toujours en train de rechercher la musique ou le texte idéal. Je ferai donc un bilan quand j'aurai des certitudes. Et ça n'est pas le cas du tout ! Pour moi, je suis toujours à mes débuts.
Tout jeune, vous avez été influencé aussi bien par de talentueux musiciens marocains et arabes que par de grands chanteurs comme Brel, Brassens ou Dylan.
J'ai surtout été influencé par la pop-rock des années 70. Et ça a mis le feu aux poudres de mon adolescence... Plus tard Brassens, pour cet humour extraordinaire, et cette rigueur de l'écriture. Parallèlement à tout, j'adorais Fayrouz. Elle a toujours déclenché une émotion incroyable en moi, et c'est toujours le cas. Avec Fayrouz, il se passe quelque chose de cosmique. On n'est pas loin du surnaturel. Mais, il faut dire que j'aime beaucoup d'autres choses.

Vous avez été, durant plusieurs années, membre du jury de « Studio 2M ». Est-ce un exercice difficile ?
Tout ce que l'on fait en donnant le meilleur de soi-même, en s'imposant une rigueur sans faille, et en n'étant jamais complaisant avec soi-même, est un exercice difficile. De plus, pour ce domaine de découverte de jeunes talents, vous n'avez pas du tout le droit de trahir la confiance que ces jeunes mettent en vous. Ceci est une vraie mission.
Et que pensez-vous de ce genre d'émissions, consacrées à la découverte de jeunes talents ?
Je pense que tout ce qui tend à accompagner des jeunes qui désirent aller au bout de leurs rêves est primordial. Nous l'avons fait dans le domaine de la chanson, avec pour unique mission, de faire profiter des gamins de notre expérience et de leur transmettre ce qu'on sait faire. Puisque transmettre est un acte majeur, et la télé sert exactement à cela. Maintenant, il faut que ce genre d'émissions s'étende à d'autres domaines, parallèlement à ce qui est artistique, toujours avec le même principe de la transmission.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.