Tanger : Le CRI entame son service    Rabat: La commune n'arrive pas à adopter son projet de budget 2020    Plan d'épargne action: Les conseillers rectifient le tir    Rabat : Un incendie s'est déclenché à Arribat Center    Inde. 43 morts suite à l'incendie d'une usine    Alerte rouge à Mayotte avant le passage du cyclone Belna    Participation du Maroc à la conférence ministérielle des pays voisins de la Libye    Ligue des champions : Le WAC se contente du nul et le Raja rectifie le tir    Le Polisario sur la sellette    Damir appelle à l'interdiction de toute instrumentalisation politique de la religion    La cuisine marocaine en vedette au festival de Hanoï    El Youssoufia : Une campagne de correction visuelle au profit des élèves    «La Méditerranée plurielle dans un environnement de mondialisation» thème de la rencontre annuelle du GERM    AM Invest Morocco renforce sa participation dans le capital d'Involys    Le Maroc et l'AIE signent à Paris un Programme de travail conjoint    Le PPS au Parlement    SOS Littoral: La tête dans le sable    Rapports du GIEC : contrubution active du Maroc    Agadir, capitale du cinéma mondial    Bassek Ba Kobhio, Invité d'honneur    L'Etoile d'or de Priyanka Chopra brille dans le ciel de Jemaa El Fna    RAM : plus de 160.000 passagers transportés sur la ligne Casa-Tunis en 2019    Ligue des Champions : le Wac sort avec un nul face à Mamelodi Sundowns    FIFM 2019 : Le film colombien « Valley of Souls »décroche l'Etoile d'Or    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC tenu en échec par Mamelodi Sundowns    CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    L'Otan adopte une déclaration finale    Réforme des retraites: Mobilisation massive en France    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Infantino va entrer au CIO en janvier    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A Cannes, un cri d'alarme sur le sort des banlieues
Publié dans Libération le 18 - 05 - 2019

"Ça fait 20 ans qu'on est «gilets jaunes», qu'on revendique des droits, qu'on subit les violences policières et qu'on se prend des coups de «flashball»": avec "Les Misérables", son premier long métrage, en compétition à Cannes, le Français Ladj Ly lance un cri d'alarme sur les banlieues. Celui qui a grandi et vit toujours à Clichy-Montfermeil, en Seine-Saint-Denis, à l'est de Paris, avait filmé sa ville après les émeutes de 2005, provoquées par la mort de deux adolescents.
En qualité alors de documentariste. En 2017, il tente l'aventure de la fiction avec un court-métrage, "Les Misérables", nommé aux César, dont il va reprendre la trame pour un long-métrage en forme de manifeste, présenté mercredi soir en sélection officielle. Car, dans les banlieues, le risque d'explosion est plus que jamais là, explique le réalisateur de 39 ans. "On a eu 2005, on a eu un petit aperçu. Quinze ans après, les choses n'ont pas vraiment évolué", souligne celui qui se dit prêt à aller montrer à l'Elysée son film au président Macron. "Les Misérables", qui emprunte son titre au roman de Victor Hugo, dont l'action se déroule en partie à Montfermeil, suit les premiers jours de "Pento" (Damien Bonnard), un flic qui débarque à la brigade anti-criminalité, en plein été, au lendemain de la victoire des Bleus. Ses premières heures avec ses coéquipiers -- Chris (Alexis Manenti) et "Gwada", issu de quartiers (Djebril Zonga)-- s'apparentent à un bizutage et lui font découvrir la cité et ses habitants. L'occasion de brosser un tableau saisissant d'une société, "si loin, si proche" de Paris, avec les jeunes -- "les microbes"-- qui errent sans perspective, les Frères musulmans qui prodiguent conseils aux petits, des gitans prêts à en découdre, des habitants chargés d'apaiser les tensions... "Montfermeil reste un ghetto laissé longtemps à l'abandon. Les gens sont obligés de trouver des compromis pour que ça ne dégénère pas", souligne Ladj Ly, qui a voulu éviter les clichés sur la banlieue, choisissant de ne pas mettre de rap dans le film, ni de montrer de drogues ou d'armes. Avec l'idée d'être au plus juste: "ni pro-banlieusards, ni anti-condés [anti-flics]". "Les Misérables, c'est tout le monde, les habitants, comme les policiers. C'est cette multitude de souffrance et de violence", souligne le comédien Damien Bonnard, vu l'an dernier dans "En Liberté!". Une violence sociale qui fait écho à celle des "gilets jaunes", estime Ladj Ly, et qui est réprimée de la même manière par des violences policières. Dans le film, c'est un tir de lanceur de balles de défense qui va précipiter l'explosion de la cité.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.