Abdessamad Kayouh s'entretient à Paris avec le président du Sénat    New-York. Un ancien ambassadeur marocain poursuivi pour "fraude sur les visas"    Meknès. Arrestation d'un partisan de Daesh qui planifiait un attentat-suicide    Le roi Mohamed VI félicite Abdelmadjid Tebboune    Découvrez les vainqueurs de la 8ème Course de Tafilalet    Plus de 25 entreprises portugaises en mission d' affaires multisectorielle au Maroc    La torture est-elle toujours de rigueur ?    Volonté du Maroc de renforcer sa coopération avec les Parlements d'Amérique latine et des Caraïbes    L'ONU réaffirme son soutien au processus politique en cours au Sahara    Omar El-Béchir, l'autocrate déchu aux multiples visages    Pompeo promet une réponse ferme si l'Iran nuit aux intérêts américains en Irak    Les mesures restrictives prennent de l' ampleur au niveau du commerce mondial    Signature à Montréal d' un accord de partenariat entre Attijariwafa Bank et la Banque nationale du Canada    Klopp : Le projet d'expansion de la Ligue des champions à 32 clubs est du grand n 'importe quoi    Tokyo dévoile son stade olympique conçu pour affronter la chaleur    Un camion douche pour voir la vie sous un nouveau jour    Oujda aura son Centre d' accueil des enfants et adolescents autistes    Divers    L'USFP démarre les "Forums Socialistes " par la question économique sous le thème    "Un autre ciel" de Mohammed Al Horr présentée Journées Théâtrales de Carthage    Le public rbati découvre l'Amazonie brésilienne à travers la musique et le cinéma    Mordu par un chat au Maroc, il succombe quelques jours après en Espagne    L'Assemblée générale du Royal Golf Anfa Mohammedia est reportée    Casablanca. Rencontre-débat sur la promotion du don d'organes    Communiqué du Cabinet Royal    Agadir, un paradis de retraite où il fait bon vivre    Enseigner autrement!    Entretien avec le cinéaste et romancier Atiq Rahimi    Botola Pro D1: Les mises à jour se poursuivent    Un site structurant à dimension internationale    Météo : Fortes vagues attendues sur l'Atlantique    Skhirat: Deux médecins chercheuses marocaines en diabète primées par SANOFI    Oujda. Formation sur la gouvernance au profit des conseillères communales    Abdennabaoui insiste sur le rôle « central » du corps du Secrétariat-greffe    HCP : Les solutions à la réduction des inégalités, selon les Marocains    Inde: 200 millions de musulmans, une minorité indésirable?    L'APSB s'associe à la naissance de l'Association des sociétés de bourse africaines    L'olive tient salon à Taourirt    Les Gnaoua au patrimoine de l'Unesco salués par André Azoulay    Cinéma et migration : « Rafaël » remporte le grand prix du Festival d'Agadir    Casablanca: Annonce des projets primés au Festival international du film de l'étudiant    Attijariwafa bank renforce son engagement en faveur des MRE du Canada    Forum parlementaire: Le Maroc et la France, partenaires pour la sécurité et le développement en Afrique    L'Organisation de Coopération Islamique fait le bilan de 20 ans d'activités    Botola Pro D1 : Le classico Wydad-AS FAR vole la vedette    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Poussée attendue des populistes à J-6 avant le coup d'envoi des Européennes
Publié dans Libération le 18 - 05 - 2019

Plus de 400 millions d'électeurs dans les pays de l'UE sont appelés aux urnes du 23 au 26 mai pour élire un nouveau Parlement européen, où les partis populistes devraient enregistrer une nouvelle poussée, portés par la question brûlante de l'immigration.
Les forces hostiles à l'UE seront cependant loin de remporter une majorité, d'après les sondages. Mais ils vont contribuer au chamboulement des équilibres historiques de l'hémicycle européen, dominé de manière quasi-ininterrompue depuis 1979 par les deux grands partis de la droite et de la gauche pro-européennes.
Ironie de l'histoire: le vote commencera au Royaume-Uni, forcé de participer au scrutin car son accord de divorce avec l'UE n'a toujours pas été ratifié. Il se terminera dimanche, avec le passage dans l'isoloir des électeurs de grands pays comme l'Allemagne, la France, l'Italie ou l'Espagne.
Les scores des partis d'extrême droite du Rassemblement national de Marine Le Pen en France, de La Ligue de Matteo Salvini en Italie et du parti du Brexit de l'europhobe Nigel Farage au Royaume-Uni seront particulièrement scrutés.
Considérées par les politologues comme des "élections-défouloir", le renouvellement des 751 élus du Parlement est aussi traditionnellement marqué par une forte abstention, alors qu'il est un rouage essentiel dans l'élaboration des lois européennes.
Ce désintérêt des électeurs n'a cessé d'augmenter depuis la première édition en 1979. L'abstention a grimpé de 38% cette année-là à 57,4% en 2014 pour le dernier scrutin. Elle avait été particulièrement forte dans les pays de l'Est de l'Europe, comme la Slovaquie (87%).
L'immigration, la protection de l'environnement, un thème qui a émergé dans la dernière ligne droite avec la mobilisation des jeunes dans plusieurs pays, sont considérés comme les principaux défis pour l'avenir de l'UE, selon un sondage YouGov réalisé auprès de 8.021 personnes dans huit pays (Belgique, France, Allemagne, Italie, Espagne, Pologne, Hongrie, Suède), publié en mai.
Quatre ans après la crise migratoire de 2015 et bien que le flux des arrivées n'ait depuis cessé de chuter, l'extrême droite continue à concentrer son discours sur cette thématique.
C'est aussi autour de cette question, devenue une ligne de fracture sur le continent, que les chefs de la Ligue italienne Matteo Salvini et du Rassemblement national français Marine Le Pen tentent de fédérer un front commun de forces nationalistes.
Dans le nouvel hémicycle, leur groupe actuel, l'ENL grimperait à 62 élus (25 de plus qu'actuellement) dont 26 Italiens de la Ligue (+20) et 20 Français (+5) du RN, selon la dernière projection publiée par le Parlement, sur la base d'enquêtes dans les 28 pays.
En y ajoutant les europhobes et populistes de l'ELDD (où siègent le Mouvement Cinq Etoiles italien ou encore le Britannique pro-Brexit Nigel Farage), et les eurosceptiques du CRE (où siègent les Tories britanniques et les Polonais du parti PiS au pouvoir à Varsovie), cette projection donne 173 élus à ce bloc disparate.
"Actuellement, il y a presque 25% d'eurosceptiques au Parlement, cela pourrait aller jusqu'à 35 %", estime Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert-Schuman. "Ça ne va pas bloquer le Parlement mais il y aura une irradiation, une influence sur des partis de droite ou d'extrême gauche dans les thématiques", ajoute-t-il.
En outre, si ces partis, qui veulent changer l'UE de l'intérieur, peuvent se retrouver sur l'immigration, ils sont loin d'être d'accord sur d'autres sujets majeurs, comme l'attitude à avoir sur la Russie de Vladimir Poutine.
Quant aux deux grandes familles traditionnelles, le PPE à droite et les sociaux-démocrates (S&D) à gauche, elles abandonneraient chacune 37 sièges, perdant leur majorité, selon la dernière projection publiée par le Parlement européen.
Les Verts, qui pourraient bénéficier du mouvement pro-climat, en Belgique et en Allemagne notamment, gagneraient eux 5 sièges.
Sur un tel échiquier recomposé, les libéraux espèrent tirer leur épingle du jeu. A la faveur d'un élargissement aux nouveaux élus français macronistes de La République en Marche, ce groupe entend jouer un rôle pivot, en devenant la troisième force dans la nouvelle assemblée.
"Il y a une forte probabilité pour qu'il faille être au moins trois groupes pour faire une majorité, une vraie nouveauté au Parlement", souligne M. Giuliani.
Ce jeu d'alliances sera crucial pour désigner les futurs patrons de l'Europe, dont le successeur de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission. Un mercato qui va s'accélérer dès le lendemain des élections.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.