Abdessamad Kayouh s'entretient à Paris avec le président du Sénat    New-York. Un ancien ambassadeur marocain poursuivi pour "fraude sur les visas"    Meknès. Arrestation d'un partisan de Daesh qui planifiait un attentat-suicide    Le roi Mohamed VI félicite Abdelmadjid Tebboune    Découvrez les vainqueurs de la 8ème Course de Tafilalet    Plus de 25 entreprises portugaises en mission d' affaires multisectorielle au Maroc    La torture est-elle toujours de rigueur ?    Volonté du Maroc de renforcer sa coopération avec les Parlements d'Amérique latine et des Caraïbes    L'ONU réaffirme son soutien au processus politique en cours au Sahara    Omar El-Béchir, l'autocrate déchu aux multiples visages    Pompeo promet une réponse ferme si l'Iran nuit aux intérêts américains en Irak    Les mesures restrictives prennent de l' ampleur au niveau du commerce mondial    Signature à Montréal d' un accord de partenariat entre Attijariwafa Bank et la Banque nationale du Canada    Klopp : Le projet d'expansion de la Ligue des champions à 32 clubs est du grand n 'importe quoi    Tokyo dévoile son stade olympique conçu pour affronter la chaleur    Un camion douche pour voir la vie sous un nouveau jour    Oujda aura son Centre d' accueil des enfants et adolescents autistes    Divers    L'USFP démarre les "Forums Socialistes " par la question économique sous le thème    "Un autre ciel" de Mohammed Al Horr présentée Journées Théâtrales de Carthage    Le public rbati découvre l'Amazonie brésilienne à travers la musique et le cinéma    Mordu par un chat au Maroc, il succombe quelques jours après en Espagne    L'Assemblée générale du Royal Golf Anfa Mohammedia est reportée    Casablanca. Rencontre-débat sur la promotion du don d'organes    Communiqué du Cabinet Royal    Agadir, un paradis de retraite où il fait bon vivre    Enseigner autrement!    Entretien avec le cinéaste et romancier Atiq Rahimi    Botola Pro D1: Les mises à jour se poursuivent    Un site structurant à dimension internationale    Météo : Fortes vagues attendues sur l'Atlantique    Skhirat: Deux médecins chercheuses marocaines en diabète primées par SANOFI    Oujda. Formation sur la gouvernance au profit des conseillères communales    Abdennabaoui insiste sur le rôle « central » du corps du Secrétariat-greffe    HCP : Les solutions à la réduction des inégalités, selon les Marocains    Inde: 200 millions de musulmans, une minorité indésirable?    L'APSB s'associe à la naissance de l'Association des sociétés de bourse africaines    L'olive tient salon à Taourirt    Les Gnaoua au patrimoine de l'Unesco salués par André Azoulay    Cinéma et migration : « Rafaël » remporte le grand prix du Festival d'Agadir    Casablanca: Annonce des projets primés au Festival international du film de l'étudiant    Attijariwafa bank renforce son engagement en faveur des MRE du Canada    Forum parlementaire: Le Maroc et la France, partenaires pour la sécurité et le développement en Afrique    L'Organisation de Coopération Islamique fait le bilan de 20 ans d'activités    Botola Pro D1 : Le classico Wydad-AS FAR vole la vedette    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Burkina demande "la création d'une coalition internationale" antiterroriste
Publié dans Libération le 18 - 05 - 2019

La lutte contre le terrorisme et la criminalité au Sahel "est une responsabilité collective" et "il est temps que la communauté internationale envisage la création d'une coalition internationale", a affirmé jeudi au Conseil de sécurité de l'ONU le chef de la diplomatie du Burkina Faso.
Ces fléaux doivent "être traités avec la même détermination que celle qui a prévalu en Irak et en Afghanistan", a estimé Alpha Barry, qui s'exprimait au nom des cinq pays membres de la Force G5-Sahel (Burkina, Niger, Tchad, Mauritanie et Mali).
"Les Etats membres du G5-Sahel n'y arriveront pas tout seuls", a insisté le ministre burkinabé, en évoquant "une lutte pour (leur) survie" et en rappelant les évènements de ces dernières semaines: prise en otages de Français, assassinats dans des églises, décès mardi de 28 soldats nigériens...
Au Sahel, "les groupes terroristes (...) restent toujours forts et (...) partout la menace gagne du terrain", a estimé le ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso.
Sans répondre à la demande de créer une coalition internationale, le Conseil de sécurité a exprimé dans une déclaration rendue publique jeudi soir "sa profonde préoccupation devant la détérioration continue de la situation sécuritaire et humanitaire dans la région du Sahel". Il affirme sa "volonté de contribuer à prévenir toute nouvelle déstabilisation" au Burkina Faso, en particulier dans ses zones frontalières, ajoute la déclaration adoptée à l'unanimité de ses quinze membres.
Lors de la réunion du Conseil, Alpha Barry a aussi réclamé à la communauté internationale d'afficher "une position claire quant à la résolution de la crise libyenne", alors que le pays "reste un sanctuaire d'incubation" pour des "terroristes et criminels de tous ordres".
Secrétaire générale adjointe de l'ONU pour l'Afrique, Bintou Keita a aussi considéré que "la Force conjointe G5-Sahel ne pouvait pas affronter seule la charge du combat contre le terrorisme et stabiliser la région".
Elle a demandé au Conseil de sécurité d'élargir le soutien logistique de l'ONU à cette Force antijihadiste lancée formellement depuis deux ans mais qui souffre toujours d'un manque d'équipement et d'une opérationnalisation incomplète.
Les Etats-Unis, qui privilégient une approche bilatérale, refusent toute implication plus forte de l'ONU en soutien à cette unité multinationale de 5.000 militaires.
"L'assistance bilatérale est le meilleur moyen d'aider cette force", a répété l'ambassadeur américain adjoint, Jonathan Cohen. Il a précisé que l'aide américaine aux pays concernés s'élevait à 111 millions de dollars.
Comme la France, le diplomate américain a reconnu que "les conditions de sécurité continuent de se détériorer" au Sahel et que "cette insécurité a une incidence sur l'ensemble de l'Afrique de l'Ouest". Mais il a critiqué dans le même temps les velléités de certains au Conseil de sécurité à vouloir renforcer l'implication de l'ONU dans la région, y compris dans son soutien logistique qui devait à l'origine n'être qu'une "mesure temporaire".
La dégradation de la situation "fait peser un risque sans précédent sur la stabilité de l'Afrique de l'Ouest tout entière", a estimé l'ambassadeur français, François Delattre, en appelant au contraire à "renforcer le soutien multilatéral" à la Force G5-Sahel "via l'octroi d'un mandat robuste" par l'ONU "et la mise en oeuvre d'un paquet logistique".
La Russie n'est pas opposée à "un financement de la force conjointe provenant du budget ordinaire des Nations unies", a indiqué l'ambassadeur russe adjoint Dmitry Polyanskiy.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.