L'Iran dit avoir abattu un drone américain et parle de « ligne rouge »    TE Connectivity inaugure sa deuxième usine de production au Maroc    Organisé par AOB Group et l'AMEE : La performance énergétique dans l'hôtellerie en débat    Une nouvelle stratégie de financement de la santé s'impose    Accueil en fanfare pour le président chinois en Corée du Nord    Objectif Downing Street : Place aux deux finalistes    CAN 2019 : La CAF prévoit 2 pauses fraîcheur par match    Jeux Africains de Plage : le Maroc bat l'Algérie au beach-soccer    Arts martiaux : Marrakech abritera le Championnat du monde professionnel de muay thai    Saut d'obstacles : Concours officiel de la Garde royale du 28 au 30 juin à Rabat    Kenzi Tower Hôtel: Restaurant Sens, une carte joliment revisitée    L'OPM célèbre la fête de la musique aux rythmes de compositions dansantes    Jazzablanca : 80% des festivaliers ont un accès gratuit    L'exposition «Mains de lumière» éblouit des étudiants et chercheurs    Le coût social aggrave le déficit budgétaire en 2019    Rabat. EBM lance ses programmes préparatoires pour les tests d'admissions    Sahara marocain à l'ONU: L'initiative marocaine fortement soutenue    Le temps est ainsi fait    Sécurité et développement en Afrique. Comment le continent peut se prendre en main    Marquage fiscal .L'ADII lance un appel d'offres    Inscriptions au doctorat. L'UM5R annonce une baisse des frais pour les fonctionnaires    Journée mondiale des réfugiés    Les Lions de l'Atlas en Egypte pour un deuxième exploit    Déconcentration administrative : La Commission interministérielle fait le point    Le Centre international Hassan II de formation à l'environnement voit le jour à Salé    Le peuple marocain célèbre ce jeudi le 49ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    Les stocks de sardinelles et de chinchards surexploités    Benslimane : 4 personnes périssent dans un accident de la route    Médecine : Drôles de carabins !    L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète    Musiques sacrées du monde: Concert «engagé» de Marcel Khalifa    Tourisme: Le Marrakech du Rire fait grimper le baromètre    Habib El Malki en visite à Dublin    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    Dormir devant la télévision fait grossir    Divers    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Bulletin de la CAN    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Bouillon de culture    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Et si notre amnésie était dégénérescente… ?
Publié dans Libération le 20 - 05 - 2019

Quand j'ai compris que ça ne peut pas changer, qu'il y a un réel risque de déshérence, que cet état d'amnésie dans lequel nous gisons ces derniers temps, ne peut se régénérer en nous comme un état nouveau où l'on peut reconstruire, rebâtir un présent solide pour nos enfants et pour nous, j'ai senti une autre sorte d'inquiétude : celle qui occupe l'esprit sournoisement sans que j'en sache la cause réelle.
Si le silence est sage, ne pas dire et accepter le déraisonnement actuel de notre monde, est fourberie et pure veulerie.
Ces derniers temps sont extraordinairement agités, il y a une acuité de tout : la parole d'un côté et le silence de l'autre. Plusieurs sujets sont ouverts, et les tables rondes tournoient sans pouvoir prononcer le mot de la fin.
Que se passe-t-il ?
J'ai l'impressions que nous sommes stationnés dans une sorte d'amnésie, une sorte de méconnaissance, d'oubli irréversible de ce que nous sommes. Ce n'est certainement pas un état délibéré, il a été construit par une multitude de faits qui ne cessent de changer notre rapport au monde, notre aptitude à être la possibilité créative de ce monde.
Et puis en parlant avec la langue du cœur, car le cœur ne se trompe pas, il est le siège de nos sentiments, nos ressentiments, nos désirs, nos enthousiasmes et entrains…, mon mot ne tombera pas dans l'impersonnel ni dans la solitude du monologue.
J'avoue aussi qu'à un moment j'avais cessé de dire les choses telles que je les voyais, je m'abandonnais à cet indiscret sentiment d'insociabilité. Je trouvais plus confortable de me couvrir de solitude inquiète que de m'inquiéter inlassablement de la situation actuelle, situation insoutenable.
« Dans quelle ère vit-on? », me dit-on. Qui suis-je pour pouvoir statuer de l'ère ? Je peux dire que nous vivons dans des temps flous où plusieurs voix se sont entremêlées sans savoir qui parle réellement et qui n'écoute pas. Avec toute la profusion de l'information, tous les canaux de communication, il faut avouer qu'aucune communication ne passe et que tout discours ou énoncé tombent dans l'oreille d'un sourd.
Se plaint-on ? oui. A-t-on l'habitude de tenir des propos défaitistes, de critiquer pour la critique ? Je peux répondre par la négative. La plainte d'aujourd'hui est bien réelle, bien lucide et de source conquise, de matière propre à toute une génération qui se retrouve dans un bourbier dont il est presque impossible de s'en sortir indemne.
Le bourbier a été soigneusement préparé et installé partout de telle sorte qu'on s'en prend les pieds le jour comme la nuit.
Dira-t-on : de quoi rougit-on, ne demande-t-on pas que la santé et la paix ? Se cantonner ainsi dans un système de défense comme l'appelle Freud « Nous ne voulons que la paix et la santé ! » Propos compréhensibles, nous n'avons que cette santé probable car tous les capitaux, et ce dans tous les domaines, subsistent improbables, inexistants. Tout se joue sur la corde du funambule. Le fil est fin et le risque est grand.La chance fera-t-elle que le fil ne s'amenuise pas rapidement ? Nous prierons que ce fil raide soit de bonne fortune.
Nous sommes, en effet, les spectateurs assidus de nos saltimbanques, ils déménagent continuellement, en faisant à chaque foire un tour d'acrobatie. Ils s'élancent parfois très haut, au point que notre regard ne peut atteindre ni leur mouvement, ni leur atterrissage. Ils jouent loin de nous, nous sommes des spectateurs de l'invisible, nous stipulons, admettons et avec un grincement de dents, nous disons : « Mais qu'est-ce qu'ils font, nous avons pourtant payé notre ticket d'entrée, nous le payons toujours, pourquoi le spectacle reste inaccessible, inavouable ? »
Nous nous répétons avec une voix terne et incongrue que nous sommes dans la situation d'une mère qui dément complètement qu'elle est en état de grossesse, elle vit le déni. Et nous sommes le déni de notre siècle, nous sommes la matrice qui n'a accouché d'aucune identité, nous sommes le traumatisme espéré, nous sommes ceux qui discutent dans les couloirs, ceux qui disent la moitié de la phrase, ceux qui ne savent pas qu'ils peuvent encore dire, ceux vendus à une fragilité de la vie qui ne leur offre que ce qu'ils n'espèrent pas.
S'agit-il encore une fois d'hyperboles ? Ces mots sont-ils boursoufflés de quelques parties ou maigres encore de tout ce qui n'a pas été dit ?
Je ne peux me targuer d'avoir tout dit ou me reprocher de n'avoir rien dit. Faut-il juste dire ou faut-il dépasser le verbe et sauter de la corde du funambule pour retrouver le sol sûr où nous pouvons chanter en chœur la chanson des possibilités ?
Mais d'abord, il faut quitter le spectacle de l'inutile et se dire que nous pouvons agir dans l'assurance d'une conscience bien éveillée, bien relevée.
Nous devons être dans cette conscience éveillée pour ne pas se perdre dans des entreprises superflues. Est-ce trop espérer pour nous ?
Non.
Chacun de nous est doté d'une puissance d'être considérable, d'un conatus nous permettant de nous concilier avec nous-mêmes et par voie de conséquence avec autrui, avec notre monde.
Je me laisse aussi dire que je ne me suis pas installée dans un enfermement idéaliste : secouer sa boîte intérieure et hop fin des désenchantements (car il y en a plusieurs) : retour du flux, rétablissement de notre mémoire, régénérescence spectaculaire, salut ! Ceci n'est pas un beau discours !
J'ai été dans la langue du cœur, les mots fusaient souterrainement et le piano du clavier a fait le reste.
Somme toute, il faut bien que nous cherchions dans les mots leur pouvoir d'incitation à l'action, nous ne pouvons plus être dans cet état stationnaire, dans cette paresse presque pathologique où nous nous résumons dans plusieurs systèmes de défense : «C'est comme ça… faisons passer… on n'y peut rien… ! »
Ceci n'est pas un beau discours.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.