Karim Benzema répond à Noël Le Graët    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    Les députés du PPS décortiquent un projet obsolète    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    Le PPS et la Loi de Finances 2020    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Lutte ouvrière!    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    Fathallah Sijilmassi présente son dernier ouvrage à Bruxelles    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Le Maroc réélu membre du conseil d'administration de l'Euromed Postal    Après la défaite face à la Mauritanie, Halilhodzic commente...    MEDays : Appel à une approche ascendante du multilatéralisme    Suite à l'alerte météo, le ministère de l'Equipement appelle à la vigilance    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son soutien à la marocanité du Sahara    Après le buzz de la vidéo le montrant en train de négocier l'allègement d'une peine, la police arrête un "semsar"    Jury au festival international du film, Asma Graumiche va faire rayonner le Maroc au Caire    Derby Casablanca : Le Wydad procédera à la vente des billets en ligne    L'hommage posthume de la famille du basket à Abderrahmane Sebbar    Khalid Echajari s'adjuge l'Open national des échecs à El Jadida    En Afrique du Sud, le sel sacré qui épice la grande cuisine    L'agroalimentaire marocain, un secteur en pleine expansion en Afrique    Ce que la reine Elisabeth apprécie le plus chez Kate Middleton    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Quatre visages pour raconter : La Havane, à l'aube de ses 500 ans    L'industrie 4.0, une opportunité à saisir pour accéder à un nouveau palier de développement    La culture marocaine dans ses multiples facettes en vedette à Toronto    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Les indices Amadeus mis en avant à Tanger    Vincenzo Amendola : Le Maroc, un partenaire crédible de l'Italie et de l'Union européenne    Présentation du nouveau staff technique du Raja    Miley Cyrus opérée des cordes vocales    Nicki Minaj gâtée pour son mariage    Ben Affleck à l'affiche d'"Hypnotic"    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Rabat lance son nouveau mode de transport urbain «Tram'Bus»    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes
Publié dans Libération le 21 - 05 - 2019

En larmes, le monstre sacré du cinéma Alain Delon a reçu dimanche une Palme d'or d'honneur au Festival de Cannes pour l'ensemble de sa carrière malgré des protestations d'associations féministes, remerciant le public à qui il a voulu dire au revoir. "Il y a longtemps que je n'ai pas autant chialé", a avoué l'acteur de 83 ans, le visage rougi, en recevant cette récompense des mains de sa fille Anouchka, sous un tonnerre d'applaudissements.
Dans une salle comble, en présence notamment du ministre de la Culture Franck Riester, du président du Festival Pierre Lescure et de son délégué général Thierry Frémaux, le public avait été invité à porter un badge avec le mot "star", rappelant celui que l'acteur avait porté au Festival en 2007.
"Ce soir c'est un peu un hommage posthume, mais de mon vivant", a réagi l'acteur. "Je vais partir, mais je ne partirai pas sans vous remercier". "Si je suis une star, et c'est pour ça que je veux vous remercier, c'est au public que je le dois et à personne d'autre", a-t-il ajouté, soulignant qu'il pensait aussi à deux des femmes de sa vie, les actrices Mireille Darc et Romy Schneider.
Auparavant, l'icône du cinéma français des années 60 et 70 avait foulé le tapis rouge de Cannes au son notamment de la musique du "Clan des Siciliens" d'Henri Verneuil. Portant au revers de sa veste un badge représentant la couverture du magazine Paris Match de la naissance de sa fille, il avait longuement salué la foule et signé quelques autographes.
Cette journée d'hommage avait commencé en fin de matinée par une masterclass au cours de laquelle il avait évoqué pendant près d'une heure et demie ses souvenirs de cinéma. Il en avait profité pour rendre hommage aux femmes qui lui ont permis de devenir acteur. "Ce sont les femmes qui m'ont aimé, qui m'ont fait faire ce métier, qui ont voulu que je le fasse et qui se sont battues pour que je le fasse", a lancé celui qui a tourné avec Visconti, Melville ou Antonioni.
Cette Palme d'or a été précédée d'une polémique, déclenchée avant même le début du Festival. Des féministes ont reproché à l'acteur d'être "raciste, homophobe et misogyne", selon les termes de l'Association américaine Women and Hollywood, s'appuyant sur des propos qu'il a tenus jadis. Une pétition, qui a recueilli plus de 25.000 signatures, a aussi demandé à Cannes de "ne pas l'honorer". "On n'est pas obligé d'être en accord avec moi. Mais il y a une chose au monde dont je suis sûr, dont je suis fier, vraiment, une seule, c'est ma carrière", a déclaré l'acteur en recevant son prix. "Cette Palme d'or, on me l'a offerte pour ma carrière et pour rien d'autre, et c'est pour ça que je suis fier".
Dans Le Journal du dimanche, il s'était efforcé de répondre à ses détracteurs, leur reprochant d'avoir "inventé des déclarations". "Alain Delon n'a pas peur de déplaire, de se tromper, et n'a pas peur d'être seul", a souligné dimanche soir Thierry Frémaux, indiquant que le Festival serait "toujours du côté des artistes".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.