La 1ère partie du PLF 2020 adoptée en première commission par la Chambre des représentants    Dakhla : Akhannouch préside l'ouverture d'un salon sur l'aquaculture    Comment Donald Trump s'est embourbé dans l'affaire ukrainienne    Nouveau Mitsubishi L200. La robustesse pour devise    CNDH : Aucune trace de torture sur les détenus du hirak du Rif    La justice américaine se prononce sur les fouilles d'ordinateurs et appareils aux frontières    Halilhodžić s'exprime sur le cas Hamdallah    Vivo Energy Maroc et Myher Holding co-actionnaires dans la société Sopétrole    Othman Benjelloun et Leila Mezian, primés «Personnalités visionnaires» à Washington    Coupe de la CAF: Groupes équilibrés pour la RSB et le HUSA    Le Raja et le Wydad s'inclinent    L'autre facette de l'Homme des temps modernes    L'international espagnol David Villa annonce sa retraite    Les jeunes du PPS et de l'Istiqlal montrent la voie du changement    Mustapha Bakkoury désigné président du comité de pilotage de l'initiative «Desert to Power»    Couverture sanitaire universelle : Rabat accueille une session de formation sur l'expérience marocaine    Casablanca : Arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    L'ancien président Lula quitte la prison…    Marrakech accueille la 3ème Conférence de la Femme Africaine    Hommages et rayonnement    FIESAD2019: «Men Po» de la Chine remporte le Grand prix    Les nouveautés du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders    Wafa Assurance. L'acquisition de Pro Assur finalisée au Cameroun    Un mal pour un bien    Une délégation de Bayt Al Hikma reçue au siège du Parti à Rabat    Le groupement parlementaire du PPS scandalisé par une «mesure discriminatoire»    Tournoi Omnium VI: Banco pour Maha Haddioui !    Boeing espère la fin de l'immobilisation au sol du 737 Max avant fin décembre    Lancement du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders à Essaouira    Forum MEDays : le président sénégalais arrive à Tanger    Radio Sol, une nouvelle radio axée « musique et divertissement »    Lancement du Fonds de l'eau de Sebou, un projet pionnier !    Alsa en situation d'oligopole ?    Nouvelle arrestation pour le BCIJ à Guelmim    Une forte délégation marocaine à Johannesburg pour présenter les atouts du Royaume    Le marocain SGTM entame la réalisation d'une embouchure aux environs d'Abidjan    Trois artistes blessés dans une attaque au couteau lors d'un spectacle à Ryad    Insolite : Voler une voiture de gendarmerie    Comment cultiver le stress positif    La pneumonie, tueuse d'enfants    Dernière rentrée de 2019 pour les Bleus    Sterling écarté de l'équipe d'Angleterre    La Supercoupe d'Espagne s'installe en Arabie Saoudite pour trois ans    Lors de l'émission «Décryptage» de MFM Radio    Guerre des chefs à la tête du Polisario    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Marocains" de Leila Alaoui atterrissent à Séville    "Lire Casablanca", une invitation à comprendre le développement urbain de la métropole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans
Publié dans Libération le 22 - 05 - 2019

Un homme dans un cockpit en flammes, mort paisiblement quelques décennies plus tard: Niki Lauda, disparu lundi à 70 ans, était une légende de la F1 à jamais associée à son terrible accident de 1976.
"C'est avec une profonde tristesse que nous annonçons que notre cher Niki s'est éteint paisiblement, lundi 20 mai 2019, entouré de sa famille", ont indiqué les proches de l'ancien pilote dans un courrier électronique cité par ces médias.
Le 1er août 1976, au volant de sa Ferrari sur le circuit du Nürburgring en Allemagne, sa Ferrari part brusquement dans le mur et s'enflamme. Il reste près d'une minute dans le cockpit, avant d'en être extrait par trois concurrents.
Les images du terrible accident du champion du monde en titre ont choqué le monde entier. Mais Lauda est un battant, qui va revenir à la vie.
Six semaines après avoir reçu l'extrême onction sur son lit d'hôpital, il prend à la stupéfaction générale le départ du Grand Prix d'Italie malgré sa souffrance, et de graves lésions au visage.
Cette saison-là, il lutte pour le titre jusqu'à la dernière course avec le Britannique James Hunt, finalement couronné. Cet affrontement épique, révélateur du caractère hors-norme de l'Autrichien, a été raconté en 2013 dans le film "Rush", de l'Américain Ron Howard.
En 1977, le rescapé remporte son deuxième titre de champion de monde avec Ferrari. Il arrête la compétition fin 1979, pour fonder Lauda Air.
Mais il retrouve les circuits dès 1982, au volant d'une McLaren avec laquelle il conquiert en 1984 son ultime titre mondial.
Devenu président non exécutif de l'écurie Mercedes en 2012, l'homme à l'éternelle casquette publicitaire cachant à moitié ses cicatrices reste omniprésent sur les circuits, où il est apprécié pour son expertise et son franc-parler, déplorant notamment que se perde "l'aspect combat de gladiateurs" de son sport.
Il était écouté, lui qui avait marqué l'histoire de son sport en se montrant méticuleux dans sa préparation et déterminé sur les circuits.
Son faux départ de la F1 en 1979 est lié à sa seconde passion: l'aviation civile. Pionnier du charter privé, il crée cette même année sa propre compagnie aérienne, qu'il cède avec profit à Austrian Airlines en 2002.
C'est loin d'être le dernier looping de cet homme d'affaires avisé, par ailleurs pilote de ligne confirmé. En 2004, il créé la très profitable compagnie low-cost Niki, qu'il revend en 2011 à l'allemand Air Berlin.
"Ses succès uniques en tant que sportif et entrepreneur sont et resteront inoubliables. Son dynamisme infatigable, sa franchise et son courage restent un exemple et une référence pour nous", a souligné la famille.
"En dehors de la vie publique, c'était un mari, un père et un grand-père aimant et soucieux des autres. Il nous manquera beaucoup", a-t-elle ajouté.
Lauda, qui a parallèlement exploité une petite société de jets d'affaires, aura cependant connu le drame comme patron de compagnie. Le 26 mai 1991, le Boeing 767 assurant le vol Lauda Air Bangkok-Vienne s'écrase avec 223 personnes à bord en raison d'un défaillance technique structurelle. Il n'y a pas de survivant.
Né le 22 février 1949 dans une famille de la bourgeoisie d'affaires viennoise, Andreas Nikolaus Lauda, dit Niki, est père de quatre enfants issus de deux mariages différents.
Il n'a pas vingt ans lorsque, sans en avertir ses parents, il dispute en 1968 sa première course automobile avec une Mini Cooper offerte par sa grand-mère.
Les gaz toxiques inhalés lors de son accident de 1976 ont affaibli son organisme. Après deux greffes de reins en 1997 et en 2005, il avait dû subir en août 2018 en extrême urgence une transplantation pulmonaire, après avoir contracté un virus lors d'un séjour à Ibiza.
Opéré à l'Hôpital général (AKH) de Vienne le lendemain de la date anniversaire de son crash, il s'en était difficilement remis. "C'est dur de revenir. Ça ne se compare pas à mes brûlures après l'accident du Nürburgring", confiait-il au journal suisse Blick. "Je suis brièvement mort. Mais j'ai ressuscité".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.