Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public
Publié dans Libération le 22 - 05 - 2019

Son film «Courte vie» a été projeté un peu partout, aux quatre coins du monde.
Sa série policière «La brigade» est la première du genre, dans notre pays. C'est dire que ce cinéaste, issu d'une famille
d'artistes connus, a su se faire un prénom dans
le monde du
spectacle. A force d'un travail acharné.
Libé : Adil Fadili, je suppose que dans votre cas il fallait surtout se faire un prénom. Quant au nom Fadili, il a toujours été célèbre dans le milieu artistique marocain.
Adil Fadili : J'avoue qu'il est difficile de se frayer son propre chemin, quand le père est déjà un artiste connu et que la sœur remporte partout un grand succès. Au début, on me présentait tout le temps comme étant «le fils de Aziz Fadili» ou «le frère de Hanane Fadili». C'est une situation que je vivais assez difficilement. Il fallait donc faire plus d'efforts que les autres pour s'imposer. J'avais mon mot à dire et je me répétais tout le temps que je devais avoir une carrière d'artiste à part entière. Et croyez-moi, il m'a fallu pas moins de 12 ans de travail acharné pour me faire un prénom comme vous dites. Ma première réalisation pour la télé a eu lieu en 1999. C'est dire la persévérance dont il fallait faire preuve pour gagner la confiance des gens.
Vous avez été le premier Marocain à réaliser une série policière.
Effectivement, «La brigade» a été la première série policière marocaine. Elle est venue combler le vide qui se faisait sentir à ce niveau. D'autant plus que le public marocain aspire à voir des séries marocaines avec des héros typiquement marocains. C'est un travail stimulant, car les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public, grâce à l'intrigue et à l'histoire qui doit être riche en péripéties.
Quel regard portez-vous sur les séries et les sitcoms marocaines proposées durant le mois de Ramadan?
Ce que je reproche un peu à certaines sociétés de production, c'est de ne pas se renouveler sur le plan des idées et des projets. Le problème qu'il y a aujourd'hui c'est que toutes les productions télé se ressemblent. C'est toujours les mêmes concepts, les mêmes dialogues, les mêmes histoires, les mêmes techniques d'éclairage. Rien ne sort vraiment du lot, à quelques exceptions près. Alors que le public a des attentes qu'il exprime haut et fort. Il aspire à plus d'imagination et de créativité. Je reste persuadé, à cet égard, qu'une série comme « La brigade » fait preuve d'originalité. Elle offre quelque chose de vraiment nouveau aux téléspectateurs.
Regardez par exemple ce qui se passe pour le cinéma national. A chaque fois qu'il y a un nouveau film marocain, les gens n'hésitent pas à faire le déplacement pour le voir. Je pense que pour la télé également, on pourrait dissuader les téléspectateurs de zapper, en leur proposant un produit intéressant, bien fait et suffisamment diversifié.

En tant qu'acteur et cinéaste, pensez-vous que le cinéma marocain se porte plutôt bien à l'heure actuelle ?
Disons qu'il se porte bien, mais que la situation pourrait s'améliorer davantage, s'il y avait suffisamment de salles de cinéma. Car on produit beaucoup de films mais on ne trouve pas où les projeter.
Au demeurant, le film marocain n'a rien à envier à ce qui se fait à l'étranger. La preuve, c'est qu'il s'exporte plutôt bien. Un peu partout dans le monde. Il y a même des films marocains qui ont battu des records d'entrées. Nous avons un autre atout majeur au Maroc, c'est la liberté d'expression dans le domaine de l'art. Ce qui est loin d'être le cas dans d'autres pays arabes. Et cette liberté-là, il faut tout faire pour la préserver.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.