La 1ère partie du PLF 2020 adoptée en première commission par la Chambre des représentants    Dakhla : Akhannouch préside l'ouverture d'un salon sur l'aquaculture    Comment Donald Trump s'est embourbé dans l'affaire ukrainienne    Nouveau Mitsubishi L200. La robustesse pour devise    CNDH : Aucune trace de torture sur les détenus du hirak du Rif    La justice américaine se prononce sur les fouilles d'ordinateurs et appareils aux frontières    Halilhodžić s'exprime sur le cas Hamdallah    Vivo Energy Maroc et Myher Holding co-actionnaires dans la société Sopétrole    Othman Benjelloun et Leila Mezian, primés «Personnalités visionnaires» à Washington    Coupe de la CAF: Groupes équilibrés pour la RSB et le HUSA    Le Raja et le Wydad s'inclinent    L'autre facette de l'Homme des temps modernes    L'international espagnol David Villa annonce sa retraite    Les jeunes du PPS et de l'Istiqlal montrent la voie du changement    Mustapha Bakkoury désigné président du comité de pilotage de l'initiative «Desert to Power»    Couverture sanitaire universelle : Rabat accueille une session de formation sur l'expérience marocaine    Casablanca : Arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    L'ancien président Lula quitte la prison…    Marrakech accueille la 3ème Conférence de la Femme Africaine    Hommages et rayonnement    FIESAD2019: «Men Po» de la Chine remporte le Grand prix    Les nouveautés du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders    Wafa Assurance. L'acquisition de Pro Assur finalisée au Cameroun    Un mal pour un bien    Une délégation de Bayt Al Hikma reçue au siège du Parti à Rabat    Le groupement parlementaire du PPS scandalisé par une «mesure discriminatoire»    Tournoi Omnium VI: Banco pour Maha Haddioui !    Boeing espère la fin de l'immobilisation au sol du 737 Max avant fin décembre    Lancement du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders à Essaouira    Forum MEDays : le président sénégalais arrive à Tanger    Radio Sol, une nouvelle radio axée « musique et divertissement »    Lancement du Fonds de l'eau de Sebou, un projet pionnier !    Alsa en situation d'oligopole ?    Nouvelle arrestation pour le BCIJ à Guelmim    Une forte délégation marocaine à Johannesburg pour présenter les atouts du Royaume    Le marocain SGTM entame la réalisation d'une embouchure aux environs d'Abidjan    Trois artistes blessés dans une attaque au couteau lors d'un spectacle à Ryad    Insolite : Voler une voiture de gendarmerie    Comment cultiver le stress positif    La pneumonie, tueuse d'enfants    Dernière rentrée de 2019 pour les Bleus    Sterling écarté de l'équipe d'Angleterre    La Supercoupe d'Espagne s'installe en Arabie Saoudite pour trois ans    Lors de l'émission «Décryptage» de MFM Radio    Guerre des chefs à la tête du Polisario    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Marocains" de Leila Alaoui atterrissent à Séville    "Lire Casablanca", une invitation à comprendre le développement urbain de la métropole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public
Publié dans Libération le 22 - 05 - 2019

Son film «Courte vie» a été projeté un peu partout, aux quatre coins du monde.
Sa série policière «La brigade» est la première du genre, dans notre pays. C'est dire que ce cinéaste, issu d'une famille
d'artistes connus, a su se faire un prénom dans
le monde du
spectacle. A force d'un travail acharné.
Libé : Adil Fadili, je suppose que dans votre cas il fallait surtout se faire un prénom. Quant au nom Fadili, il a toujours été célèbre dans le milieu artistique marocain.
Adil Fadili : J'avoue qu'il est difficile de se frayer son propre chemin, quand le père est déjà un artiste connu et que la sœur remporte partout un grand succès. Au début, on me présentait tout le temps comme étant «le fils de Aziz Fadili» ou «le frère de Hanane Fadili». C'est une situation que je vivais assez difficilement. Il fallait donc faire plus d'efforts que les autres pour s'imposer. J'avais mon mot à dire et je me répétais tout le temps que je devais avoir une carrière d'artiste à part entière. Et croyez-moi, il m'a fallu pas moins de 12 ans de travail acharné pour me faire un prénom comme vous dites. Ma première réalisation pour la télé a eu lieu en 1999. C'est dire la persévérance dont il fallait faire preuve pour gagner la confiance des gens.
Vous avez été le premier Marocain à réaliser une série policière.
Effectivement, «La brigade» a été la première série policière marocaine. Elle est venue combler le vide qui se faisait sentir à ce niveau. D'autant plus que le public marocain aspire à voir des séries marocaines avec des héros typiquement marocains. C'est un travail stimulant, car les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public, grâce à l'intrigue et à l'histoire qui doit être riche en péripéties.
Quel regard portez-vous sur les séries et les sitcoms marocaines proposées durant le mois de Ramadan?
Ce que je reproche un peu à certaines sociétés de production, c'est de ne pas se renouveler sur le plan des idées et des projets. Le problème qu'il y a aujourd'hui c'est que toutes les productions télé se ressemblent. C'est toujours les mêmes concepts, les mêmes dialogues, les mêmes histoires, les mêmes techniques d'éclairage. Rien ne sort vraiment du lot, à quelques exceptions près. Alors que le public a des attentes qu'il exprime haut et fort. Il aspire à plus d'imagination et de créativité. Je reste persuadé, à cet égard, qu'une série comme « La brigade » fait preuve d'originalité. Elle offre quelque chose de vraiment nouveau aux téléspectateurs.
Regardez par exemple ce qui se passe pour le cinéma national. A chaque fois qu'il y a un nouveau film marocain, les gens n'hésitent pas à faire le déplacement pour le voir. Je pense que pour la télé également, on pourrait dissuader les téléspectateurs de zapper, en leur proposant un produit intéressant, bien fait et suffisamment diversifié.

En tant qu'acteur et cinéaste, pensez-vous que le cinéma marocain se porte plutôt bien à l'heure actuelle ?
Disons qu'il se porte bien, mais que la situation pourrait s'améliorer davantage, s'il y avait suffisamment de salles de cinéma. Car on produit beaucoup de films mais on ne trouve pas où les projeter.
Au demeurant, le film marocain n'a rien à envier à ce qui se fait à l'étranger. La preuve, c'est qu'il s'exporte plutôt bien. Un peu partout dans le monde. Il y a même des films marocains qui ont battu des records d'entrées. Nous avons un autre atout majeur au Maroc, c'est la liberté d'expression dans le domaine de l'art. Ce qui est loin d'être le cas dans d'autres pays arabes. Et cette liberté-là, il faut tout faire pour la préserver.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.