L'Iran dit avoir abattu un drone américain et parle de « ligne rouge »    TE Connectivity inaugure sa deuxième usine de production au Maroc    Organisé par AOB Group et l'AMEE : La performance énergétique dans l'hôtellerie en débat    Une nouvelle stratégie de financement de la santé s'impose    Accueil en fanfare pour le président chinois en Corée du Nord    Objectif Downing Street : Place aux deux finalistes    CAN 2019 : La CAF prévoit 2 pauses fraîcheur par match    Jeux Africains de Plage : le Maroc bat l'Algérie au beach-soccer    Arts martiaux : Marrakech abritera le Championnat du monde professionnel de muay thai    Saut d'obstacles : Concours officiel de la Garde royale du 28 au 30 juin à Rabat    Kenzi Tower Hôtel: Restaurant Sens, une carte joliment revisitée    L'OPM célèbre la fête de la musique aux rythmes de compositions dansantes    Jazzablanca : 80% des festivaliers ont un accès gratuit    L'exposition «Mains de lumière» éblouit des étudiants et chercheurs    Le coût social aggrave le déficit budgétaire en 2019    Rabat. EBM lance ses programmes préparatoires pour les tests d'admissions    Sahara marocain à l'ONU: L'initiative marocaine fortement soutenue    Le temps est ainsi fait    Sécurité et développement en Afrique. Comment le continent peut se prendre en main    Marquage fiscal .L'ADII lance un appel d'offres    Inscriptions au doctorat. L'UM5R annonce une baisse des frais pour les fonctionnaires    Journée mondiale des réfugiés    Les Lions de l'Atlas en Egypte pour un deuxième exploit    Déconcentration administrative : La Commission interministérielle fait le point    Le Centre international Hassan II de formation à l'environnement voit le jour à Salé    Le peuple marocain célèbre ce jeudi le 49ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    Les stocks de sardinelles et de chinchards surexploités    Benslimane : 4 personnes périssent dans un accident de la route    Médecine : Drôles de carabins !    L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète    Musiques sacrées du monde: Concert «engagé» de Marcel Khalifa    Tourisme: Le Marrakech du Rire fait grimper le baromètre    Habib El Malki en visite à Dublin    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    Dormir devant la télévision fait grossir    Divers    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Bulletin de la CAN    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Bouillon de culture    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"
Publié dans Libération le 24 - 05 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/34032568-31223621.jpg?v=1558615469" alt="Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"" title="Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/34032568-31223621.jpg?v=1558615479" alt="Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"" title="Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"" /
Les Souiris et les visiteurs de la cité des Alizés ont eu droit, le week-end dernier, à un spectacle de toute beauté autour du patrimoine musical du groupe légendaire ''Rolling Stones made in Morocco'' : Nass El Ghiwane.
Inscrit dans le cadre des soirées du Ramadan organisées annuellement par l'Association Essaouira-Mogador, ce spectacle riche en chants et sonorités, a été offert aux mélomanes de ce style de musique authentique, par la troupe 100% souirie ''Khiyam Lguifan''.
Plus d'une heure et demie durant, Hassan Fatihi entre banjo et mandoline, accompagné dans cette belle aventure par Aziz Izoubaz et Mohamed Slimani à la percussion, et Ahmed Outanine surfant entre plusieurs instruments, ont emporté le public présent dans un périple au coeur du patrimoine musical si riche et diversifié de Nass El Ghiwane, Jil Jilala ou encore Lamchaheb.
Dans une ambition festive et bon enfant, le Quartet, qui a vécu le phénomène ghiwani durant les années 70, a bien voulu agrémenter cette soirée ramadanesque aux saveurs de la nostalgie, en interprétant pour le bonheur de tous, un florilège de chansons qui faisaient la fierté de toute une génération, et représentaient une référence de taille pour le patrimoine musical national authentique et diversifié.
Afin de permettre aux aficionados de renouer avec ce style de musique légendaire, la troupe ''Khiyam Lguifan'' a interprété, à la manière des grands maîtres, des chansons telles que ''Eloutfiya'', ''Naker Lehssan'', ''Eraâd'' et ''Chemaâ'' ou encore ''Douk Laymine'' de Jil Jilala.
Sur le registre de Nass El Ghiwane, on était convié à apprécier des morceaux de toute beauté genre ''Ahyawine'', ''El Hal'' ou encore ''Mahboub Linrid'' entre autres titres très connus et appréciés du public. Pour clore en beauté cette soirée mémorable tant attendue par le grand public, venu en masse revisiter une page rayonnante de la musique nationale aux rythmes singuliers et paroles édifiantes et constructives, le groupe ''Khiyam Lguifan'' a puisé dans le répertoire emblématique de la troupe Lamchaheb, le temps d'interpréter des titres de toute splendeur, tels que ''Bin El Koudiyate'', ''Bghit Bladi'' ou encore ''Lemssalmine''.
Créée en 2009 à Essaouira, le groupe musical ''Khiyam Lguifan'' compte parmi ses rangs des musiciens talentueux ayant vécu le phénomène ghiwani des années 70 et qui se sont imprégnés de ce style musical dans le but de le préserver, de promouvoir la chanson originale aux paroles édifiantes, et surtout d'assurer la transmission de cet art, de ce patrimoine ancestral et de tout ce savoir-faire qui fait la fierté de l'ensemble des Marocains, aux générations montantes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.