L'Iran dit avoir abattu un drone américain et parle de « ligne rouge »    TE Connectivity inaugure sa deuxième usine de production au Maroc    Organisé par AOB Group et l'AMEE : La performance énergétique dans l'hôtellerie en débat    Une nouvelle stratégie de financement de la santé s'impose    Accueil en fanfare pour le président chinois en Corée du Nord    Objectif Downing Street : Place aux deux finalistes    CAN 2019 : La CAF prévoit 2 pauses fraîcheur par match    Jeux Africains de Plage : le Maroc bat l'Algérie au beach-soccer    Arts martiaux : Marrakech abritera le Championnat du monde professionnel de muay thai    Saut d'obstacles : Concours officiel de la Garde royale du 28 au 30 juin à Rabat    Kenzi Tower Hôtel: Restaurant Sens, une carte joliment revisitée    L'OPM célèbre la fête de la musique aux rythmes de compositions dansantes    Jazzablanca : 80% des festivaliers ont un accès gratuit    L'exposition «Mains de lumière» éblouit des étudiants et chercheurs    Le coût social aggrave le déficit budgétaire en 2019    Rabat. EBM lance ses programmes préparatoires pour les tests d'admissions    Sahara marocain à l'ONU: L'initiative marocaine fortement soutenue    Le temps est ainsi fait    Sécurité et développement en Afrique. Comment le continent peut se prendre en main    Marquage fiscal .L'ADII lance un appel d'offres    Inscriptions au doctorat. L'UM5R annonce une baisse des frais pour les fonctionnaires    Journée mondiale des réfugiés    Les Lions de l'Atlas en Egypte pour un deuxième exploit    Déconcentration administrative : La Commission interministérielle fait le point    Le Centre international Hassan II de formation à l'environnement voit le jour à Salé    Le peuple marocain célèbre ce jeudi le 49ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    Les stocks de sardinelles et de chinchards surexploités    Benslimane : 4 personnes périssent dans un accident de la route    Médecine : Drôles de carabins !    L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète    Musiques sacrées du monde: Concert «engagé» de Marcel Khalifa    Tourisme: Le Marrakech du Rire fait grimper le baromètre    Habib El Malki en visite à Dublin    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    Dormir devant la télévision fait grossir    Divers    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Bulletin de la CAN    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Bouillon de culture    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les enseignants du supérieur en grève
Publié dans Libération le 27 - 05 - 2019

Le ras-le-bol des enseignants du supérieur est à son paroxysme. En effet, le Syndicat national de l'enseignement supérieur (SNESup) a décidé de faire grève cette semaine, et plus précisément les 29 et 30 mai dans tous les établissements universitaires du Royaume.
Le secrétaire général de ce syndicat, Jamal Sebbani, a mis en avant dans une déclaration à Libé que les enseignants du supérieur refusent « la politique de tergiversation » menée par le ministère de tutelle à propos des revendications principales de cette catégorie, notamment la révision du statut particulier du corps des enseignants-chercheurs de l'enseignement supérieur.
Jamal Sebbani a tenu à souligner un paradoxe : « Au moins depuis 1997 jusqu'à 2011, il y a eu des dialogues entre notre syndicat et les gouvernements (présidés par Abderrahman El Youssoufi, Driss Jettou et Abass El Fassi) qui avaient abouti à des accords. Mais paradoxalement depuis l'adoption de la nouvelle Constitution 2011, aucune avancée n'a été enregistrée ».
Il a souligné qu'il y a eu, certes, des communiqués communs signés entre le SNESup et le ministère, le dernier en date étant celui signé avec Said Amzazi en mars 2018. Mais rien de concret n'a été fait.
« Le SNESup ne peut accepter de continuer à dialoguer indéfiniment et sans aucun résultat concret avec le ministère », a-t-il martelé.
Il y a lieu de signaler que le SNESup a annoncé ce débrayage via un communiqué dans lequel il a dénoncé « le non-respect des engagements » pris par le ministère de tutelle vis-à-vis des enseignants de l'enseignement supérieur.
Il a souligné dans un communiqué que le ministre de l'Education nationale et de la Formation professionnelle, Said Amazazi, avait demandé plus de temps pour mettre en œuvre l'accord avec le SNESup concernant les différentes revendications des enseignants-chercheurs telles que la création d'un nouveau grade D et d'un grade exceptionnel pour les professeurs de l'enseignement supérieur.
Il convient de souligner que le cadre de professeur de l'enseignement supérieur comporte trois grades : A, B et C selon le décret n° 2-96-793 du 19 février 1997 portant statut particulier du corps des enseignants-chercheurs de l'enseignement supérieur.
Le Syndicat a considéré que le fait que le ministère demande un temps supplémentaire pour opérationnaliser les accords conclus avec le SNESup comme « un non-respect par le gouvernement de ses engagements », soulignant que cela « nuit à sa crédibilité et à la crédibilité du dialogue social en général" et que c'est « la preuve d'un manque de sérieux dans la gestion de la chose publique et l'indifférence face aux conditions sociales intenables en général qui menacent la sécurité et la stabilité du pays. C'est une expression de mépris ou de méconnaissance de la profondeur de la crise affectant l'enseignement en général, et tout particulièrement l'enseignement supérieur et la formation des cadres ».
Par ailleurs, le communiqué a exhorté le ministère de tutelle à "respecter ses engagements envers SNESup et à augmenter les salaires des professeurs universitaires bloqués depuis plus de deux décennies ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.