Abdessamad Kayouh s'entretient à Paris avec le président du Sénat    New-York. Un ancien ambassadeur marocain poursuivi pour "fraude sur les visas"    Meknès. Arrestation d'un partisan de Daesh qui planifiait un attentat-suicide    Le roi Mohamed VI félicite Abdelmadjid Tebboune    Découvrez les vainqueurs de la 8ème Course de Tafilalet    Plus de 25 entreprises portugaises en mission d' affaires multisectorielle au Maroc    La torture est-elle toujours de rigueur ?    Volonté du Maroc de renforcer sa coopération avec les Parlements d'Amérique latine et des Caraïbes    L'ONU réaffirme son soutien au processus politique en cours au Sahara    Omar El-Béchir, l'autocrate déchu aux multiples visages    Pompeo promet une réponse ferme si l'Iran nuit aux intérêts américains en Irak    Les mesures restrictives prennent de l' ampleur au niveau du commerce mondial    Signature à Montréal d' un accord de partenariat entre Attijariwafa Bank et la Banque nationale du Canada    Klopp : Le projet d'expansion de la Ligue des champions à 32 clubs est du grand n 'importe quoi    Tokyo dévoile son stade olympique conçu pour affronter la chaleur    Un camion douche pour voir la vie sous un nouveau jour    Oujda aura son Centre d' accueil des enfants et adolescents autistes    Divers    L'USFP démarre les "Forums Socialistes " par la question économique sous le thème    "Un autre ciel" de Mohammed Al Horr présentée Journées Théâtrales de Carthage    Le public rbati découvre l'Amazonie brésilienne à travers la musique et le cinéma    Mordu par un chat au Maroc, il succombe quelques jours après en Espagne    L'Assemblée générale du Royal Golf Anfa Mohammedia est reportée    Casablanca. Rencontre-débat sur la promotion du don d'organes    Communiqué du Cabinet Royal    Agadir, un paradis de retraite où il fait bon vivre    Enseigner autrement!    Entretien avec le cinéaste et romancier Atiq Rahimi    Botola Pro D1: Les mises à jour se poursuivent    Un site structurant à dimension internationale    Météo : Fortes vagues attendues sur l'Atlantique    Skhirat: Deux médecins chercheuses marocaines en diabète primées par SANOFI    Oujda. Formation sur la gouvernance au profit des conseillères communales    Abdennabaoui insiste sur le rôle « central » du corps du Secrétariat-greffe    HCP : Les solutions à la réduction des inégalités, selon les Marocains    Inde: 200 millions de musulmans, une minorité indésirable?    L'APSB s'associe à la naissance de l'Association des sociétés de bourse africaines    L'olive tient salon à Taourirt    Les Gnaoua au patrimoine de l'Unesco salués par André Azoulay    Cinéma et migration : « Rafaël » remporte le grand prix du Festival d'Agadir    Casablanca: Annonce des projets primés au Festival international du film de l'étudiant    Attijariwafa bank renforce son engagement en faveur des MRE du Canada    Forum parlementaire: Le Maroc et la France, partenaires pour la sécurité et le développement en Afrique    L'Organisation de Coopération Islamique fait le bilan de 20 ans d'activités    Botola Pro D1 : Le classico Wydad-AS FAR vole la vedette    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les enseignants du supérieur en grève
Publié dans Libération le 27 - 05 - 2019

Le ras-le-bol des enseignants du supérieur est à son paroxysme. En effet, le Syndicat national de l'enseignement supérieur (SNESup) a décidé de faire grève cette semaine, et plus précisément les 29 et 30 mai dans tous les établissements universitaires du Royaume.
Le secrétaire général de ce syndicat, Jamal Sebbani, a mis en avant dans une déclaration à Libé que les enseignants du supérieur refusent « la politique de tergiversation » menée par le ministère de tutelle à propos des revendications principales de cette catégorie, notamment la révision du statut particulier du corps des enseignants-chercheurs de l'enseignement supérieur.
Jamal Sebbani a tenu à souligner un paradoxe : « Au moins depuis 1997 jusqu'à 2011, il y a eu des dialogues entre notre syndicat et les gouvernements (présidés par Abderrahman El Youssoufi, Driss Jettou et Abass El Fassi) qui avaient abouti à des accords. Mais paradoxalement depuis l'adoption de la nouvelle Constitution 2011, aucune avancée n'a été enregistrée ».
Il a souligné qu'il y a eu, certes, des communiqués communs signés entre le SNESup et le ministère, le dernier en date étant celui signé avec Said Amzazi en mars 2018. Mais rien de concret n'a été fait.
« Le SNESup ne peut accepter de continuer à dialoguer indéfiniment et sans aucun résultat concret avec le ministère », a-t-il martelé.
Il y a lieu de signaler que le SNESup a annoncé ce débrayage via un communiqué dans lequel il a dénoncé « le non-respect des engagements » pris par le ministère de tutelle vis-à-vis des enseignants de l'enseignement supérieur.
Il a souligné dans un communiqué que le ministre de l'Education nationale et de la Formation professionnelle, Said Amazazi, avait demandé plus de temps pour mettre en œuvre l'accord avec le SNESup concernant les différentes revendications des enseignants-chercheurs telles que la création d'un nouveau grade D et d'un grade exceptionnel pour les professeurs de l'enseignement supérieur.
Il convient de souligner que le cadre de professeur de l'enseignement supérieur comporte trois grades : A, B et C selon le décret n° 2-96-793 du 19 février 1997 portant statut particulier du corps des enseignants-chercheurs de l'enseignement supérieur.
Le Syndicat a considéré que le fait que le ministère demande un temps supplémentaire pour opérationnaliser les accords conclus avec le SNESup comme « un non-respect par le gouvernement de ses engagements », soulignant que cela « nuit à sa crédibilité et à la crédibilité du dialogue social en général" et que c'est « la preuve d'un manque de sérieux dans la gestion de la chose publique et l'indifférence face aux conditions sociales intenables en général qui menacent la sécurité et la stabilité du pays. C'est une expression de mépris ou de méconnaissance de la profondeur de la crise affectant l'enseignement en général, et tout particulièrement l'enseignement supérieur et la formation des cadres ».
Par ailleurs, le communiqué a exhorté le ministère de tutelle à "respecter ses engagements envers SNESup et à augmenter les salaires des professeurs universitaires bloqués depuis plus de deux décennies ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.