Médicaments contre l'hépatite C : L'ALCS appelle la tutelle à lancer d'urgence un nouvel appel d'offres    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Les assassinats ciblés se poursuivent à Gaza    La Bolivie après le départ d'Evo Morales…    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    Mondiaux de para-athlétisme à Dubaï : Cinq médailles pour le Maroc, dont une en or    Le PPS condamne l'agression sioniste contre la Palestine    Espèces menacées d'extinction. Saisie de 1.680 chardonnerets à Oujda    Etats-Unis: Fusillade dans la cour du lycée, deux élèves tués et trois blessés    Rêves brisés    L'importance de la diplomatique judiciaire au centre d'un colloque à Dakhla    Réforme des CRI Nomination de 6 nouveaux directeurs    Des professionnels discutent des moyens de promouvoir l'aviculture à Souss-Massa    L'ANAM prend des initiatives pour le remboursement des actes de prévention contre le diabète    Karima Benyaich : le Maroc est le plus attractif pour l'investissement en Afrique    Cliniques privées L'ANCP assume le «noir    Liban : accord pour nommer Mohammad Safadi premier ministre    Maroc-Nigeria. Des échanges commerciaux encore faibles    La Chambre des représentants adopte à la majorité le PLF 2020    Edito : Incontournable    MEDays 2019 : L'Afrique face aux défis de la ZLECA    Trophées Lalla Hasnaa du littoral durable 2019 : 24 projets récompensés    Tibu lance l'enseignement des sciences par le sport    Repérez les personnes toxiques au bureau    Concert: Roméo et Juliette en tournée au Maroc    Coopération maroco-libyenne dans le domaine législatif    Prochaine ouverture à Laâyoune d'un consulat général des Iles Comores    Wenger nommé directeur du développement du football mondial    Suspension de Bernardo Silva    Libre opinion : Yahia Jabrane a craché en direction de l'arbitre    Une banque publique peut-elle aider les plus pauvres?    Abdellatif Jouahri : La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie, et les multiples risques de la cybercriminalité posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation    Data Protect signe un protocole de partenariat avec Trans-Sahara IT    Tsitsipas en demie, Nadal toujours en vie au Masters de Londres    Lors d'une journée d'étude organisée à la Chambre des conseillers, Mohamed Benabdelkader : Mettre l'arsenal juridique au diapason de l'évolution de la société    Insolite : Arrêtée avec 2 kilos d'or dans ses chaussures    Appel à l'élaboration d'une feuille de route nationale pour promouvoir des alternatives au placement institutionnel des enfants    La Russie aménage une base militaire dans le nord-est syrien    Le rôle de l'institution législative dans l'exception d'inconstitutionnalité des lois débattu à Rabat    La philosophie n'est pas une réflexion aride réservée à des élites intellectuelles    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Brahim El Mazned invité du Forum de la MAP le mardi 19 novembre    Guelmim: arrestation de trois personnes pour organisation de l'immigration clandestine    Race désert marathon : Une 4ème édition en trois étapes    Mondiaux de para-athlétisme: Cinq médailles, dont une en or pour le Maroc    L'Association enfance et découverte présente son nouveau programme digital pour enfants !    Rialto se revêtit de sa parure nuptiale!    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au menu, 5 grammes de plastique par semaine
Publié dans Libération le 18 - 06 - 2019

Un individu moyen pourrait ingérer jusqu'à 5 grammes de plastique chaque semaine, soit le poids d'une carte de crédit, selon un rapport commandé par le WWF à l'université de Newcastle (Australie), et publié mardi.
Selon ces résultats, compilation de 50 études menées sur l'ingestion humaine de plastiques, chaque homme avalerait environ 2.000 micro-pièces et particules chaque semaine, soit quelque 250 grammes annuellement.
Des études ont précédemment montré que les humains ingèrent et respirent une nuée de particules de plastique chaque année, mais le défi pour les chercheurs australiens était d'en évaluer le poids.
"Alors que la prise de conscience grandit quant à l'existence des microplastiques et à leur impact sur l'environnement, cette étude fournit pour la première fois un calcul précis des taux d'ingestion", a expliqué Thava Palanisami, professeur à l'Université de Newcastle. Ce qui "contribuera à cerner les potentiels risques toxicologiques pour les humains".
Première source de ce plastique ingurgité, l'eau, surtout si elle est embouteillée.
Parmi les autres produits de consommation analysés, les fruits de mer, la bière et le sel contiennent le plus fort taux.
Selon une étude canadienne parue le 5 juin, basée sur le mode de vie d'un Américain moyen, un adulte ingère jusqu'à 52.000 micro-particules de plastique par an, auxquelles s'ajoutent 90.000 supplémentaires s'il boit uniquement de l'eau en bouteille (et 4.000 s'il se contente de l'eau du robinet).
Et si l'on prend en compte la pollution de l'air, et donc l'inhalation, ce chiffre passe à 121.000 -- ces estimations variant individuellement selon le mode et le lieu de vie, ajoutait cette étude parue dans la revue Environmental Science and Technology. Pour le WWF, "c'est un signal d'alarme pour les gouvernements: les plastiques ne polluent pas juste nos rivières et océans, ils ne tuent pas seulement la vie marine, mais ils sont en chacun d'entre nous", souligne Marco Lambertini, directeur général du WWF International, dans un communiqué.
"Alors que la recherche étudie les potentiels effets négatifs du plastique sur la santé humaine, il est clair que c'est un problème mondial qui pourra être résolu seulement si l'on s'attaque aux racines de la pollution: si nous ne voulons pas de plastique dans notre organisme, il faut stopper les millions de tonnes qui continuent à échouer dans la nature chaque année", a-t-il ajouté.
Il a appelé à agir "au niveau des gouvernements, des entreprises, des consommateurs" et à trouver "un traité mondial" contre la pollution de l'océan, avec des objectifs nationaux.
Les micro-plastiques, venus de la dégradation de produits aussi divers que les vêtements synthétiques, les pneus, les lentilles de contact..., se retrouvent désormais partout sur la planète, sur les plus hauts glaciers comme dans les failles marines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.