El Otmani : la confiance dans les corps intermédiaires est cruciale    Atlantic Dialogues 2019 : L'énergie, un chantier plus que prioritaire pour l'Afrique !    Industrie auto: Bientôt de nouveaux écosystèmes    Trois individus arrêtés à Casablanca pour détention d'une arme à feu et trafic de drogue    L'Unesco partenaire du festival de Fès    Alerte météo : Vagues dangereuses de 4 à 6 mètres sur les côtes atlantiques à partir du lundi    Un policier contraint de dégainer son arme pour arrêter deux individus à Fès    Casablanca: Annonce des projets primés au Festival international du film de l'étudiant    Forum parlementaire: Le Maroc et la France, partenaires pour la sécurité et le développement en Afrique    Attijariwafa bank renforce son engagement en faveur des MRE du Canada    Secteur industriel : L'indice des prix à la production en hausse    Rabat: Huit accords de partenariat pour l'accompagnement des personnes en situation de handicap    El Othmani loue l'action de l'AMMC    L'Organisation de Coopération Islamique fait le bilan de 20 ans d'activités    Botola Pro D1 : Le classico Wydad-AS FAR vole la vedette    Oriental: Le CRI en mode proximité    Arganier: Le bio pour monter en gamme    Cafés hors la loi: La démolition commence!    Rabat: L'Intérieur se charge du budget 2020    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Un nouveau souffle pour la Fondation «Esprit de Fès»    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    Un ex-Premier ministre turc égratigne Erdogan en lançant son parti    L'intelligence artificielle, entre opportunité et menace pour la santé    Ligue des champions : Ciel dégagé pour le PSG avant l'heure de vérité    Ligue Europa: Arsenal et la Roma au rendez-vous des seizièmes    Avec la victoire de Boris Johnson, tout reste à jouer pour l'économie britannique    La musique gnaoua, entre rituel africain et culte des saints vénérés au Maroc    André Azoulay: Il s'agit d'une consécration de l'engagement pionnier d'Essaouira    Le vivarium du jardin zoologique de Rabat désormais ouvert au public    Les Algériens ne veulent pas Tebboune    Football: Qui sont les joueurs africains les mieux payés?    La BAD approuve près de 245 millions d'euros pour développer les réseaux de transport d'électricité et d'électrification rurale    Présidentielles algériennes : Abdelmadjid Tebboune vainqueur selon les résultats préliminaires    Gestion des catastrophes naturelles : La Banque mondiale accorde un prêt de 275 millions de dollars au Maroc    Nouvelle défaite cruelle de l'OCK    Eliminatoires Mondial-2022 : La date du tirage au sort fixée    Karim El Aynaoui : « Atlantic Dialogues », une invitation à formuler des réponses urgentes aux grands défis communs »    Habib Sidinou, un président sobre et altruiste    Les prémices d'un nouvel espoir    Espagne: Les 3 footballeurs accusés de viol écopent de 38 ans de prison chacuns    Neutralité carbone en 2050: l'UE s'engage, mais sans la Pologne    Ce que la Turquie pense du Polisario    L'opposition et la Constitution «adoptent» le PLF    La Gambie annonce l'ouverture prochaine d'un consulat général à Dakhla    Académie française: Abdeljalil Lahjomri reçoit le Grand Prix de la francophonie    G-B : La Livre sterling s'envole après la victoire des Tories    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir
Publié dans Libération le 23 - 07 - 2019

Des partis d'opposition algériens ont posé dimanche des conditions au dialogue proposé par les dirigeants, dont la libération des "détenus politiques" et le départ du "système" au pouvoir, des revendications du mouvement de contestation qui secoue l'Algérie depuis février.
"Aucune initiative politique et aucun dialogue ne sont envisageables sans la satisfaction" de certaines "exigences" comme la libération des "détenus politiques", l'ouverture du champ politique et médiatique et le départ des figures du régime, ont estimé ces partis dans un texte commun.
Le président par intérim Abdelkader Bensalah, au pouvoir depuis la démission du président Abdelaziz Bouteflika le 2 avril, a proposé début juillet un dialogue national pour préparer la présidentielle dans lequel ni les autorités ni l'armée ne seraient impliquées.
L'opposition et les contestataires, qui ont d'abord réclamé le départ de M. Bouteflika et désormais celui de ses anciens fidèles toujours au pouvoir, refusent que des proches de l'ancien président organisent une présidentielle. L'élection convoquée le 4 juillet avait été annulée faute de candidats.
Ces partis d'opposition, qui ont établi le 26 juin un "Pacte politique pour une véritable transition démocratique", regroupent notamment le Front des forces socialistes (FFS, plus ancien parti d'opposition, 14 députés sur 462), le Parti des travailleurs (PT, extrême gauche, 11 députés) et le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD, parti laïc, 9 députés).
Partis d'opposition, société civile et observateurs attendent de voir comment la proposition de dialogue sera concrétisée car aucun nom n'a été avancé.
Mi-juin, une centaine d'organisations de la société civile algérienne avaient appelé à une "transition de six mois à un an maximum" pilotée par une ou des personnalités consensuelles.
L'une des organisations, le Forum civil pour le changement (FCC), a proposé mercredi une liste de 13 personnalités pour trouver une issue à la crise politique, parmi lesquels d'anciens responsables, comme les deux ex-Premiers ministres Mouloud Hamrouche et Mokdad Sifi, des avocats et des militants des droits humains.
L'initiative avait été "accueillie favorablement" par M. Bensalah.
Plusieurs de ces 13 personnalités ont exigé des conditions préalables avant tout dialogue, notamment la libération des prisonniers d'opinion et l'ouverture du champ médiatique.
Plusieurs manifestants ont été récemment placés en détention préventive à Alger pour avoir contrevenu à l'interdiction de porter le drapeau culturel amazigh (berbère) dans les manifestations.
Lakhdar Bouregaâ, un célèbre vétéran de la guerre d'indépendance a également été placé en détention préventive fin juin après avoir été inculpé d'"outrage à corps constitué et atteinte au moral de l'armée".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.