Tout ce qu'il faut savoir sur le Schéma directeur de la digitalisation du système judiciaire    Smartwatch de Huawei se hisse à la 2ème place au T1 2020    Rapatriement de 152 Marocains bloqués en Egypte    Tanger: un gardien de nuit sème la terreur dans une station-service    Baccalauréat: Quelque 870 détenus passent les épreuves dans la maison d'arrêt d'Ain Sebaâ    L'Espagne maintiendra les frontières avec le Maroc et l'Algérie fermées par manque de réciprocité    Le Roi félicite le Président biélorusse à l'occasion de la fête d'indépendance de son pays    Le roi Mohammed VI a écrit au président biélorusse    Libération de dix humanitaires au Niger après deux semaines de captivité    Facebook : Les Arabes se déchaînent sur les homosexuels    Coronavirus : nouveau paquet européen d'assistance pour soutenir les groupes vulnérables en Afrique du Nord    Coronavirus : 246 nouveaux cas, 13.215 cas au total, vendredi 3 juillet à 10h    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    Bac à Casablanca: la belle initiative du caïd de Sbata (VIDEO)    La finale de la Coupe du Portugal de football n'aura pas lieu à Lisbonne    A la demande du gouvernement, RAM devra céder 20 appareils et donc réduire ses effectifs du tiers    ONCF: 350.000 voyageurs depuis l'annonce du déconfinement    Compétences numériques : Microsoft et LinkedIn soutiennent le retour à l'emploi    Bac au Maroc: l'épreuve d'arabe a fuité sur Facebook    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 246 nouveaux cas, 13.215 au total    Casablanca : Les épreuves du Bac sous haute sécurité sanitaire    Ouvertures des frontières: L'Espagne reste fermée aux Marocains, Algériens et Chinois    Laâyoune : Près de 12 tonnes de drogue incinérées    Forum Sino-Arabe : une alliance stratégique renforcée    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 3 juillet    Tawtik.ma : Plus de 400.000 opérations gérées annuellement sur la plateforme    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Musées: Le ministère de la Culture appuie la FNM    Et si Casablanca retrouvait son statut de «ville monde»?    Aymane Mourid signe à Leganés jusqu'en 2024    Championnat national virtuel de muai-thaï    Installation à Lima du groupe d'amitié parlementaire Pérou-Maroc    Plan israélien d'annexion : le groupe arabe auprès de l'Unesco, présidé par le Maroc, vent debout contre le projet    L'appel de la Palestine à la communauté internationale pour contrecarrer l'arbitraire israélien    Le WAC se prépare à défendre son titre    L'Afrique face à son destin dans un contexte post-Covid-19    Après l'allégement des mesures de confinement, la reprise des tournages fait face à une série de difficultés    Nouvelles "mesures de résistance" en faveur du cinéma    Cinq œuvres de réalisateurs marocains subventionnées par Doha Film Institute    Lions de l'Atlas. Chadli pour succéder à Revel ?    Driss Lachguar préside vendredi et samedi trois réunions régionales    Officiel: Achraf Hakimi rejoint l'Inter    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    Liga: un Marocain signe à Leganés    Visite de soutien et de solidarité du Premier secrétaire à l'Ambassadeur de Palestine à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu
Publié dans Libération le 22 - 08 - 2019

La sortie du nouveau livre de l'écrivain français Yann Moix, habitué aux esclandres, se double d'une polémique familiale et littéraire en France. Dans son roman "Orléans", qui sort mercredi en librairie, le romancier se décrit en enfant battu, victime de maltraitances. "Pure affabulation", répond son père José. "Orléans" (Grasset), le 17e livre de l'écrivain récompensé par le prix Renaudot en 2013, est présenté par l'auteur, âgé de 51 ans, comme "un roman d'humiliation". L'écrivain y raconte son enfance malheureuse de la maternelle jusqu'à la fin du lycée.
Le livre est divisé en deux parties: "Dedans" où il décrit son enfer familial et "Dehors" où il revisite les mêmes années à l'école, avec ses amis et ses premières amours. La première partie est effroyable. Le lecteur apprend que la mère du très jeune Yann Moix le regardait avec de "la haine et du mépris dans le regard". Il prête à sa mère des intentions criminelles. "Elle luttait sans trêve contre l'idée de me noyer dans l'eau mousseuse du bain ou de m'étouffer sous l'oreiller de mon petit lit", écrit-il. Le pire est encore à venir et l'écrivain n'occulte aucune des raclées et des humiliations que lui font subir ses parents, notamment son père, décrit comme un cruel bourreau d'enfant. Yann Moix se souvient du contenu d'une poubelle déversé sur lui, des coups donnés avec une rallonge électrique, de sa tête plongée dans la cuvette pleine des toilettes... L'écrivain avait déjà évoqué cette enfance terrible dans "Panthéon" (2006). Ancien kinésithérapeute, le père de l'écrivain, 75 ans, a catégoriquement contesté les souvenirs de son fils. "Notre fils n'a jamais été battu", a affirmé José Moix dans un entretien accordé au quotidien La République du Centre. "La notion d'enfant battu a évolué entre les années 1970-80 et aujourd'hui. De nos jours, une simple tape sur les fesses d'un enfant est très mal perçue. Peut-être même risque-t-on gros", concède cependant José Moix. Il reconnaît avoir donné une correction à son fils "comme cette fois où Yann a tenté de défenestrer son frère du premier étage (...) où quand il a mis la tête d'Alexandre (son frère) dans les WC et a tiré la chasse d'eau". "Je ne le nie pas, il a alors ramassé une bonne paire de claques. Mais il était un ado dur. Et peut-être qu'au fond, si j'avais été moins sévère, il n'en serait pas là où il est aujourd'hui, vu ses fréquentations de l'époque", a ajouté José Moix. Tout ce qui est raconté dans le livre "n'est que pure affabulation", a-t-il dit.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.