Le Real Madrid prépare un hold-up pour Sancho    Coronavirus : 81 nouveaux cas, 8003 au total, jeudi 4 juin à 18h    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, jeudi 4 juin    «Dire non ne suffit plus»    Trois questions à Adil Terrab, président du Conseil préfectoral du tourisme de Meknès    Covid-19: Débat sur la place de la culture dans «le Maroc d'après»    Venezuela: La pandémie comme vecteur de rapprochement…    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Italie: le foot avec des spectateurs au stade, déjà?    Ligue 1: Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Des placements privés pour les filiales d'Akwa    El Otmani appelle à privilégier la dimension territoriale    Pourquoi est-il vraiment dangereux d'utiliser son portable au volant ?    Le Maroc de tous mes espoirs!    La Fondation MAScIR prévoit la fabrication de 10.000 kits de diagnostic de la Covid-19 avant fin juin    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    GAM: « Comment les entreprises marocaines envisagent-elles leur stratégie de marques et communication ? »    Coronavirus : plus de 8 milliards de dollars de pertes pour les compagnies aériennes africaines    Crime social    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Les capacités de stockage de la SAMIR mises à la disposition des importateurs de produits raffinés    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    Benzema a très envie de revenir à la compétition    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Classement sulfureux : Le Maroc parmi les pays les plus pollués par le dioxyde de soufre
Publié dans Libération le 23 - 08 - 2019

Le Maroc demeure parmi les foyers d'émission du dioxyde de soufre (SO2) les plus importants dans le monde. Ainsi après l'alerte de l'OMS classant le Royaume parmi les pays où la pollution de l'air est supérieure à ses recommandations, c'est au tour de Greenpeace de classer notre pays parmi les 25 pays sources d'émissions de SO2.
Selon un rapport de cette ONG internationale, le Royaume est classé à la 4ème place au niveau de la région arabe et à la 25ème au niveau international.
La cartographie mondiale de la pollution atmosphérique, précise-t-on, a été réalisée par Greenpeace Inde à partir de données de la NASA en se fondant sur le lien entre les centrales à énergies fossiles, les raffineries et les industries, d'une part, et les niveaux élevés d'émissions de dioxyde de soufre, de l'autre . « En règle générale, ces rapports se basent sur des chiffres recueillis localement par des enquêteurs auprès des sources officielles. Concernant la pollution de l'air, les travaux d'enquête se basent généralement sur les observations de la NASA puisque celle-ci surveille le climat et le mouvement de l'air grâce à des satellites qui permettent d'identifier les zones polluées et le mouvement de la pollution », nous a indiqué une source de Greenpeace Maroc.
Cette ONG mondiale de défense de l'environnement désigne les centrales à charbon de Jorf Lasfar et de Mohammedia comme les sources émettrices du SO2 responsable de cette situation. Il s'agit d'un gaz incolore à l'odeur piquante produit par la combustion des énergies fossiles (charbon et pétrole) et la fonte des minerais de fer contenant du soufre. La source anthropique principale de SO2 est la combustion des énergies fossiles contenant du soufre pour le chauffage domestique, la production d'électricité ou les véhicules à moteur. Le SO2 affecte le système respiratoire, le fonctionnement des poumons et provoque des irritations oculaires. L'inflammation de l'appareil respiratoire entraîne de la toux, une production de mucus, une exacerbation de l'asthme, des bronchites chroniques et une sensibilisation aux infections respiratoires. Le dioxyde de soufre est encore plus nocif lorsque la concentration des particules et autres polluants est élevée.
L'Arabie Saoudite occupe la première place dans le monde arabe et la 6ème au niveau mondial précédant ainsi les Emirats arabes unis (14ème), le Qatar (15ème), le Koweït (17ème), l'Irak (23ème) et le Maroc (25ème). Au niveau mondial, l'Inde arrive en tête du classement en dépassant ainsi la Chine et la Russie qui sont pourtant responsables de 15% des émissions anthropiques mondiales de dioxyde de soufre. Certains pays européens figurent également dans ce classement, notamment ceux de l'Est, malgré le fait que l'UE déploie des efforts non négligeables pour réduire la production de ce gaz.
La situation au Maroc demeure des plus préoccupantes puisque rien n'a changé depuis le dernier rapport de l'OMS en 2016 alors que la pollution atmosphérique nous coûte chaque année plus de 1,04% de notre PIB, selon des chiffres émanant du secrétariat d'Etat en charge du Développement durable. Un chiffre en augmentation constante depuis 2000 et qui s'élève aujourd'hui à 9,7 milliards de DH. Ailleurs, ces pertes sont estimées annuellement à 5.000 milliards de dollars sans parler des 7 millions de décès. Selon l'OMS, le taux (sur 100.000) de mortalité infantile des moins de cinq ans dans le Royaume dû aux particules fines PM2,5 (diamètre inférieur à 2,5 micromètres) s'élevait en 2016 à 14,2 parmi les filles et à 16,1 chez les garçons. Concernant la tranche 5-14 ans, ce taux culminait à 0,4 parmi les deux sexes.
Casablanca enregistre des niveaux de pollution trois fois supérieurs à ceux recommandés par l'Organisation mondiale de la santé avec un taux de concentration de petites particules de 61 µg/m3 (microgrammes par mètre cube) et de particules fines de 26 µg/ m3, alors que les normes internationales sont respectivement de 20 µg/ m3 et 10 µg/ m3. Marrakech arrive à la deuxième place (58 µg/ m3, 24 µg/ m3), suivie de Tanger (57 µg/ m3, 24 µg/ m3), Meknès (47 µg/ m3, 29 µg/ m3), Fès (40 µg/ m3, 17 µg/ m3), Salé (31 µg/ m3, 13 µg/ m3) et Safi (21 µg/ m3, 9 µg/ m3).
Un état de fait qui interpelle aujourd'hui et plus que jamais les anciennes stratégies mises en place en matière de lutte contre la pollution atmosphérique et notamment le nouveau Plan national de l'air qui couvre la période 2018-2030 et qui ambitionne d'inverser la tendance en renforçant le contrôle, à travers l'augmentation du nombre des stations de surveillance de la qualité de l'air qui devront atteindre 101 en 2030 contre 29 actuellement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.