Régularisation fiscale : les promoteurs immobiliers arrachent un accord avec le Fisc    L'américain BayBridgeDigital à la recherche de 150 profils en CDI au Maroc    Blanchiment : Levée de boucliers au Parlement    Dialogue inter-libyen à Tanger: Le Haut Conseil de l'Etat libyen satisfait des résultats    Evolution du coronavirus au Maroc : 3508 nouveaux cas, 359.844 au total, mardi 1er décembre à 18 heures    Vague de froid à Zagora: les autorités se mobilisent    ADM : 500 millions de recettes en moins à cause de la Covid    Maroc-UE : Nasser Bourita invite les Européens à aller vers le « more for more »    Emploi. Le handicap n'est pas une fatalité    Jennifer Lopez complètement nue    La réalisatrice Sofia Alaoui sélectionnée aux César 2021    « Qendil ». Le nouveau single rock de Ayoub Hattab    Ikken: World Ptx Summit, un véritable carrefour pour la communauté des hydrogènes verts    L'Opinion : Maquiller l'échec par l'intox    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    Une association appelle à la gratuité du vaccin anti-Covid    Mission française au Maroc : le port du masque désormais obligatoire à partir du CP    Phase II : Lancement de l'accompagnement psychiatrique pour les enfants bénéficiaires de la Grâce Royale    Nouveau revers pour Donald Trump    Paris: la Tour Eiffel rouvrira à cette date    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme dénonce l' agression perpétrée par les nervis du Polisario contre la manifestation pacifique des Marocains à Paris    Oujda : La culture et l'art, créneaux de développement    El Otmani met en évidence l'élan de développement    L'Union européenne verse 8,5 milliards d'euros pour en soutien aux programmes de chômage partiel    Algérie: trois ans de prison requis contre Karim Tabbou    Les outils d'échanges et la passion de la lecture    2è festival Al-Mahsar pour la culture et le patrimoine hassanis    «Mohamed Choukri... Tanger et les écrivains étrangers»    Les objectifs (très ambitieux) d'Ait Taleb pour 2021    Ouaddar, Boukaa, Ahrach et Colman représenteront le Maroc    BAM: vers une nouvelle baisse du taux directeur ?    Rokhas: une plateforme au service du citoyen    Fès: L'ENCG s'allie au groupe français ESC Clermont    Le chef du gouvernement espagnol attendu à Rabat    Le FUS s'appuiera sur la jeunesse    Le Youssoufia Berrechid, les prémices d'une saison prometteuse    Message du roi Mohammed VI au président roumain    Juventus-Dynamo Kiev: Stéphanie Frappart première arbitre femme en Ligue des Champions masculine !    Qualifications CAN U20: Ce ne sera pas facile pour l'équipe nationale !    Supercoupe de la CAF : La RSB cherche à jouer au Qatar !    L'Espagne défend la centralité de l'ONU dans le règlement de la question du Sahara    Covid-19: l'OMS a fait une promesse    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution définitive en Libye    Visé par une enquête, le médecin de Maradona évoque un patient "ingérable"    Anouar Dbira : Nous tenterons de gagner la Coupe duTrône    Coup d' envoi du Salon du Maroc des arts plastiques à Fès    La cause palestinienne est la clé de voûte de toute solution permanente et globale au Moyen-Orient    Outat Al Haj: décès du camarade Mohamed Idrisi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Macron et Johnson affichent un ton plus conciliant sur le Brexit
Publié dans Libération le 24 - 08 - 2019

Boris Johnson et Emmanuel Macron ont affiché jeudi un ton plus conciliant sur le Brexit, affirmant leur volonté de trouver un accord pour une sortie ordonnée du Royaume-Uni de l'UE, et jugeant possible de s'entendre sur la frontière irlandaise, même si le président français a réaffirmé les lignes jaunes.
"Je veux un accord", a déclaré le Premier ministre britannique à son arrivée dans la cour de l'Elysée pour la deuxième étape de sa première tournée à l'étranger depuis son arrivée au pouvoir fin juillet. "Je pense que nous pouvons avoir un accord et un bon accord" en vue d'un Brexit le 31 octobre, a-t-il insisté. A ses côtés, Emmanuel Macron s'est montré plus prudent mais s'est déclaré "confiant" qu'une solution puisse être trouvée "dans les 30 prochains jours" entre Londres et les 27. Mais au fond, "je vais être ici très clair: dans le mois qui vient, on ne va pas trouver un nouvel accord de retrait qui soit loin des bases", a-t-il prévenu, en référence au dispositif sur la frontière irlandaise, point de blocage entre les deux parties.
Avec cette confiance affichée, le président français s'est placé sur la même ligne que la chancelière allemande Angela Merkel qui, en recevant M. Johnson mercredi, avait jugé possible de trouver "dans les 30 prochains jours" un accord pour éviter un "Brexit dur", redouté par le monde des affaires des deux côtés de la Manche.
La chancelière a d'ailleurs précisé au même moment, depuis La Haye, qu'un accord était possible jusqu'à la dernière minute, jusqu'au 31 octobre. Après ces diverses déclarations, la livre sterling a progressé de 1%, poussée par cet optimisme apparent. Pour autant, il n'y a pour l'instant rien de concret derrière ces mots. "Nous attendons des faits nouveaux, des idées exploitables", avait expliqué avant la rencontre Macron-Johnson un haut responsable européen, sous couvert d'anonymat. Mujtaba Rahman, analyste pour Eurasia Group, estime que l'Union cherche surtout à éviter d'endosser la responsabilité d'un "no deal".
"Ils disent à Boris, tu persistes à dire qu'il y a une autre manière d'y arriver. Tu as 30 jours pour parvenir à faire ce que vous, les Britanniques, n'avez pas pu faire en deux ans", a-t-il tweeté. D'autant qu'Emmanuel Macron, qui a relevé qu'il était souvent dépeint, notamment par la presse britannique, "comme le plus dur de la bande" au sein de l'UE sur le Brexit, a rappelé que certaines conditions étaient incontournables. Le mécanisme dit de "filet de sécurité", ou "backstop", prévu dans l'accord conclu entre Londres et l'UE en novembre 2008 mais rejeté ensuite à plusieurs reprises par le Parlement britannique, est un "élément-clé".
Il apporte des "garanties indispensables à la préservation de la stabilité en Irlande, à l'intégrité du marché unique", deux points non négociables pour lui.
Le "backstop" constitue une sorte de "police d'assurance" pour l'UE, visant à éviter qu'émerge à nouveau après le Brexit une frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande au Sud, au risque de réveiller le conflit sur l'île. Toutefois, "un travail doit pouvoir se faire" d'ici "30 jours", a déclaré Emmanuel Macron, en insistant sur le fait qu'il doit l'être "dans le cadre de ce qui a été négocié" au cours des deux dernières années.
"Je suis, comme la chancelière Merkel, confiant sur le fait que l'intelligence collective et notre volonté de construire doivent nous permettre de trouver quelque chose d'intelligent dans les 30 jours s'il y a une bonne volonté de part et d'autre". "Les solutions techniques sont aisément disponibles", a assuré Boris Johnson, sans toutefois les dévoiler. Tout en réaffirmant que le Royaume-Uni ne voulait "à aucun prix établir des contrôles à la frontière". Pour Londres, le "backstop" porte atteinte à la "souveraineté de l'Etat britannique" et l'empêcherait de mener une politique commerciale indépendante des règles de l'UE.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.