Hicham Boussefiane se dit prêt à devenir leader du FC Malaga    Khalil Boubhi : La pandémie impactera considérablement les contrats sportifs    Les six grands principes de la doctrine d'intervention de la CGEM    L'AMMC rappelle aux émetteurs les règles et recommandations en matière de communication financière    Progression du PNB de la CFG Bank au premier trimestre    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    Vote à distance: La Chambre des conseillers décide de développer une application électronique    238 ONG subventionnées par le programme Moucharaka Mouwatina    Webinaires sportifs : Raccourcir les distances et enrichir les compétences    Sara Bellali : Le Maroc a exploité toutes ses ressources matérielles et humaines.    Etude sur les conséquences de la pandémie du Covid-19 sur la profession de la médecine dentaire    Une étude confirme l'efficacité modeste d'un antiviral contre le Covid-19    Une plongée virtuelle au cœur du patrimoine culturel d'Essaouira    Colère en Malaisie après l'abandon des poursuites contre Riza Aziz    Le Réseau des journalistes contre la peine de mort appelle le Maroc à abolir cette peine cruelle    S.M le Roi accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Quel nouveau modèle économique pour le Maroc d'après Covid-19 ?    Naïf Aguerd proche d'un accord avec l'OGC Nice ?    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 7433 au total, dimanche 24 mai à 16h    Mohamed Taabouni, le plus performant d'une génération dorée    Quel nouveau modèle économique pour le Maroc d'après Covid-19 ?    Aïd Al Fitr célébré dimanche au Maroc    Roumanie : Le président de l'EMSI Kamal Dissaoui distingué    Coronavirus : 74 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7.406 cumulés, samedi à 16h    Vidéo. Pakistan : 97 morts dans un crash d'avion    David Keene… Comment l'Algérie finance la propagande de sécession aux Etats-Unis    Coronavirus : 43 nouveaux cas, 7375 au total, samedi 23 mai à 10h    Achraf Bencharki plus près que jamais de Trabzonspor    Au temps du confinement, l'expression artistique se réinvente    Nos Vœux    L'ONU lance une initiative mondiale contre la désinformation    Un club chinois s'intéresse à Younès Belhanda    La CAN 2021 toujours sans visibilité…    Nizar Baraka: il est temps de redéfinir les priorités nationales    «REC» de Paco Plaza et Jaume Balaguero: un thriller viral!    La crise et après…    Le porteur de feu (L'Igniphore)    Lire Evelyne ou le djihad?    Israël…Gaza… Les Palestiniens    «Le législateur devrait insérer le télétravail pour une application claire et sans ambiguïtés»    508 mesures proposées par la CGEM et ses fédérations    A quoi sert une frontière?    Déconfinement: Les députés pointent l'absence de vision    Kamal Moummad, «The Man Behind the Scene»    Venezuela: Trump perd la partie…    Confinement et ramadan, un duo gagnant pour la télé!    DOC-Covid19 : Les principaux textes législatifs en un seul clic!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Macron et Johnson affichent un ton plus conciliant sur le Brexit
Publié dans Libération le 24 - 08 - 2019

Boris Johnson et Emmanuel Macron ont affiché jeudi un ton plus conciliant sur le Brexit, affirmant leur volonté de trouver un accord pour une sortie ordonnée du Royaume-Uni de l'UE, et jugeant possible de s'entendre sur la frontière irlandaise, même si le président français a réaffirmé les lignes jaunes.
"Je veux un accord", a déclaré le Premier ministre britannique à son arrivée dans la cour de l'Elysée pour la deuxième étape de sa première tournée à l'étranger depuis son arrivée au pouvoir fin juillet. "Je pense que nous pouvons avoir un accord et un bon accord" en vue d'un Brexit le 31 octobre, a-t-il insisté. A ses côtés, Emmanuel Macron s'est montré plus prudent mais s'est déclaré "confiant" qu'une solution puisse être trouvée "dans les 30 prochains jours" entre Londres et les 27. Mais au fond, "je vais être ici très clair: dans le mois qui vient, on ne va pas trouver un nouvel accord de retrait qui soit loin des bases", a-t-il prévenu, en référence au dispositif sur la frontière irlandaise, point de blocage entre les deux parties.
Avec cette confiance affichée, le président français s'est placé sur la même ligne que la chancelière allemande Angela Merkel qui, en recevant M. Johnson mercredi, avait jugé possible de trouver "dans les 30 prochains jours" un accord pour éviter un "Brexit dur", redouté par le monde des affaires des deux côtés de la Manche.
La chancelière a d'ailleurs précisé au même moment, depuis La Haye, qu'un accord était possible jusqu'à la dernière minute, jusqu'au 31 octobre. Après ces diverses déclarations, la livre sterling a progressé de 1%, poussée par cet optimisme apparent. Pour autant, il n'y a pour l'instant rien de concret derrière ces mots. "Nous attendons des faits nouveaux, des idées exploitables", avait expliqué avant la rencontre Macron-Johnson un haut responsable européen, sous couvert d'anonymat. Mujtaba Rahman, analyste pour Eurasia Group, estime que l'Union cherche surtout à éviter d'endosser la responsabilité d'un "no deal".
"Ils disent à Boris, tu persistes à dire qu'il y a une autre manière d'y arriver. Tu as 30 jours pour parvenir à faire ce que vous, les Britanniques, n'avez pas pu faire en deux ans", a-t-il tweeté. D'autant qu'Emmanuel Macron, qui a relevé qu'il était souvent dépeint, notamment par la presse britannique, "comme le plus dur de la bande" au sein de l'UE sur le Brexit, a rappelé que certaines conditions étaient incontournables. Le mécanisme dit de "filet de sécurité", ou "backstop", prévu dans l'accord conclu entre Londres et l'UE en novembre 2008 mais rejeté ensuite à plusieurs reprises par le Parlement britannique, est un "élément-clé".
Il apporte des "garanties indispensables à la préservation de la stabilité en Irlande, à l'intégrité du marché unique", deux points non négociables pour lui.
Le "backstop" constitue une sorte de "police d'assurance" pour l'UE, visant à éviter qu'émerge à nouveau après le Brexit une frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande au Sud, au risque de réveiller le conflit sur l'île. Toutefois, "un travail doit pouvoir se faire" d'ici "30 jours", a déclaré Emmanuel Macron, en insistant sur le fait qu'il doit l'être "dans le cadre de ce qui a été négocié" au cours des deux dernières années.
"Je suis, comme la chancelière Merkel, confiant sur le fait que l'intelligence collective et notre volonté de construire doivent nous permettre de trouver quelque chose d'intelligent dans les 30 jours s'il y a une bonne volonté de part et d'autre". "Les solutions techniques sont aisément disponibles", a assuré Boris Johnson, sans toutefois les dévoiler. Tout en réaffirmant que le Royaume-Uni ne voulait "à aucun prix établir des contrôles à la frontière". Pour Londres, le "backstop" porte atteinte à la "souveraineté de l'Etat britannique" et l'empêcherait de mener une politique commerciale indépendante des règles de l'UE.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.