La déconcentration administrative: un enjeu de démocratie    PAM: Les dissidents reportent le congrès    Début de semaine mitigé    Le marché pétrolier en ébullition    L'Boulevard 2019: La relève sur un tremplin    Tremplin 2019: Une 19e édition et un esprit toujours aussi bon enfant    Skhirat: 1ère réunion du comité de pilotage de la 3e phase de l'INDH    Suivez en direct: PSG vs Real Madrid et Atlético Madrid vs Juventus    Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean : Le marocain Mustapha Fahmi primé    OCP renforce sa position de leader en Asie    Le déficit de liberté économique, une menace pour la démocratie    Insolite : Héritage dépensé    Pedro Sanchez : J'espère que les Espagnols donneront une majorité plus large au Parti socialiste    News    Dakar salue l'engagement infaillible de S.M le Roi en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique    Liverpool chute, l'Ajax carbure et le Barça s'en tire à bon compte    Djorkaeff à la tête de la Fondation Fifa    Le Onze national des locaux attendu aujourd'hui à Alger    Amadou Ba : Le soutien à l'intégrité territoriale du Maroc est une constante de la diplomatie sénégalaise    Des centaines de poissons morts asphyxiés en bordure de l'Oued Massa    L'accès des enfants réfugiés à la scolarisation, une initiative assurément louable    Le Maroc et le Danemark scellent un nouveau partenariat dans le domaine de la statistique    Les produits du terroir jouent un rôle clé dans le développement agricole durable    Le développement de la flotte de RAM, un prérequis pour mieux servir le tourisme national    Le Festival international du film de femmes à Salé lance la nouvelle saison culturelle    Mouna Fettou: Nous avons besoin d'une véritable industrie cinématographique    Le Maroc invité d'honneur du Festival d'Helsinki de la musique sacrée    Trump annonce un durcissement « substantiel » des sanctions contre l'Iran    Tourisme : La tendance positive du début d'année se confirme    U.S. Seeks to Heighten Scrutiny of Foreign Investment in Tech, Infrastructure, Data    Brexit : le risque d'un « No-deal » est très réel    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Rapport de la Cour des comptes : Tamek tire à boulets rouges sur Jettou    Maroc-France. Appel à projet pour l'enseignement des soft skills à l'université    Guaido poursuivi pour ses liens présumés avec des narco-trafiquants    Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Moga Festival ou l'avant-garde de la musique électronique    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Incendies: Fermeture de milliers d'écoles en Indonésie et en Malaisie    La « Cour suprême » de Facebook pourra annuler les décisions de Mark Zuckerberg    Sahara : A quoi joue l'Espagne ?    Le Professeur Rachid Yazami reçoit à Paris le Prix de l'Investisseur arabe    Tourisme à Essaouira : Des progrès notables, mais encore des efforts à fournir    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Météo: le temps qu'il fera ce mercredi    Divers    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Macron et Johnson affichent un ton plus conciliant sur le Brexit
Publié dans Libération le 24 - 08 - 2019

Boris Johnson et Emmanuel Macron ont affiché jeudi un ton plus conciliant sur le Brexit, affirmant leur volonté de trouver un accord pour une sortie ordonnée du Royaume-Uni de l'UE, et jugeant possible de s'entendre sur la frontière irlandaise, même si le président français a réaffirmé les lignes jaunes.
"Je veux un accord", a déclaré le Premier ministre britannique à son arrivée dans la cour de l'Elysée pour la deuxième étape de sa première tournée à l'étranger depuis son arrivée au pouvoir fin juillet. "Je pense que nous pouvons avoir un accord et un bon accord" en vue d'un Brexit le 31 octobre, a-t-il insisté. A ses côtés, Emmanuel Macron s'est montré plus prudent mais s'est déclaré "confiant" qu'une solution puisse être trouvée "dans les 30 prochains jours" entre Londres et les 27. Mais au fond, "je vais être ici très clair: dans le mois qui vient, on ne va pas trouver un nouvel accord de retrait qui soit loin des bases", a-t-il prévenu, en référence au dispositif sur la frontière irlandaise, point de blocage entre les deux parties.
Avec cette confiance affichée, le président français s'est placé sur la même ligne que la chancelière allemande Angela Merkel qui, en recevant M. Johnson mercredi, avait jugé possible de trouver "dans les 30 prochains jours" un accord pour éviter un "Brexit dur", redouté par le monde des affaires des deux côtés de la Manche.
La chancelière a d'ailleurs précisé au même moment, depuis La Haye, qu'un accord était possible jusqu'à la dernière minute, jusqu'au 31 octobre. Après ces diverses déclarations, la livre sterling a progressé de 1%, poussée par cet optimisme apparent. Pour autant, il n'y a pour l'instant rien de concret derrière ces mots. "Nous attendons des faits nouveaux, des idées exploitables", avait expliqué avant la rencontre Macron-Johnson un haut responsable européen, sous couvert d'anonymat. Mujtaba Rahman, analyste pour Eurasia Group, estime que l'Union cherche surtout à éviter d'endosser la responsabilité d'un "no deal".
"Ils disent à Boris, tu persistes à dire qu'il y a une autre manière d'y arriver. Tu as 30 jours pour parvenir à faire ce que vous, les Britanniques, n'avez pas pu faire en deux ans", a-t-il tweeté. D'autant qu'Emmanuel Macron, qui a relevé qu'il était souvent dépeint, notamment par la presse britannique, "comme le plus dur de la bande" au sein de l'UE sur le Brexit, a rappelé que certaines conditions étaient incontournables. Le mécanisme dit de "filet de sécurité", ou "backstop", prévu dans l'accord conclu entre Londres et l'UE en novembre 2008 mais rejeté ensuite à plusieurs reprises par le Parlement britannique, est un "élément-clé".
Il apporte des "garanties indispensables à la préservation de la stabilité en Irlande, à l'intégrité du marché unique", deux points non négociables pour lui.
Le "backstop" constitue une sorte de "police d'assurance" pour l'UE, visant à éviter qu'émerge à nouveau après le Brexit une frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande au Sud, au risque de réveiller le conflit sur l'île. Toutefois, "un travail doit pouvoir se faire" d'ici "30 jours", a déclaré Emmanuel Macron, en insistant sur le fait qu'il doit l'être "dans le cadre de ce qui a été négocié" au cours des deux dernières années.
"Je suis, comme la chancelière Merkel, confiant sur le fait que l'intelligence collective et notre volonté de construire doivent nous permettre de trouver quelque chose d'intelligent dans les 30 jours s'il y a une bonne volonté de part et d'autre". "Les solutions techniques sont aisément disponibles", a assuré Boris Johnson, sans toutefois les dévoiler. Tout en réaffirmant que le Royaume-Uni ne voulait "à aucun prix établir des contrôles à la frontière". Pour Londres, le "backstop" porte atteinte à la "souveraineté de l'Etat britannique" et l'empêcherait de mener une politique commerciale indépendante des règles de l'UE.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.