Tourisme : 16 milliards de DH pour relancer le secteur    Aïd Al-Adha: voici le prix du mouton cette année (VIDEOS)    Coronavirus : plus de 13 millions de cas déclarés dans le monde    Aïd Al-Adha : Les préparatifs dans le respect des exigences sanitaires    Urbanisme. La destruction du patrimoine se poursuit    Coronavirus : les autocars bientôt autorisés à transporter jusqu'à 75% de leur capacité    Coronavirus : Chakib Alj appelle les entreprises à plus de vigilance [Courrier]    L'Espagne opère des reconfinement locaux en s'appuyant sur la Loi (video)    Bac 2020. Massar, le serveur est une tombe    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 84 nouveaux cas, 16.181 au total    La deuxième Chambre est dominée par l'opposition : Le PLFR à l'épreuve du feu des conseillers    Chelsea. Une victoire signée Giroud    Covid-19: ce qu'il faut retenir de la réunion Laftit/CGEM    ODD : Le Maroc défend son bilan devant l'ONU    Nouveau modèle de développement : Voici les premières conclusions de la CSMD    Syndrome de Tanger    Explications    Espagne: Arrestation de deux présumés terroristes algériens    La CNDP plaide pour une digitalisation réfléchie    Sahara marocain: un journal bulgare fustige le polisario et son mentor    Fête du Trône : Report des cérémonies et des festivités    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Ibrahim Aboubakr Harakat    Netflix dévoile les coulisses du tournage de "The Old Guard" à Marrakech    Nouveau programme de diffusion de longs métrages marocains sur le site web du CCM    La famille Travolta en deuil    La demande intérieure devrait baisser de 4% cette année    La Turquie et le monde arabe    La santé numérique, une solution pertinente aux défis du système de soins    Mohamed Benabdelkader : L'ouverture de la profession d'adoul à la gente féminine consacre le choix démocratique du Royaume    Retour sur six années de procédure    Les canoë-kayaks reprennent de plus belle au Bouregreg    Stage de l'EN de futsal au Complexe Mohammed VI de football    Le Maroc reconduit à la vice-présidence du comité exécutif du Centre Nord-Sud    Tenue de 362 procès à distance en moins d'une semaine    France post-Covid-19: Macron décline les priorités de son plan de relance    Le WWF appelle les pays méditerranéens à lutter effectivement contre la pêche illégale des requins et des raies    Driss Lachguar : Il est grand temps de mettre fin aux agissements électoralistes afin de doter les consultations électorales de la crédibilité nécessaire    Le café maure de la Kasbah des Oudayas rasé    Liga: le Real Madrid se rapproche du sacre    L'émergence du cinéma digital    US Round Up du mardi 14 juillet – Déficit budgétaire, Angelina Jolie, Tyler Goodspeed, Ecoles, US coronavirus    Le SG du PPS reçoit les dirigeants des Jeunesses des partis politiques représentés au parlement    Wachma chante « Tay Tay » avec Madara    Cyclisme : Les coureurs retrouveront bientôt le peloton    Remaniement ministériel en Tunisie    Madame Erdogan et son sac à 50.000 dollars    Foot. Le Real se rapproche du titre    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le danger plane sur nos assiettes : Lait, légumes, fruits, viande, rien n'est totalement sain, selon la Cour des comptes
Publié dans Libération le 14 - 09 - 2019

Sans vouloir tomber dans le catastrophisme, le dernier rapport de la Cour des comptes se rapportant à l'année 2018 fait craindre le pire pour la santé de tout un chacun et nous coupe l'appétit comme jamais. Si ce rapport s'attelle à décortiquer différents secteurs et fait la synthèse des contrôles de plusieurs établissements, le pan réservé à l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) est quant à lui édifiant.
Le rapport de la Cour des comptes tient avant tout à souligner que les moyens humains dont dispose l'ONSSA sont en inadéquation avec ses prérogatives. Autrement dit, l'effectif de l'Office national ne peut mener à bien ses missions. C'est la raison pour laquelle par exemple, la Cour des comptes pointe le faible contrôle dans les lieux de restauration collective. Un manquement et non des moindres, qui explique notamment le fait que ces derniers temps, de nombreux scandales ont éclaté, mettant en scène des «snacks» qui ont, longtemps, sans scrupule, servi de la viande d'âne ou de chien à leurs clients, profitant ainsi dudit manque de contrôle.
Pour la Cour des comptes, cette situation n'est pas seulement la conséquence du peu de moyens humains mis à disposition de l'ONSSA mais également à cause d'une absence de politique publique en matière de sécurité de la chaîne alimentaire. D'ailleurs, la problématique est la même quand la Cour des comptes évoque les abattoirs et tueries rurales, ainsi que les traditionnels abattoirs de volaille. Sans oublier les 2700 centres de collectes de lait que compte le Maroc.
Cette observation prend également forme dans les insuffisances constatées au niveau des produits alimentaires et de leur teneur en pesticides. En principe, un contrôle doit être réalisé sur les fruits et légumes destinés au marché local, en l'occurrence dans les marchés de gros. Mais entre ce qui doit être fait et la réalité, il y a un pas que l'ONSSA n'ose pas franchir. En revanche, dès qu'il s'agit d'export, les contrôles prennent une autre importance, et sont effectués en bonne et due forme.
De nos jours, c'est devenu un secret de Polichinelle : les produits contenant des organismes génétiquement modifiés (OGM) sont nocifs pour la santé. Pourtant, à en croire la Cour des comptes, le Maroc n'accorde aucune importante à ce sujet qui fait polémique dans le monde entier. Et pour cause, il n'existe actuellement aucun encadrement juridique dédié aux OGM. Du coup, les agriculteurs à l'instar des consommateurs sont exposés aux risques de ce vieux serpent de mer qui n'en finit pas d'agiter le monde entier. Qui plus est quand on sait que la Cour des comptes est préoccupée d'une part par l'absence de contrôle des intrants chimiques à usage agricole dans les commerces de détail, et d'autre part, à la lumière d'un manque de contrôle sur l'activité de reconditionnement des pesticides à usage agricole, à savoir leur manipulation ou le reconditionnement de produits périmés.
Enfin, l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires a émis plusieurs observations concernant la veille épidémiologique et son insuffisance, ainsi que l'inefficacité du programme d'assainissement de la tuberculose bovine. Bref, bon courage pour retrouver l'appétit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.