Projet de loi de finances /Droits de douane: Les mesures phares    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Akhannouch juge nécessaire la « mise à niveau » de l'entreprise marocaine    Missing    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Aéroport Marrakech Menara: Arrestation d'un Brésilien en flagrant délit de trafic de cocaïne    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    La justice fait renaître Samir de ses cendres    L'ANCP : « Le ministre de la Santé n'a pas pris cette mesure »    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    Flexibilité du dirham : la solution de Jouahri en cas de choc externe    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»    PPS: l'opposition pour l'édification d'une alternative démocratique    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Faculté de droit d'Agadir: Un acte inadmissible!    Les Botolistes proches de la qualification    Compensation: le PLF 2020 prévoit une dotation de plus de 13 MMDH    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Météo: le temps qu'il fera ce dimanche    Vidéo. Le Maroc lance son premier nanosatelite dans l'espace    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Bella Hadid se livre sur son état mental    La Twittoma, ou comment les réseaux sociaux servent la bonne cause    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le danger plane sur nos assiettes : Lait, légumes, fruits, viande, rien n'est totalement sain, selon la Cour des comptes
Publié dans Libération le 14 - 09 - 2019

Sans vouloir tomber dans le catastrophisme, le dernier rapport de la Cour des comptes se rapportant à l'année 2018 fait craindre le pire pour la santé de tout un chacun et nous coupe l'appétit comme jamais. Si ce rapport s'attelle à décortiquer différents secteurs et fait la synthèse des contrôles de plusieurs établissements, le pan réservé à l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) est quant à lui édifiant.
Le rapport de la Cour des comptes tient avant tout à souligner que les moyens humains dont dispose l'ONSSA sont en inadéquation avec ses prérogatives. Autrement dit, l'effectif de l'Office national ne peut mener à bien ses missions. C'est la raison pour laquelle par exemple, la Cour des comptes pointe le faible contrôle dans les lieux de restauration collective. Un manquement et non des moindres, qui explique notamment le fait que ces derniers temps, de nombreux scandales ont éclaté, mettant en scène des «snacks» qui ont, longtemps, sans scrupule, servi de la viande d'âne ou de chien à leurs clients, profitant ainsi dudit manque de contrôle.
Pour la Cour des comptes, cette situation n'est pas seulement la conséquence du peu de moyens humains mis à disposition de l'ONSSA mais également à cause d'une absence de politique publique en matière de sécurité de la chaîne alimentaire. D'ailleurs, la problématique est la même quand la Cour des comptes évoque les abattoirs et tueries rurales, ainsi que les traditionnels abattoirs de volaille. Sans oublier les 2700 centres de collectes de lait que compte le Maroc.
Cette observation prend également forme dans les insuffisances constatées au niveau des produits alimentaires et de leur teneur en pesticides. En principe, un contrôle doit être réalisé sur les fruits et légumes destinés au marché local, en l'occurrence dans les marchés de gros. Mais entre ce qui doit être fait et la réalité, il y a un pas que l'ONSSA n'ose pas franchir. En revanche, dès qu'il s'agit d'export, les contrôles prennent une autre importance, et sont effectués en bonne et due forme.
De nos jours, c'est devenu un secret de Polichinelle : les produits contenant des organismes génétiquement modifiés (OGM) sont nocifs pour la santé. Pourtant, à en croire la Cour des comptes, le Maroc n'accorde aucune importante à ce sujet qui fait polémique dans le monde entier. Et pour cause, il n'existe actuellement aucun encadrement juridique dédié aux OGM. Du coup, les agriculteurs à l'instar des consommateurs sont exposés aux risques de ce vieux serpent de mer qui n'en finit pas d'agiter le monde entier. Qui plus est quand on sait que la Cour des comptes est préoccupée d'une part par l'absence de contrôle des intrants chimiques à usage agricole dans les commerces de détail, et d'autre part, à la lumière d'un manque de contrôle sur l'activité de reconditionnement des pesticides à usage agricole, à savoir leur manipulation ou le reconditionnement de produits périmés.
Enfin, l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires a émis plusieurs observations concernant la veille épidémiologique et son insuffisance, ainsi que l'inefficacité du programme d'assainissement de la tuberculose bovine. Bref, bon courage pour retrouver l'appétit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.