Coronavirus : 36 nouveaux cas confirmés au Maroc, 919 au total, samedi à 21h    Kenzi Hotels héberge le personnel médical    Liga : Achraf Hakimi retrouve le Real Madrid    Fadel Sekkat tire sa révérence    Le Roi félicite le président sénégalais à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Coronavirus : selon le prix Nobel d'économie 2019, il ne faut pas s'inquiéter de la facture de la crise sanitaire    Coronavirus : les autorités marocaines prennent en charge les Marocains bloqués en Turquie    Marrakech: Environ 1400 chambres d'hôtels mises à disposition du corps médical    Golf : Report de la 47è édition du Trophée Hassan II et de la 26è édition de la Coupe Lalla Meryem    Fonds Covid-19 : L'ANAM fait don de 10 MDH    Mali : le chef de l'opposition enlevé « va bien », les négociations pour sa libération sont en cours    Coronavirus : La Maison-Blanche conseille le port du masque    Commande publique : une réponse urgente à la pandémie Covid19    Coronavirus : un infirmier italien tue sa compagne pensant qu'elle l'avait contaminé    Covid19: Aucun cas en Corée du Nord ?    De la musique de chambre, depuis sa chambre    Coronavirus : Nezha El Ouafi décrypte sur MFM Radio les mesures prises au profit des MRE    Le PPS appelle à un large débat sur la crise et l'après-crise du Coronavirus    Le gouvernement britannique appelle les joueurs de foot à réduire leur salaire    L'administration publique entre à petits pas dans l'ère du numérique    Retour à la prudence sur les marchés mondiaux    Allégement du déficit du compte courant    Les soldats de l'ombre en rangs serrés contre le Covid-19    Athlétisme: Le programme antidopage mondial fortement affecté    4.835 personnes poursuivies pour violation de l'état d'urgence sanitaire    L'hôpital de campagne de Benslimane prêt à entrer en action    Mobilisation générale contre le coronavirus dans la région de Marrakech-Safi    Report des JO: Des coûts additionnels pour le Japon et la famille olympique    Clap de fin sur la série "Le Bureau des légendes"    Reprise belge du tube caritatif "We Are The World" pour remercier le personnel soignant    En pleine pandémie, une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Algérie : l'ex-chef de la police écope de 15 ans de prison    Harit renonce à une partie de son salaire    Union européenne : la fermeture des frontières pourrait durer au-delà de Pâques    Chelsea, la Juve, le Bayern et le PSG lorgnent Hakimi    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique    Une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    «Masrah net»… des spectacles à suivre en direct depuis son salon    Crise du Venezuela: Le nouveau plan de Washington    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    Frontières maritimes : Entrée en vigueur et réserves espagnoles    Les agents d'autorité de la capitale s'estiment insultés par le Wali de Rabat-Salé Kénitra    Condition physique et mode alimentaire au profit des joueurs et joueuses : Le programme individuel spécial de la FRMF    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Le point avec Abdellah El Ouardi, préfet de police de Casablanca    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bolton, un va-t-en-guerre finalement incompatible avec le trumpisme
Publié dans Libération le 18 - 09 - 2019

John Bolton, qui vient d'être renvoyé sans ménagement de son poste de conseiller à la sécurité nationale par Donald Trump, était un néoconservateur connu pour ses positions très dures sur l'Iran ou l'Afghanistan, voire va-t-en-guerre contre la Corée du Nord. Trop dures, pour le président américain qui l'a congédié récemment d'un tweet.
Dès la nomination en mars 2018 de cet avocat de formation de 69 ans, aux fines lunettes et à l'épaisse moustache blanches, la question était de savoir si ce "faucon" allait pouvoir s'entendre avec le milliardaire républicain, qui veut négocier avec Pyongyang et mettre fin à la guerre en Afghanistan, n'hésitant pas à rencontrer les pires ennemis historiques de l'Amérique.
John Bolton fut l'un des architectes de l'invasion de l'Irak en 2003. Il est partisan des guerres préventives, lorsque Donald Trump estime que l'Amérique ne peut être le gendarme du monde et, dans de nombreuses situations, doit se désengager.
Selon les médias américains, John Bolton était ainsi résolument opposé à la venue des talibans à Camp David, un temps souhaitée par Donald Trump avant d'être finalement annulée avec fracas la semaine dernière.
"J'étais en désaccord avec nombre de ses suggestions", a expliqué Donald Trump mardi en annonçant le limogeage de son troisième conseiller à la sécurité nationale après Michael Flynn et H.R. McMaster.
Donald Trump ne cachait pas ces derniers mois qu'il pouvait y avoir plus que des nuances entre lui et son conseiller pour les affaires internationales.
"Il a des avis appuyés sur plein de sujets mais c'est OK. En fait, je le calme, ce qui est vraiment incroyable", ironisait-il en mai dernier.
Comme le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, John Bolton faisait partie de ceux qui plaidaient pour "sortir de l'accord iranien" signé en 2015 par les grandes puissances avec Téhéran pour l'empêcher de se doter de l'arme nucléaire.
Mais il ne cachait pas son scepticisme quant aux négociations sur le nucléaire avec Pyongyang, telles que souhaitées et menées Donald Trump et qui avaient été engagées avant sa nomination à la Maison Blanche.
"Il est parfaitement légitime pour les Etats-Unis de répondre" à "la menace" représentée par une Corée du Nord nucléaire "en frappant les premiers", avait-il écrit dans le Wall Street Journal avant de rejoindre le président républicain.
John Bolton était aussi un des promoteurs de la ligne dure sur le Venezuela. Il a mené la charge américaine pour faire partir le président socialiste Nicolas Maduro en assurant l'opposant Juan Guaido du plein soutien de Washington. Des pressions qui ont jusqu'ici échoué, Nicolas Maduro étant toujours au pouvoir à Caracas.
Concernant la Russie et Vladimir Poutine, John Bolton, partisan de sanctions beaucoup plus larges que celles, symboliques, annoncées par l'administration américaine, n'était pas non plus sur la même longueur d'onde que le président, plus rarement enclin à critiquer Moscou.
"Il paraissait évident que Bolton et Trump n'avaient pas un semblant de vision commune concernant les affaires internationales", a réagi mardi Harry J. Kazianis, directeur au Center for the National Interest à Washington.
Bolton avait acquis la notoriété lors de la présidence de George W. Bush, effectuant un passage mouvementé de 18 mois comme ambassadeur des Etats-Unis aux Nations unies en 2005-2006.
Profitant plus récemment de la tribune que lui offrait son poste de chroniqueur sur la chaîne Fox News prisée des conservateurs, il distillait régulièrement ses avis sur les affaires du monde. Et son nom avait été cité pour devenir secrétaire d'Etat ou conseiller à la sécurité nationale -- déjà -- aux débuts de la présidence Trump.
"L'ambassadeur Bolton représente le pire de l'aventurisme américain en politique étrangère", avait réagi après sa nomination Diplomacy Works, un centre de réflexion d'anciens de l'administration démocrate de Barack Obama, dénonçant son goût pour "l'interventionnisme militaire".
Avant sa nomination à l'ONU, il avait occupé différents postes gouvernementaux sous les présidences républicaines de Ronald Reagan et de George Bush père.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.