Défaite et repli du «Polisario» maquillés en redéploiement tactique ?    A propos de sa demande de décharge de ses fonctions ministérielles : Ramid fait volte-face    La masse monétaire progresse de 9,2% en janvier    Nigeria : 42 personnes relâchées, dont 27 élèves, après un enlèvement dans un pensionnat    Algérie : le Hirak de retour pour dénoncer le pouvoir militaire et réclamer plus de démocratie    Covid-19 : plus de 3 400 000 personnes vaccinées    Allemagne : la commission vaccinale envisage de recommander le vaccin AstraZeneca pour les plus âgés    La HACA et la SNRT lancent à Dakhla des visites aux sites régionaux de production et de diffusion de radio et de télévision    Covid19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 février 2021 à 18H00    Talib viré du TAS    L'ONU annonce de nouveaux dispositifs d'identification pour lutter contre la pêche illégale    CAN U20 : Les tirs de la chance privent le Maroc de la demi-finale !    AS FAR-SCCM (1-1) : Les Militaires rejoints sur la ligne d'arrivée !    Des manifestations monstres contre les caciques : Les Algériens disent «degage» au régime    Luca Attanasio, ambassadeur italien, tué en RDC    Le secrétaire général du Polisario reçu par le président Algérien    Deuxième anniversaire du Hirak : retour sur les faits saillants qui ont marqué les manifestations du 22 février    Groupe Al Omrane: Mise en chantier en 2020 de 46 projets d'une consistance de près de 17.000 unités    Le Maroc, un modèle en matière de vaccination    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    Marché de capitaux: 4,83 MMDH de levées en janvier 2022    Alerte – Veille – Relance post-covid19 – Investissements étrangers et compétition internationale – Ce que préparent les concurrents du Maroc    Les entrepreneurs marocains invités à investir au Burundi    Meurtre de Khashoggi: Washington accuse le prince saoudien...Ryad dénonce !    La Chambre des représentants libyenne tend à former un gouvernement provisoire restreint composé des compétences de toutes les régions du pays    Marrakech : 29 interpellations pour violation de l'état d'urgence sanitaire et aménagement d'une villa pour les jeux de hasard    ONCF: un chiffre d'affaires consolidé de 3,1 MMDH en 2020    Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud    Une nouvelle Ecole Américaine à Benguerir    Mustapha Ramid sera opéré ce samedi    Le dirham s'apprécie de 0,32% par rapport à l'euro    Les Golden Globes remettent leurs prix sans public ni tapis rouge    Le président de la FIFA exprime ses remerciements à S.M le Roi    Le Maroc adhère à l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire    Le personnel des FAR reçoit la 2è dose du vaccin anti-Covid-19    Percevoir le cannabis tout autrement    Le MAS présente son nouvel entraîneur, Miguel Angel Gamondi    Le WAC à Ouagadougou en quête d' une seconde victoire en Ligue des champions    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Plus de 25.000 pièces archéologiques seront mises à la disposition des étudiants et du grand public    Administration pénitentiaire: Reprise exceptionnelle des visites familiales au profit des détenus du 1er mars au 12 avril    CAN U20 Mauritanie : Maroc-Tunisie pour une place en demi-finales    Réunion ce vendredi du Conseil de gouvernement    «Yawmiat Kaen Osabi», nouveau-né de Loubna El Manouzi chez «Mokarabat»    Rencontre autour d'une publication : «Pour une Maison de l'histoire du Maroc» dotée d'un savoir accessible à l'esprit de tous    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bolton, un va-t-en-guerre finalement incompatible avec le trumpisme
Publié dans Libération le 18 - 09 - 2019

John Bolton, qui vient d'être renvoyé sans ménagement de son poste de conseiller à la sécurité nationale par Donald Trump, était un néoconservateur connu pour ses positions très dures sur l'Iran ou l'Afghanistan, voire va-t-en-guerre contre la Corée du Nord. Trop dures, pour le président américain qui l'a congédié récemment d'un tweet.
Dès la nomination en mars 2018 de cet avocat de formation de 69 ans, aux fines lunettes et à l'épaisse moustache blanches, la question était de savoir si ce "faucon" allait pouvoir s'entendre avec le milliardaire républicain, qui veut négocier avec Pyongyang et mettre fin à la guerre en Afghanistan, n'hésitant pas à rencontrer les pires ennemis historiques de l'Amérique.
John Bolton fut l'un des architectes de l'invasion de l'Irak en 2003. Il est partisan des guerres préventives, lorsque Donald Trump estime que l'Amérique ne peut être le gendarme du monde et, dans de nombreuses situations, doit se désengager.
Selon les médias américains, John Bolton était ainsi résolument opposé à la venue des talibans à Camp David, un temps souhaitée par Donald Trump avant d'être finalement annulée avec fracas la semaine dernière.
"J'étais en désaccord avec nombre de ses suggestions", a expliqué Donald Trump mardi en annonçant le limogeage de son troisième conseiller à la sécurité nationale après Michael Flynn et H.R. McMaster.
Donald Trump ne cachait pas ces derniers mois qu'il pouvait y avoir plus que des nuances entre lui et son conseiller pour les affaires internationales.
"Il a des avis appuyés sur plein de sujets mais c'est OK. En fait, je le calme, ce qui est vraiment incroyable", ironisait-il en mai dernier.
Comme le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, John Bolton faisait partie de ceux qui plaidaient pour "sortir de l'accord iranien" signé en 2015 par les grandes puissances avec Téhéran pour l'empêcher de se doter de l'arme nucléaire.
Mais il ne cachait pas son scepticisme quant aux négociations sur le nucléaire avec Pyongyang, telles que souhaitées et menées Donald Trump et qui avaient été engagées avant sa nomination à la Maison Blanche.
"Il est parfaitement légitime pour les Etats-Unis de répondre" à "la menace" représentée par une Corée du Nord nucléaire "en frappant les premiers", avait-il écrit dans le Wall Street Journal avant de rejoindre le président républicain.
John Bolton était aussi un des promoteurs de la ligne dure sur le Venezuela. Il a mené la charge américaine pour faire partir le président socialiste Nicolas Maduro en assurant l'opposant Juan Guaido du plein soutien de Washington. Des pressions qui ont jusqu'ici échoué, Nicolas Maduro étant toujours au pouvoir à Caracas.
Concernant la Russie et Vladimir Poutine, John Bolton, partisan de sanctions beaucoup plus larges que celles, symboliques, annoncées par l'administration américaine, n'était pas non plus sur la même longueur d'onde que le président, plus rarement enclin à critiquer Moscou.
"Il paraissait évident que Bolton et Trump n'avaient pas un semblant de vision commune concernant les affaires internationales", a réagi mardi Harry J. Kazianis, directeur au Center for the National Interest à Washington.
Bolton avait acquis la notoriété lors de la présidence de George W. Bush, effectuant un passage mouvementé de 18 mois comme ambassadeur des Etats-Unis aux Nations unies en 2005-2006.
Profitant plus récemment de la tribune que lui offrait son poste de chroniqueur sur la chaîne Fox News prisée des conservateurs, il distillait régulièrement ses avis sur les affaires du monde. Et son nom avait été cité pour devenir secrétaire d'Etat ou conseiller à la sécurité nationale -- déjà -- aux débuts de la présidence Trump.
"L'ambassadeur Bolton représente le pire de l'aventurisme américain en politique étrangère", avait réagi après sa nomination Diplomacy Works, un centre de réflexion d'anciens de l'administration démocrate de Barack Obama, dénonçant son goût pour "l'interventionnisme militaire".
Avant sa nomination à l'ONU, il avait occupé différents postes gouvernementaux sous les présidences républicaines de Ronald Reagan et de George Bush père.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.