Marrakech-Safi : Le CRT lance une grande campagne de promotion digitale    97% des pharmaciens affirment que la chloroquine n'est pas disponible    L'arrivée d'Enzo Zidane au WAC : De l'infox et du « fake news » !    Demi-finales de la Ligue des Champions : Un vol spécial d'Al Ahly pour rallier Casablanca    Botola Pro D1 : Une bouffée d'oxygène pour le Hasania d'Agadir    Vente de boissons alcoolisées : la campagne d'assainissement se poursuit    Coronavirus: le Maroc enregistre 2444 nouveaux cas ce dimanche    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    Les Démocrates doivent désormais faire montre d' agressivité    Combats meurtriers au Karabakh, l'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Plaidoyer du CNDH en faveur du respect du droit de manifester pacifiquement    L'ambassadrice du Guatemala réitère la position de son pays en faveur de notre intégrité territoriale    Pour un nouveau multilatéralisme équitable et inclusif    Le Real Madrid piétine mais gagne enfin Zidane peut souffler    Botola Pro D2 : Le suspense jusqu ' au bout MAS-SCCM à l' affiche    Lancement d'un baromètre régional de l'investissement à Béni Mellal-Khénifra    Les exportations nationales accumulent les contre-performances    Mohcine Zouak : La transition numérique pose le défi de repenser l'école    Haro sur l'hydrochloroquine    Soutien exceptionnel à l'édition et au livre au titre de l' année 2020    Plaidoyer à Safi pour la création d' une Fondation du Festival national de l'Aïta    Programme d' animation culturelle à Guelmim-Oued Noun en dépit des contraintes du Covid-19    De précieuses découvertes archéologiques datant d'au moins du 2è siècle avant J.C    La formation et le travail de base, priorités de la FRMF    Centre d'immatriculation de Marrakech : tous les rendez-vous fixés précédemment sont annulés    Lycée Descartes : les parents d'élèves insatisfaits de l'enseignement à distance    Nouveaux programmes à fort impact social en 2020-2021    La généralisation de la couverture sociale nécessite une cohérence dans l'investissement à engager    La CGEM révèle ses propositions pour la LF-202    Or : c'est le moment de vendre vos bijoux !    «Revitaliser et répondre aux besoins de la standardisation de la langue amazighe»    L'émissaire par intérim de l'ONU en Libye soutient les conclusions des pourparlers de Bouznika    Togo : le premier ministre et le gouvernement quittent le pouvoir    Cour suprême : Biden exhorte le Sénat à ne pas confirmer la juge Barrett avant la présidentielle    Aéronautique : cinq nouvelles ouvertures d'usines d'ici fin 2020    Casablanca : une intervention policière vire au drame    Bourita s'entretient par vidéoconférence avec le Secrétaire Général de l'ONU    El Otmani : Le Maroc toujours engagé en faveur d'«une solution définitive au différend régional» autour du Sahara marocain    Le président du gouvernement espagnol réitère l'appel à une solution politique basée sur le compromis    13e Festival de Fès de la culture soufie: une édition très spéciale!    HUSA-FUS (2-1) : Une défaite "cruelle", une victoire tombée du ciel !    Guerguerat: l'ONU réagit aux gesticulations du polisario    Vaccin chinois : trois hauts responsables marocains participent aux essais    Liban: le nouveau Premier ministre jette l'éponge    Attaque à l'arme blanche à Paris: le principal suspect «assume» un acte dirigé contre Charlie Hebdo    Livre et édition : Un soutien de 9,32 millions de DH débloqué au titre de l'année 2020    Côte d'Ivoire : la cour de justice africaine récuse le rejet de la candidature de Laurent Gbagbo pour la présidentielle    L'acteur Anas El Baz est devenu papa (PHOTO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





NejMaroc, la revue qui aide les universitaires marocains à comprendre le monde
Publié dans Libération le 24 - 09 - 2019

Si l'océan Atlantique et un peu plus de 15 heures d'avion séparent le Maroc du Mexique, il existe plusieurs éléments qui unissent ces deux pays. Tout d'abord, ils partagent un patrimoine culturel et historique commun symbolisé par l'héritage de la civilisation andalouse. Un héritage dont les traces sont toujours visibles dans plusieurs domaines parmi lesquels l'architecture avec l'art Mudéjar et la culture. Ensuite, et si on met de côté un goût culinaire immodéré pour les plats épicés, le Mexique accueille depuis les années 60 bon nombre d'expatriés marocains. Principalement venus d'Espagne où ils étaient mariés à des Mexicaines, ou attirés par la beauté du pays à travers les Jeux olympiques de 1968 et les Coupes du monde de football de 1970 et 1986 auxquelles le Maroc a participé.
En septembre 2017, Mohamed Badine El Yattioui a été à l'origine d'un énième point en commun. Cet enseignant-chercheur du Département des relations internationales et des sciences politiques à l'Université des Amériques de Puebla, (UDLAP), a décidé de bâtir un pont de connaissance entre son pays d'origine, le Maroc, et son pays d'accueil, le Mexique. Une volonté qui a trouvé son prolongement dans la création de NejMaroc, un centre marocain de recherche sur la globalisation. «Le think thank se donne pour objectif, avec un groupe de jeunes chercheurs, d'offrir une meilleure compréhension du monde au public marocain, en général, et aux chercheurs et étudiants en particulier, grâce à une revue semestrielle», explique Mohamed Badine El Yattioui.
Publiée en français, en anglais ou en espagnol, la revue universitaire «NejMaroc» s'appuie sur les contributions de plusieurs chercheurs nationaux et internationaux. Forte d'une crédibilité et d'une légitimité encore plus renforcées par l'ISSN (International Standard Serial Number) marocain de la bibliothèque nationale de Rabat, favorisant par la même occasion l'accélération et l'insertion de la revue dans le champ universitaire international, la revue ambitionne donc de donner plus de perspectives internationales au public marocain. Mais pas que. Si l'on en croit Mohamed Badine El Yattioui, qui est aussi membre du système national de recherche mexicain (SNI), il existe aussi la possibilité «d'améliorer les connaissances du public latino-américain au sujet de la politique et de la société marocaines». Justement, pour le think thank, valoriser l'image du Maroc à l'extérieur, et promouvoir le thème et la problématique des relations internationales à l'intérieur du Royaume sont des aspects tout aussi importants.
Ainsi mû par la volonté de devenir une plateforme majeure de réflexion au Maroc et au continent africain, ledit think thank entend bien participer in fine «au développement de la culture démocratique et à l'ouverture du pays à la globalisation, en menant des réflexions de fond depuis l´autre partie de l´Atlantique», indique-t-il sur sa page Facebook. Ce qui constitue une manière d'aider encore plus le Maroc dans sa quête de globalisation, car rappelons le, cet américanisme (globalization), apparu pour la première fois dans les années 80, consiste dans le sens premier du terme à rendre "global" ce qui était "local". Autrement dit, élargir le rayonnement d'un concept à la totalité d'un groupe. Remplacez Maroc par concept, et groupe par Mexique, et vous obtiendrez l'essence de NejMaroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.