Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Elections sénatoriales-Egypte: un Marocain à la tête d'une mission d'observation    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    Violation de l'état d'urgence sanitaire: 742 personnes poursuivies à Taroudant    Covid-19: l'essentiel de la déclaration du ministère de la Santé    21ème journée de la Botola Pro D1 : Des rencontres à couteaux tirés    Météo Maroc : prévisions du lundi 10 août 2020    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le Groupe OCP fête ses 100 ans d'existence    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Dépression : La vitamine D ne sert à rien    Frère Jean, ex-photographe de mode devenu moine orthodoxe dans les Cévennes    Le MMVI retrace la genèse artistique au Maroc    Les œuvres de l'artiste danoise Lene Wiklund illuminent l'espace Dar Souiri    Ligue des champions Messi au rendez-vous de Lisbonne    Signature d'une convention d'objectifs pour le développement du football féminin    D'aucuns prônent un dépistage massif en faveur du personnel soignant    Classée 2ème destination dans le monde : La ville ocre dans le top 25 du TripAdvisor    Réouverture des salles de sport    Recul des ventes de la quasi-totalité des secteurs au premier semestre    Coronavirus : 1.230 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 33.237 cas cumulés dimanche 9 août à 18 heures    Présentiel ou enseignement à distance : les précisions du département de l'Education Nationale    Manchester City bourreau du Real de Zidane    Lyon élimine la Juventus et jouera City en quarts    Maroc Télécom a boosté les revenus des sociétés de bourse en 2019    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    Le Bayern et le Barça en quart !    El Otmani: La situation épidémiologique connaît des évolutions inquiétantes    De la nécessité des évolutions structurelles des écosystèmes et des chaînes de valeur    Au bord du naufrage!    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Coronavirus: 23 joueurs et membres du staff de l'Ittihad de Tanger testés positifs    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    «De l'encre sur la marge» de M'barek Housni    Casablanca à l'heure de son premier festival de Hip-Hop «On-line»    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    La terre a de nouveau tremblé en Algérie    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Diplomatie, anticorruption et décentralisation : Les dossiers du futur président tunisien
Publié dans Libération le 17 - 10 - 2019

Si les prérogatives de Kais Saied relèveront essentiellement de la sécurité et la diplomatie, le futur président tunisien est très attendu sur la lutte anticorruption ou encore la justice sociale : après avoir obtenu un mandat clair, tour d'horizon des principaux défis à relever.
Enseignant de droit constitutionnel, Kais Saied n'a aucune expérience en matière de diplomatie.
Il professe pour le moment "des principes plutôt qu'une feuille de route précise et concrète", décrypte l'ancien diplomate Taoufik Ouanes.
"Tout en gardant les fondamentaux, il va apporter des correctifs à la diplomatie tunisienne", estime-t-il.
Tunis, qui préside actuellement la Ligue arabe, pourrait "rétablir les relations diplomatiques avec la Syrie (rompues depuis 2012, NDLR) et oeuvrer pour son retour" au sein de cette institution.
M. Saied a tenu des propos virulents contre Israël, une position nationaliste arabe qui lui a valu d'être salué dans la région.
Concernant l'Union européenne et la France "il a clairement affirmé la continuité de l'Etat et le respect des conventions internationales", souligne M. Ouanes. Mais dans les négociations en cours sur un accord de libre échange avec l'Europe, il pourrait "demander que les négociations prennent mieux en compte les intérêts de la Tunisie".
Il pourrait également, "appeler à (...) rectifier les conditions des investissements étrangers dans le pays", a estimé l'expert.
Ex puissance coloniale, Paris a appelé à "amplifier" le partenariat bilatéral, lors d'un échange téléphonique entre le président Emmanuel Macron et M. Saied lundi.
Si la situation s'est nettement améliorée depuis une série d'attentats dévastateurs en 2015, le pays est sous état d'urgence permanent depuis près de quatre ans, et des attaques, bien que de moindre ampleur, visent toujours les forces de l'ordre. Le 27 juin, un double attentat suicide a fait deux morts en plein centre de Tunis.
Lors d'un débat télévisé, Kais Saied avait estimé qu'une des clés de la lutte contre le "terrorisme" était l'éducation, la philosophie, l'amélioration de l'enseignement en primaire pour "immuniser" les jeunes.
Parmi ses premiers déplacements de président, il a dit vouloir se rendre en Algérie et en Libye, les deux grands voisins. A l'ouest, l'Algérie traverse une période mouvementée avec la poursuite de la contestation contre le pouvoir. A l'est et au sud, la Libye reste dans le chaos, une situation qui a eu un important impact sécuritaire et économique pour la Tunisie depuis 2011.
Un autre dossier de taille est la réforme de l'appareil policier, qui fut un rouage de la dictature et reste l'objet de critiques sur la persistance de pratiques contraires aux droits humains.
Par ailleurs, Kais Saied a dit considérer éducation, santé et accès à l'eau comme faisant partie de la sécurité nationale, laissant entendre qu'il souhaite s'impliquer directement sur ces dossiers.
La marge de manoeuvre est très limitée dans ces domaines, au regard de la constitution qui donne les coudées franche au gouvernement. Mais, fort d'une légitimité assise sur un scrutin populaire sans appel —qui contraste avec le morcellement du vote aux législatives— il peut choisir d'intervenir dans les négociations sur la formation du gouvernement, voire dans son futur programme économique et social.
Il peut en outre lancer des initiatives présidentielles —propositions de loi au Parlement ou fonds destiné à l'emploi des jeunes par exemple.
Les Tunisiens, qui ont manifesté ces derniers mois contre la vie chère et le chômage, ont aussi montré en élisant un homme se refusant à toute solution miracle qu'ils tenaient surtout à une moralisation de la vie publique.
Alors que la révolution n'a pas mis fin à la collusion entre politique et économie, l'espoir pour beaucoup de Tunisiens est que l'élection d'un homme qui ne doit rien aux élites favorise une plus grande justice sociale.
Si Kais Saied a prôné une démocratie directe, via des conseils locaux, pour traduire au mieux ce que "le peuple veut", au lieu du système partisan en vigueur au Parlement, difficile d'imaginer que l'Assemblée vote sa propre dissolution.
La décentralisation du pouvoir, qui était une revendication de la révolution pour réduire les inégalités régionales et favoriser la reddition des comptes par les élus, est déjà en cours. Mais sa concrétisation a manqué jusque-là de volonté politique.
Un code des collectivités locales a été adopté in extremis avant les premières municipales démocratiques en mai 2018, mais moins d'un sixième de ses décrets d'application ont été adoptés.
"Des élus et des ministères étaient opposés à un partage du pouvoir", explique Nessryne Jelalia, directrice de l'observatoire politique Al-Bawsala. "On a désormais un président et des partis au Parlement qui en ont fait un cheval de bataille", se réjouit-elle. "Il va y avoir un coup de pouce à la décentralisation".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.