Coronavirus : le Maroc dépasse la barre des 100.000 contaminations    Le docteur et académicien Mohamed Talal tire sa révérence    Abu Wael al-Rifi : Le contraste saisissant entre les grands patriotes et les petits maitres des entourloupettes    Lanceur d'alerte : Révélations en série d'un officier des services secrets du Polisario    Liberté économique : le Maroc 78ème mondial    La BVC dans le rouge du 14 au 18 septembre    Algérie: Un milliard de dollars de pertes financières    Mamounia, Royal Mansour, Fours Seasons...ils vont rouvrir leurs portes à Marrakech    La nouvelle Clio et le nouveau Captur disponibles au Maroc    Mercato: Gareth Bale de retour à Tottenham!    Bundesliga: Le Bayern détruit Schalke!    Liverpool officialise l'arrivée de Thiago Alcantara    Le Maroc remarquablement élu au Comité des Droits de l'Homme de l'ONU    Coronavirus: en France, la Haute Autorité de santé tranche sur la fiabilité des tests salivaires    Tanger: la douane découvre une usine clandestine    Marrakech adoptera l'enseignement en alternance    Mohamed Rouicha : sauveur de mémoire    Un parcours culturel très riche et très séduisant    Des artistes marocains appellent à la réouverture des théâtres et des salles de cinéma!    Entretien avec Othman Ktiri, l'entrepreneur marocain qui a réussi en Espagne    Washington reconduit unilatéralement les sanctions de l'ONU contre l'Iran    En Grèce, 9 000 demandeurs d'asile ont déjà rejoint le nouveau camp de Lesbos    Mexico : création d'un groupe d'amitié avec le Maroc pour promouvoir la coopération bilatérale    "Africa Innovation Week 2020": l'EMSI rafle la mise    Contrats spéciaux de formation: des mesures annoncées en faveur des entreprises marocaines    Climat des investissements au Maroc : le Département d'Etat US distribue bons et mauvais points [document]    Formation: mesures exceptionnelles en faveur des entreprises marocaines    «Enquête exclusive» : les dérives du régime algérien mises en lumière    Une photo de Leila Hadioui avec Saad Lamjarred surprend ses fans    Arabie saoudite: cinq personnes blessées par un projectile tiré par les Houthis    Nadal tombe à Rome (VIDEO)    Le régime algérien veut empêcher le Hirak de reprendre ses manifestations    Tanger : après l'affaire Adnane, nouvelle arrestation pour « attentat à la pudeur »    Météo : le temps se rafraîchit ce dimanche au Maroc (températures)    Mika « Loves Beirut » et d'autres stars mondiales aussi    L'image de la semaine    «Zanka contact», un ovni dans le 7e art national    Culture en vrac    Botola Pro: l'OCK tombe à domicile face à Berkane (VIDEO)    Real Madrid: Gareth Bale prêté à Tottenham    Cellule terroriste démantelée le 10 septembre: Ce que révèle l'expertise de la police scientifique    La presse britannique évoque les « sculptures » de Mehdia    Le secrétariat général des Finances de nouveau vacant    El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Madrid de nouveau sur la sellette
Publié dans Libération le 22 - 10 - 2019

La Commission européenne a récemment déclaré recevable la plainte déposée par le parti politique espagnol « Pour un monde plus juste » (M + J) contre le gouvernement espagnol de Pedro Sánchez pour les refoulements express de migrants en 2018 en vertu de l'accord bilatéral hispano-marocain que le ministre de l'Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a mis en œuvre durant l'été de l'année dernière.
Bruxelles a ainsi notifié ce parti du fait que "la plainte sera examinée par les services de la Commission européenne à la lumière du droit de l'Union applicable en la matière" et que "les résultats et les mesures prises en rapport avec leur plainte seront communiqués", selon une note de la Commission européenne dont la teneur a été relayée par l'agence espagnole Europa Press.
« En déclarant recevable notre plainte, l'Union européenne prouve que nous avons raison. L'Etat de droit ne peut laisser les plus vulnérables sans défense", a souligné le candidat de ce parti à la présidence du gouvernement aux élections du 10 novembre prochain, Rafael Fernández, qui a déclaré s'attendre à ce qu'"il soit mis fin à ce type d'actions ".
Dans sa plainte, ce parti créé en 2004, a dénoncé les refoulements expéditifs qui ont eu lieu le 23 août 2018, lorsque 114 personnes ont été renvoyées en seulement 24 heures du préside occupé de Sebta vers le Maroc; ainsi que ceux du 21 octobre 2018, qui concernaient 55 personnes entrées illégalement à l'autre préside occupé, à savoir Mellilia.
Selon le porte-parole de M+J, Alejandro Plans, «ces personnes n'ont pas eu accès à un interprète et elles ont été assistées durant deux minutes et demie par un avocat commis d'office. Il y a eu une sentence explicite sans possibilité de recours et une exécution expresse de l'expulsion ».
Dans la plainte devant la Commission présentée par M + J en mars dernier, il a été précisé que ces refoulements constituaient une violation de la loi qui régit le droit des migrants à bénéficier de l'assistance d'un avocat lorsqu'ils se trouvaient sur le sol espagnol, et ce, dans le but de garantir leur droit à l'asile.
La plainte a ainsi mis à nu « l'hypocrisie de l'habillage juridique d'un processus qui n'a duré que quelques minutes », tout en appelant le gouvernement à garantir le droit des migrants qui mettent le pied sur le territoire, à bénéficier des services d'un avocat, d'un interprète et de disposer du recours en justice contre les décisions défavorables.
Ce parti a, par ailleurs, expliqué qu'il a déposé cette plainte auprès de la Commission européenne, parce qu'il n'a pas été en mesure d'intenter une action en justice en Espagne, car pour cela, il est nécessaire que l'avocat soit légalement habilité à agir par l'une des personnes victimes de ces actes.
Il convient de rappeler que la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) avait condamné en 2017 l'Espagne pour deux cas d'expulsions expéditives de migrants en provenance du Maroc opérées en 2014. A l'origine de ce jugement, un procès diligenté par deux migrants qui prétendaient avoir fait l'objet, le 13 août 2014, d'une reconduite collective à chaud vers le Maroc.
Ces deux Subsahariens ont été remis aux forces marocaines une fois qu'ils ont remis les pieds à terre après être restés, deux heures durant, perchés au sommet de la barrière grillagée. Ils ont été expulsés sans avoir été identifiés et sans que l'accès à un avocat ou à un interprète leur ait été proposé, comme exigé par divers accords internationaux ratifiés par l'Espagne et notamment la Convention de Genève. Selon cette décision, l'Espagne devait verser à chacun des plaignants 5.000 euros pour préjudice moral.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.