Secrétariat général du gouvernement: Dernières retouches pour la transformation    Les droits d'auteurs au Conseil du gouvernement    El Othmani interpellé sur l'appui aux TPME    Fonds d'équipement communal: Le PNB en hausse    Foncier agricole: Le coup de pouce de Maroc Vert    Capital humain: 96% des actifs casablancais sont stressés    Forum de Paris sur la paix: Pour l'ONU, le monde se fissure    Tibu lance l'enseignement des sciences par le sport    LA FME intègre ses nouveaux boursiers    Bourse de mérite: Les étudiants des prépas indignés    Réforme du Code pénal: Les propositions du CNDH relancent le débat    Repérez les personnes toxiques au bureau    Concert: Roméo et Juliette en tournée au Maroc    Chambre des représentants : le PLF 2020 adopté à la majorité    Le Maroc participe à la Coalition mondiale anti-Daech à Washington    Tsitsipas en demie, Nadal toujours en vie au Masters de Londres    Accord de cessez-le-feu après deux jours d'agression israélienne    La Russie aménage une base militaire dans le nord-est syrien    Coopération maroco-libyenne dans le domaine législatif    Wenger nommé directeur du développement du football mondial    Suspension de Bernardo Silva    La Mauritanie, un premier cap à franchir pour le Onze national    Une banque publique peut-elle aider les plus pauvres?    Abdellatif Jouahri : La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie, et les multiples risques de la cybercriminalité posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation    Data Protect signe un protocole de partenariat avec Trans-Sahara IT    Lors d'une journée d'étude organisée à la Chambre des conseillers, Mohamed Benabdelkader : Mettre l'arsenal juridique au diapason de l'évolution de la société    Insolite : Arrêtée avec 2 kilos d'or dans ses chaussures    Appel à l'élaboration d'une feuille de route nationale pour promouvoir des alternatives au placement institutionnel des enfants    Prochaine ouverture à Laâyoune d'un consulat général des Iles Comores    Le rôle de l'institution législative dans l'exception d'inconstitutionnalité des lois débattu à Rabat    La philosophie n'est pas une réflexion aride réservée à des élites intellectuelles    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Macky Sall primé à MEDays    Brahim El Mazned invité du Forum de la MAP le mardi 19 novembre    Guelmim: arrestation de trois personnes pour organisation de l'immigration clandestine    Race désert marathon : Une 4ème édition en trois étapes    Golf : Maha Haddioui remporte le tournoi Omnium VI    La cigarette électronique enfin réglementée et fiscalisée    Mondiaux de para-athlétisme: Cinq médailles, dont une en or pour le Maroc    L'Association enfance et découverte présente son nouveau programme digital pour enfants !    La MINUSCA rend hommage au soldat marocain mort en Centrafrique    El Majhad remplace Zniti dans la liste d'Halilhodzic    Rialto se revêtit de sa parure nuptiale!    Gaza. Huit palestiniens d'une même famille tués par l'armée israélienne    Financement des projets. Les mesures d'accompagnement dévoilées    Destitution de Trump: Un témoin clé enfonce le clou au Congrès    France-islamophobie : Pour un morceau de tissu !    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Madrid de nouveau sur la sellette
Publié dans Libération le 22 - 10 - 2019

La Commission européenne a récemment déclaré recevable la plainte déposée par le parti politique espagnol « Pour un monde plus juste » (M + J) contre le gouvernement espagnol de Pedro Sánchez pour les refoulements express de migrants en 2018 en vertu de l'accord bilatéral hispano-marocain que le ministre de l'Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a mis en œuvre durant l'été de l'année dernière.
Bruxelles a ainsi notifié ce parti du fait que "la plainte sera examinée par les services de la Commission européenne à la lumière du droit de l'Union applicable en la matière" et que "les résultats et les mesures prises en rapport avec leur plainte seront communiqués", selon une note de la Commission européenne dont la teneur a été relayée par l'agence espagnole Europa Press.
« En déclarant recevable notre plainte, l'Union européenne prouve que nous avons raison. L'Etat de droit ne peut laisser les plus vulnérables sans défense", a souligné le candidat de ce parti à la présidence du gouvernement aux élections du 10 novembre prochain, Rafael Fernández, qui a déclaré s'attendre à ce qu'"il soit mis fin à ce type d'actions ".
Dans sa plainte, ce parti créé en 2004, a dénoncé les refoulements expéditifs qui ont eu lieu le 23 août 2018, lorsque 114 personnes ont été renvoyées en seulement 24 heures du préside occupé de Sebta vers le Maroc; ainsi que ceux du 21 octobre 2018, qui concernaient 55 personnes entrées illégalement à l'autre préside occupé, à savoir Mellilia.
Selon le porte-parole de M+J, Alejandro Plans, «ces personnes n'ont pas eu accès à un interprète et elles ont été assistées durant deux minutes et demie par un avocat commis d'office. Il y a eu une sentence explicite sans possibilité de recours et une exécution expresse de l'expulsion ».
Dans la plainte devant la Commission présentée par M + J en mars dernier, il a été précisé que ces refoulements constituaient une violation de la loi qui régit le droit des migrants à bénéficier de l'assistance d'un avocat lorsqu'ils se trouvaient sur le sol espagnol, et ce, dans le but de garantir leur droit à l'asile.
La plainte a ainsi mis à nu « l'hypocrisie de l'habillage juridique d'un processus qui n'a duré que quelques minutes », tout en appelant le gouvernement à garantir le droit des migrants qui mettent le pied sur le territoire, à bénéficier des services d'un avocat, d'un interprète et de disposer du recours en justice contre les décisions défavorables.
Ce parti a, par ailleurs, expliqué qu'il a déposé cette plainte auprès de la Commission européenne, parce qu'il n'a pas été en mesure d'intenter une action en justice en Espagne, car pour cela, il est nécessaire que l'avocat soit légalement habilité à agir par l'une des personnes victimes de ces actes.
Il convient de rappeler que la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) avait condamné en 2017 l'Espagne pour deux cas d'expulsions expéditives de migrants en provenance du Maroc opérées en 2014. A l'origine de ce jugement, un procès diligenté par deux migrants qui prétendaient avoir fait l'objet, le 13 août 2014, d'une reconduite collective à chaud vers le Maroc.
Ces deux Subsahariens ont été remis aux forces marocaines une fois qu'ils ont remis les pieds à terre après être restés, deux heures durant, perchés au sommet de la barrière grillagée. Ils ont été expulsés sans avoir été identifiés et sans que l'accès à un avocat ou à un interprète leur ait été proposé, comme exigé par divers accords internationaux ratifiés par l'Espagne et notamment la Convention de Genève. Selon cette décision, l'Espagne devait verser à chacun des plaignants 5.000 euros pour préjudice moral.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.