CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    FIFM : Plusieurs projets récompensés dans le cadre des ateliers de l'Atlas    Un américain arrêté pour l'utilisation de Playstation pour son trafic de drogue    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    MAPA : Conférence internationale sur les addictions    France : Des opérations escargots sur des routes à forte circulation    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    L'Otan adopte une déclaration finale    Tilda Swinton, l'insaisissable icône du 7e art    Infantino va entrer au CIO en janvier    Le WAC vise une cinquième victoire face au Mamelodi Sundowns en Ligue des champions    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    Comment protéger vos données personnelles    L'Afrique n'est pas la principale source des flux migratoires    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La filière oléicole assure une entrée de devises équivalente à 1,8 milliard de DH par an au Maroc    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Tous à Londres, personne à Madrid!    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    Salon de l'emploi : 1.000 postes à pourvoir pour une 1ère édition    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A Sotchi, Poutine annonce ses ambitions pour l'Afrique
Publié dans Libération le 24 - 10 - 2019

Le président russe Vladimir Poutine a lancé mercredi son premier grand "Sommet Russie-Afrique", promettant à un parterre de dirigeants africains de doubler dans les cinq ans les échanges commerciaux.
Après avoir rencontré pendant près d'une heure son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi, le président russe a démarré ce sommet dans la station balnéaire de Sotchi en insistant sur le potentiel de développement de l'Afrique.
Devant des dizaines de chefs d'Etat et de gouvernement, il a assuré que la Russie pouvait "au minimum doubler" ses échanges économiques avec le continent dans les cinq prochaines années, vantant les "nombreux partenaires potentiels qui ont de très bonnes perspectives de développement avec un énorme potentiel de croissance".
En organisant mercredi et jeudi ce premier "Sommet Russie-Afrique", Moscou affirme ses ambitions dans un continent dont il s'est retiré à la chute de l'URSS et où la Chine et les pays occidentaux ont plusieurs longueurs d'avance.
Avec 43 dirigeants et plus de 3.000 participants, dont de nombreux responsables africains, la ville qui avait accueilli les J0-2014 s'est mise à l'heure africaine pour quelques jours.
Dans les allées du sommet, les stands des entreprises d'armement se taillent la part du lion, hommes d'affaires russes et africains se pressant pour manipuler les derniers fusils automatiques présentés par Rossoboronexport, l'agence russe chargée des exportations d'armes.
Au-delà des armes, peu d'entreprises russes étaient visibles. Une vingtaine en tout et presque aucun groupe énergétique, secteur pourtant crucial de la présence russe à l'étranger.
Parmi les pays africains, seuls le Kenya, la République démocratique du Congo et Djibouti, à travers son port, disposent de stands.
Le sommet ambitionne néanmoins de répliquer aux "forums sur la coopération sino-africaine" qui ont permis à Pékin de devenir le premier partenaire du continent.
Deux jours de discussions sur des thèmes allant des "technologies nucléaires au service du développement de l'Afrique" aux "minerais africains au profit des peuples d'Afrique" sont prévus.
Lors de la session plénière, Vladimir Poutine a aussi promis que la Russie continuerait à aider les pays africains en effaçant leurs dettes, assurant que "le montant total" dépassait déjà 20 milliards de dollars.
L'effacement des dettes est un point clé de la politique russe en Afrique, qui conditionne souvent ses programmes à des contrats d'armement avec les pays concernés.
L'une des premières rencontres bilatérales du président russe a été avec le président sud-africain Cyril Ramaphosa, qui a salué la "relation merveilleuse que nous avons depuis longtemps". Il a vu dans le sommet de Sotchi "une opportunité de renforcer nos relations".
Cet évènement, qui doit se répéter tous les trois ans, est d'autant plus important que Moscou, après cinq années de sanctions économiques occidentales, a un besoin crucial de partenaires et de débouchés pour conjurer sa croissance atone.
Dans un contexte de tensions exacerbées avec les pays occidentaux, il est aussi l'occasion pour Moscou, après son grand retour au Moyen-Orient à la faveur de ses succès syriens, de montrer qu'elle est une puissance d'influence mondiale.
Des poids lourds du continent sont donc là, comme le Nigérian Muhammadu Buhari, tout comme des partenaires historiques tel l'Angolais Joao Lourenço ou plus récents comme le Centrafricain Faustin-Archange Touadéra.
Des pays où la Russie est quasi absente seront aussi représentés, à l'instar de la Côte d'Ivoire avec son président Alassane Ouattara, qui aura en tête l'éventuelle conclusion d'un accord de coopération militaire.
En 2018, les échanges commerciaux entre la Russie et l'Afrique s'élevaient à 20 milliards de dollars, moins de la moitié de ceux de la France et dix fois moins que ceux de la Chine. Et la majorité du commerce concerne les armes, rare domaine dans lequel la Russie reste en tête.
Pour retourner la tendance, Vladimir Poutine a vanté dans un entretien à l'agence d'Etat TASS une coopération sans ingérence "politique ou autre", à l'heure où certains acteurs africains, inquiets de leur dépendance financière, commencent à ressentir une forme de lassitude face à la Chine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.