Malgré des imperfections, les OPCI restent attractifs    Orage    CFCIM: Les enjeux d'une élection atypique    Brèves Internationales    Réforme des retraites en France: Le bras de fer continue    Algérie: Des élections sous haute tension    Généralisation du préscolaire: Comment éviter le scénario du simple «gardiennage» d'enfants?    Brèves    L'Espagne salue la position du Maroc dans la lutte contre le terrorisme    La prison Moul El Bergui fait une mise au point et dément les rumeurs de viols    Mohamed Amkraz appelle à une réglementation permettant d'encadrer les nouveaux modèles d'emploi    Energie électrique : La BAD accorde un financement de 245 M€ au Maroc    Mango revient en force au Maroc    La perception de la violence envers les femmes selon OXFAM Maroc    Paris accueille le 4e Forum parlementaire franco-marocain    Qui sont les cinq candidats à la présidentielle en Algérie ?    Les cours des produits alimentaires au plus haut depuis plus de deux ans    Rien ne va plus pour l'ovalie nationale    Energie: Le modèle marocain expliqué à Madrid    Assises de la régionalisation avancée les 20 et 21 décembre à Agadir    Un Guide pour aider les procureurs à mieux lutter contre la torture    Le Lesotho suspend toutes les décisions et déclarations antérieures relatives au Sahara et à la pseudo-RASD    Conférence internationale à El Jadida sur la famille et l'éducation dans le monde arabe    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    Lever de rideau sur le Festival international «Cinéma et migrations» d'Agadir    Le rêve s'éveille par le pinceau d'Abdellah Elatrach    Journées théâtrales de Carthage : «Un autre ciel» en lice pour le Tanit d'Or    Une structure intégrée dédiée à la performance et à l'excellence    Camp payant de l'Espayonl Barcelone pour enfants au Maroc    OCK-WAC et Raja-MAT ce mercredi    Benmoussa dévoile sa méthodologie et son agenda    Notre photographe Ahmed Boussarhane de nouveau primé au Grand Prix National de la Presse    Agadir: Une cérémonie voluptueuse!    Des membres fédéraux quittent la Fédération royale marocaine de rugby    Euro-2020 : La Suisse et l'Allemagne en match préparatoire en mai    Finlande: Sanna Marin, 34 ans, nouvelle cheffe du gouvernement…    La Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement fait son bilan    Mise à jour de la Botola Pro D1 : Le MAT défend son fauteuil de leader face au Raja    Impeachment, quel impeachment? Trump retrouve des couleurs    Johnson brandit le risque de « paralysie » du Brexit en cas de défaite jeudi    Le Lesotho fait évoluer sa position sur le Sahara    Congrès international de l'arganier : De nouvelles orientations prometteuses pour l'arganier    Le ministre Bill Barr, bouclier de Trump et fer de lance conservateur    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    Un musée privé de musique voit le jour à Marrakech    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Philippe Vasseur : On ne va pas changer le monde uniquement avec des décisions qui viennent d'en haut
Publié dans Libération le 22 - 11 - 2019


World Forum for
a responsible economy
est un évènement organisé
chaque année à Lille par
Philippe Vasseur, ancien
ministre français
de l'Agriculture.
Les expériences réussies
à travers le monde dans
ce domaine y sont présentées.
Il nous a livré ses impressions
dans l'entretien suivant.
Pour la 13ème édition du World Forum for a responsible economy, vous avez choisi comme thème «Le pouvoir de changer le monde». Pourquoi ?
Il est nécessaire aujourd'hui que les Etats jouent leur rôle. Mais on voit que dans le monde d'aujourd'hui, avec le développement des moyens de communication et les nouvelles technologies, les individus, les citoyens ont un rôle important à jouer. On ne va pas changer le monde uniquement avec des décisions qui viennent d'en haut. On changera le monde s'il y a une adhésion de l'ensemble de la population. Cela signifie que chacun a le pouvoir de changer les choses. Il faut que chacun y participe à travers sa façon de consommer, de produire, de se comporter. Je croix que cela va vraiment contribuer à changer le monde.
Est-ce une nouvelle tendance aujourd'hui de s'intéresser plus aux microprojets pour changer le cours des événements ?
Il ne faut pas opposer l'un à l'autre, les microprojets aux macroprojets. Les grands projets font rêver et sont structurants, mais on a la possibilité de développer aussi des microprojets qui vont développer à leur tour le territoire. Cela veut dire que la personne qui a un projet va profiter des personnes autour d'elle. Je crois que c'est comme cela qu'on doit procéder aujourd'hui. Il faut que les projets soient transversaux, si on travaille dans une région, il faut s'intéresser à ce qui se passe à côté afin d'établir des complémentarités et créer des synergies. C'est cela que nous avons essayé de mettre en place lors de ce forum à Lille.
Quels sont les enjeux de l'économie responsable?
L'économie responsable, c'est un combat de tous les jours, ce n'est pas un combat qui se fait d'un claquement de doigts. Depuis 13 ans, on a bien progressé, on a mis en place de nombreuses expériences et un certain nombre de réalisations. Je crois que certaines idées ont bien progressé au niveau de l'Europe et au niveau international. Nous avons fait venir des témoins du monde entier, des gens qui ont fait des réalisations et qui ont fait des expériences et qui nous font part de leur travail. Où que nous soyons et quel que soit le type d'économie, il y a des populations qui se posent la question de la responsabilité. Je sais qu'au Maroc la question se pose, j'ai eu l'occasion d'aller à Casablanca, il y a quelques années pour en parler. Ce sont des questions qui sont aussi posées sur l'ensemble du continent africain.
Pensez-vous qu'un pays comme le Maroc a besoin de ce genre d'économie responsable?
Je pense qu'un pays comme le Maroc a évidement besoin comme tous les pays du monde d'une économie responsable, mais il peut avoir une responsabilité supplémentaire. Je pense aussi que le Maroc a une position particulière, c'est une porte vers le continent africain. Il peut donc avoir un rôle moteur sur le continent dans la mise en place et dans la réalisation de certains projets qui montreront qu'une économie responsable peut se développer, une économie qui se préoccupe aussi des questions de l'environnement et de la population.
Cette année, vous avez choisi d'évoquer les microprojets et les territoires comme enjeux de l'économie responsable.
La mondialisation aujourd'hui, c'est un monde très ouvert, c'est la capacité pour les hommes, grâce aux moyens numériques, de communiquer sur l'ensemble des continents. Nous l'avons bien vu via les expériences présentées. Lorsqu'on veut bâtir des projets nouveaux, cela se fait dans des communautés, entre des gens qui se connaissent et travaillent ensemble. Les nouvelles technologies permettent de travailler ensemble sur le territoire, plus qu'on ne le faisait avant. Par exemple, on peut citer le télétravail, rendu possible avec les nouvelles technologies. Dans la région du Nord, on a créé des «tiers lieux», des lieux où des gens viennent travailler, alors qu'ils habitent dans un village ou une petite ville pour éviter les déplacements et les embouteillages et pour que le territoire trouve sa pertinence. Nous remarquons que la population désire un retour au local. Elle se préoccupe des produits fabriqués à proximité.
Peut-on dire que la technologie facilite le travail de proximité ?
La technologie rend la proximité possible. La technologie peut être utilisée pour le bien ou le mal. On pense être heureux quand on peut travailler sur son territoire et vivre sur son territoire au lieu de faire des kilomètres et des kilomètres chaque jour.
Quelles sont les responsabilités des grandes entreprises dans l'économie responsable ? Certaines en France ont même transféré leur siège social à l'étranger pour payer moins d'impôt
Là, on est dans une autre logique. Les grandes entreprises cherchent un cadre fiscal plus avantageux ailleurs. Ce n'est pas responsable et on a des entreprises hors du territoire. Dans ces entreprises aujourd'hui se pose la question du respect des territoires. On a invité à cette rencontre le PDG de Mac Caïn, c'est une grande entreprise qui emploie 20000 salariés dans le monde entier. Il nous a expliqué que dans les territoires où il était implanté, il nouait des relations avec les producteurs. Il s'impliquait dans les territoires. Cela me paraît important. Et d'ajouter : «Nous ne sommes pas une multinationale, mais nous sommes une multi locale».
C'est une très belle expression, ils ont une très grande expérience. Elle est née dans une petite province très éloignée du Canada et elle a gardé son siège dans une petite ville sans chercher à s'installer dans une métropole ou dans un paradis fiscal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.