Les villes doivent impérativement maintenir des systèmes alimentaires durables, affirme la FAO    Allemagne : des milliers de manifestants réclament à de prendre en charge les réfugiés    Le Raja de Casablanca retrouve la tête du classement de Botola Pro D1    Coronavirus : le Maroc dépasse la barre des 100.000 contaminations    Le Maroc remarquablement élu au Comité des Droits de l'Homme de l'ONU    Liberté économique : le Maroc 78ème mondial    La BVC dans le rouge du 14 au 18 septembre    Algérie: Un milliard de dollars de pertes financières    Mamounia, Royal Mansour, Fours Seasons...ils vont rouvrir leurs portes à Marrakech    Le docteur et académicien Mohamed Talal tire sa révérence    Abu Wael al-Rifi : Le contraste saisissant entre les grands patriotes et les petits maitres des entourloupettes    Mercato: Gareth Bale de retour à Tottenham!    Bundesliga: Le Bayern détruit Schalke!    Liverpool officialise l'arrivée de Thiago Alcantara    Lanceur d'alerte : Révélations en série d'un officier des services secrets du Polisario    Coronavirus: en France, la Haute Autorité de santé tranche sur la fiabilité des tests salivaires    Tanger: la douane découvre une usine clandestine    Marrakech adoptera l'enseignement en alternance    Mohamed Rouicha : sauveur de mémoire    Un parcours culturel très riche et très séduisant    Des artistes marocains appellent à la réouverture des théâtres et des salles de cinéma!    Washington reconduit unilatéralement les sanctions de l'ONU contre l'Iran    En Grèce, 9 000 demandeurs d'asile ont déjà rejoint le nouveau camp de Lesbos    Climat des investissements au Maroc : le Département d'Etat US distribue bons et mauvais points [document]    Formation: mesures exceptionnelles en faveur des entreprises marocaines    "Africa Innovation Week 2020": l'EMSI rafle la mise    Contrats spéciaux de formation: des mesures annoncées en faveur des entreprises marocaines    Entretien avec Othman Ktiri, l'entrepreneur marocain qui a réussi en Espagne    Mexico : création d'un groupe d'amitié avec le Maroc pour promouvoir la coopération bilatérale    «Enquête exclusive» : les dérives du régime algérien mises en lumière    Arabie saoudite: cinq personnes blessées par un projectile tiré par les Houthis    Une photo de Leila Hadioui avec Saad Lamjarred surprend ses fans    Nadal tombe à Rome (VIDEO)    Météo : le temps se rafraîchit ce dimanche au Maroc (températures)    Tanger : après l'affaire Adnane, nouvelle arrestation pour « attentat à la pudeur »    Mika « Loves Beirut » et d'autres stars mondiales aussi    L'image de la semaine    «Zanka contact», un ovni dans le 7e art national    Culture en vrac    Botola Pro: l'OCK tombe à domicile face à Berkane (VIDEO)    Real Madrid: Gareth Bale prêté à Tottenham    La presse britannique évoque les « sculptures » de Mehdia    Cellule terroriste démantelée le 10 septembre: Ce que révèle l'expertise de la police scientifique    Le secrétariat général des Finances de nouveau vacant    El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21
Publié dans Libération le 07 - 12 - 2019

Sur les 900 principales villes du monde, près des deux tiers (586) vont connaître un ralentissement économique en 2020-2021 en raison essentiellement du commerce international, selon une étude d'Oxford Economics.
Dans le top 10 des plus grandes villes en terme de produit intérieur brut, seule Londres fera exception avec une accélération de l'expansion attendue (+2,1% en 2020-2021 contre 1,5% en 2018-2019).
Paris verra sa croissance ralentir à 1,7% soit une baisse de 0,2 point de pourcentage.
"En France, Lyon était la star du pays en matière de performances plus tôt cette décennie mais sa croissance s'est également ralentie", écrivent les auteurs.
New York n'échappera pas non plus à la décélération avec une projection de 1,8% de croissance contre 2,2%.
"La raison principale est clairement le ralentissement du commerce mondial", écrivent les auteurs de l'étude, relevant que de nombreuses villes du monde ont d'importants secteurs manufacturiers.
Elles sont "donc directement affectées par le ralentissement de la croissance du commerce mondial", poursuivent-ils.
Dans certains cas, le ralentissement est plus marqué à l'échelle de la ville qu'à celle du pays quand le secteur manufacturier représente une part importante de l'économie municipale.
Les économistes citent ainsi l'exemple de Barcelone, en Espagne, où cette industrie représente 19% de l'économie locale. A Taipei (Taïwan), ce secteur compte même pour 23%.
Le ralentissement du secteur manufacturier n'explique cependant pas tout.
Le ralentissement du commerce international affecte en effet également la demande pour les services en particulier, les voyages ou les assurances, qui tendent à être concentrés dans les villes.
"De plus, il y a des impacts indirects du ralentissement sur les dépenses de consommation, via des réductions de salaires et de croissance de l'emploi", écrivent-ils.
S'agissant des difficultés du secteur manufacturier, elles ne s'expliquent pas seulement par les tensions commerciales entre les Etats-Unis et ses partenaires qui affaiblissent les échanges dans le monde.
En Europe, certaines villes, abritant d'importantes usines de voitures, continuent par exemple de ressentir les effets de la mise en oeuvre en 2018 de nouvelles normes anti-polluantes. Elles doivent aussi s'adapter à l'évolution de la demande, les consommateurs se tournant davantage vers les voitures électriques ou hybrides.
D'autres villes, comme Sendai au Japon, connaissent, elles, des situations particulières: la période de reconstruction suivant des catastrophes naturelles est en voie d'achèvement.
En Amérique latine, les troubles politiques pèsent sur l'économie des villes. "Caracas est clairement la principale ville en grande détresse", commente Oxford Economics.
Aux Etats-Unis, San Jose, située dans la Silicon Valley, pourrait être la ville dont le ralentissement sera le plus marqué, avancent les auteurs de cette étude.
En Asie, la croissance des villes chinoises s'essoufflera elle aussi tandis que les villes indiennes sont en plein essor. Ho Chi Minh-Ville et Phnom Penh pourraient, elles, figurer également parmi les plus performantes pour les deux prochaines années.
"A l'horizon 2035, les villes asiatiques auront globalement dépassé les villes nord-américaines et européennes", résument les économistes. "Quatre villes chinoises feront partie du top 10, mais New York, Tokyo, Los Angeles et Londres resteront les plus grandes du monde en termes de PIB".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.