Tanger: La plaque commémorative de la Rue Abderrahmane El Youssoufi saccagée    Modeste grandeur    Istiqlal: Comité exécutif    OPA sur S2M    Ciment: Le Covid19 impacte lourdement les ventes d'avril    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Trump signe un décret limitant les protections juridiques des RS    Article 1062668    Tanger: Une usine de câblage prend feu    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Le Yémen réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Adieu Si Abderrahmane, adieu l'homme politique sage et raisonnable, l'homme d'Etat intègre, le leader rassembleur et l'homme avenant    Marie-Hélène El Youssoufi adresse un message de condoléances au Souverain    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    La Cour d'appel de Marrakech en ordre de bataille contre le coronavirus    Avis de tempête sur l'avenir professionnel des jeunes    Le Maroc dans le peloton des pays relativement peu touchés par le Covid-19    Khalid Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Saad Dine El Otmani exclut tout recours à une politique d'austérité    Le Groupe Renault annonce la suspension du projet d'augmentation de ses capacités au Maroc    Le plan de relance proposé par la CGEM, un référentiel extrêmement riche    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    L'acteur égyptien Hassan Hosni s'est éteint à l'âge de 89 ans    Le gouvernement à l'écoute des syndicats    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hong Kong: Le Parlement chinois adopte sa «loi sur la sécurité»…    Message de condoléances de SM le Roi à Mme Hélène El-Youssoufi, veuve du défunt    TAS. WAC-EST, Ahmad Ahmad livre sa version des faits    Yunis Abdelhamid nominé pour le Trophée Marc-Vivien Foé    Tunisie: le championnat reprendra le 2 août    Message de condoléances du PPS à l'USFP    Maroc : allègement du déficit commercial à fin avril    L'intervention remarquée de Benchaâboun devant les membres du conseil d'administration de la CGEM [Vidéo]    Utilisation des Big Data et de l'Intelligence Artificielle dans le combat contre le Coronavirus [Analyse]    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    Coronavirus : 3 nouvelles contaminations, aucun nouveau décès et 5.412 guérisons au total dimanche 31 mai à 10h00    Coronavirus : 15 gymnases mobilisés à Rabat pour le Bac 2020    Message de condoléances de SM le Roi à la veuve du grand militant, feu Abderrahmane El-Youssoufi    Marché pour l'acquisition de 2 millions de tests Covid-19 : Le Ministère de la Santé réagit    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Etat islamique désigné ennemi numéro 1 au Sahel
Publié dans Libération le 16 - 01 - 2020

Qui est aujourd'hui l'ennemi jihadiste qui tue par dizaines au Sahel et pose un redoutable défi aux forces nationales et internationales ? Le groupe Etat islamique (EI), ont répondu lundi les chefs d'Etat de la région et leur allié français.
Depuis le début du conflit, des groupes basés au Mali et regroupés sous la bannière d'Al Qaïda constituaient la figure de proue du jihadisme sahélien. Mais désormais, l'"ennemi prioritaire", c'est l'EI, a assuré le président français Emmanuel Macron.
"La priorité, c'est l'Etat islamique du Grand Sahara" (EIGS), a-t-il déclaré devant ses alliés sahéliens rassemblés en sommet à Pau (sud-ouest de la France).
Le groupe a été créé en 2015 par Adnane Abou Walid al-Sahraoui, ancien membre du Front Polisario, puis d'un groupe jihadiste, le Mujao. Désavouée par ce dernier groupe dont elle avait fait scission, sa "katiba" a été reconnue par le groupe EI en 2016.
Depuis, "il y a eu une importante montée en puissance de l'EIGS", estime Mahamoudou Savadogo, chercheur burkinabé au Carrefour d'études et de recherche d'action pour la démocratie et le développement.
"Jusqu'en 2018, le groupe a travaillé à s'implanter dans la zone des trois frontières (Niger, Burkina Faso et Mali), à recruter et se financer. Et en 2019 ils étaient prêts".
Les attaques les plus meurtrières de ces derniers mois ont eu lieu dans la zone d'influence de l'EIGS, qui les a quasiment toutes revendiquées. Elles ont été menées dans un rayon de 200 km dans la région des trois frontières: jeudi à Chinégodar (Niger, 89 soldats tués), fin décembre à Arbinda (Burkina, 42 morts, dont 35 civils), le 10 décembre à Inates (Niger, 71 soldats tués), et en novembre les combats à Tabankort (Mali, 43 soldats tués) et l'attaque d'Indelimane (Mali, 49 soldats tués).
Le mode opératoire reste le même: des dizaines de motos fondent sur un camp militaire isolé, en détruisent les moyens de communication, le pilonnent au mortier, et tuent les soldats sur place, puis s'échappent dans la brousse avant toute riposte.
"Les dernières attaques semblent montrer que le groupe a acquis des compétences en +command and control+ (commandement et coordination) qu'il n'avait pas avant, avec des chefs de groupes capables de monter des attaques d'ampleur", s'inquiète une source militaire française.
Le groupe - comme les autres au Sahel - emploie des "combattants de circonstance", estime un expert de sécurité à Bamako. "Pour un combattant entraîné et radicalisé, il y a deux ou trois proxies (alliés) embauchés pour l'attaque seulement", détaille-t-il.
Selon de fins connaisseurs du contexte, le noyau dur du groupe ne dépasserait pas "200 à 300" personnes.
"Ils font appel aux braconniers, aux criminels, aux trafiquants", explique M. Savadogo en invoquant leur parfaite connaissance du terrain.
Le groupe reçoit en outre un appui technique de la branche de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP), assure Matteo Puxton, analyste indépendant qui s'exprime sous un pseudonyme après avoir été menacé.
Selon la propagande islamiste, l'EIGS a été incorporé mi-2019 à l'ISWAP, qui comprend également une faction dissidente du groupe Boko Haram au Nigeria.
"La maison mère de l'EI a pris les rênes de l'EIGS. Cela se voit dans la propagande, dans la technicité", estime M. Puxton, qui analyse la propagande de l'EI depuis ses débuts.
"Ce n'est plus le niveau des attaques de l'EIGS en 2015, il y a une sophistication des opérations et, pour la première fois dans la propagande, il y a des vidéos longues montées par l'appareil central de propagande de l'EI".
Le groupe EI a publié vendredi une vidéo de 31 minutes d'attaques qu'il revendique au Sahel. "Ce genre de vidéo ressemble à celle des attaques de bases au Levant en 2013/14, c'est la vidéo de l'EI la plus fournie et la plus intéressante depuis des mois", explique-t-il.
"Tout le monde a sans doute sous-estimé l'EIGS", conclut M. Savadogo.
Sans dénier cette dynamique, Jean-Hervé Jézéquel, directeur du projet Sahel au think tank International Crisis Group, met en garde contre les simplifications qui occulteraient les complexités de la crise. Pour les responsables français ou sahéliens, le groupe EI est "un ennemi facile à afficher comme un méchant par sa réputation de violence, en terme d'affichage on a là un adversaire vraiment repoussoir", juge-t-il.
"L'Etat islamique pour le Grand Sahara (EIGS) se révèle notre principal ennemi, sur lequel nous devons davantage orienter notre lutte", n'en a pas moins déclaré le président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré sur Facebook lundi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.