DGSN: la police de Safi s'attaque aux fumigènes    Juan Carlos Garrido est le nouveau coach du Wydad Casablanca    Saad Lamjarred et Fnaire ont-ils plagié une chanson de Hamid Zaher ? (VIDEO)    SUEZ remporte deux contrats dans le secteur automobile au Maroc    Habib El Malki recadre certains politiciens d'Europe    La coopération entre les services de renseignements arabes au centre d'un forum au Caire    Italie : le virus en Toscane et Sicile, des ministres européens à Rome    Modèle de développement: Le forum des jeunes d'Al Akhawayn formule une série de recommandations    Casablanca: un “khettaf” percute volontairement un fourgon de police    Autre revers cinglant pour la fantomatique «RASD»    Hamidou Zemmouri n'est plus    L'ancien président égyptien Hosni Moubarak n'est plus    Les souvenirs du séisme d'Agadir!    L'escalade continue    3e édition de l'Afrique du Rire    Huawei sort la nouvelle version de son mobile pliable, à un prix très haut de gamme    Varroc Lighting Systems Maroc obtient un nouveau prêt auprès de la BERD    Tour des championnats européens de football    Primaires démocrates : Sanders en pole position, Biden sous pression    6 jeunes auteurs en résidence d'écriture pour le film d'animation    Eliminatoires africaines de taekwondo : Trois Marocains sur quatre qualifiés aux JO de Tokyo    Tennis : le Med Avenir du COC a rendez-vous avec son 33e tournoi incontournable    Allemagne: Une voiture fonce dans un défilé de carnaval, 30 blessés    Coronavirus : à Wall Street, pire séance en deux ans pour le Dow Jones    Thaïlande: La Cour Constitutionnelle dissout un parti d'opposition…    Alliances Développement Immobilier : Alami Lazraq franchit à la hausse le seuil de participation    Le Maroc prend part à Genève à une rencontre sur la Convention contre la torture    Pétitions, le Parlement fait le point    Attijariwafa bank : un nouvel organigramme    4ème édition de Oulad Mogador Music Action : Deux groupes sélectionnés    Prévisions météorologiques pour ce mardi 25 février    63ème Championnat marocain de cross-country    Insolite : Anniversaire présidentiel    Les cygnes blancs de 2020    Le DG de l'ONEE présente à Kampala le bilan positif de la présidence marocaine de l'Association africaine de l'eau    Marrakech abrite une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Les éditeurs marocains exposent au Salon international du livre à Mascate    Participation du Maroc à la 43ème session du CDH    Divers    Pompeo appelle le Premier ministre irakien désigné à protéger les troupes américaines    200ème but de Cavani sous les couleurs du PSG    Le Zamalek se retire du championnat égyptien    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Dounia : Un monodrame poignant sur le parcours d'une jeune femme en quête d'identité existentielle    Avec "Pinocchio", Matteo Garrone signe un conte noir pour enfants    Lancement du programme de prévention des jeunes à l'addiction au tabac et aux drogues    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    Carton plein pour Saad Lamjarred et Fnaire (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Etat islamique désigné ennemi numéro 1 au Sahel
Publié dans Libération le 16 - 01 - 2020

Qui est aujourd'hui l'ennemi jihadiste qui tue par dizaines au Sahel et pose un redoutable défi aux forces nationales et internationales ? Le groupe Etat islamique (EI), ont répondu lundi les chefs d'Etat de la région et leur allié français.
Depuis le début du conflit, des groupes basés au Mali et regroupés sous la bannière d'Al Qaïda constituaient la figure de proue du jihadisme sahélien. Mais désormais, l'"ennemi prioritaire", c'est l'EI, a assuré le président français Emmanuel Macron.
"La priorité, c'est l'Etat islamique du Grand Sahara" (EIGS), a-t-il déclaré devant ses alliés sahéliens rassemblés en sommet à Pau (sud-ouest de la France).
Le groupe a été créé en 2015 par Adnane Abou Walid al-Sahraoui, ancien membre du Front Polisario, puis d'un groupe jihadiste, le Mujao. Désavouée par ce dernier groupe dont elle avait fait scission, sa "katiba" a été reconnue par le groupe EI en 2016.
Depuis, "il y a eu une importante montée en puissance de l'EIGS", estime Mahamoudou Savadogo, chercheur burkinabé au Carrefour d'études et de recherche d'action pour la démocratie et le développement.
"Jusqu'en 2018, le groupe a travaillé à s'implanter dans la zone des trois frontières (Niger, Burkina Faso et Mali), à recruter et se financer. Et en 2019 ils étaient prêts".
Les attaques les plus meurtrières de ces derniers mois ont eu lieu dans la zone d'influence de l'EIGS, qui les a quasiment toutes revendiquées. Elles ont été menées dans un rayon de 200 km dans la région des trois frontières: jeudi à Chinégodar (Niger, 89 soldats tués), fin décembre à Arbinda (Burkina, 42 morts, dont 35 civils), le 10 décembre à Inates (Niger, 71 soldats tués), et en novembre les combats à Tabankort (Mali, 43 soldats tués) et l'attaque d'Indelimane (Mali, 49 soldats tués).
Le mode opératoire reste le même: des dizaines de motos fondent sur un camp militaire isolé, en détruisent les moyens de communication, le pilonnent au mortier, et tuent les soldats sur place, puis s'échappent dans la brousse avant toute riposte.
"Les dernières attaques semblent montrer que le groupe a acquis des compétences en +command and control+ (commandement et coordination) qu'il n'avait pas avant, avec des chefs de groupes capables de monter des attaques d'ampleur", s'inquiète une source militaire française.
Le groupe - comme les autres au Sahel - emploie des "combattants de circonstance", estime un expert de sécurité à Bamako. "Pour un combattant entraîné et radicalisé, il y a deux ou trois proxies (alliés) embauchés pour l'attaque seulement", détaille-t-il.
Selon de fins connaisseurs du contexte, le noyau dur du groupe ne dépasserait pas "200 à 300" personnes.
"Ils font appel aux braconniers, aux criminels, aux trafiquants", explique M. Savadogo en invoquant leur parfaite connaissance du terrain.
Le groupe reçoit en outre un appui technique de la branche de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP), assure Matteo Puxton, analyste indépendant qui s'exprime sous un pseudonyme après avoir été menacé.
Selon la propagande islamiste, l'EIGS a été incorporé mi-2019 à l'ISWAP, qui comprend également une faction dissidente du groupe Boko Haram au Nigeria.
"La maison mère de l'EI a pris les rênes de l'EIGS. Cela se voit dans la propagande, dans la technicité", estime M. Puxton, qui analyse la propagande de l'EI depuis ses débuts.
"Ce n'est plus le niveau des attaques de l'EIGS en 2015, il y a une sophistication des opérations et, pour la première fois dans la propagande, il y a des vidéos longues montées par l'appareil central de propagande de l'EI".
Le groupe EI a publié vendredi une vidéo de 31 minutes d'attaques qu'il revendique au Sahel. "Ce genre de vidéo ressemble à celle des attaques de bases au Levant en 2013/14, c'est la vidéo de l'EI la plus fournie et la plus intéressante depuis des mois", explique-t-il.
"Tout le monde a sans doute sous-estimé l'EIGS", conclut M. Savadogo.
Sans dénier cette dynamique, Jean-Hervé Jézéquel, directeur du projet Sahel au think tank International Crisis Group, met en garde contre les simplifications qui occulteraient les complexités de la crise. Pour les responsables français ou sahéliens, le groupe EI est "un ennemi facile à afficher comme un méchant par sa réputation de violence, en terme d'affichage on a là un adversaire vraiment repoussoir", juge-t-il.
"L'Etat islamique pour le Grand Sahara (EIGS) se révèle notre principal ennemi, sur lequel nous devons davantage orienter notre lutte", n'en a pas moins déclaré le président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré sur Facebook lundi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.