Marché de capitaux : Près de 77 MMDH de levées en 2020    En-Nesyri buteur de la Liga grâce à un nouveau triplé    CHAN : La Guinée rattrapée par la Zambie sur le fil !    CHAN / Namibie-Tanzanie : Une première... les 3 arbitres étaient des femmes !    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Africa Investment Conference : Le Royaume-Uni post-Brexit cible des marchés clés en Afrique    Précisions sur les conditions de détention de Maâti Mounjib    Orange Maroc se prépare à la 5G    Compteur coronavirus : 925 cas testés positifs et 23 décès en 24 heures    MOROCCO MALL: Les soldes d'hiver de retour    ICESCO : Technologies intelligentes et agriculture en Afrique    Hamid Bouchikhi classé parmi les théoriciens du management les plus influents    C'est parti pour la campagne de vaccination    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    Origine du Covid-19: l'OMS estime qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions    COVID-19 : La Grèce prolonge le confinement jusqu'au 1er février    Le Crédit Agricole du Maroc à l'écoute des professionnels de la filière céréalière    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Coronavirus : le Maroc autorise le vaccin de Sinopharm    Vaccins Astrazeneca et SinoPharm au Maroc: ce que l'on sait    CHAN2021 : le Maroc cherche un schéma offensif plus efficace    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Jean-Marie Heydt dévoile son livre « Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions »    Vaccin AstraZeneca : les précisions de l'ambassade de l'Inde à Rabat    Des experts internationaux plaident pour une approche coordonnée de la lutte contre la corruption    Quand l'Espagne nourrit l'ambiguïté envers le Maroc !    La contribution du Maroc au désarmement mise en exergue à Genève    L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !    Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire    La RDC s ' en tire à bon compte face à la Libye    Les dirigeants algériens isolés de la dynamique de l'histoire    Bouznika abrite un nouveau round du dialogue inter-libyen    Fusion Danse Morocco, un nouveau rendez-vous artistique pluriculturel    Sonia Bennis expose ses récentes œuvres à Marrakech    LF 2021 : voici les principales mesures fiscales [Document]    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    «Le secret de la lettre», nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans la banlieue parisienne, la fierté de voir "Les Misérables" aux Oscars
Publié dans Libération le 17 - 01 - 2020

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/41828828-35021742.jpg?v=1579176137" alt="Dans la banlieue parisienne, la fierté de voir "Les Misérables" aux Oscars" title="Dans la banlieue parisienne, la fierté de voir "Les Misérables" aux Oscars" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/41828828-35021742.jpg?v=1579176148" alt="Dans la banlieue parisienne, la fierté de voir "Les Misérables" aux Oscars" title="Dans la banlieue parisienne, la fierté de voir "Les Misérables" aux Oscars" width="708" /
"Une revanche ! Pour lui et tous les habitants": dans les allées du marché de Clichy-Montfermeil, banlieue parisienne où a été tourné "Les Misérables" de Ladj Ly, les habitants disent leur "fierté" de voir ce film sélectionné aux Oscars.
"Maintenant les Américains vont pouvoir nous contacter !", rigole Clément entre les étals chargés de clémentines et de vêtements bon marché. Ce résident de 35 ans fait une brève apparition comme figurant au début du long-métrage.
"Ça fait plaisir qu'il aille jusqu'aux Oscars. Ça fait longtemps que Ladj fait ça, il tournait avec son petit téléphone", ajoute-t-il. "C'est une revanche ! Pour lui et tous les habitants du 93", numéro du département qui englobe cette banlieue, la Seine-Saint-Denis, lance aussi Rahma, 44 ans.
Sur le marché, beaucoup ont entendu parler du film et connaissent l'histoire de son réalisateur, âgé de 40 ans, qui a grandi et vécu à Montfermeil. Le film, encensé par la critique et déjà primé à Cannes, a franchi lundi une nouvelle étape: il a été sélectionné pour représenter la France aux Oscars.
Tourné en six semaines à Clichy-sous-Bois et Montfermeil, il raconte l'histoire d'une bavure policière dans une cité sensible, à travers le destin d'un policier qui débarque à la brigade anti-criminalité.
"J'ai adoré, j'ai été très touché", dit Cyril, 29 ans, éducateur spécialisé dans le quartier. "J'ai reconnu la banlieue telle que je la connais", dit-il. Marqué par la "brutalité" qui s'en dégage, il retient le "constat d'urgence" dressé par le film.
"La violence, il n'y a pas que ça ici. Mais bien sûr que certains jeunes de banlieue vivent avec la rage au ventre", dit l'éducateur.
Il sait que le président Macron "a promis de faire des choses pour la banlieue" après avoir vu le film. "J'aimerais, j'espère, mais je n'y crois pas vraiment".
L'éducateur évoque le film "La Haine", de Mathieu Kassovitz, auquel Les Misérables est souvent comparé. "La Haine a cartonné en 1995 et pourtant, il n'y a pas beaucoup de choses qui ont changé depuis".
Dans ce quartier très enclavé où les émeutes de 2005 qui avaient embrasé les banlieues françaises ont démarré, le tramway vient tout juste d'arriver. Plusieurs tours d'immeuble sont tombées avec la rénovation urbaine. Aujourd'hui, c'est une gare du métro du Grand Paris qui doit bientôt sortir de terre.
"Les transports, la rénovation urbaine, c'est bien mais ce n'est pas suffisant", poursuit Clément, évoquant "l'emploi", "le pouvoir d'achat".
Mehdi, 17 ans, vient acheter une pizza turque sur un stand du marché. Lui aussi s'est retrouvé dans le film. "Il y a des gens qui font des classes préparatoires, il y a de tout ici". Mais la violence décrite est "aussi une réalité". "C'est bien que ce soit montré", dit l'adolescent. "C'est difficile d'expliquer à des gens de l'extérieur comment on vit ici". Djamila, 47 ans, a elle découvert une réalité qu'elle ne soupçonnait pas. Elle habite la zone pavillonnaire de la ville, "ça m'a choqué de voir ces jeunes-là, l'état des cités, mais on se dit que malgré tout, on peut s'en sortir à Clichy-sous-Bois".
Véronique, 50 ans, Clichoise depuis des années, a trouvé le film trop "négatif". Il ne "montre qu'un aspect des choses", regrette-t-elle. "J'aurais aimé qu'il y ait une image positive".
"C'est une réelle fierté pour nous", disent pourtant Fatima et Camélia, 18 ans, stagiaires dans une association de soutien scolaire basée dans la ville. Elles retiennent aussi le parcours de Ladj Ly: "C'est un exemple pour les jeunes, ça montre qu'en partant de rien, on peut avoir tout."


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.