«Géopolitique d'un Roi»: Les liaisons incestueuses entre le Polisario et le terrorisme    Tourisme: Tanger consolide sa croissance grâce au TGV    Volkswagen offre 830 millions d'euros au profit de 400.000 clients    Bourse de Casa: la performance hebdomadaire (10-14 janvier) dans le vert    Botola Pro : classement et résultats de la 16ème journée    Fédération royale marocaine de basket-ball : une étape cruciale du plan d'urgence    La Tunisie dévoile son nouveau gouvernement    France: la ministre de la Santé a démissionné    Voici les prévisions météo pour la journée du lundi 17 février 2020    Coupe Mohammed VI : Al Ismaily bat le Raja    Safi : 12 individus arrêtés pour hooliganisme en marge du match OCS-Ittihad Jeddah    Les Tangérois Next Kids remportent la compétition nationale de robotique "First Lego League"    SIEL 2020 : le CNDH discute de la situation carcérale au Maroc    Le RCA affronte l'égyptien Al Ismaïli pour la demi-finale de la Coupe arabe Mohammed VI    Mohammed VI félicite le président lituanien    Le Roi Mohammed VI félicite le président lituanien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Japon : le nombre de cas atteints de coronavirus sur le paquebot Diamond Princess grimpe à 355    Des roquettes s'abattent près de l'ambassade américaine à Bagdad    De rupture en échec    On n'arrête plus Youssef El Arabi (vidéo)    Marché des changes (février): le dirham s'apprécie face à l'euro    Raviver le potentiel du Souss Massa!    Pourquoi Ziyech est parfait pour Chelsea?    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'Olympic de Safi quitte la compétition    Investissements : une mission d'affaires de Valence en prospection au Maroc, du 16 au 19 février    SM le Roi lance la nouvelle stratégie de développement agricole et forestier    Italie: le Sénat autorise le renvoi de Salvini devant la justice…    Algérie : une mobilisation populaire massive se prépare avant le 1er anniversaire du « Hirak »    Faiblesse du taux de la production éditoriale marocaine en langue amazighe!    Météo: les températures prévues au Maroc ce dimanche (villes)    Rabat nommée capitale africaine de la culture    Le Maroc isole le polisario sur les scènes africaine et internationale    Tunisie: Ennahdha a pris une décision    Afrique : Rabat désignée capitale africaine de la culture    Coronavirus: premier décès en France    Le Lac des Cygnes, un monument de danse classique à Rabat    La Cour européenne des droits de l'Homme disculpe Madrid    Fès intègre le réseau mondial des villes les plus engagées contre le sida    Divers    Mohamed Benabdelkader : La communication publique, une exigence démocratique et un impératif de bonne gestion    Driss Lachguar en visite au SIEL    Jennifer Lopez: La renaissance d'une icône    Sharon Stone évoque son expérience avec les sites de rencontres    Britney Spears en danger ?    Dans son nouveau recueil : La nouvelle, tout un art chez Abdellah Baïda    L'IRCAM et l'Académie de la langue arabe absorbée par le CNLCM    SIEL 2020 : Le CESE présente son rapport sur la promotion de la lecture au Maroc    Salvini, le chef de l'extrême droite italienne, touché mais pas coulé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans la banlieue parisienne, la fierté de voir "Les Misérables" aux Oscars
Publié dans Libération le 17 - 01 - 2020

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/41828828-35021742.jpg?v=1579176137" alt="Dans la banlieue parisienne, la fierté de voir "Les Misérables" aux Oscars" title="Dans la banlieue parisienne, la fierté de voir "Les Misérables" aux Oscars" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/41828828-35021742.jpg?v=1579176148" alt="Dans la banlieue parisienne, la fierté de voir "Les Misérables" aux Oscars" title="Dans la banlieue parisienne, la fierté de voir "Les Misérables" aux Oscars" width="708" /
"Une revanche ! Pour lui et tous les habitants": dans les allées du marché de Clichy-Montfermeil, banlieue parisienne où a été tourné "Les Misérables" de Ladj Ly, les habitants disent leur "fierté" de voir ce film sélectionné aux Oscars.
"Maintenant les Américains vont pouvoir nous contacter !", rigole Clément entre les étals chargés de clémentines et de vêtements bon marché. Ce résident de 35 ans fait une brève apparition comme figurant au début du long-métrage.
"Ça fait plaisir qu'il aille jusqu'aux Oscars. Ça fait longtemps que Ladj fait ça, il tournait avec son petit téléphone", ajoute-t-il. "C'est une revanche ! Pour lui et tous les habitants du 93", numéro du département qui englobe cette banlieue, la Seine-Saint-Denis, lance aussi Rahma, 44 ans.
Sur le marché, beaucoup ont entendu parler du film et connaissent l'histoire de son réalisateur, âgé de 40 ans, qui a grandi et vécu à Montfermeil. Le film, encensé par la critique et déjà primé à Cannes, a franchi lundi une nouvelle étape: il a été sélectionné pour représenter la France aux Oscars.
Tourné en six semaines à Clichy-sous-Bois et Montfermeil, il raconte l'histoire d'une bavure policière dans une cité sensible, à travers le destin d'un policier qui débarque à la brigade anti-criminalité.
"J'ai adoré, j'ai été très touché", dit Cyril, 29 ans, éducateur spécialisé dans le quartier. "J'ai reconnu la banlieue telle que je la connais", dit-il. Marqué par la "brutalité" qui s'en dégage, il retient le "constat d'urgence" dressé par le film.
"La violence, il n'y a pas que ça ici. Mais bien sûr que certains jeunes de banlieue vivent avec la rage au ventre", dit l'éducateur.
Il sait que le président Macron "a promis de faire des choses pour la banlieue" après avoir vu le film. "J'aimerais, j'espère, mais je n'y crois pas vraiment".
L'éducateur évoque le film "La Haine", de Mathieu Kassovitz, auquel Les Misérables est souvent comparé. "La Haine a cartonné en 1995 et pourtant, il n'y a pas beaucoup de choses qui ont changé depuis".
Dans ce quartier très enclavé où les émeutes de 2005 qui avaient embrasé les banlieues françaises ont démarré, le tramway vient tout juste d'arriver. Plusieurs tours d'immeuble sont tombées avec la rénovation urbaine. Aujourd'hui, c'est une gare du métro du Grand Paris qui doit bientôt sortir de terre.
"Les transports, la rénovation urbaine, c'est bien mais ce n'est pas suffisant", poursuit Clément, évoquant "l'emploi", "le pouvoir d'achat".
Mehdi, 17 ans, vient acheter une pizza turque sur un stand du marché. Lui aussi s'est retrouvé dans le film. "Il y a des gens qui font des classes préparatoires, il y a de tout ici". Mais la violence décrite est "aussi une réalité". "C'est bien que ce soit montré", dit l'adolescent. "C'est difficile d'expliquer à des gens de l'extérieur comment on vit ici". Djamila, 47 ans, a elle découvert une réalité qu'elle ne soupçonnait pas. Elle habite la zone pavillonnaire de la ville, "ça m'a choqué de voir ces jeunes-là, l'état des cités, mais on se dit que malgré tout, on peut s'en sortir à Clichy-sous-Bois".
Véronique, 50 ans, Clichoise depuis des années, a trouvé le film trop "négatif". Il ne "montre qu'un aspect des choses", regrette-t-elle. "J'aurais aimé qu'il y ait une image positive".
"C'est une réelle fierté pour nous", disent pourtant Fatima et Camélia, 18 ans, stagiaires dans une association de soutien scolaire basée dans la ville. Elles retiennent aussi le parcours de Ladj Ly: "C'est un exemple pour les jeunes, ça montre qu'en partant de rien, on peut avoir tout."


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.