Amnesty International appelle l'Algérie à libérer les prisonniers d'opinion    Déplafonnement de dette extérieure: Les mises en garde du PPS    Le Masi lâché parles secteurs Banques et Télécommunications    Masques, visières, valves: L'impression 3D à la rescousse des hôpitaux    DOC- Port du masque de protection: Voici ce que dit la circulaire du Parquet général    Tanger: Mobilisation pour la place d'Espagne    D'après Moulay Hafid Elalamy : Plus de 5,3 millions de masques ces dernières 48h    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement     Montée des défaillances et double choc d'offre et de demande    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    L'hôpital militaire d'instruction Mohammed V de Rabat consolide ses structures dédiées à la lutte contre le Covid-19    L'hôpital Moulay Youssef de Casablanca renforce sa capacité litière    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Direction du Trésor et des finances extérieures : Rachat de BDT pour un montant de 1 MMDH    Fonds de soutien : Le message de Crédit Agricole du Maroc aux ménages bénéficiaires    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Le port des masques de protection est obligatoire depuis hier    Coronavirus : l'UIR développe des solutions innovantes    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Enquête auprès des entreprises :Le HCP recourt aux e-mail et fax    Changement de modèle ?    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'exposition "Moa et Kim Bennani, parcours croisés", une image singulière d'un père et d'un fils peintres
Publié dans Libération le 25 - 01 - 2020

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/42109766-35208558.jpg?v=1579871279" alt="L'exposition "Moa et Kim Bennani, parcours croisés", une image singulière d'un père et d'un fils peintres" title="L'exposition "Moa et Kim Bennani, parcours croisés", une image singulière d'un père et d'un fils peintres" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/42109766-35208558.jpg?v=1579871284" alt="L'exposition "Moa et Kim Bennani, parcours croisés", une image singulière d'un père et d'un fils peintres" title="L'exposition "Moa et Kim Bennani, parcours croisés", une image singulière d'un père et d'un fils peintres" /
La Galerie Banque populaire de Rabat a inauguré, jeudi soir, une exposition de la peinture abstraite, sous le thème "Moa et Kim, parcours croisés", dont une collection d'œuvres d'art de Mohamed et Karim Bennani, un père et un fils qui ont réussi à imposer l'image peu commune d'un binôme familial d'artistes peintres.
Cette exposition, qui se poursuit jusqu'au 25 avril, réunit plusieurs toiles de deux univers proches, mettant en relief la vitalité de la création plastique dans le Maroc et témoignant de la permanence de cette relation peu commune, avec une teinte colorée qui échappe à toute définition de "Moa" et "Kim" comme pour exprimer, de la manière la plus profonde, "un dialogue fécond et incessant entre père et fils" à travers des œuvres d'art "qui n'ont pas fini de surprendre et fasciner le public".
Approché par la MAP, l'artiste Mohammed Bennani, alias "Moa", qui a représenté le Maroc à la Biennale de Venise en 2005, a considéré les chefs-d'œuvre de son fils comme un plongement dans le verre, dans l'eau, dans la végétation, se différenciant de son travail qui met en exergue le désert marocain et la couleur ocre du sable.
Assurant ne pas terminer encore son travail artistique et sa peinture dominée par l'abstraction lyrique, l'artiste de 77 ans a affirmé qu'il existe une "inspiration mutuelle entre lui et son fils", et que ce dernier est né et a grandi dans ses différents ateliers de peinture en France, en Espagne, et au Maroc, ne pouvant plus échapper à ce désir de création.
De son côté, Karim Bennani, dit "Kim", qui a obtenu à 11 ans le premier prix d'un concours international de dessin, a déclaré qu'il expose avec son père, "son maître et géniteur" qui lui a appris les techniques de la peinture, marquant ainsi "un anniversaire après 10 ans de la dernière exposition les réunissant tous les deux".
"Il existe dans cette exposition un dialogue réel entre père et fils, entre deux générations qui veulent partager des choses inhabituelles, n'émanant pas du quotidien", a-t-il ajouté, précisant que ses toiles créent une divergence avec le travail de son père, pour se démarquer et se différencier en mettant en lumière de l'eau, la terre, l'air comme composantes fondamentales de son univers, mais restent toujours en convergence avec les techniques et méthodes de travail enseignées par son père.
S'exprimant à propos de ce début de saison culturelle 2020, la responsable de la Galerie Banque populaire Rabat-Kénitra, Lamia Mekhfiwi, a indiqué que ce vernissage est un retour à la peinture après une courte absence, réunissant dans une seule et même exposition Moa et Kim Bennani, deux talentueux artistes qui surfent chacun dans son univers abstrait, avec pour "Moa" des couleurs chaudes qui font rêver les esprits, et pour "Kim" des couleurs vives, plutôt froides qui font immerger dans un monde aquatique et marin.
Au cours de ces derniers mois, la Galerie Banque populaire a connu trois expositions phares qui ont rencontré un vif succès : la première pour donner ses lettres de noblesse à une discipline désormais en vogue, le Street Art, la seconde pour rendre hommage à cet art encore peu reconnu qu'est la sculpture, et la troisième pour mettre en valeur tous les bénéfices d'un partenariat entre designers et artisans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.