L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    La forte participation à la conférence de soutien à l'initiative d' autonomie confirme le réalisme de la vision marocaine    L'appui US au plan d' autonomie s 'inscrit dans une logique de rupture par rapport au statu quo qui entretenait la tension dans la région    Tel-Aviv accueille le premier incubateur israélo-marocain    Nouvelle distinction pour Dakhla Attitude    La CCIS de Dakhla-Oued Eddahab et Attijariwafa Bank scellent un partenariat pour soutenir les commerçants et lesTPE    Mobilité propre : Volvo capitalisera désormais sur l'électrique cette année    Le Maroc et Israël signent un accord pour des vols directs entre les deux pays    SM le Roi reçoit le ministre émirati des affaires étrangères et de la coopération internationale    Joe Biden marque la rupture avec Trump à son arrivée à la Maison Blanche    Matteo Renzi, le ténor toscan devenu inaudible    Rallye Aïcha des Gazelles : la 30ème édition de nouveau reportée    Belhanda, buteur et passeur avec Galatasaray    Botola Pro D2: Le RAC et le TAS se neutralisent    La Juventus s ' adjuge la Supercoupe d'Italie    Evolution du coronavirus au Maroc : 1164 nouveaux cas, 4 63. 706 au total, jeudi 21 janvier 2021 à 18 heures    "Le secret de la lettre " , nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le premier club de tolérance et de coexistence voit le jour à Essaouira    Ecrivain le plus lu de France, Guillaume Musso a écrasé ses concurrents en 2020    Lutte contre la corruption : des experts internationaux plaident pour une approche solide et coordonnée    L'Opinion : Distorsions espagnoles    Faculté de droit de Rabat : Des partenariats pour l'inclusion professionnelle    Radios privées, une «mue» bienfaitrice!    SM le Roi félicite M. Faustin-Archange Touadéra    Les détenus d'Al-Hoceima transférés suite à des comportements contraires aux lois    Abdelghani Siffeddine : Un grand Rajaoui s'éteint    Les écrans menacent-ils la vie de nos enfants ?    Stimuler vos défenses immunitaires    Comment fonctionnera le nouveau bachelor marocain    Dédiée à l'actualité lifestyle et la promotion des talents marocains : «Wejeune» fête ses 2 ans au Maroc    Mondial des clubs : Le Bayern affrontera Al Duhail ou Al Ahly en demi-finale    L'ONU condamne le meurtre de deux Casques bleus, dont un Marocain, en République centrafricaine    Coupe du Roi : le Real éliminé par un club de D3 espagnole    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    «Livre de chevet : les effets positif de la pandémie»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Rencontre-débat avec Zainab Fasiki à l'IF de Fès    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    France. Contre l'extrémisme turc, le remède marocain et émirati    Activité portuaire : une croissance honorable malgré la crise    Digitalisation, Marjane holding met le turbo    Renault Maroc maintient son leadership    Gestion de la Covid-19 : le Maroc, modèle en Afrique et dans la région Mena    Vaccins contre le Covid-19 : victoire du « chacun pour soi »    CHAN 2020 / Groupe A: Une journée à l'avantage du Burkina Faso    Le poison de « la vérité alternative »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Joe Biden, improbable archi-favori de la primaire démocrate
Publié dans Libération le 12 - 03 - 2020

Raillé pour ses gaffes et les ratés de sa mémoire, Joe Biden semble pourtant sur le point de décrocher la victoire d'une carrière. Au soir d'une existence marquée par la tragédie, il peut incarner l'espoir des démocrates de faire tomber Donald Trump.
Il aura dû attendre ses 77 ans et sa troisième candidature aux primaires démocrates. Mais après des débuts de campagne difficiles et de premières humiliations dans les urnes, l'ancien vice-président de Barack Obama a signé l'un des retours les plus spectaculaires de l'histoire politique américaine. Et semble bien parti pour défier le républicain Donald Trump en novembre.
"C'est plus qu'un +come-back+, selon moi", a affirmé Joe Biden après ses nouvelles victoires face à Bernie Sanders dans l'Etat clé du Michigan, ainsi que le Mississippi et le Missouri. "C'est un +come-back+ pour l'âme de la nation", qu'il a promis de "restaurer" en battant le milliardaire après quatre ans d'âpres divisions.
D'un ton sobre, le candidat modéré, accompagné de son épouse Jill, a de nouveau dédié ses victoires "à tous ceux qui ont été mis à terre, ignorés, laissés pour compte". Mais en tendant aussi la main, cette fois, à Bernie Sanders et ses partisans.
Se présentant en rassembleur, Joe Biden martèle sans relâche depuis son entrée en lice, en avril 2019, qu'il battra "Donald Trump à plate couture".
Sauf que ses deux premières cuisantes défaites aux primaires avaient profondément ébranlé ce message de "vainqueur" potentiel, tandis que le sénateur Bernie Sanders, bien plus à gauche, le doublait en position de favori.
Les moqueries sur sa forme et ses dérapages embarrassants --comme lorsqu'il se déclarait candidat "au Sénat"-- avaient alors pris un écho décuplé, reprises notamment sur Twitter par Donald Trump, qui le surnomme à l'envi "Joe l'endormi".
Choix de la raison ou option passionnée: après son retour fracassant opéré en Caroline du Sud, le 29 février, puis son avalanche de victoires lors du "Super Tuesday", le septuagénaire a finalement pris une avance déterminante mardi face au socialiste autoproclamé Bernie Sanders.
Fort du ralliement de nombreux ex-candidats modérés, il a démontré qu'il pouvait aussi bien convaincre les électeurs démocrates noirs que des ouvriers et des femmes. Trois groupes d'Américains qui ont joué un rôle clé dans la victoire de Donald Trump en 2016, certains en s'abstenant, d'autres en décidant de tourner le dos aux démocrates, se sentant ignorés.
Après plus de trente-cinq ans comme sénateur et huit ans comme bras droit de Barack Obama, Joe Biden devra encore répondre de nombreux chapitres de son épais bilan et faire taire les interrogations sur sa forme.
Il sera, sans doute, la cible des piques des républicains, qui l'accusent sans preuves, Donald Trump en tête, d'être "corrompu" et crient au conflit d'intérêt car son fils Hunter était entré au conseil d'administration d'une compagnie gazière ukrainienne lorsqu'il était vice-président.
C'est d'ailleurs parce qu'il avait demandé à Kiev d'enquêter sur ces liens que Donald Trump a fait l'objet d'une procédure de destitution, les démocrates l'accusant d'avoir utilisé son pouvoir pour salir son rival. Le président américain a été acquitté en février.
Le septuagénaire devra aussi faire face à des interrogations sur son approche "tactile". S'il a assuré être "désolé d'avoir envahi" l'espace de femmes gênées par ses marques d'affection, il a aussi fermement défendu sa proximité avec les électeurs.
Et chez les stratèges démocrates, on s'inquiète de voir comment ce célèbre gaffeur, qui semble parfois perdre le fil de ses pensées, va pouvoir tenir la distance lors des débats contre Bernie Sanders et, peut-être, le tempétueux Donald Trump.
Ses deux premières campagnes présidentielles, pour les scrutins de 1988 et 2008, avaient été rapidement avortées, entachées par des faux pas et des accusations de plagiat.
En 2007, il avait été accusé de racisme après avoir qualifié Barack Obama d'"intelligent" et "propre". Joe Biden avait exprimé ses regrets, et, pas rancunier, le démocrate en avait fait son vice-président.
Une expérience devenue un atout de choix pour Joe Biden, l'ex-président restant extrêmement populaire chez les démocrates.
Son empathie, qui séduit des électeurs touchés par sa vie personnelle marquée par la tragédie, le sert aussi.
Un mois seulement après son élection au Sénat américain, à tout juste 30 ans, il avait perdu en 1972 sa femme Neilia et leur petite fille Naomi dans un accident de voiture.
Un nouveau drame l'avait frappé en 2015, quand son aîné Beau, devenu procureur général du Delaware, fut emporté par un cancer au cerveau.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.