Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?
Publié dans Libération le 02 - 04 - 2020

Au repos forcé à cause du coronavirus, le football craint une crise financière majeure pour ses clubs, soudain privés de leurs confortables rentrées d'argent. Mais cette césure pourrait aussi permettre une remise en cause salutaire des dérives du sport-business, espèrent certaines figures du jeu.
"Nous vivons tous une vie à laquelle nous n'étions pas habitués et qui nous changera profondément", a prophétisé samedi l'entraîneur italien Carlo Ancelotti dans un entretien au Corriere dello Sport.
En dehors des périodes de guerres mondiales, jamais le football européen n'avait ainsi été mis à l'arrêt total sur tout le continent.
Cette interruption brutale, à laquelle personne n'était préparée, a exposé les failles d'un système grisé par les sommes faramineuses qu'il brassait mais bien plus fragile qu'attendu.
A court terme, une cure d'amaigrissement paraît inévitable: "Les droits TV vont baisser, les joueurs et les entraîneurs gagneront moins", a asséné Ancelotti, actuel entraîneur d'Everton. "Il faudra vivre avec une autre économie et un autre foot. Peut-être meilleur."
Comme lui, d'autres voient dans cette crise une opportunité: "La situation actuelle est un danger, mais c'est aussi une chance, de voir les paramètres changer un peu", fait valoir Uli Hoeness.
Pour l'ancien président du Bayern Munich, le marché des transferts - qui concentrait le gros des critiques par ses transactions souvent aussi folles qu'opaques - sera le premier visé.
"Les montants des transferts vont retomber, les sommes ne pourront pas rester au niveau actuel dans les deux ou trois prochaines années, parce que tous les pays sont touchés. Un monde du football nouveau va vraisemblablement émerger", a espéré l'ancien dirigeant.
S'engouffrant dans la brèche des possibles, certains ont ranimé le serpent de mer d'un plafond salarial, comme le président d'Amiens, Bernard Joannin.
"70 % de nos charges sont constituées par notre masse salariale et nos efforts de réforme doivent légitimement être axés sur ce secteur en s'inspirant de la NBA" ou des championnats de rugby français et anglais par exemple, a-t-il avancé dans le quotidien le Courrier Picard.
Une piste toutefois hasardeuse, selon Jorge Ibarrola, avocat espagnol spécialisé dans la représentation et le conseil juridique de clientèle sportive.
"C'est la Fifa qui devrait se charger de réguler le marché, de fixer des plafonds. Et il faudrait voir si ces mesures sont conformes avec la réglementation européenne sur la liberté économique et la libre circulation des joueurs", a-t-il averti.
S'ils veulent tirer tous les enseignements du choc provoqué par la pandémie, les clubs devront aussi réfléchir à l'utilisation des droits TV et leur répartition.
En Allemagne, la constitution d'un fonds de secours abondé en partie par les centaines de millions d'euros versés chaque année par les diffuseurs fait son chemin.
"Le système actuel est de plus en plus remis en cause, parce que le décalage financier, et par suite sportif, entre les grands et les petits clubs devient de plus en plus grand. Peut-être que cette crise peut être un catalyseur pour une nouvelle solidarité", a estimé Jan Lehmann, responsable commercial du club de Mayence.
"Le coronavirus peut aérer le football. C'est un bon moment pour chercher du sens, pour mettre de l'ordre", a renchéri José Antonio Martin Otin, dit "Peton", ex-footballeur, journaliste, qui ajoute qu'une solidarité accrue renforcerait l'intérêt des compétitions.
Autre aspect clé d'une moralisation du football: la question du calendrier, avec un empilement de compétitions à l'intérêt discutable et au gigantisme critiqué.
"La bulle enfle à mesure que la demande augmente, et le foot a tué la poule aux œufs d'or, avec tous ces matches", a rappelé Carles Murillo, président de la Société espagnole de l'économie du sport (SEED), dans les colonnes du quotidien madrilène As.
Et les instances du football elles-mêmes commencent à envisager "un pas en arrière", comme l'a évoqué le président de la Fifa Gianni Infantino dans La Gazzetta Dello Sport.
Principal promoteur d'une Coupe du monde à 48 sélections et d'un Mondial des clubs élargi à 24 équipes, le patron du foot mondial a reconnu la nécessite de "tournois plus réduits, (avec) peut-être moins d'équipes (...). Moins de matches pour protéger la santé des joueurs".
Reste à savoir si ces belles intentions résisteront aux appétits financiers dévorants quand le ballon roulera à nouveau...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.