Maroc-UE : Nasser Bourita invite les Européens à aller vers le « more for more »    ADM : 500 millions de recettes en moins à cause de la Covid    Emploi. Le handicap n'est pas une fatalité    Jennifer Lopez complètement nue    La réalisatrice Sofia Alaoui sélectionnée aux César 2021    « Qendil ». Le nouveau single rock de Ayoub Hattab    Ikken: World Ptx Summit, un véritable carrefour pour la communauté des hydrogènes verts    Paris: la Tour Eiffel rouvrira à cette date    Etats-Unis : L'équipe de communication de la Maison Blanche entièrement féminine    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme dénonce l' agression perpétrée par les nervis du Polisario contre la manifestation pacifique des Marocains à Paris    Covid-19: le Maroc s'approche des 6.000 décès    Une association appelle à la gratuité du vaccin anti-Covid    Mission française au Maroc : le port du masque désormais obligatoire à partir du CP    Phase II : Lancement de l'accompagnement psychiatrique pour les enfants bénéficiaires de la Grâce Royale    L'Opinion : Maquiller l'échec par l'intox    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    Nouveau revers pour Donald Trump    Oujda : La culture et l'art, créneaux de développement    L'Union européenne verse 8,5 milliards d'euros pour en soutien aux programmes de chômage partiel    El Otmani met en évidence l'élan de développement    Algérie: trois ans de prison requis contre Karim Tabbou    Fonds Mohammed VI d'investissement, fer de lance de la relance économique    Les outils d'échanges et la passion de la lecture    2è festival Al-Mahsar pour la culture et le patrimoine hassanis    «Mohamed Choukri... Tanger et les écrivains étrangers»    Engagement et citoyenneté    Appel à la lutte contre les formes contemporaines d'esclavage    Le Youssoufia Berrechid, les prémices d'une saison prometteuse    Ouaddar, Boukaa, Ahrach et Colman représenteront le Maroc    BAM: vers une nouvelle baisse du taux directeur ?    Rokhas: une plateforme au service du citoyen    Fès: L'ENCG s'allie au groupe français ESC Clermont    Le chef du gouvernement espagnol attendu à Rabat    Le FUS s'appuiera sur la jeunesse    Message du roi Mohammed VI au président roumain    Juventus-Dynamo Kiev: Stéphanie Frappart première arbitre femme en Ligue des Champions masculine !    Qualifications CAN U20: Ce ne sera pas facile pour l'équipe nationale !    Supercoupe de la CAF : La RSB cherche à jouer au Qatar !    Le Salon des Etudes en France revient    Véhicules électriques. Rachid Yazami révolutionne les batteries    L'Espagne défend la centralité de l'ONU dans le règlement de la question du Sahara    Covid-19: l'OMS a fait une promesse    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution définitive en Libye    Visé par une enquête, le médecin de Maradona évoque un patient "ingérable"    Anouar Dbira : Nous tenterons de gagner la Coupe duTrône    Coup d' envoi du Salon du Maroc des arts plastiques à Fès    La cause palestinienne est la clé de voûte de toute solution permanente et globale au Moyen-Orient    Outat Al Haj: décès du camarade Mohamed Idrisi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »
Publié dans Libération le 07 - 04 - 2020

La pandémie se développe aussi dans des pays ravagés par des conflits armés. Le responsable des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Jean-Pierre Lacroix, souligne, dans une tribune au « Monde », le rôle que peuvent jouer les Casques bleus en coopération avec les Etats.
Tribune. Personne, aucune communauté, aucun pays, n'est à l'abri de cette pandémie mortelle. Il s'agit d'une crise de dimension mondiale, dont les conséquences humaines, sociales et économiques sont dévastatrices, comme nous le voyons déjà à travers le globe. En tant que responsable du maintien de la paix des Nations unies (ONU), je suis particulièrement préoccupé par les zones où le Covid-19 se développe sur le même terrain que les conflits armés.
Cette propagation menace des personnes qui vivent déjà dans des environnements politiques fragiles, dans des sociétés touchées par un conflit ou se relevant d'un conflit, avec peu ou pas d'infrastructures ni de filets de sécurité sanitaire et social. Comment se laver les mains quand on n'a pas accès à de l'eau propre ? Qu'en est-il des femmes qui paient un tribut disproportionné dans leurs foyers ou dans les centres de soins, et qui pourraient perdre leur capacité à nourrir leur famille à cause de l'effondrement de l'économie ?
Et si, en plus de tout cela, ces familles vivent sous la menace de groupes armés ou d'actes terroristes ? Tout comme un corps se défend moins bien contre le virus si son système immunitaire est affaibli, les populations privées de systèmes de santé ou de filets de sécurité sont encore plus vulnérables à la pandémie et à ses conséquences. Il en va de même des zones où opèrent nos soldats de la paix : les civils y sont les plus vulnérables.
Poursuivre notre mission de règlement des conflits
Les Casques bleus ne sont pas le remède au Covid-19, mais ils tiennent une place dans la lutte contre ce virus. Les opérations de maintien de la paix doivent pouvoir continuer à faire leur travail et à maintenir notre capacité opérationnelle pour continuer à mettre en œuvre nos mandats, à savoir aider à promouvoir le règlement des conflits et à protéger les populations que nous servons, ainsi que le personnel des Nations unies.
Dans des pays tels que la République démocratique du Congo, la République centrafricaine et le Mali, où la paix est fragile et où les populations ont déjà trop souffert, nos missions, en poursuivant notre important travail, aident ainsi les autorités de l'Etat avec d'autres partenaires. En conformité avec les directives de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), nous continuons à patrouiller tout en appliquant les règles de distanciation sociale et nous avons intensifié notre utilisation des ressources en ligne.
Nous continuons à fournir toute l'aide directe possible, notamment en protégeant les fournitures et les dépôts humanitaires. Nos avions volent à un moment où beaucoup d'autres sont cloués au sol. Comme toujours, il s'agit d'un partenariat. Les Etats membres qui fournissent nos policiers et nos soldats travaillent avec nous pour suspendre ou reporter les rotations de troupes et les déploiements prévus.
Il est temps de faire taire les armes
Le fait que les Casques bleus restent sur le terrain pour aider à contrer cette pandémie est un élément essentiel pour aider les pays où nous sommes déployés dans leur lutte. A cet égard, nous avons plus que jamais besoin de l'appui de nos Etats membres, dans l'esprit de l'initiative du secrétaire général « Action pour le maintien de la paix » (A4P), qui reste au cœur de notre travail. Leur volonté de maintenir leurs engagements envers les opérations de maintien de la paix est cruciale pour assurer notre capacité d'assistance.
Sur le terrain, nous avons rapidement pris des mesures supplémentaires de précaution, notamment la mise en quarantaine et le confinement du personnel à l'arrivée, en coopération avec les autorités du pays hôte. Nos missions travaillent également en étroite collaboration avec les autorités nationales pour soutenir leurs efforts contre la pandémie. Nous leur fournissons un soutien multiforme : nous facilitons les communications à distance grâce à nos moyens de communication, nous contribuons à assurer le maintien des chaînes d'approvisionnement essentielles, et notre personnel sensibilise les communautés au coronavirus, par le biais des radios locales et des réseaux sociaux, ou encore lors des patrouilles.
Contre l'ennemi commun qu'est ce virus mortel, nous devons tous être unis et agir de concert. Tous les Casques bleus qui sont actuellement déployés méritent notre gratitude et notre soutien ; ces femmes et ces hommes continuent à servir sous le drapeau onusien pour la cause de la paix, dans des conditions rendues encore plus difficiles par le Covid-19.
Grâce à eux, les efforts pour la paix ne faiblissent pas, malgré le virus, qu'ils contribuent à combattre. Le 23 mars, à New York, le secrétaire général des Nations unies a déclaré qu'il était temps de « laisser les conflits armés derrière nous pour concentrer nos efforts sur le véritable combat de nos vies ». Il a appelé toutes les parties belligérantes dans le monde à observer un cessez-le-feu global. Nos missions ont transmis ce message et nous le répétons : il est temps de faire taire les armes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.