Algérie: Multiplication des emprisonnements de journalistes    Une nouvelle agence ANAPEC à l'Université Hassan II de Casablanca    Compensation: La charge décroche de 12%    La CGEM propose la création d'un "Label santé"    Macron appelle à éviter « toute escalade » ou « interférence extérieure » au Liban    Covid-19-Cas suspects: des centres de santé dans les quartiers    Migration illégale: Interpellations à Tan-Tan    Transformation digitale : la CDG passe à la vitesse supérieure    Covid-19 : Pourquoi le vaccin russe a déclenché autant d'animosité en Occident ?    Ciments Modernes étend son voile en Cote d'Ivoire avec une nouvelle cimenterie    US Round Up du mercredi 12 août – Kamala Harris, Bill de Blasio, Restaurants/Bars    Coronavirus: nouveau record au Maroc avec 1499 nouveaux cas    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.499 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 36.694 cas cumulés, mercredi 12 août à 18 heures    Ecoles privées et parents d'élèves : La confrontation reprend de plus belle    Champions League: heure, chaines...le programme des matchs (quarts de finale)    Un camion dérape, le chauffeur légèrement blessé    Situation épidémiologique au Maroc : Les indicateurs s'affolent !    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Ali Yata, il y a 23 ans ...    UC: une décision de Sajid crée la zizanie au sein du parti    Coronavirus: l'artiste Abderrazak Baba est décédé à Marrakech    Le parcours chrono-thématique des peintres marocains    Benchaâboun : 45 milliards de dirhams alloués au Fonds d'investissement stratégique    Absence de mesures de sécurité sanitaire    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    L'Atlético revient à Lisbonne six ans après    L'engagement des jeunes pour une action mondiale    Boxe: le combat entre Mike Tyson et Roy Jones Jr reporté    Google lance un dispositif d'alerte aux tremblements de terre    Que vive le Liban des lumières !    «Ne touche pas à mon patrimoine»    Botola: résultats et classement de la 21e journée    Casablanca: un camion-citerne percute une station-service (VIDEO)    Procès à distance: 306 audiences en une semaine    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    Le Bayern part favori face au Barça    Europa League : United et l'Inter au denier carré    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    Le jeune artiste Anas Khermoui expose sa "Vision sensible" à Essaouira    Antonio Banderas annonce avoir le Covid-19 le jour de ses 60 ans    Entre Brad Pitt et Angelina Jolie, c'est à nouveau la guerre    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le tourisme à Essaouira entre crise d'activités et absence de visibilité
Publié dans Libération le 01 - 05 - 2020

La crise sanitaire du Covid-19 a, et aura, des incidences catastrophiques sur l'économie mondiale qui, d'après des analyses spécialisées, connaîtra un ralentissement jamais atteint depuis la crise économique de 1929.
Le tourisme, secteur dépendant essentiellement de la libre mobilité des personnes à travers le monde, est en stand-by depuis mi-mars suite à la fermeture des frontières de nombreux pays dans le cadre d'une politique protectionniste qui privilégie le sanitaire à l'économie.
Certes, la priorité actuellement est la lutte contre la propagation du coronavirus en se basant sur les mesures préventives qui engagent tout le monde, mais il faudra quand même commencer à penser à l'après Covid-19 surtout pour l'activité touristique qui génère des centaines de milliers d'emplois stables et provisoires et draine des devises.
A Essaouira, ville dont l'économie dépend essentiellement du tourisme, les opérateurs touristiques ont accueilli avec beaucoup de liesse et de soulagement les mesures prises par le Comité de veille économique constitué par SM le Roi Mohammed VI pour faire face aux effets économiques de la crise sanitaire du Covid-19.
Indemnités mensuelles de 2000 DH durant trois mois pour les salariés déclarés à la CNSS et ayant perdu leurs emplois, report des déclarations fiscales et ligne de garantie pour les crédits de fonctionnement au profit des petites et moyennes entreprises en difficulté, des mesures, entre autres, qui ont fortement soulagé les GRIT d'Essaouira soucieux actuellement de l'après Covid-19.
« Personne ne peut prétendre disposer actuellement d'une visibilité sur la situation du secteur du tourisme après le confinement. Il est clair que le déconfinement ne signifie pas une reprise d'activité, je dirai même que cela sera beaucoup plus difficile. Essaouira vit principalement du secteur du voyage, et tant que les vols sont bloqués, les choses seront dures à vivre pour l'activité touristique. La situation de nos employés après juin 2020 nous préoccupe : y aura-t-il d'autres mesures pour nous aider à garder nos salariés sachant que nous devons faire face à d'autres charges ? Pour être réaliste, je dirai que nous avons un long chemin à parcourir car fin juin ne sera pour nous que le début d'une bataille pour la survie de nos business », nous a déclaré Leila Boudad, présidente de l'Association des restaurateurs à Essaouira.
Les réflexions et les propositions vont bon train dans le milieu des professionnels du tourisme à l'échelle nationale. Face à un contexte international flou et instable sur le plan sanitaire, on prône, à moyen terme, l'optimisation d'un produit adapté au marché interne.
« Il y a tout un travail qui se fait actuellement entre le ministère du Tourisme d'une part, l'ONMT précisément, et les CRT et CPT d'autre part. On travaille déjà en commun, selon les spécificités de chaque région et de chaque destination touristique, sur les segments d'offres à promouvoir et les produits à développer à l'adresse du marché national », nous a déclaré Mouhsine Chafai El Alaoui, délégué provincial du ministère du Tourisme à Essaouira.
D'après la synthèse de la vidéo-conférence ayant réuni l'ONMT, les CRT et les CPT, les GRIT « ont néanmoins exprimé leur détermination à surmonter cette crise grâce à la synergie des efforts et la présence post-crise de l'ONMT ». Les propositions ont essentiellement porté sur le besoin d'amorcer une reprise de l'activité d'une manière totalement innovante d'une part, et la nécessité de préparer un discours cohérent et adéquat pour une prise de parole au moment opportun d'autre part.
Notant l'incertitude liée à la fermeture des frontières et la nécessité de se focaliser sur le tourisme interne comme premier levier de relance de l'activité au lendemain de la fin de la pandémie, les opérateurs touristiques ont exprimé le besoin de disposer d'informations quantitative et qualitative qui donneraient un topo du potentiel du tourisme national pour pouvoir proposer des packages plus adaptés au marché national.
« L'élaboration de packages destinés au client marocain doit se faire en étroite collaboration avec les hôteliers, restaurateurs et transporteurs en vue de faire travailler toute la chaîne d'activités du secteur », a suggéré Leila Boudad.
Mogador compte 30 restaurants classés avec plusieurs centaines de salariés dont la moitié risque de se trouver en chômage même avec la reprise des activités.
« L'Etat a pris une noble initiative envers les TPME, mais qu'arrivera-t-il si la reprise ne se fait pas comme voulu? Qu'est-ce qui pourrait arriver à toutes ces entreprises si cela devait aller au-delà des trois mois, devront-elles mettre la clé sous le paillasson ? Imaginez le nombre de chômeurs qui vont tous se retourner vers l'informel justement », a tenu à préciser un restaurateur à Essaouira tout en sollicitant l'accompagnement de l'Etat jusqu'à la sortie de crise.
La question de l'informel revient en force chez les opérateurs touristiques d'Essaouira lourdement et longtemps touchés par la concurrence déloyale des hôtels et restaurants non classés ou autorisés.
« Ce sont les établissements œuvrant dans le formel qui subissent actuellement les effets de la crise : loyers, salaires, charges sociales, assurances, impôts, entre autres. Par contre, les gens qui travaillent dans l'informel se sont tout simplement contentés de se confiner tranquillement en attendant une reprise. L'Etat doit impérativement assumer toute sa responsabilité à cet effet, il y a des investissements à protéger, sinon on se retrouvera avec des faillites à gérer », s'est indigné un restaurateur à Essaouira.
Selon certains opérateurs touristiques à Mogador, un changement d'activité est à prévoir de la part de certains hôteliers ou restaurateurs. On risquera alors de voir des restaurants se transformer en spa ou en toute autre activité pouvant attirer le client marocain.
« Une grande partie de nos hôtels et restaurants seront contraints de rester fermés pour le reste de l'année en cours. En ce qui me concerne, je m'attends à brader mes prix (50 %) et à réduire mon personnel (10 personnes). Je ne ferai travailler que 4 personnes à tour de rôle pour un salaire de 4 heures par jour, car je pense ouvrir 5 heures maximum par jour », nous a déclaré, non sans regret, un restaurateur à Essaouira.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.