Une rentrée politique qui promet des remous, et le PJD toujours dans ses petits calculs    Les autorités publiques dénonce les contrevérités de « Human Rights Watch »    Premier League : Liverpool arrête Arsenal    El Guerrab interpelle l'AEFE sur les dysfonctionnements des écoles française    Un Marocain produit une machine de désinfection à ultraviolets    Combien coûte le test PCR dans le privé ?    Importation : les transitaires se plaignent des bureaux de contrôle    Chami présente ses recommandations pour une intégration régionale réussie du Maroc en Afrique    Real Madrid: Eden Hazard indisponible au moins 15 jours    HCP: le PIB recule au 2ème trimestre 2020    INWI : El Mountassir Billah remplace Nadia Fassi-Fehri à la présidence    Immobilier marocain : la formule gagnante pour conquérir des capitaux institutionnels internationaux    L'affaire Naïma. Les parents racontent toute l'histoire derrière l'abominable meurtre de leur fillette (reportage vidéo)    ONDE: Mobilisation générale contre les violeurs et les agresseurs d'enfants (vidéo)    Tanger : réouverture des salles de sport à partir de...    Marrakech : «Hikayat Shahrazad», l'art au service des nobles causes    Une étape importante qui transforme une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Le FC Barcelone tient son nouveau défenseur !    Le HUSA assure son maintien, le CAYB menacé    Vahid Halilhodzic tiendra une conférence de presse    Roland-Garros: Serena Williams déclare forfait    Communiqué du bureau politique du PPS    Cour des Comptes : L'encours à la dette a plus que doublé durant la dernière décennie    Le «nœud»    Hong Kong: Arrestation de Joshua Wong    TikTok : La bataille juridique s'achèvera-t-elle ?    L'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 157,2 dollars pour équilibrer son budget    Années 30. Comment vivaient les Juifs du Maroc    «Les Gnawa de Lalla Mimouna», de M'bark El Haouzi et Erwan Delon aux Editions l'Harmattan    Rentrée scolaire: quid de l'enseignement de l'amazighe?    La Chikha est avant tout une guerrière    Technologie de stérilisation des matelas : SteriMat, une innovation signée dolidol    Imam Mahmoud Dicko: dans les situations difficiles, le Maroc "est le premier pays qui vient au secours du Mali"    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Marsa Maroc : CA de 1 454 MDH au 30 juin    Des Marocains bloqués à Melilia bientôt rapatriés    CNSS : nouveau soutien au profit des entreprises [Document]    Le nouvel Émir du Koweït prête serment    Présidentielle américaine : le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden sombre dans la confusion générale    Colère en Inde après la mort d'une jeune femme à la suite d'un viol collectif    Restitutions d'œuvres d'art : la gestion française du dossier laisse à désirer    Subventions accordées aux artistes: le coup de gueule de Latifa Raafat (VIDEO)    Covid-19 au Maroc: triste bilan des décès    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Payer pour des prestations perdues
Publié dans Libération le 16 - 05 - 2020

Le retour des élèves à l'école ne sera possible qu'en septembre prochain. Pourtant, l'année scolaire en cours n'a été ni suspendue ni déclarée année blanche. Les cours vont, en effet, se poursuivre ; mais à distance.
Et dans l'attente d'un retour éventuel en classe en septembre, nombreux sont les parents, notamment ceux dont les enfants sont scolarisés dans le privé, qui se demandent s'ils doivent ou non payer ces établissements les mois à venir. En effet, leur non-présence sur les bancs des écoles a beaucoup changé la donne.
« La question s'impose de plus en plus et nous avons même reçu des plaintes de la part de certaines familles qui se trouvent dans l'impossibilité de régler les frais de scolarité de leurs enfants à cause du contexte de crise liée au Covid-19 et qui subissent des pressions de la part de ces écoles», nous a indiqué Hassan Bakhous, vice-président de la Fédération nationale des associations des parents d'élèves au Maroc (FNAPEM). Et de préciser : « Alors que nous avons déjà sollicité, dans un communiqué daté d'avril dernier, une sorte de flexibilité de la part des propriétaires de ces écoles et qu'ils prennent en considération le contexte de crise. Si certains établissements ont répondu favorablement à notre appel en procédant à des annulations partielles ou complètes des frais de scolarité de certains élèves et pas la totalité, d'autres continuent à réclamer aux parents de les régler rubis sur l'ongle alors qu'ils n'assurent plus le même service. En effet, il n'y a plus d'exploitation des salles de classe et autres dépendances, ni garde des enfants, ni transport scolaire et même les cours à distance ne dépassent pas les deux heures par jour. Les responsables de ces établissements scolaires doivent donc prendre en considération cette nouvelle situation ».
En outre, il estime que ces derniers doivent également prendre en considération les charges supportées par les parents durant la période de confinement comme l'achat de matériel informatique (PC, tablettes, smartphones, clés USB…), les frais de la connexion Internet et de l'électricité… « S'il doit y avoir paiement de frais de scolarité, il doit être en fonction des services fournis », nous a-t-il affirmé.
De son côté, maître Marwan Elgharboui, a expliqué, dans un récent article, que les établissements de l'enseignement privé et les parents d'élèves sont liés par un contrat synallagmatique dont l'exécution génère des obligations réciproques. « Au vu de ce contrat, les écoles privées sont engagées à éduquer et à former les élèves enregistrés dans ces établissements, en contrepartie, les parents s'engagent à payer chaque mois le montant convenu. Autrement dit, un établissement d'enseignement privé est tenu de fournir un accès à l'éduction en obtenant des frais de scolarité, tandis que les parents d'élèves doivent s'acquitter de ces frais contre l'accès de leurs enfants au service éducatif », précise-t-il.
Pour cet avocat, la question qui s'impose aujourd'hui est de connaître l'étendue et le volume horaire de cet accès à l'éducation et à la formation. En effet, les écoles privées n'assurent aujourd'hui qu'un engagement parmi tant d'autres imposés par la loi, à savoir l'enseignement à distance alors que l'article 4 de la loi n° 06-00 formant statut de l'enseignement scolaire privé stipule que « les établissements d'enseignement scolaire privé sont tenus de respecter comme minimum les normes d'équipement, d'encadrement, de programmes et de méthodes en vigueur dans l'enseignement public ». Le deuxième paragraphe de l'article 8 de ladite loi ajoute que « ces établissements doivent préparer leurs élèves pour participer aux mêmes examens organisés au profit des élèves de l'enseignement public à la fin de chaque cycle d'enseignement ».
Du coup, maître Marwan Elgharboui estime que la demande faite par certaines écoles aux parents de s'acquitter de la totalité des frais de scolarité peut être considérée comme une sorte d'injustice puisque ces écoles n'assurent plus les mêmes services depuis la suspension des cours présentiels depuis mars dernier. En outre, l'enseignement à distance ne remplace en aucun cas ces derniers mais il demeure, néanmoins, un moyen que l'Etat a choisi pour garantir le non arrêt des cours théoriques durant l'état d'urgence. « Ainsi et vu que les engagements des écoles privées ne sont plus honorés d'une manière normale, leur droit à percevoir des frais de scolarité n'est plus justifié comme le stipule l'article 235 du Dahir formant Code des obligations et contrats : « Dans les contrats bilatéraux, l'une des parties peut refuser d'accomplir son obligation jusqu'à l'accomplissement de l'obligation corrélative de l'autre partie, à moins que, d'après la convention ou l'usage, l'un des contractants ne soit tenu d'exécuter le premier sa part de l'obligation. Lorsque l'exécution doit être faite à plusieurs personnes, le débiteur peut refuser d'accomplir la prestation due à l'une d'elles jusqu'à l'accomplissement intégral de la prestation corrélative qui lui est due », a-t-il rappelé. Et de préciser que cet article donne aux parents la possibilité de ne pas honorer leurs obligations tant que l'autre contractant n'a pas effectué sa prestation. C'est ce qu'on appelle l'Exceptio non adimpleti contractus. Pourtant, il estime que les deux parties peuvent s'entendre et parvenir à un accord permettant de s'acquitter d'une partie des frais de scolarité en contrepartie des cours à distance.
Et qu'en est-il des établissements qui menacent directement ou indirectement les familles de priver leurs enfants de scolarité ? « L'accès à l'école est un droit garanti par la Constitution et les conventions internationales et personne ne peut priver un enfant de ce droit. Ceci d'autant plus que les enfants doivent être à l'abri des conflits entre les parents et ces établissements. S'il y a des différends, c'est aux tribunaux de trancher. Et c'est pourquoi nous avons demandé la révision de la loi 06.00 afin d'encadrer toutes les questions qui suscitent de la confusion et des antagonismes. Bref, nous voulons qu'il y ait mise en place d'une nouvelle loi qui clarifie les devoirs et les obligations de chaque partie », a conclu le vice-président de la FNAPEM.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.